Mon AlloCiné
    Thierry Frémaux

    État civil

    Métiers Acteur, Réalisateur, Monteur
    Nom de naissance

    Thierry Frémaux

    Nationalité Français
    Naissance 29 mai 1960 (Tullins-Fure, Isère - France)
    Age 59 ans

    Biographie

    Né en Isère, Thierry Frémaux grandit dans la banlieue lyonnaise aux Minguettes à Vénissieux, où, dès son plus jeune âge, il est initié au cinéma par son père, qui anime un ciné-club. Il devient chroniqueur pour la radio libre associative Radio Canut et étudie l'histoire sociale du cinéma jusqu'en DEA. Il écrit entre autres un mémoire de maîtrise sur les débuts de Positif. Travaillant comme bénévole à l'Institut Lumière dès sa création, il n’échappe pas à l’œil de Bernard Chardère qui voit très vite en lui un cinéphile averti et lui propose un poste en 1989.

    Fervent admirateur du septième art, Thierry Frémaux est nommé directeur artistique de l’Institut Lumière en 1997, aux côtés du président Bertrand Tavernier avec lequel il organise des événements majeurs tels que le centenaire du cinéma en 1995. Il voyage d’ailleurs beaucoup en compagnie du cinéaste pour faire connaître la richesse des films Lumière dont il instigue également la restauration. Après avoir décliné le poste de directeur de la Cinémathèque Française en 1999, il succède à Gilles Jacob en tant que délégué artistique du Festival de Cannes, suite au départ précipité d'Olivier Barrot. Il négocie cependant pour ne pas quitter l'Institut Lumière auquel il reste fidèle.

    À la tête de la sélection cannoise depuis 2004, il a la dure tâche de choisir ceux qui auront les honneurs de la Croisette. Visionnaire, il fait souffler un vent de changement sur Cannes : il institue le retour des studios américains sur le tapis rouge, étend le Palais des Festivals aux films de genre et au cinéma d'animation, tout en poursuivant l'ouverture aux cinémas exotiques. Acteur incontournable du Festival, c’est aussi grâce à lui que les films classiques restaurés sont désormais projetés.

    Ses premiers pas à l'écran

    Comoedia, une renaissance
    Comoedia, une renaissance
    2007
    Les éblouis du cinéma
    Les éblouis du cinéma
    2009
    Lumière ! L’aventure commence
    Lumière ! L’aventure commence
    2016
    Voyage à travers le cinéma français
    Voyage à travers le cinéma français
    2016

    Sa carrière en chiffres

    10
    Années de carrière
    0
    Récompense
    3
    Films
    0
    Série
    0
    Nomination
    0
    Entrée ciné

    Genres de prédilection

    Documentaire : 67 %
    Divers : 33 %

    Ses stats sur AlloCiné

    23
    Vidéos
    6
    Photos
    54
    News
    11
    Fans
    Commentaires
    • miieb
      J'ai récemment lu une interview de ce monsieur, et j'apprécie énormément l'humilité dont il a fait preuve. Moi qui suis sceptique voir opposée à l'idée de mettre des œuvres d'art en compétition, j'ai des difficultés à comprendre la cohérence dans l'idée de décréter qu'une œuvre est meilleure qu'une autre, alors que tout renvoie à des mécanismes d'appréciation subjectifs. A ce titre, j'avais beaucoup aimé le mot de Sean Penn, à l'occasion de sa direction du Jury de la Croisette, dont la pensée allait à tous ceux ayant travaillé pour leur film mais ne se voyant pas récompensés. Et c'est bien l'esprit que j'ai retrouvé chez Thierry Frémaux à l'entendre et à le lire: un amour inconditionnel du cinéma et une reconnaissance de l'investissement fourni par chacun des acteurs (au sens large) du monde du cinéma... Pcq un réalisateur met nécessairement ses tripes dans son projet, il le pense et le construit en y laissant une partie de lui. Plus sa personnalité est riche, plus le film sera complexe, tissé de références et de messages plus ou moins évidents, plus ou moins apparents... que l'ensemble du public ne percevra pas toujours, excepté les fameux Happy Few, pour reprendre l'expression de Flaubert :-) Mais au final seuls comptent le plaisir et l'émotion du spectateur.Un tel état d'esprit me paraît incompatible avec une institution qui va choisir de mettre en avant plutôt tel ou tel film tout en en lynchant d'autres... Mais peut-être ce sentiment de jugement partiel concernant des œuvres n'est-il pas lié à l'institution en elle-même, peut-être est-il la responsabilité des médias qui relaient une information simplifiée et caricaturée, dénuée de nuances ???En tout cas, il m'a semblé que ce monsieur s'attache à répandre son amour du cinéma et à ouvrir le public à d'autres horizons que la facilité du blockbuster, en montrant la finesse et la largeur de la palette cinématographique (des vieux films au cinéma étranger, toutes nationalités confondues)... Message reçu :-D
    Voir les commentaires
    Back to Top