Mon AlloCiné
  • Mes amis
  • Mes cinémas
  • Speednoter
  • Ma Collection
  • Mon compte
  • Jeux
  • Forum
  • Déconnexion
Pamela Franklin
facebookTweet
Métier Actrice
Nationalité Américaine
Naissance 4 février 1950
Age 69 ans
15
ans de carrière
16
films et séries tournés
1
nomination

Filmographie

Soudain les monstres
Soudain les monstres
Date de sortie inconnue
Angoisse
Angoisse
1975
La Maison des damnés
La Maison des damnés
Date de sortie inconnue
And Soon the Darkness
And Soon the Darkness
Date de sortie inconnue
David Copperfield
David Copperfield
Date de sortie inconnue
Toute sa filmographie

Photos

Commentaires
  • Plume231
    test
  • Plume231
    La Nuit du lendemain (1969) de Hubert Cornfield [img]http://t2.gstatic.com/images?q...[/img] Synopsis : La fille d'un riche homme d'affaires est enlevée par un gang à l'aéroport d'Orly. Les malfrats, dirigés par Bud et sa femme Vi, conduisent leur prisonnière dans une villa isolée sur les rives de la Manche. Ils demandent une rançon au père de leur victime. Celui-ci met peu d'empressement à s'acquitter de cette dette soudaine et peu opportune. Très vite, les relations entre les ravisseurs se dégradent, d'autant plus que l'un d'eux, Leer, est un authentique obsédé sexuel. Vi prend ombrage de l'attention qu'il porte à leur otage. Les malfrats commencent à commettre des erreurs, qui mettent la police sur leur piste... [img]http://3.bp.blogspot.com/-lsXZ...[/img] Critique : Un film qui laisse une impression dubitative à l'image de sa fin. On ne sait vraiment pas où le réalisateur voulait en venir avec tout cela. Bon, il est juste facile de comprendre qu'il voulait surtout centrer le sujet de son histoire sur les kidnappeurs et les relations qui les lient mais c'est tout. Cela n'enlève rien au fait aussi que l'intrigue est menée de manière peu crédible (vu les grossières erreurs que commettent les malfrats, on peut être étonné que la Police ne soit pas plus efficace surtout quand il s'agit d'une fille de riche!!!). Qu'ajouter de plus ??? Que la petite fille des "Innocents" a su très très bien grandir, que Marlon Brando alors au plus bas dans sa carrière se fait voler la vedette par Richard Boone, totalement convaincant en véritable salaud. Bon ben voilà, c'est tout. Note : 9/20 (**) [img]http://c6.img.v4.skyrock.net/c...[/img]
  • Plume231
    Chaque soir à neuf heures (1967) de Jack Clayton [img]http://upload.wikimedia.org/wi...[/img] Synopsis : A la mort de leur mère, les sept enfants, trois filles et quatre garçons, décident de ne pas déclarer le décès aux autorités. Chaque soir à neuf heures ils se recueillent et l'une des filles, qui a des talents de médium, reçoit les dernières directives maternelles, tandis que l'un des garçons imite sa signature pour percevoir les diverses allocations. Seulement, Charlie Hook leur père, qui les avait abandonnés reparaît... [img]http://2.bp.blogspot.com/_Fz7U...[/img] Critique : Quand on a vu 99,99/100 des films les plus réputés du cinéma, à tort ou à raison, on se dit qu'on a tout vu ; et c'est quand on se dit le plus ce raisonnement stupide qu'un joyau totalement méconnu, et on se demande bien pourquoi, m'apprend son existence à travers la lecture de forums cinéphiliques (DVDClassik pour ne pas moucharder !!!). La logique aurait voulu que je connaisse ce film depuis longtemps vu qu'il a été réalisé par Jack Clayton, très bon cinéaste qui a l'image de cette oeuvre est lui aussi injustement méconnu, dont si j'avais pas été transcendé par son réputé "Les Chemins de la haute ville" j'avais littéralement adoré "Les Innocents", un des meilleurs représentants du genre fantastique tout simplement. D'ailleurs "Chaque soir à neuf heures" (auquel je préfère son titre original "Our Mother's House" qui résume mieux le film dans sa globalité !!!) a plusieurs points communs avec ce dernier, outre que c'est une réussite parfaite et la jolie Pamela Franklin, à savoir une direction d'acteurs enfants brillante (exercice très difficile sur lequel même des très grands metteurs en scène se sont cassés les dents !!!), qui sont remarquables par leur justesse et l’homogénéité de leurs interprétations, et une atmosphère aussi étrange que prenante. Cette dernière est tout aussi remarquable d'homogénéité en étant tour à tour triste, troublante, éprouvante (la séquence où on coupe les cheveux de la petite, horrible !!!), tendre, légère, sombre et cruelle ; bref la vie avec en supplément (peut-être !!!) une petite pointe de fantastique. Un film avec des enfants mais pas pour les enfants... Il faut signaler Dirk Bogarde qu'on devine très vite ignoble sous des airs sympathiques ainsi qu'une des BO les plus inspirées, les plus belles et mémorables de Georges Delerue... Un chef d'oeuvre qui mérite d'urgence une réhabilitation et qui marque très durablement, bien après la fin de la vision... [img]http://r21.imgfast.net/users/2...[/img] [img]http://1.bp.blogspot.com/-gjVd...[/img]
Voir les commentaires
Back to Top