Mon Allociné
Brèves de comptoir
facebookTweet
Séances Bandes-annonces Casting Critiques spectateurs Critiques Presse Photos VOD
Blu-Ray, DVD Musique Secrets de tournage Box Office Récompenses Films similaires News
Brèves de comptoir
Date de sortie 24 septembre 2014 (1h 40min)
Avec Chantal Neuwirth, Didier Bénureau, Christian Pereira plus
Genre Comédie
Nationalité Français
Le teaser Ce film en VOD
Presse
2,6 19 critiques
Spectateurs
2,0598 notes dont 128 critiques

Synopsis et détails

Une journée de la vie du Café L’Hirondelle, sur une petite place de banlieue, en face d’un cimetière. De l’ouverture à 6h30 du matin jusqu’à la fermeture à 22h30, les clients entrent, boivent, parlent, sortent, rerentrent, re-boivent et reparlent de plus belle. Ils composent un drôle d’opéra parlé, une musique tendre et cocasse, un cantique de pensées frappées au coin du plaisir d’être ensemble, un verre de vin blanc à la main. Le génie populaire danse.

Distributeur Diaphana Distribution
Voir les infos techniques
Année de production 2013
Date de sortie DVD 03/12/2016
Date de sortie Blu-ray -
Type de film Long-métrage
Secrets de tournage 9 anecdotes
Box Office France 204 028 entrées
Budget -
Langues Français
Format production -
Couleur Couleur
Format audio -
Format de projection -
N° de Visa 137754

Séances

VOD

DVD et Blu-Ray

Pour visionner Brèves de comptoir en VOD, louez, achetez ou abonnez-vous à une offre de l'un des services suivants.
Brèves de comptoir
Haute définition
VF - VOST - MALENTENDANT
Ce film en VOD
  • Acheter (11.99 €)
  • Acheter (9.99 €)
Brèves de comptoir
Haute définition
VF
Ce film en VOD
  • Acheter (9.99 €)
  • Acheter (7.99 €)
Brèves de comptoir
Définition standard
VF
Ce film en VOD
  • Acheter (9.99 €)
Voir toutes les offres VOD
Service proposé par
Brèves de comptoir (DVD)
Date de sortie : mercredi 4 mars 2015
neuf à partir de 9.90 €
Brèves de comptoir (DVD)
Date de sortie : samedi 3 décembre 2016
neuf à partir de 9.99 €

Interviews, making-of et extraits

Brèves de comptoir : "Le film le plus parlant depuis l’arrêt du cinéma muet !" 2:29
Brèves de comptoir : "Le film le plus parlant depuis l’arrêt du cinéma muet !"
13 088 vues
La grande aventure des Brèves de comptoir vue par Jean-Marie Gourio et Jean-Michel Ribes 5:35
La grande aventure des Brèves de comptoir vue par Jean-Marie Gourio et Jean-Michel Ribes
2 523 vues
Top Promo : les films du 24/09/2014 4:13
Top Promo : les films du 24/09/2014
3 482 vues

Acteurs et actrices

Chantal Neuwirth
Chantal Neuwirth
Rôle : La Patronne
Didier Bénureau
Didier Bénureau
Rôle : Le Patron
Christian Pereira
Christian Pereira
Rôle : Le Garçon
Laurent Gamelon
Laurent Gamelon
Rôle : Rubens
Casting complet et équipe technique

Critiques Presse

  • Le Journal du Dimanche
  • Télérama
  • La Voix du Nord
  • Studio Ciné Live
  • Femme Actuelle
  • Direct Matin
  • Paris Match
  • Le Parisien
  • TéléCinéObs
  • aVoir-aLire.com
  • Les Fiches du Cinéma
  • Ouest France
  • Le Dauphiné Libéré
  • Sud Ouest
  • Première
  • Les Inrockuptibles
  • La Croix
  • Le Monde
  • Voici
19 articles de presse

Critiques Spectateurs

Yanik M.
Critique positive la plus utile

par Yanik M., le 06/10/2014

5,0Chef-d'oeuvre

Un film qui vous entraîne dans un tourbillons d'émotions: la tendresse est le rire sont au rendez vous. On se prend à se... Lire la suite

benoitG80
Critique négative la plus utile

par benoitG80, le 02/10/2014

2,0Pas terrible

"Brèves de comptoir" de Jean-Michel Ribes, curieusement, a plus suscité chez moi un malaise, plutôt que l'amusement attendu,... Lire la suite

Toutes les critiques spectateurs
3% 4 critiques
13% 17 critiques
21% 27 critiques
33% 42 critiques
13% 16 critiques
17% 22 critiques
128 Critiques Spectateurs

