Mon AlloCiné
Wake in Fright
facebookTweet
Wake in Fright
Date de reprise 3 décembre 2014 (1h 54min)
Date de sortie 21 juillet 1971 (1h 54min)
Avec Donald Pleasence, Gary Bond, Chips Rafferty plus
Genres Drame, Thriller
Nationalités australien, américain
Bande-annonce Ce film en VOD
Spectateurs
3,9198 notes dont 38 critiques
Ma note :
0.5
1
1.5
2
2.5
3
3.5
4
4.5
5
Voir les notes de mes amis  ?

Synopsis et détails

Interdit aux moins de 12 ans
John Grant, un jeune instituteur, fait escale dans une petite ville minière de Bundayabba avant de partir en vacances à Sydney. Le soir, il joue son argent et se soûle. Ce qui devait être l'affaire d'une nuit s'étend sur plusieurs jours...
Distributeur -
Récompenses 3 nominations
Voir les infos techniques
Année de production 1971
Date de sortie DVD 01/07/2015
Date de sortie Blu-ray 01/07/2015
Date de sortie VOD 30/06/2015
Type de film Long-métrage
Secrets de tournage 5 anecdotes
Budget 800 000 $
Date de reprise 03/12/2014
Langues Anglais
Format production -
Couleur Couleur
Format audio -
Format de projection -
N° de Visa 38592

Regarder ce film

En VOD
à partir de (2.99 €)
à partir de (3.99 €)
SFR
à partir de (2 €)
à partir de (7.99 €)
Voir toutes les offres VOD
Service proposé par
En DVD BLU-RAY
Wake in Fright (Réveil dans la terreur)
Wake in Fright (Réveil dans la terreur) (DVD)
neuf à partir de 20.00 €
Voir toutes les offres DVD BLU-RAY

Bande-annonce

Wake in Fright Bande-annonce VO 1:25
Wake in Fright Bande-annonce VO
13 479 vues

Acteurs et actrices

Donald Pleasence
Donald Pleasence
Rôle : Doc Tydon
Gary Bond
Gary Bond
Rôle : John Grant
Chips Rafferty
Chips Rafferty
Rôle : John Crawford
Sylvia Kay
Sylvia Kay
Rôle : Janette Hynes
Casting complet et équipe technique

Critiques spectateurs

JoeyTai
Critique positive la plus utile

par JoeyTai, le 13/12/2014

4,5Excellent

Énorme film. Ça commence tout doucement. Un instituteur perdu dans le désert australien décide de regagner Sydney. Mais il... Lire la suite

cylon86
Critique négative la plus utile

par cylon86, le 14/12/2014

3,0Pas mal

John Grant est professeur dans une petite ville d'Australie perdue dans l'Outback. Alors qu'il doit partir en vacances à... Lire la suite

Toutes les critiques spectateurs
16% (6 critiques)
47% (18 critiques)
26% (10 critiques)
3% (1 critique)
5% (2 critiques)
3% (1 critique)
Votre avis sur Wake in Fright ?
38 Critiques Spectateurs

Photos

16 Photos

Secrets de tournage

Échappée belle

Le négatif du film fut perdu durant des décennies, ce qui suscita une recherche internationale. Jusqu'au jour où, en 2004, le producteur australien Anthony Buckley le retrouva dans un entrepôt de Pittsburgh dans une caisse sur laquelle était inscrit "For Destruction"...

Faire peau neuve

Réveil dans la terreur a subi une restauration et une remasterisation en 2009 à l'occasion de sa sortie en DVD et Blu-Ray.

Des scènes qui font mal

Les scènes de chasse aux kangourous dans Réveil dans la terreur ne sont pas fictives mais bien réelles. L'équipe technique, qui filma des chasseurs professionnels, fut choquée à plusieurs reprises, devant tant de cruauté et de violence. George Willoughby, le producteur, s'est même évanoui devant ce carnage. Après consultation auprès d'organismes pour la protection des animaux en Australie et au Royaume-Uni, la production décid... Lire plus
5 Secrets de tournage

Dernières news

Si vous aimez ce film, vous pourriez aimer ...

