Mon Allociné
Quo Vadis
Séances Bandes-annonces Casting Critiques spectateurs Critiques Presse Photos VOD
Blu-Ray, DVD Musique Secrets de tournage Box Office Récompenses Films similaires News
Quo Vadis
Date de sortie 1 octobre 1953 (2h 51min)
Avec Robert Taylor, Deborah Kerr, Peter Ustinov plus
Genres Péplum, Drame, Romance
Nationalité Américain
Bande-annonce
Presse ? 0 critique
Spectateurs 3,7227 notes dont 47 critiques

Synopsis et détails

A Rome, le général Marcus Vinicius rencontre Lygia, une esclave, dont il tombe amoureux. Mais elle est chrétienne et ne veut rien avoir à faire avec un homme de guerre. Marcus la rachète pourtant à l'empereur Néron, mais elle s'échappe avec l'aide d'un ami. En la retrouvant, Marcus va apprendre à connaître les Chrétiens.
Distributeur -
Récompenses 1 prix et 2 nominations
Voir les infos techniques
Année de production 1951
Date de sortie DVD 21/12/2009
Date de sortie Blu-ray 26/11/2008
Type de film Long-métrage
Secrets de tournage -
Box Office France 6 305 408 entrées
Budget 7 000 000 $
Langues Anglais
Format production -
Couleur Couleur
Format audio -
Format de projection -
N° de Visa 12361

Séances

VOD

DVD et Blu-Ray

Quo Vadis (DVD)
Date de sortie : lundi 21 décembre 2009
neuf à partir de 7.50 €
Quo Vadis - Édition Prestige (DVD)
Date de sortie : mercredi 26 novembre 2008
neuf à partir de 28.89 €
Quo Vadis (Blu-ray)
Date de sortie : mercredi 26 novembre 2008
neuf à partir de 5.00 €
<strong>Quo Vadis</strong> Bande-annonce VO 5:18

Interviews, making-of et extraits

<strong>Top 5</strong> N°481 - Les jeux d'arènes vicieux 2:42
Top 5 N°481 - Les jeux d'arènes vicieux
18 759 vues
<strong>Top 5</strong> N°755 - Les péplums bibliques 2:40
Top 5 N°755 - Les péplums bibliques
6 963 vues

Acteurs et actrices

Robert Taylor
Robert Taylor
Rôle : Marcus Vinicius
Deborah Kerr
Deborah Kerr
Rôle : Lygia
Peter Ustinov
Peter Ustinov
Rôle : Néron
Leo Genn
Leo Genn
Rôle : Petrone
Casting complet et équipe technique

Critiques Spectateurs

gnomos
Critique positive la plus utile

par gnomos, le 26/03/2013

5,0Chef-d'oeuvre

Avec Ben-Hur, le must du peplum biblique de l'âge d'or hollywoodien. Je ne saurais dire lequel des deux films je préfère.... Lire la suite

Galoupiotte
Critique négative la plus utile

par Galoupiotte, le 20/12/2013

?Nul

je viens de perdre 3 heures de mon temps à me farcir une film de pure propagande religieuse bien sirupeux, bien manichéiste... Lire la suite

Toutes les critiques spectateurs
32% 15 critiques 26% 12 critiques 26% 12 critiques 6% 3 critiques 6% 3 critiques 4% 2 critiques
47 Critiques Spectateurs

Photos

Si vous aimez ce film, vous pourriez aimer ...

Voir plus de films similaires

Commentaires

  • tête de pioche

    J'ai eu l'occasion de voir ce film, mais je n'ai pas pu voir la fin.
    Je compte bien le visionner de nouveau !
    C'est la première fois que je consulte votre site. Si je veux télécharger des films est-ce que je peux le faire ?
    Si oui, dites-moi comment procéder et est-ce gratuit ?
    Si cela ne l'est pas, comment faire pour régler, étant donné que je ne veux pas le faire par internet

  • ygor parizel

    Mervyn LeRoy est un réalisateur méconnus comme beaucoup d'autres de la grande époque hollywoodienne. Il a touché a tout les genres (western, policier et même romantique). Son plus gros projet fut Quo Vadis. ... http://a-travers-le-7e-art.sky...

  • Bub.... Allo, tante Alice ...

    Purée ! quand je lis dans les critiques que "Quo Vadis" de 1951 est un film en noir et blanc, je me demande si les modérateurs d'Allociné ne devraient pas sortir les clowns de temps en temps. On peut parfois se tromper sur une date, confondre un acteur de second rôle avec un autre, mais une bourde pareille pour dénigrer un film comme celui-là ça frôle "l'abus". Et puis il y a ces remarques constantes, antireligieuses plus spécialement antichrétiennes que j'ai remarquées dans les critiques sur les péplums. Cela devient gonflant ! Les romans qui ont servi de base à ces films sont toujours à connotations religieuses, ils racontent des histoires qui gravitent autour de l'histoire du Christ. Personnellement, je me fous de la religion et de Dieu, en plus je suis misanthrope, mais, je ne vais pas juger un film ni une personne sur les croyances et les thèmes qu'ils abordent. "Quo Vadis" en dépit des dénigrements, est un monument du cinéma qui, par ses effets spéciaux, l'incendie de Rome, l'énorme masse de figurants, l'interprétation, la beauté de Déborah Kerr, renvoie aux déchets non recyclables les blockbusters actuels. Le gigantesque Peter Ustinov est absolument déjanté dans son rôle de Néron complètement allumé. D'ailleurs il finit par incendier sa ville. A voir et à revoir sur un véritable écran, avec des HP corrects. Surtout, ne baissez le curseur couleur pour venir gueuler après que c'est un film en noir et blanc, alors qu'il bénéficiait du meilleur technicolor des années 1950.

  • calstrak

    Pour la scène de l'incendie de Rome,ce n'est pas Mervin LeRoy qu'il a réalisée,car le cinéaste tomba malade,c'est Anthonny Mann qu'il le remplaça,mais il n'a pas été crédibilité au générique,le cinéaste fut évasé après le retour de Mervin LeRoy,le cinéaste après avoir été viré comme un malpropre claqua la porte de la MGM,et rejoignit Universal où il réalisera ses plus beaux westerns notamment avec son acteur fétiche James Stewart.

  • Bub.... Allo, tante Alice ...

    Ce jeu de chaise musicale fut souvent joué sur des monuments comme "Quo Vadis". "Ben-Hur" eut 3 équipes de tournage dont un vétéran du Péplum à Cineccita pour la course de chars, seul William Willer fut connu du grand public.

  • calstrak

    La course de char fut ,il me semble que ce fut réalisée par un jeune débutant cinéaste,Sergio Leonne

  • Bub ... Quand ?a flingue, ?a f

    Encore une information mal données par les journalistes artistiques qui profitèrent de la notoriété de Sergio Léone pour lui ajouter des Lauriers dont il pouvait parfaitement se passer. La scène de la course de char compta parmi les opérateurs Sergio Léone, certes. Il venait de réussir "Les derniers jours de Pompéï", mais la réalisation de cette séquence fut déléguée à Fred Westerberg qui avait fait merveille à l'âge de 20 ans sur "Les 10 commandements de 1923" 36 ans plus tôt.

  • calstrak

    merci pour l'information

Voir les commentaires