Notez des films
Mon AlloCiné
    A Cappella
    Bande-annonce A Cappella
    19 novembre 2014 / 1h 52min / Drame
    De Lee Sujin, Robert Schlockoff
    Avec Chun Woo-hee, Jung In-sun, Kim So-Young
    Nationalité sud-coréen
    Bande-annonce
    Presse
    3,2 19 critiques
    Spectateurs
    3,6 73 notes dont 18 critiques
    noter :
    0.5
    1
    1.5
    2
    2.5
    3
    3.5
    4
    4.5
    5
    Envie de voir

    Synopsis et détails

    Han Gong-ju, une jeune lycéenne, est contrainte de changer d’établissement scolaire et d’emménager, pour un temps, chez la mère d’un de ses professeurs, tandis qu’une enquête policière suit son cours dans son quartier d’origine. N’ayant en apparence rien à se reprocher, Gong-ju pourra-t-elle échapper à son passé ?
    Titre original

    Han Gong-ju

    Distributeur Dissidenz Films
    Récompenses 4 prix et 3 nominations
    Voir les infos techniques
    Année de production 2013
    Date de sortie DVD -
    Date de sortie Blu-ray -
    Date de sortie VOD -
    Type de film Long-métrage
    Secrets de tournage 5 anecdotes
    Budget -
    Langues Coréen
    Format production -
    Couleur Couleur
    Format audio -
    Format de projection -
    N° de Visa 140640
    A Cappella Bande-annonce VO 1:45
    A Cappella Bande-annonce VO
    135 596 vues

    Acteurs et actrices

    Chun Woo-hee
    Rôle : Han Gong-ju
    Jung In-sun
    Rôle : Eun-hee
    Kim So-Young
    Rôle : Hwa-ok
    Lee Young-lan
    Rôle : Madame Lee
    Casting complet et équipe technique

    Critiques Presse

    • 20 Minutes
    • aVoir-aLire.com
    • Cahiers du Cinéma
    • Elle
    • L'Humanité
    • Positif
    • TF1 News
    • La Croix
    • Le Journal du Dimanche
    • Les Fiches du Cinéma
    • Les Inrockuptibles
    • Libération
    • Paris Match
    • Première
    • Studio Ciné Live
    • Télérama
    • Critikat.com
    • Le Monde
    • Ouest France

    Chaque magazine ou journal ayant son propre système de notation, toutes les notes attribuées sont remises au barême de AlloCiné, de 1 à 5 étoiles. Retrouvez plus d'infos sur notre page Revue de presse pour en savoir plus.

    19 articles de presse

    Critiques Spectateurs

    islander29
    islander29

    Suivre son activité 307 abonnés Lire ses 1 848 critiques

    4,0
    Publiée le 19 novembre 2014
    quand les coréens abordent un sujet grave, ils le font avec un réalisme très efficace......Ici le film qui est une ode à la douceur durant quarante minutes (avec 2 ou 3 chants a cappella vraiment merveilleux) et des dialogues très feutrés, puis finit dans sa deuxième parties (au travers de fins et curieux flash back) par devenir très dérangeant, angoissant même (sans aucun voyeurisme ou vulgarité) sur une relation sexuelle non ...
    Lire plus
    traversay1
    traversay1

    Suivre son activité 722 abonnés Lire ses 3 179 critiques

    3,0
    Publiée le 7 décembre 2014
    Le fait divers horrible qui est au centre de A Cappella aurait pu se passer dans n'importe quel pays du monde (et c'est hélas le cas) mais le fait qu'il se soit déroulé en Corée du Sud, pays où le mélange douceur/violence est particulièrement marqué permet à Lee Sujin de réaliser un film aux fortes connotations sociales. Ce premier long-métrage est peut-être un peu trop sophistiqué dans sa construction complexe, tout en flashbacks, ...
    Lire plus
    Jmartine
    Jmartine

    Suivre son activité 80 abonnés Lire ses 484 critiques

    3,0
    Publiée le 24 novembre 2014
    Un film on ne peut plus étrange...déconcertant et déboussolant dans sa construction qui recourt à des flash back permanents...et comme ces lycéennes se ressemblent un peu toutes, du moins à nos yeux d'occidentaux, on finit par nager ( d'autant que la piscine est très présente dans le film) , en se demandant sans cesse est-on avant ou après cet épisode probablement grave qui a conduit à arracher la jeune Han Gong-Ju à son lycée, à ...
    Lire plus
    Chris Art
    Chris Art

    Suivre son activité 65 abonnés Lire ses 398 critiques

    4,0
    Publiée le 30 novembre 2014
    (...) Pour sa première réalisation, Lee Su-Jin se base sur un fait divers ayant retenu son attention dans les journaux (...) A Cappella débute, comme il est de coutume, in media res, c'est à dire au milieu des choses (...) le film déroule une structure tout ce qu'il y a de plus classique, intercalant l'histoire principale avec des flash-backs censés lever le voile sur le passé de la jeune fille (...) Mais, une fois les détails ...
    Lire plus
    18 Critiques Spectateurs

    Photos

    Secrets de tournage

    Première

    C’est le premier long-métrage du réalisateur coréen Lee Sujin.

