Mon AlloCiné
Bob Hoskins
Biographie Filmographie Top films/séries Photos Récompenses News Vidéos
VOD, DVD

État civil

Nom de naissance Robert William Hoskins
Nationalité Américain
Naissance 26 octobre 1942 (Bury Saint-Edmunds - Angleterre)
Décès 29 avril 2014 à l'age de 71 ans (Londres, Royaume-Uni)

Biographie

Bob Hoskins s'est déjà essayé à plusieurs métiers lorsqu'il découvre le théâtre à l'âge de vingt-six ans. Il s'impose rapidement dans le milieu, puis décroche des rôles dans des séries télévisées. A la même époque, il commence à apparaître au cinéma dans Up the front (1972) de Bob Kellett, ou Inserts en 1974. Il continue ces allers-retours entre théâtre, télévision et cinéma pendant toute la durée des années 1970, s'imposant comme une figure récurrente et reconnue du paysage audiovisuel britannique.

Dès le début des années 80, la donne change. Il s'impose au grand public grâce à son rôle de gangster dans Racket de John Mackenzie, qui lui vaut une nomination au BAFTA. Il enchaîne alors les rôles importants, apparaissant en manager brutal dans l'expérience The Wall, du groupe Pink Floyd (1982), ou dans les adaptations de grands opéras (Othello). Ces années 1980 sont pour lui un véritable essor, et à mesure que les récompenses arrivent, les grands noms font appel à lui, et les projets ambitieux se multiplient : Cotton club (1984, Francis Ford Coppola), Brazil (Terry Gilliam, 1985) et Mona Lisa (1987, Neil Jordan), avec qui il atteint la reconnaissance ultime, obtenant un Prix d'interprétation à Cannes, un Golden Globes et une nomination à l'Oscar.

Bien qu'il excelle dans la gravité, l'acteur n'hésite dès lors pas à se servir de son physique bonhomme pour endosser des rôles plus légers. Il est détective privé dans Qui veut la peau de Roger Rabbit ? (1988, Robert Zemeckis) aux côtés de grands personnages d'animation, puis pirate dans le Hook de Steven Spielberg. Cette apogée lui permet de mettre en chantier sa première réalisation, The Raggedy Rawney, en 1988. Peut-être un peu trop sûr de lui, il participe au désastre Super Mario Bros, dans lequel il tient le rôle principal. Le film est un échec public et critique qui calme alors un peu l'euphorie autour de l'acteur.

Conscient de s'être relâché sur ses choix de carrière, il reprend des rôles importants, et interprète tour à tour Churchill (World War II: When Lions Roared (TV), 1994), Hoover (Nixon, Oliver Stone, 1996) et Nikita Kroutchev (Stalingrad, Jean-Jacques Annaud, 2001). Enfin, 20 ans après avoir incarné Mussolini (Mussolini and I, 1985), il prête à nouveau ses traits à une grande figure italienne en la personne du pape Jean XXIII (Il Papa buono en 2003), toujours pour la télévision. Revenu à une sorte d'équilibre, il semble alors mener sa carrière plus efficacement, diversifiant les genres, malgré son attirance pour les grandes figures de l'Histoire, et poursuivant sa carrière de réalisateur, en signant notamment un segment de Tube Tales en 1999. Au courant des années 2000, il revient même aux films légers et joue dans Coup de foudre à Manhattan (2002), Vanity fair, la foire aux vanités (2005) ou Le Fils du Mask (id.).

La soixantaine passée, le comédien continue de tourner régulièrement, variant ses choix de carrière par le biais de seconds rôles marquants : caïd dressant Jet Li à l'attaque dans Danny the dog (2005), impresario audacieux dans Madame Henderson présente (id.), avec son amie Judi Dench, puis politicien véreux dans Doomsday (2008) du polémique Neil Marshall. Il retrouve aussi Robert Zemeckis pour le doublage du Drôle de Noël de Scrooge (2009), refait la lutte pour le droit des femmes du côté des patrons (We Want Sex Equality en 2010), pour enfin se tenir, en 2012, aux côtés de Willem Dafoe dans le sulfureux Go Go Tales et de Charlize Theron dans Blanche-Neige et le chasseur, relecture "dark" du célèbre conte de Grimm.

