Mon Allociné
The Lodger: A Story of the London Fog
facebookTweet
Séances Bandes-annonces Casting Critiques spectateurs Critiques Presse Photos VOD
Blu-Ray, DVD Musique Secrets de tournage Box Office Récompenses Films similaires News
The Lodger: A Story of the London Fog
Date de reprise 17 novembre 2010
Date de sortie 7 octobre 2014 en DVD (1h 19min)
Avec Marie Ault, Arthur Chesney, Reginald Gardiner plus
Genres Drame, Policier
Nationalité Britannique
L'extrait
Presse 5,0 2 critiques
Spectateurs 3,9128 notes dont 27 critiques

Synopsis et détails

Le "Vengeur" sème la terreur à Londres en assassinant des jeunes filles blondes. Les rares témoins qui ont pu l’apercevoir décrivent un individu qui se cache le bas du visage. La nouvelle d’un nouveau meurtre est répandue via les journaux. Non loin de là, Mrs. Bunting loue une chambre d’hôte à un mystérieux étranger qui attire immédiatement la suspicion...
Distributeur Carlotta Films
Récompense 1 nomination
Voir les infos techniques
Année de production 1927
Date de sortie DVD 07/10/2014
Date de sortie Blu-ray 21/10/2014
Type de film Long-métrage
Secrets de tournage 4 anecdotes
Budget -
Date de reprise 17/11/2010
Langues Anglais
Format production -
Couleur N&B
Format audio -
Format de projection -
N° de Visa -

Séances

VOD

DVD et Blu-Ray

The Lodger (Les cheveux d'or) - Combo Blu-ray + DVD (Blu-ray)
Date de sortie : mardi 21 octobre 2014
neuf à partir de 16.35 €
The Lodger (Les cheveux d'or) (DVD)
Date de sortie : mardi 7 octobre 2014
neuf à partir de 13.89 €

Acteurs et actrices

Marie Ault
Marie Ault
Rôle : Mme Bunting (la propriétaire)
Arthur Chesney
Arthur Chesney
Rôle : M. Bunting (le propriétaire)
Reginald Gardiner
Reginald Gardiner
Rôle : un danseur
Alfred Hitchcock
Alfred Hitchcock
Rôle : salarié du journal
Casting complet et équipe technique

Critique Presse

  • Critikat.com
  • Les Inrockuptibles
2 articles de presse

Critiques Spectateurs

Docteur Gaius Jivago
Critique positive la plus utile

par Docteur Gaius Jivago, le 06/06/2014

4,0Très bien

1000 !!!! Cette millième critique sur allociné sera pour le dernier film du maitre qu'il me reste à visionner... : « This... Lire la suite

annatar003
Critique négative la plus utile

par annatar003, le 14/06/2012

2,0Pas terrible

Premier vrai film de maître du suspens qui reprend le mythe londonien de Jack l’éventreur, "The Lodger : A Story of the London... Lire la suite

Toutes les critiques spectateurs
19% 5 critiques 52% 14 critiques 15% 4 critiques 11% 3 critiques 0% 0 critique 4% 1 critique
27 Critiques Spectateurs

Photos

16 Photos

Secrets de tournage

Début d'un mythe

Adapté d'après le roman éponyme, (le premier à apporter une réponse aux meurtres de Jack l'éventreur) The Lodger témoigne à l'écran des débuts sanglants de ce tueur en série. Pour les cinéphiles épris d'

La première apparition éclair d'Hitchcock

Il semblerait que la présence fugace d'Alfred Hitchcock soit (au départ) due à un manque d'effectif. Les acteurs se révélant trop peu nombreux pour ce premier film, le réalisateur aurait décidé d'apparaître lui-même en tant que figurant. Sa toute première apparition date donc de 1927 dans The Lodger: on peut d'abord l'apercevoir dans les bureaux du journal puis parmi la foule lors de l'arrestation du meurtrier.
4 Secrets de tournage

Si vous aimez ce film, vous pourriez aimer ...

Voir plus de films similaires

Pour découvrir d'autres films : Les meilleurs films de l'année 1927, Les meilleurs films Drame, Meilleurs films Drame en 1927.

Commentaires

  • Nelly M.

    Projeté à Nantes au "Cycle britannique Univerciné de décembre 2010", ce troisième film d'Hitchcock connu aussi sous les titres "L'éventreur" ou "Les cheveux d'or". Inspiré d'un roman et de la légende de Jack L'Eventreur, cela se passe à Londres en 1926 : sept assassinats de jeunes femmes, le plus récent étant la soeur de Daisy Buntings, fille d'un vieux couple hébergeant un locataire, ce dernier d'office suspect de par son allure insolite par rapport à monsieur tout le monde, et pour avoir demandé qu'on enlève les portraits de jeunes femmes se trouvant dans sa chambre. En plus qu'il a une manière bien à lui de saisir un tisonnier... On reconnaît déjà l'espièglerie du Maître en plus de sa fixation sur la blondeur féminine. Figure aussi une vérité de toutes les époques, notamment 2010 : l'empressement collectif à désigner un bouc émissaire, quitte à se tromper lourdement, plutôt que de creuser d'autres pistes à l'intérieur d'une communauté. A voir l'expression de terreur sur les visages, nous autres spectateurs ne savons sur quel pied danser : partagés entre l'attirance de Daisy pour ce locataire mystérieux mais séduisant, encore plus puisqu'il est "l'homme interdit par papa et maman", et le peu d'emballement que la demoiselle manifeste pour Joe, policier qu'on lui destine, la finesse incarnée... Le scénario de ce film muet (où clignotement de la lumière et emballement musical avant silence de mort) annonce déjà le suspense de ses productions parlantes. Raffinement des raffinements : ce présumé coupable suspendu par ses menottes à une grille !

Voir les commentaires