    Double casquette

    Pour A Cappella, Lee Sujin a enfilé la casquette de scénariste ainsi que celle de réalisateur.

    Festival

    Le film A Cappella a été présenté au Festival du film asiatique de Deauville en mars 2014.
    5 Secrets de tournage

    Dernières news

    Festival du Film Asiatique de Deauville 2014 : le palmarès !
    NEWS - Festivals
    lundi 10 mars 2014
    "Nagima" de Zhanna Issabayeva décroche le Lotus du Meilleur Film à la 16ème édition du Festival du Film Asiatique de Deauville,...

    Si vous aimez ce film, vous pourriez aimer ...

    Voir plus de films similaires

    Pour découvrir d'autres films : Les meilleurs films de l'année 2013, Les meilleurs films Drame, Meilleurs films Drame en 2013.

    Commentaires

    • LBDC
      (..) Avec A Cappella, le réalisateur Lee Su-jin garde la même construction qu’il avait opté dans ses premiers films, à savoir offrir une révélation finale inattendue. Dans ce film il laisse pendant longtemps le spectateur imaginer l’éventuel crime commis. En apparence Han Gong-ju n’a rien à se reprocher. Pourtant son attitude reste étrange et inhabituelle. Pour dévoiler son sujet, Lee Su-jin utilise une déconstruction de la temporalité. En suivant la nouvelle vie d’Han Gong-ju, on revient en parallèle sur son passé grâce à des retours en arrière. Un montage intelligent et réussi car ainsi la révélation du drame arrive par petits bouts. Cela maintient l’attention du spectateur qui imagine tous les scénarios possibles. De plus la question demeure, Han Gong-ju est-t-elle responsable d’un quelconque incident ? Lors de la révélation à laquelle on ne pense généralement pas, le spectateur est frappé en plein visage. Une révélation amenée par une mise en scène maîtrisée dans chaque détail. Lee Su-jin, qui étudia uniquement la photographie, parvient à capter dans chaque plan la beauté autant que la monstruosité du monde. Soudain le film offre une toute autre vision. En alternant entre le présent, où la jeune fille vit désormais des moments relativement joyeux , et l’événement déclencheur sur lequel le film insiste à plusieurs reprises, l’horreur et la colère s’imposent. L’interprétation impressionnante de la jeune Chun Woo-hee reste une des clés de la qualité du film. Discrète et inhabituelle, elle ne laisse rien paraître. L’évolution qu’elle donne au personnage et le poids qu’elle arrive à porter bouleverse.Pour aborder son thème le film met l’accent sur l’entourage de l’héroïne, principalement les adultes. Ceux présents dans le film donnent une vision bien négative du monde adulte. Les différents protagonistes qui évoluent autour d’elle sont pathétiques, méprisables et parfois monstrueux. Il y a les parents de la jeune fille qui abandonnent leur enfant et se déchargent de leurs responsabilités envers elle durant cette période difficile. Il y a les parents d’élèves de son ancien établissement qui ne cessent de la harceler et de la tenir pour responsable. Et il y a également les représentants directs de certaines valeurs, comme les enseignants et le policier, amant de madame Lee, qui par leur absence et leur lâcheté ne sont d’aucun soutien. C’est uniquement vers cette dernière que la lycéenne trouve un certains refuge et une entente. Madame Lee est pourtant également mal considérée dans son quartier. Etant la maîtresse d’un homme marié (le policier) elle subit insultes, violences et agressions de la part des femmes. Humiliée devant Han Gong-ju, elle révèle malgré elle cet univers déplorable. Elle offre tout de même à la jeune fille une vision particulière de l’amour chez les adultes dans sa relation avec son amant. Un amour illégal (en Corée du Sud l’adultère est puni par la loi) mais sincère (...) PIERRERetrouvez l'intégralité de notre avis à propos de A CAPPELLA sur Le Blog du Cinéma
    Voir les commentaires
    Back to Top