Mon AlloCiné
Basil Radford
facebookTweet
Métier Acteur
Nationalité Britannique
Naissance 25 juin 1897
Décès 20 octobre 1952 à l'age de 55 ans
22
ans de carrière
14
films et séries tournés

Filmographie

Chance of a Lifetime
Chance of a Lifetime
Date de sortie inconnue
Passeport pour Pimlico
Passeport pour Pimlico
19 octobre 1949
Whisky à gogo
Whisky à gogo
20 septembre 1950
Quartet
Quartet
Date de sortie inconnue
Coeur captif
Coeur captif
Date de sortie inconnue
Au coeur de la nuit
Au coeur de la nuit
Date de sortie inconnue
The Way to the Stars
The Way to the Stars
Date de sortie inconnue
Ceux de chez nous
Ceux de chez nous
Date de sortie inconnue
Toute sa filmographie

Photos

Commentaires
  • Plume231
    test
  • Plume231
    The Captive Heart (1946) de Basil Dearden [img]http://3.bp.blogspot.com/_WT0B...[/img] Synopsis : Apres la debacle de 1940, un groupe de prisonniers anglais est detenu dans un camp allemand. Un officier tcheque evade se mele a eux en prenant l'identite du defunt capitaine Mitchell. Pour ne pas se trahir aupres de ses geoliers, il se voit oblige d'entretenir, a l'image de ses compagnons, une correspondance avec l'epouse Mitchell, en se faisant passer pour le mari decede, mais l'heure de la liberation et des retrouvailles arrivera. [img]http://quixotando.files.wordpr...[/img] Critique : Considéré comme le tout premier film se déroulant dans un camp de prisonniers lors de la Seconde Guerre Mondiale a avoir été tourné après celle-ci, "The Captive Heart" avait tout pour être un grand film. Et pourtant pour sûrement apparaître comme une oeuvre collective, le film s'avère bancal. Il y a quatre intrigues dont les trois premières : l'une avec un prisonnier devenu aveugle et qui veut rompre avec sa fiancée pour ne pas qu'elle le sache, l'autre avec un prisonnier qui croit à tort que sa femme en aime un autre et enfin la dernière avec un mari dont la femme est gravement malade. Elles ne servent absolument à rien d'autant plus qu'elles sont expédiées en quelques minutes. L'idéal aurait été de se concentrer totalement sur la quatrième intrigue, passionnante, avec l'excellent Michael Redgrave où il incarne un évadé de camp de concentration tchèque qui par un hasard est amené à prendre l'identité d'un officier britannique mort et est obligé, pour ne pas se trahir, de correspondre avec sa veuve en se faisant passer pour celui-ci. De ceci en ressort des scènes vraiment émotionnellement fortes (ce qui contredit un commentaire débile venant d'un français que j'ai entendu dans une interview sur Kubrick comme quoi les anglo-saxons sont des froids puritains !!!) dont deux qui dégagent un très fort suspense. Les acteurs en particulier Michael Redgrave, Rachel Kempson (Mme Michael Redgrave et maman de Vanessa et de Lynn!!!) et Basil Radford sont brillants. A noter enfin que le film a été tourné dans un véritable ancien camp de prisonniers et avec certains acteurs qui l'ont vraiment été. C'est à cause de ces grandes qualités que j'ai vraiment l'âme en peine de ne mettre que trois étoiles à cette oeuvre inégale et pourtant remarquable. Note : 14,5/20 (***) [img]http://max256.files.wordpress....[/img]
  • Plume231
    Passeport pour Pimlico (1949) d'Henry Cornelius [img]http://images.fan-de-cinema.co...[/img] Synopsis : Londres 1949. L'explosion d'une bombe datant de la 2e guerre mondiale révèle une boîte à trésor dans laquelle des documents révèlent que le quartier de Pimlico fait partie de la Bourgogne en France. Le gouvernement britannique essaie de reprendre contrôle de ce territoire étranger non assujetti aux impôts, mais de l'autre côté de la frontière les Burgundians se défendent. [img]http://www.filmotv.fr/elts/pro...[/img] Critique : Définition de l'humour anglais : partir d'une situation hautement improbable et la développer avec une logique impertubable et incontestable, avec généralement un fond où la satire sociale n'est jamais très loin. "Passeport pour Pimlico" n'est pas du tout l'exception à la règle car le scénario de l'excellent T.E.B. Clarke, à qui on devra aussi celui du chef d'oeuvre absolu qu'est "De l'or en barres", part d'un argument plus improbable tu meurs et est donc à ce niveau une pleine réussite. Les comédiens sont bien choisis ; Margaret Rutherford est encore une fois irrésistible dans son rôle récurrent de vieille toquée, l'inséparable duo Naunton Wayne-Basil Radford font ici quelques étincelles, par contre le personnage joué par Stanley Holloway manque un peu de croustillant. Et la réalisation d'Henry Cornelius, dont c'est le premier des cinq films et qui donnera pourtant par la suite le très pétillant et drôle "Geneviève", manque de nerf dans le premier tiers mais heureusement reprend beaucoup de souffle dans les deux derniers. Pas le chef d'oeuvre Ealing annoncé, car on est loin des sommets que sont le monument "Noblesse oblige", le chef d'oeuvre absolu "De l'or en barres" et plus modestement l'excellent "Whisky à gogo", mais une bonne comédie bien britannique dans le meilleur sens du terme (oui, il peut y avoir un sens positif au terme de "bien britannique" bien que ça ne soit pas toujours évident !!!). [img]http://r21.imgfast.net/users/2...[/img] [img]http://www.citecinema.com/Hist...[/img]
Voir les commentaires
Back to Top