Voir plus de films similaires

Pour découvrir d'autres films : Les meilleurs films de l'année 1971, Les meilleurs films Drame, Meilleurs films Drame en 1971.

Commentaires

  • LouisGomis

    Très étonnant. A découvrir.

  • JBOX

    Ted Kotcheff, le papa de Rambo, signe ici un film australien très intéressant. Outback dépeint l'histoire d'un jeune instituteur qui, en faisant une escale dans un trou paumé au beau milieu du désert australien, se laisse embarquer par des ploucs alcooliques. Du coup, entrainé par la ferveur locale (et par des soucis d'argent aussi, il faut le préciser), il s'adonne lui aussi à leurs activités respectives: boire, se battre et chasser des kangourous.
    C'est finement écrit, car on comprend bien le basculement psychologique du personnage principal, l'identification se fait alors naturellement.
    Sans tomber dans l'excès des films de genre, avec peu de choses donc, le cinéaste arrive à instaurer un malaise qui s'impose à l'esprit. Comme par exemple un regard, des silences, ou un ton ferme voire véhément. Mais ceci n'est que le début.
    A ce propos, les acteurs sont fabuleux, avec en tête Donald Pleasance en médecin déchu et à moitié fou.
    Outback est à mon sens, une oeuvre injustement méconnue qui mérite amplement d'être découverte.

  • Jigo

    Blu-Ray US, sorti depuis janvier dernier.

    com/movies/Wake-in-Fright-Blu-ray/56897/#Review

    C'est plutôt un bon film du mésestimé Ted Kotcheff.

  • my_name_is_bruce

    Le film n'est jamais sorti au cinéma en France.

    Il est sorti au festival de Cannes puis seulement en vidéo en 1983 sous le titre SAVANE.

    La date de sortie est éronnée comme la plupart du temps sur ce site.

  • bibi007

    j'ai beaucoup aimé. on sent une liberté et à la fois une désillusion dans ce film, très représentatif de cette époque :)

  • LBDC

    (...) L’histoire est celle de John Grant (l’excellent Gary Bond), un enseignant envoyé au fin fond de l’outback australien pour travailler. Les vacances scolaires arrivent et il a prévu de se rendre à Sidney. Avant de prendre son avion, il s’arrête pour une nuit à Bundayabba, une petite ville où les gens sont étrangement un peu trop accueillants. Il ne se passe pas une seule scène sans que le spectateur soit interpellé par un élément louche. Une escalade dans la folie s’enclenche petit à petit pour atteindre des cimes folles lors d’une chasse aux kangourous cauchemardesque. On prend le pari immédiatement que cette scène en marquera plus d’un. Tel un cauchemar kafkaïen, il est impossible pour John de fuir cette ville. A chaque tentative, il va replonger dedans, si bien que le film forme un ensemble de petites boucles qui s’enchaînent où la seule variante demeure le degré de folie. Ted Kotcheff prend le temps de poser ses scènes, il les fait durer, parfois à outrance alors que narrativement elles n’en demandent pas autant. Comme John, le spectateur se retrouve prisonnier des événements. Difficile cependant de dire que Wake in Fright doive son culte à la mise en scène déployée. On saluera forcément l’utilisation efficace du gros plan sur le visage des personnages ou les grandes envolées frénétiques du montage. Pour autant, la caméra s’avère plutôt discrète et ne propose pas des idées dingues de réalisation. Une timidité qui n’handicape pas le film parce qu’une de ses grandes forces est de dépeindre un univers malsain. La crasse et la transpiration sont perceptibles comment si elles étaient sous notre nez, on craindrait presque que la chaleur transperce l’écran et vienne nous oppresser. Ce ne sont par moment que des détails accordés aux décors, aux costumes ou au jeu d’acteur qui font la différence et participent à créer ce climat global. On peut avancer, sans trop se tromper, que Wake in Fright est un grand film d’ambiance. En ce sens, il rappelle Massacre à la Tronçonneuse, autre grand trip cauchemardesque des années 70 (...)

    Retrouvez l'intégralité de notre avis à propos de WAKE IN FRIGHT, sur Le Blog du Cinéma

  • beautifulfreak

    Wow, ça a l'air terrible !

Voir les commentaires
Back to Top