Notez des films
Mon AlloCiné
    Ian Hendry
    facebookTweet
    Métier Acteur
    Nationalité Britannique
    Naissance 13 janvier 1931
    Décès 24 décembre 1984 à l'age de 53 ans
    25
    ans de carrière
    23
    films et séries tournés
    2
    nominations

    Filmographie

    Un bébé toute seule
    Un bébé toute seule
    Date de sortie inconnue
    The Bitch
    The Bitch
    Date de sortie inconnue
    La Malédiction II
    La Malédiction II
    Date de sortie inconnue
    Profession : reporter
    Profession : reporter
    18 juin 1975
    Crime à distance
    Crime à distance
    Date de sortie inconnue
    Théâtre de sang
    Théâtre de sang
    16 août 1973
    Toute sa filmographie
    Commentaires
    • Plume231
      Profession : reporter (1975) de Michelangelo Antonioni [img]http://cinecritiques.free.fr/s...[/img] Synopsis : Alors que David Locke, un reporter britannique quelque peu à la dérive, se trouve en Afrique, dans un hôtel perdu du désert, il découvre son voisin de chambre, un certain « Robertson », étendu sur son lit, et mort. Désirant mettre un peu de piment dans sa vie, il décide de prendre son identité et d'aller aux rendez-vous prévus par son nouveau personnage. Il se rend vite compte qu'il a pris l'identité d'un vendeur d'armes... [img]http://images.allocine.fr/medi...[/img] Critique : Loin d'être aussi chiant que certains le disent mais c'est vrai que la lenteur et le fait que le réalisateur part dans plusieurs directions peut parfois faire décrocher. Bon ce qui est dommage c'est que le réalisateur n'ait pas donné plus de consistance aux personnages secondaires à la très grande exception de celui de la regrettée Maria Schneider, rayonnante. C'est le point fort du film avec bien évidemment la présence du grand Jack Nicholson et aussi quelques trouvailles de mise en scène franchement géniales comme la façon stupéfiante qu'à le réalisateur de terminer le premier flashback et d'entrer dans le présent, et bien évidemment le fameux plan-séquence qui faudrait voir une seconde fois pour vraiment être sûr d'avoir vu ce que l'on a cru voir sans vraiment le voir (oui, c'est un peu compliqué !!!). Une oeuvre élégiaque très noire et réaliste sur la nature humaine et l'état du Monde souvent inutilement trop lente mais certainement un des films du cinéaste a laisser le moins indifférent. Note : 14,5/20 (***) [img]http://image.toutlecine.com/ph...[/img]
    • Plume231
      La Colline des Hommes perdus (1965) de Sidney Lumet [img]http://images.fan-de-cinema.co...[/img] Synopsis : Durant la Seconde Guerre mondiale, un camp disciplinaire britannique perdu dans le désert libyen accueille de nouveaux prisonniers. Le sergent Williams, un sadique consommé, prend aussitôt en main ses futures victimes. Sa principale méthode, destinée à mater les fortes têtes, consiste à leur faire escalader sans fin, au pas de charge et sous un soleil accablant, un tumulus de sable et de pierres. Stevens, le plus faible du groupe, succombe à l'exercice. Le médecin du camp étouffe l'affaire, mais Joe Roberts, l'un des camarades de cellule de la victime, décide de porter plainte pour meurtre. Il se heurte frontalement à la hiérarchie militaire, bien décidée à le faire taire... [img]http://fnacpantherimage.toutle...[/img] Critique : Comme j'en avais sérieusement marre de passer pour un blaireau sur ce site parce que j'étais seul à ne pas avoir vu ce film, je m'étais fixé une date : Dimanche 8 mai (jour du 66ème anniversaire de l'Armistice et du 20ème anniversaire de mon chat (quel rapport avec mon chat : euh aucun!)) 2011 à 15h00 sur CinéCinémaClassic (l'avantage d'avoir le câble!). Je le dis franchement malgré les recommandations de mes confrères cinéphiles j'avais peur de m'emmerder. Et c'est l'exact contraire qui s'est produit. Sidney Lumet était très à l'aise pour les sujets forts, et là il le montrait de manière magistrale. Pas un millimètre de pellicule en trop, c'est tendu comme c'est pas possible et d'une très grande puissance. Le réalisateur malgré l'étroitesse de ses décors bouge sa caméra comme c'est pas permis mais sans pourtant jamais en faire trop et arrive à capter la moindre goutte de sueur et le moindre froncement de sourcil. Bon alors le sujet, ben le sujet c'est la connerie humaine (oui, c'est fou comme il n'en finit pas d'inspirer les artistes ce sujet!). Alors à côté "Full Metal Jacket" c'est à peine si ce n'est pas une pub pour un club de vacances, et "A l'Ouest rien de nouveau" ainsi que "Les Sentiers de la gloire" des spots de propagande militaire. C'est très sombre, c'est très dur, qu'est que c'est con l'Armée... Alors un moment qui déchire vraiment sa race, oui l'adjudant-chef sadique filmé en contre-plongée pendant une révolte de prisonniers et réussissant en un discours et une petite promesse de rien du tout à les retourner montrant définitivement qu'en groupe l'homme est définitivement un abruti. La réussite totale du film doit aussi beaucoup à ses comédiens (les anglais (enfin ceux du Royaume-Uni pour être plus large!) sont définitivement les meilleurs!). Sean Connery qui arrive à faire totalement oublier 007 et ses gadgets livre une immense prestation, on a qu'envie de péter la gueule à Ian Hendry et de foutre une balle dans le trogne d'Harry Andrews. Une oeuvre sacrément forte et couillue. Note : 18/20 (*****) [img]http://img.over-blog.com/500x2...[/img]
    • Plume231
      test
    Voir les commentaires
    Back to Top