Notez des films
Mon AlloCiné
    La Marque du vampire
    La Marque du vampire
    16 octobre 2015 en DVD / 1h 00min / Epouvante-horreur
    De Tod Browning
    Avec Lionel Barrymore, Elizabeth Allan, Bela Lugosi
    Nationalité américaine
    Spectateurs
    3,4 71 notes dont 23 critiques
    noter :
    0.5
    1
    1.5
    2
    2.5
    3
    3.5
    4
    4.5
    5
    Envie de voir

    Synopsis et détails

    Un vampire impose son emprise et sa loi à une bourgade isolée.
    Titre original

    Mark of the Vampire

    Distributeur -
    Voir les infos techniques
    Année de production 1935
    Date de sortie DVD 16/10/2015
    Date de sortie Blu-ray -
    Date de sortie VOD -
    Type de film Long-métrage
    Secrets de tournage -
    Budget 305 177$
    Langues Anglais
    Format production -
    Couleur N&B
    Format audio -
    Format de projection -
    N° de Visa -

    Regarder ce film

    En DVD BLU-RAY
    neuf à partir de 29.00 €
    Voir toutes les offres DVD BLU-RAY

    Acteurs et actrices

    Lionel Barrymore
    Rôle : Pr Zelin
    Elizabeth Allan
    Rôle : Irena Borotyn
    Bela Lugosi
    Rôle : Comte Mora
    Lionel Atwill
    Rôle : Inspecteur Neumann
    Casting complet et équipe technique

    Critiques Spectateurs

    lillois
    lillois

    Suivre son activité 73 abonnés Lire ses 454 critiques

    2,0
    Publiée le 21 avril 2010
    "La marque du vampire" n’est pas le meilleur film de Tod Browning, loin de là (mon préféré demeurant "L’inconnu"). Pour autant, ce moyen-métrage nous réserve bien des surprises. Son originalité mérite donc qu’on s’y attarde. Après le décès mystérieux du riche Sir Karell Borotyn, les croyances locales sont plus vivaces que jamais : tout désigne en effet pour coupable le résidant d’un château, d’un château hanté… Quelques ...
    Lire plus
    chrischambers86
    chrischambers86

    Suivre son activité 1951 abonnés Lire ses 10 391 critiques

    3,0
    Publiée le 25 juillet 2010
    Devant le succès considèrable de son "Dracula", Tod Browning allait tourner un remake parlant de son film en 1935! Produit par la MGM à partir d'un scènario de Guy Endore, "Mark of the Vampire" doit ègalement beaucoup au roman de Bram Stoker! Le rôle tenu dans la première version par Lon Chaney est à prèsent divisè en trois: Lionel Atwill est ici inspecteur de police; Lionel Barrymore, vedette du film, joue l'hypnotiseur, et Bela ...
    Lire plus
    RENGER
    RENGER

    Suivre son activité 587 abonnés Lire ses 5 461 critiques

    2,5
    Publiée le 25 mai 2009
    Quatre ans après Dracula (1931), Tod Browning revient avec une histoire de suceur de sang avec La Marque du vampire (1935), une très belle mise en scène avec d’excellents trucages (plutôt épatant pour l’époque) avec l’apparition des chauves souris tant en gros plans qu’en arrière plan avec la brume, ajouté à cela de très beaux cadrages sur certains personnages énigmatiques. Une atmosphère oppressante avec un dénouement des ...
    Lire plus
    real-disciple
    real-disciple

    Suivre son activité 46 abonnés Lire ses 1 022 critiques

    3,5
    Publiée le 25 octobre 2011
    Avec "Mark of the Vampire" de 1935, on a une bonne réalisation, de somptueux décors gothiques et un final réussi (excellente chute). Lionel Barrymore est génial en Professeur Zelin. Ce qui est intéressant c'est qu'il n'y a pas besoin de longues heures pour qu'un film soit réussit, ici on a moins d'1h de film mais rien n'est en trop, on s'ennuie peu. On peut noter la présence de l'ex comte Dracula, Bela Lugosi dans un rôle surprenant.
    23 Critiques Spectateurs

    Photos

    Dernières news

    Si vous aimez ce film, vous pourriez aimer ...

    Voir plus de films similaires

    Pour découvrir d'autres films : Les meilleurs films de l'année 1935, Les meilleurs films Epouvante-horreur, Meilleurs films Epouvante-horreur en 1935.