Bob Hoskins a gagné, au cours de ses plus de 40 ans de carrière, une place de choix dans les rangs des grands acteurs, de par sa sagesse et sa présence bien particulière. Pouvant être tout aussi bien le plus horrible des personnages que le plus gentil des hommes, il exerce avec brio les multiples facettes de son talent.

Ses premiers pas à l'écran

Up the Front
Up the Front
1972
And All Who Sail in Her
And All Who Sail in Her
1973
Gros Plan
Gros Plan
1975
Le Froussard héroïque
Le Froussard héroïque
1975

Ses meilleurs films et séries

Qui veut la peau de Roger Rabbit ?
Qui veut la peau de Roger Rabbit ?
1988
Pink Floyd The Wall
Pink Floyd The Wall
1982
Stalingrad
Stalingrad
2000
Brazil
Brazil
1985

Sa carrière en chiffres

40
Années de carrière
3
Récompenses
80
Films
5
Séries
10
Nominations
24615228
Entrées ciné

Genres de prédilection

Drame : 44 %
Comédie : 31 %
Comédie dramatique : 13 %
Action : 13 %

Ses stats sur AlloCiné

1
Vidéo
41
Photos
20
News
117
Fans

A tourné le plus avec

Jim Broadbent
Jim Broadbent
3 films
Vanity fair, la foire aux vanités (2003), L'Agent secret (1996), Brazil (1985)
Tube Tales (1999), The Raggedy Rawney (1988), Du sang sur la Tamise (1980)
Ray Winstone
Ray Winstone
3 films
Blanche-Neige et le chasseur (2012), Last Orders (2001), Tube Tales (1999)
Rhys Ifans
Rhys Ifans
2 films et 1 série
Neverland (2011), Garfield 2 (2005), Vanity fair, la foire aux vanités (2003)
Vincent Regan
Vincent Regan
3 films
Blanche-Neige et le chasseur (2012), Outside Bet (2012), Danny the Dog (2005)
Peter Vaughan
Peter Vaughan
3 films
L'Agent secret (1996), Brazil (1985), L'Ultime attaque (1979)
Toby Jones
Toby Jones
3 films
Blanche-Neige et le chasseur (2012), Madame Henderson présente (2004), Cousin Bette (1998)
Commentaires
  • CZJ69

    RIP à ce grand acteur ! Il restera dans les mémoires ! :)

  • badgone88

    Grande tristesse :(

  • HellMouTh

    Je viens d'apprendre son décès, avec une très grande tristesse. C'est l'acteur d'une génération qui s'en va..

  • Tarrant Hightopp

    C'est écœurant... Il suffit qu'un artiste meurt pour que tout le monde s"intéresse à lui... Pourquoi n'y-a-t-il jamais eu de commentaires sur sa fiche AlloCiné auparavant. Enfin bref... :''( C'est une part de mon enfance qui s'envole.. Adieu Bob (alias Eddie Valiant de "Qui veut la peau de Roger Rabbit")...

  • Anthony Verdier

    Sa me fait de la peine Je suit fan depuis 8 ans il me manqera

  • Anthony Verdier

    Pas moi

  • Anthony Verdier

    Exact

  • Tarrant Hightopp

    71 ans !! Tu es parti trop tôt Bob... :'(

  • MickDenfer

    Merci Bob

  • brunodinah

    Le "Privé" de Zemeckis a tiré sa dernière balle (sa révérence) pour un lapin Roger Rabbit, inoubliablement anthologique.
    RIP Monsieur Bob Hoskins. Vous nous quittez bien trop tôt. Tous mes hommages.

  • mec56

    Dégouté, il est mort, le lendemain, de mon anniversaire. snif.

  • mec56

    Tu as raison, mais c'est à ce moment là que les médias y parlent et donc que les gens s'y informent plus. Sinon c'est un excellent acteur qui a marqué mon enfance grâce à Roger Rabbit et Hook.

  • FeetLover

    J'avais même pas vu qu'il est mort cette année, passé inaperçu total, j'ai regardé sa fiche par hasard car j'avais l'impression que c'était lui dans le film Ghoul ! Qu'est-ce qu'ils ont tous les acteurs Américains avec leurs maladies de parkinson, tout le monde le chope ou quoi ?

  • cocolapinfr

    Acteur inoubliable de Brazil. Merci Bob Hoskins.

  • LondonCampbell

    RIP

Voir les commentaires
Back to Top