Photos

16 Photos

Secrets de tournage

D'Hara Kiri au grand écran

Les Brèves de comptoir sont à l'origine des anecdotes recueillies aux comptoirs de cafés et bistrots français par Jean-Marie Gourio, ancien journaliste chez Hara Kiri qui les publiaient dans les colonnes du journal satirique. Elles ont ensuite été éditées sous forme de recueils à partir de 1988, puis adaptées par Jean-Michel Ribes à la télévision dans la série Palace (1988), au théâtre en 1994 et 1999 et portées aujourd'hui au cinéma par ce dernier. Rencontre avec Jean-Michel Ribes et Jean-Marie Gourio, les deux porteurs du projet, et deux des comédiennes, Valérie Mairesse et Chantal Neuwirth...  

Influences littéraires

Jean-Michel Ribes affirme retrouver dans les brèves de Gourio, la patte des illustres écrivains que furent Raymond Queneau et George Perec, les deux fondateurs de l’Oulipo: « Dès que Gourio m’a fait lire ses petits carnets où il les  notait, j’ai été conquis. Peut-être parce qu’elles rappelaient l’univers libre, tendre et insolite de Raymond Queneau, que j’ai côtoyé dans ma jeunesse et dont les livres ne me quittent pas. Et puis aussi peut-être son fameux Oulipo, où avec Perec ils expérimentaient toutes les possibilités de langage… »
9 Secrets de tournage

Si vous aimez ce film, vous pourriez aimer ...

Voir plus de films similaires

Pour découvrir d'autres films : Les meilleurs films de l'année 2013, Les meilleurs films Comédie, Meilleurs films Comédie en 2013.

Commentaires

  • PierreTwo

    j'espère ne pas être déçu car voilà un film que j'attends avec impatience...j'aime l'idée de voir plein d'acteurs et actrices avec de bons dialogues (comme Les Grands Ducs et bien d'autres films...)

  • YANNIE L.

    Je viens de voir le film au Festival francophone d'Angoulême. Il y avait 6 salles pleines pour l'avant première. Je viens de lire les commentaires ci-dessous... Franchement moi je m'en fout que cela soit une pièce de théâtre avant... J'ai juste entendu une salle pleine qui rigolait beaucoup et était en même temps très émue. C'est pas mal pour un seul et même film. Sur certaines répliques cela applaudissait même dans la salle. Et puis c'est vrai que les personnages qui nous sont présentés, ne sont pas très présents dans la presse et dans l'actualité. Ce film qui reprend que des phrases et des scènes qui ont vraiment été dites et vécues dans des cafés nous donne à entendre une drôlerie, une poésie et une émotion qui fait du bien. Après tout le film le Prénom était une pièce de théâtre au départ... non ? Ce film c'est vous, c'est nous.

  • Derniereseance

    J'ai vu le film à Angoulème, je me suis régalé ! Salle pleine et très grande émotion à regarder et écouter ces gens boire et rire et pleurer au comptoir du film. Les phrases sont applaudies par un public sensible, ému, qui rit d'une seule gorge ! Superbe film !

  • jicebeprod

    Vu à Toulouse en AP hier soir ; une salle quasi vide (mauvaise promo) sans vouloir être rabat-joie, fil/théâtre cousu e fil blanc, on connait à peu près tout même si certains gags arrachent quelques rires. Dommage que ce soit surjoué, perso je n'ai pas accroché.

  • YANNIE L.

    Ce film est la réponse des "sans dents" avec toute leur force, leur humour et leur poésie. Un film à voir sans modération.

  • Carmen Cru

    Autant les livres se dégustaient à petites goulées, autant le film risque d'être soûlant à grosses lampées.

  • Ginger_T_06

    Vu en AP. Le scénario est un patchwork bizarre où les brèves des bouquins ont été rassemblées par thèmes (les étrangers, les avions, l'alcoolisme...), la générosité du regard en moins. Pourquoi pas, mais ça ne fait pas une histoire. Ni une pièce, d'ailleurs. Les constants "clins d'oeil" au grand public sont un peu pénibles. La générosité et le surréalisme sympathique des livres passent commplètement à la trappe et le temps se fait long au-delà des 20 premières minutes. Belle lumière, bons acteurs par ailleurs.

  • YANNIE L.