    Commentaires

    • The Last Action Zero
      Je suis assez d'accord avec tout ce que tu expliques. Même si je serais plus indulgent que toi sur le coté absurde, qui ne me dérange pas plus que ça. Par contre, je trouve un peu dommage, que ces superbes images ne soit pas accompagné d'un minimum de musique, pour soutenir l’aspect émotionnel du film.Mais pour moi, la seule chose qui ne passe vraiment pas dans cette histoire plutôt originale, c'est le fait qu'à partir d'un certain point du film, sans prévenir, les acteurs prétendent que le comte Karell a été tué il y a un an. Alors que vraisemblablement, il a été tué au début du film, sans aucun saut temporel de la narration. Est-ce en rapport avec l'hypnose du baron Otto ?... Peut-être... Surement, même... Je ne vois que ça de logique... Encore que je vois mal l'interêt dans l'enquête... En tout cas, ce n'est absolument pas clair pour moi...Quant au background sur le passé du comte Mora et de sa fille, même si je me demande bien d'où tu le sors, je te remercie de l'avoir expliqué. Car j'avais bien compris qu'il manquait des élément scénaristique à cette histoire. Je me sentais perdu, comme si j'avais loupé la première partie de l'histoire, qui aurait été dans un épisode précédent. Je me demandais bien pourquoi Dracula avait un fille, et était appelé comte Mora.Par contre, pour moi, la marque du vampire évoqué dans le titre du film, c'est clairement la trace des crocs laissait sur les victimes de vampires. Ou d'escrocs qui s'en font passé pour.
    • The Last Action Zero
      Oui, alors certes, en 1935, les animatroniques n'existaient pas. Mais les automates, par contre, ça existait déjà de puis plusieurs siècles. Et on pouvait en trouver parfois dans le cinéma de cette époque. ça n'avait rien d'exceptionnel. Quant à la surimpression, c'est assez évident que ce principe a été utilisé, pour la séquence où Luna, la femme chauve-souris, attéri tranquillement, en battant doucement des ailes.Il n'empêche que, comme ses consœurs chauve-souris marionnettes, que l'on voit voleter autour des acteurs pendant tout le film, bien sur que Carroll Borland était arnaché et câblé pour réaliser cette séquence. Et si aucun fil n'est visible, c'est seulement dû à la définition grossière, du grain de la pellicule noir et blanc de cette époque. Ainsi, bien évidement, qu'au talent technique des équipes d'éclairage, qui on toujours su camoufler admirablement ce genre d'artifice.Il n'en demeure pas moins que, même si aujourd'hui, ces bestioles en plastiques un peu raide peuvent prêter à sourire, leurs présences fait toujours leurs petit effet charmant. Peut-être même plus aujourd'hui qu'à l'époque. Surtout si vous êtes sensible au vintage, autant qu'au kitch. Et il faut aussi reconnaitre, que ces chauve-souris ont fait de sacré progrès en crédibilité, comparais à la ridicule petite chose de farce et attrape, qu'on peut voir pendouiller lamentablement, dans le tout premier Dracula avec Lugosi. Franchement, les chauve-souris de La Marque Du Vampire, je les aime beaucoup.
    • Bub.... Allo, tante Alice ...
      Attention, les adeptes de "Twillight", au large. Les spécialistes qui nous sortent qu'en 1935 on maîtrisait l'animatronic (animation électronique), revoyez vous cours de physique. Ce film est excellent et jusqu'à la fin, on ne soupçonne rien de l'enjeu des évènements. C'est ce qui fait la force incroyable de cette histoire rondement menée et filmée. Lionel Barrymaure et Bela Lugosi se surpassent dans leur interprétation. Quand à la chauve-souri, non seulement elle bat des ailes en volant, mais en plus, elle était sur-imprimée au décors et n'était donc soutenue par aucun fil Evidemment, certains prennent plaisir à démolir les films de cette époque (78 ans plus tôt), car ils sont tellement enragés de voir les daubes scénaristiques et techniques qu'on nous balance par centaines de tonnes sur les écrans, malgré nos "soit-disant" progrès techniques ...
    • Antoine C.
      Bonsoir , Il y à quelque chose d'étrange et d'exaspérant à propos de ce film que l'on dit remake d'un autre film du même Tod Bronwing , à savoir une fausse histoire de vampires qui maquille ainsi une enquête policière pour mieux confondre le vrai criminel . On voit bien en suivant l'action des " vampires " que ça ne tient pas . Les nombreux plans des contre-champs des vampires qui observent leurs futures victimes avec un silence impressionnant sans que le supposé criminel ne les voit ou les images de ces mêmes non-morts qui attaquent là encore sans que l'accusé ne soit spectateur ... c'est incompréhensible !! absurde . Quel dommage , cette fin crétine gâche tout le romanesque ... suranné ? du film . oui , oh , les vols de chauve-souri peuvent prêter à rire c'est entendu mais Bela Lugosi est somptueux et que dire de Carole Borland dans ces décors gothiques en décrépitude , leurs regards d'oiseaux de proie figés , des regards qui blessent la nuit . Silencieux dans le brouillard du marécage , et cette fameuse marque cité dans le titre du film , impact de balle tiré par le comte lui même qui ne supporte pas la liaison amoureuse qu'il entretient avec sa fille . La malédiction a fait d'eux des vampires . A aucun moment le film n'en parle du moins dans la version que nous connaissons et pourtant !!les annotations scénaristiques entretiennent cette rumeur . Beaucoup trop d'incohérance . La fille du vampire qui vole avec des ailes de papillon ; scène magnifique également , tout cela est réduit à néant par un retournement de veste qui n'est même pas drôle . Je ne comprendrai jamais ...
    • Azahi59
      Savez vous comment le trouver ? Introuvable sur le net... Merci ! :)
    • Parfum Pompeii
      It's spooky night!!
    Voir les commentaires
    Back to Top