Notez des films
Mon AlloCiné
    Julien Donkey-Boy
    Bande-annonce Julien Donkey-Boy
    13 septembre 2000 / 1h 34min / Drame
    De Harmony Korine
    Avec Ewen Bremner, Werner Herzog, Chloë Sevigny
    Nationalité américain
    Bande-annonce
    Presse
    3,3 15 critiques
    Spectateurs
    3,5 70 notes dont 6 critiques
    noter :
    0.5
    1
    1.5
    2
    2.5
    3
    3.5
    4
    4.5
    5
    Envie de voir

    Synopsis et détails

    Julien Donkey-Boy est atteint de schizophrénie. Orphelin de sa mère, vivant aux côtés d'un père dépressif, d'un frère omnubilé par son ambition sportive et d'une grand-mère renfermée sur elle-même, il est de plus en plus solitaire et paranoïaque. Seule lumière dans son existence : sa soeur, qui lui voue de l'intérêt et s'inquiète de son sort.
    Distributeur -
    Voir les infos techniques
    Année de production 1999
    Date de sortie DVD 16/04/2001
    Date de sortie Blu-ray -
    Date de sortie VOD -
    Type de film Long-métrage
    Secrets de tournage 10 anecdotes
    Budget -
    Langues Anglais
    Format production -
    Couleur Couleur
    Format audio -
    Format de projection -
    N° de Visa -

    Regarder ce film

    En DVD BLU-RAY
    neuf à partir de 17.76 €
    neuf à partir de 19.85 €
    Voir toutes les offres DVD BLU-RAY

    Bande-annonce

    Julien Donkey-Boy Bande-annonce (2) VO 2:29
    Julien Donkey-Boy Bande-annonce (2) VO
    3 433 vues

    Acteurs et actrices

    Ewen Bremner
    Rôle : Julien
    Werner Herzog
    Rôle : Le père de Julien
    Chloë Sevigny
    Rôle : Pearl
    Evan Neumann
    Rôle : Chris
    Casting complet et équipe technique

    Critiques Presse

    • L'Humanité
    • Les Inrockuptibles
    • Libération
    • Repérages
    • Studio Magazine
    • Télérama
    • Urbuz
    • Aden
    • Chronic'art.com
    • Cplanet.com
    • Fluctuat.net
    • Positif
    • Ciné Live
    • Lenouveaucinema.com
    • Première

    Chaque magazine ou journal ayant son propre système de notation, toutes les notes attribuées sont remises au barême de AlloCiné, de 1 à 5 étoiles. Retrouvez plus d'infos sur notre page Revue de presse pour en savoir plus.

    15 articles de presse

    Critiques Spectateurs

    anonyme
    Un visiteur
    5,0
    Publiée le 14 août 2011
    S'inscrivant dans le Dogme, mouvement d'obédience néoréaliste lancé telle une boutade d'ivrognes par Lars Von Trier, Julien Donkey-Boy, Harmony Korine oblige, se détache des Danois Von Trier, Bier et Vinterberg, en poussant dans ses retranchements les "règles" établies par Von Trier, privilégiant une recherche plastique transcendantale à un scénario trop imposant. Pourtant, le scénario est là, digne des plus grands films du Free ...
    Lire plus
    Yves G.
    Yves G.

    Suivre son activité 489 abonnés Lire ses 2 053 critiques

    1,0
    Publiée le 19 avril 2013
    Vu hier soir au Grand Action "Julien Donkey-boy" l'un des premiers films de Harmony Korine 6 personnes dans la salle. 2 qui partent avant la fin. Et moi qui ai bien failli leur emboîté le pas Parce que ce film Dogma plus mal filmé que les vacances de mon tonton Robert à Lacaunau en Super-8 est aussi laid que creux. Julien "tête d'âne" est retardé mental. Sa mère est morte quand il était enfant. Son père (Werner Herzog, inquiétant) ...
    Lire plus
    L'homme le plus classe du monde
    L'homme le plus classe du monde

    Suivre son activité 243 abonnés Lire ses 450 critiques

    4,0
    Publiée le 25 septembre 2013
    Précédé de la mention "dogme 95", Julien Donkey Boy semble avoir été filmé avec une webcam des années 2000. Pourtant l'image salie et les sons saturés se prêtent plutôt bien à la laideur des personnages. Ce film est un album photo cradingue des "freaks" du XXIème siècle. Manchots, handicapés, aveugles, albinos et bien sur schizophrène, interprété par Ewen Bremner, (l'incontinent de Transpotting) qui livre ici une prestation ...
    Lire plus
    stebbins
    stebbins

    Suivre son activité 357 abonnés Lire ses 1 747 critiques

    5,0
    Publiée le 30 décembre 2009
    Objet malade, intégralement libre, repoussant parfois, extraordinaire toujours : voilà ce qu'est peut-être Julien Donkey-Boy, poème de la déraison qui ne rime à rien et qui l'assume, film qui peut tour à tour agacer, perturber et sidérer. Car Julien Donkey-Boy est une oeuvre unique en son genre, une oeuvre unique tout court tant sa catégorie importe peu. Visiblement fasciné par la contre-culture américaine, Harmony Korine s'était ...
    Lire plus
    6 Critiques Spectateurs

    Photos

    Secrets de tournage

    Korine le novateur

    « Tout le cinéma se ressemble à l'exception de quelques-uns tels que Godard, Fassbinder ou Cassavetes. Le cinéma en est encore à ses débuts. Après 100 ans, les films devraient devenir vraiment compliqués. Le roman a vécu 400 re-naissances, mais c'est comme si le cinéma en était encore au stade de la conception. Je fais des films parce que personne n'a fait les films que j'aimerais voir au cinéma. »

    Ewen Bremner (Julien)

    Avant d'incarner l'un des héros de Transpotting (Danny Boyle, 1996), Ewen Bremner avait participé à Naked (Mike Leigh, 1993), Le prince du Jutland (Gabriel Axel, 1994) et Judge Dredd (Danny Cannon, 1995). Il a depuis tourné dans La chasse au rhinocéros à Budapest (Michael Haussman, 1996). En 2000, il apparaît au générique de Acid house de Paul McGuigan.

    Harmony Korine, réalisateur

    Il a suscité l'intérêt des cinéphiles en écrivant pour Larry Clark le scénario de Kids en 1995. La consécration est venue avec son premier long métrage, Gummo (1997), dans lequel il faisait une apparition. En 2000, il signe le script de Ken Park, que réalise Larry Clark.
    10 Secrets de tournage

    Si vous aimez ce film, vous pourriez aimer ...

    Voir plus de films similaires

    Pour découvrir d'autres films : Les meilleurs films de l'année 1999, Les meilleurs films Drame, Meilleurs films Drame en 1999.

    Commentaires

    • Szerelem
      On croirait un long reportage de l'INA. Incompréhensible, bavard, à la réalisation parkinsonienne, peu ou pas d'intérêt ici si ce n'est les interprétations confondues de Bremmer et Herzog. Et O Mio Babbino Caro. Je n'avais pas aimé Gummo, je n'ai pas aimé JDB, bref: tout est fini entre Korine & moi.
    • JFDD
      Dans le synopsis, "obnubilé" est orthographié "omnubilé".
    Voir les commentaires
    Back to Top