    Moi aussi vu en AP. Film pas classique et formaté comme on en voit tant. Et surtout j'étais dans une salle pleine où cela riait beaucoup. A entendre les dialogues de tous ces personnages j'y ai vu et entendu à travers eux beaucoup plus de choses sur le peuple qui compose la France et qu'on entend pas que dans beaucoup d'autres films. L'auteur Jean Marie Gourio auteur des Brèves de comptoir était présent à cette avant première et soutenait cette adaptation à 100%. Et puis cela fait du bien de rire par les temps qui courent. Le livre a été un très gros succès inattendu, idem pour la pièce personne n'y croyait. Ma tante a vu la pièce dans une salle comble en province avec un public ravi.

  • CLAUDINE g.

    Je dois être masochiste, car il y a deux choses que je ne supporte dans la vie : la bêtise et la vulgarité. Eureka les deux sont réunies dans ce film. Certes en lisant le résumé je ne m'attendais pas à quelque chose de très profond intellectuellement mais par contre le record est bel et bien là dans la stupidité. Je suis sortie avant la fin, trop, c'est trop !

  • Jean-Luc M.

    Je ne l'ai pas vu, en même temps, une brève de comptoir ça va pas dans le sens de l'intelligence et la finesse... qu'attendiez-vous donc ?

  • YANNIE L.

    Moi j'ai bien rigolé et puis cela m'a touché aussi.

  • carol M.

    Un type - fut-il réalisateur - qui se permet de traiter une femme de poubelle (c'est ce qu'il vient de faire) n'est certainement ni fin ni intelligent . Ce triste sire vient de démontrer qu'il est bien, comme le dit Claudine, à l'image de son film : bête et vulgaire - haineux et pas drôle.

  • dagrey1

    Vu la bande annonce très vulgaire, ce sera sans moi...

  • dagrey1

    Je ne savais pas que Laurent Gamelon "tournait" dans autre chose que les pubs MAAF...

  • Tetris92

    L'affiche de ce film est somptueuse, quel casting, mes amis, quel casting !! Les acteurs de la pub Matmut !! les acteurs de la pub MAAF ! l'acteur de la pub LCL !! Un concentré de rire et de bonne humeur et de talent. Manque plus qu'Audrey Lamy pour rajouter une touche de glamour.

  • carol M.

    La critique du journal La Croix (à lire dans son intégralité de préférence), intitulée : "Au bal des poivrots", correspond bien à ce qui m'a été rapporté par des amis qui ont vu le film. Un bal des poivrots soûlant le spectateur !

  • LBDC

    Quand on tient une bonne idée, on a souvent peur de regretter de ne pas l’avoir suffisamment exploitée. Non, cet aphorisme ne fait pas partie des innombrables traits d’esprits du film de Jean-Michel Ribes; mais il pourrait très bien résumer le projet humoristique de son compère Jean-Marie Gourio. Après les nombreux volumes des Brèves de comptoir édités en recueil depuis près de trente ans, après leur adaptation sous forme de pastilles dans l’ovni télévisuelle Palace (déjà façonnées par Ribes), après leurs adaptations théâtrales (toujours dirigées par Ribes), voici venue l’adaptation sur grand écran d’une oeuvre bavarde et effrontée que rien ne prédestinait à ce média; ni dans sa polyphonie se déployant sur tous les thèmes et toutes les opinions possibles, ni dans son absence apparente d’un fil conducteur transposable sous la forme d’un scénario, avec ce qu’il faut de forme narrative et de progression dans une histoire.

    Mais force est de constater que les deux complices n’ont pas délaissé les avantages que leur offrait le format du long-métrage pour se contenter d’enchaîner brève après brève, en pensant que leur accumulation suffirait à former une matière cinématographique. Ils réussissent à créer une ambiance autour de cette folie verbale, garantissant ainsi une forme cohérente et une identité sincère au film. Pour cela, le réalisateur et son scénariste ont choisi une unité de lieu et de temps, à savoir une journée de l’ouverture à la fermeture dans le bistrot l’Hirondelle. Ayant vu la dernière adaptation théâtrale en 2010, j’apprécie le choix du binôme de ne pas avoir garder le découpage en séquences (on ne peut pas vraiment parler d’actes) possédant chacune son décor, évoquant chacune son troquet, distribuant chacune un rôle différent à la troupe des fidèles de Ribes (déjà Laurent Gamelon, Marcel Philippot, Annie Grégorio…). Cette fois l’Hirondelle est le seul décor et les acteurs gardent le même rôle du début à la fin, ce qui permet de mieux installer les personnages, de mieux se figurer la place de chacun dans la communauté des poètes du zinc, et d’élargir la distribution à une pléiade de comédiens visiblement exaltés à l’idée de participer à la spirituelle fête des spiritueux (...)

    L'intégralité de notre critique, sur Le Blog du Cinéma

  • neotheonly

    perso pour la touche humour j prefererais voir alexandra qu audrey alors....

  • angelabassompierre

    c'est juste si on s'ennuie beaucoup, beaucoup et encore plus. J'étais curieuse seulement c'est un registre de comédie potache, je ne le regarderai plus. J'ai mieux aimé "3 cœurs" ou encore " avant d'aller dormir".

  • Johnny Adrian

    Qui va voir ce genre de film ? Vous êtes criminel ! Comment peut on donner de l'argent à un film pareil.

    Ça se voit qu'il est mauvais. Et puis si on a des doutes, il y a Jean-Michel Ribes pour nous le rappeler.

  • alexandrininho

    Transposer un livre à l'écran pose beaucoup de questions. Notamment concernant le passage de l'écrit à l'oral. Ici, le problème est rapidement balayé puisque l'ensemble des dialogues est constitué des brèves de comptoirs récolté par l'auteur du livre.

    Si la grande majorité des répliques sont drôles ou émouvantes, l'ensemble donne l'impression d'un fourre tout sans aucune continuité (jusqu'à me mettre mal à l'aise).

    Reste l'ambiance vieille France et des personnages haut en couleur, tous fragilisés par la dureté de la vie...

  • Tetris92

    non mais Audrey elle fait rire que ses potes ! T'inquiètes pas.

  • Paul M.

    BREVES DE COMPTOIR.

    Il est extrêmement difficile, en général, de porter à l’écran des textes littéraires. Mais
    vouloir mettre en images des réflexions, des réparties qui ne sont amusantes que dans leurs propres contextes relève de la gageure et de mon point de vue – qui n’engage que moi- Jean-Michel Ribes a raté son sujet. Pourtant le casting est formidable.

    L’histoire – s’il y en a une – se passe dans un bistrot. Un
    de ces bistrots où se côtoient les paumés de la vie. Chacun y va de sa petite pensée qui n’a rien de philosophique car noyée dans l’alcool.

    Pathétiques ils sont à cuver leurs verres.

    Le patron du bistrot ( Didier Bénureau) reste le plus sobre. Laurent Gamelon, croquemort exerçant au cimetière en face le bistrot, en fait trop et son ivresse rendrait mal à l’aise le plus saoul des poivrots. Il est bien mieux dans son rôle publicitaire de
    directeur d’une grande compagnie d’assurance.

    On se demande ce que vient faire dans cette pétaudière le
    très remarquable André Dussollier, le seul qui soit sobre et propre sur lui.

    Ce film donne une image de la France plutôt tristounette et
    montre des français abrutis par l’alcool et confortera les étrangers dans
    l’opinion de décadence qu’ils se font de notre pays.

    On n’avait vraiment pas besoin de ça.

  • Dr Fax

    Film de genre : genre pénible.

  • OriginalKaa

    Peut être que tu es trop jeune !!

  • OriginalKaa

    Dans 20ans on aura le droit au "Brèves de Facebook" et ce sera franchement moins drôle !!!

  • onEyE

    Il faut vraiment etre débile pour ne pas aimer ce non-film. C'est une pièce de théatre filmée, les comediens sont les memes que la pièce originale avec une floppée d'invités tous aussi délirants les uns que les autres. Ce film c'est nous tous, ne pas aimer ce film, c'est ne pas s'avouer tel que nous sommes. Gainsbourg disait: "la connerie c'est la décontraction de l'intelligence". Il était pas con, Gainsbourg...

  • zvock083

    Il suffit de regarder les 5 premières minutes pour se faire un avis, pour ma part, j'ai directement accroché, c'est un exercice du style osé et original, car il faut réussir à tenir sur la distance et pour le coup, je trouve que le film s'en sort très bien. Il n'y a pas réellement d'histoire, c'est comme le titre l'indique des brèves de comptoir qui s’enchaînent à une vitesse folle avec des punchlines en veux-tu en voilà, tous les thèmes sont traités toujours avec dérision et humour, c'est vraiment très bien écrit et la mise en scène très théâtrale est agréable. 3/5

  • carol M.

    Je suppose que Claudine espérait malgré tout que ce manque d'intelligence et de finesse soit présenté de telle façon que cela reste drôle. Mais c'est signé Ribes, alors inutile d'espérer quoi que ce soit de semblable. Connaissez-vous bien Ribes, Jean-Luc ?

  • carol M.

    Ben oui, un tel film (je n'ai pas vu celui-ci mais un autre, il y a longtemps mais je ne recommencerai plus, pardon ... ) donne de la France une image lamentable. Ribes est-il au service d'un pays ennemi ? ;-)

Voir les commentaires