Mon AlloCiné
    Fiertés
    Fiertés
    Terminée
    2018 / 52min / Drame
    Avec Samuel Theis, Stanislas Nordey, Frédéric Pierrot
    Nationalité France
    Bande-annonce VOD DVD
    Spectateurs
    3,5 105 notes dont 10 critiques
    noter :
    0.5
    1
    1.5
    2
    2.5
    3
    3.5
    4
    4.5
    5
    Envie de voir

    Synopsis & Info

    De la veille de l’arrivée de François Mitterrand au pouvoir le 10 mai 1981 à l’adoption de la loi Taubira sur le mariage promulguée le 18 mai 2013 et votée le 23 avril, Fiertés s'intéresse à une histoire d’amour, et plus largement, la vie d’une famille et des combats menés par les homosexuels autour du Pacs, du mariage et de l’adoption.
    1
    Saison
    3
    Episodes
    30
    Fans
    Voir la Saison 1
    Samuel Theis
    Rôle : Victor adulte
    Stanislas Nordey
    Stanislas Nordey
    Rôle : Serge
    Frédéric Pierrot
    Rôle : Charles
    Nicolas Cazalé
    Rôle : Sélim adulte
    Voir le casting complet

    Les dernières vidéos

    Fiertés - saison 1 Bande-annonce VF
    Arte - La rentrée 2017 des séries et fictions 5:31
    Arte - La rentrée 2017 des séries et fictions
    Ce soir à la télé : on mate "Walk the Line" et "Fiertés"
    NEWS - Films à la TV
    jeudi 3 mai 2018

    Ce soir à la télé : on mate "Walk the Line" et "Fiertés"

    Vous ne savez pas quoi regarder ce soir ? La Rédaction d'AlloCiné vous indique les films et séries à voir à la télé. Au programme :...
    Fiertés de Philippe Faucon : rencontre avec le réalisateur et co-scénariste de la série événement d'Arte
    NEWS - Interviews
    jeudi 3 mai 2018

    Fiertés de Philippe Faucon : rencontre avec le réalisateur et co-scénariste de la série événement d'Arte

    Arte diffuse ce soir "Fiertés", une nouvelle série sur 30 ans de combat pour la reconnaissance et la liberté des identités...
    Palmarès Colcoa 2018 : Petit Paysan et Le Brio primés à Hollywood
    NEWS - Festivals
    mercredi 2 mai 2018

    Palmarès Colcoa 2018 : Petit Paysan et Le Brio primés à Hollywood

    Le COLCOA, Festival du Film Français à Hollywood, vient de dévoiler le palmarès de sa 22e édition.
    Dear White People, Fiertés, Riviera... les rendez-vous séries du 30 avril au 06 mai
    NEWS - Au programme
    lundi 30 avril 2018

    Dear White People, Fiertés, Riviera... les rendez-vous séries du 30 avril au 06 mai

    De la nouvelle fiction d'Arte, "Fiertés", aux épisodes inédits de "Dear White People" sur Netflix, tour d'horizon des rendez-vous...
    9 news sur cette série

    Critiques Spectateurs

    cineseriesculture
    cineseriesculture

    Suivre son activité Lire sa critique

    5,0
    Publiée le 2 mai 2018
    "A travers le portrait intime d’un couple et d’une famille, Fiertés montre les combats menés par la communauté LGBTI pour l’évolution de leurs droits. La véritable force de Fiertés est que la série s’intéresse davantage à l’intime, à l’histoire d’amour, aux destins des personnages qu’elle suit, plus qu’aux combats politiques, même si on les retrouve toujours en arrière-plan au fur et à mesure que les personnages se ...
    Lire plus
    Pierre E.
    Pierre E.

    Suivre son activité Lire ses 5 critiques

    4,5
    Publiée le 3 juin 2018
    Juste ce qu'il faut dans une série à trois assez courts épisodes aborder divers sujets. On montrer régulièrement.
    Maryane75
    Maryane75

    Suivre son activité 4 abonnés Lire ses 172 critiques

    4,0
    Publiée le 7 mai 2018
    Philippe Faucon et Niels Rahou ont fait du bon boulot et le sujet est bien traité. En 1981, j''étais dans la manifestation organisée par le CUARH et force est de constater que les choses ont quand même considérablement évoluées, même si la France a toujours 3 ou 4 métros de retard.
    AHEPBURN
    AHEPBURN

    Suivre son activité 35 abonnés Lire ses 54 critiques

    4,0
    Publiée le 3 mai 2018
    Un sujet très bien traité avec un écriture fine et un casting bien choisi. Je recommande ce programme d'utilité publique pour faire changer les mentalités.
    juliendurand.eu
    juliendurand.eu

    Suivre son activité 16 abonnés Lire ses 2 critiques

    1,5
    Publiée le 2 mai 2018
    Une idée intéressante, mais l'exécution est du niveau de Plus Belle la Vie: des dialogues plats et des acteurs paumés.
    10 Critiques Spectateurs

    Comment regarder cette série

    à partir de (2.49 €)
    à partir de (1.99 €)
    Voir toutes les offres VOD
    Service proposé par

    En DVD BLU-RAY

    neuf à partir de 15.31 €
    Voir toutes les offres DVD BLU-RAY
    Les séries similaires
    Game of Thrones
    Game of Thrones
    The Walking Dead
    The Walking Dead
    Dexter
    Dexter
    Desperate Housewives
    Desperate Housewives
    Grey's Anatomy
    Grey's Anatomy
    Breaking Bad
    Breaking Bad
    Les séries similaires

    La réaction des fans

    • Supr4
      je sais pas ce que cette personne à dit mais vu que sa simple opinion à provoquer un tel vomis de haine, il devait surement raison.
    • singeou7
      Crever dans son coin, comme tous les autres ?Et que ce soit le cas ou pas, personnellement je n'y crois pas, le film n'appuie jamais cette dite fatalité à agir comme tel (qui est assez horrible). Tout le monde est pour Mitterand, tout le monde est pour le PACS, tout le monde est pour la loi Taubira, tout le monde va à la gay pride, tout le monde va dans les associations comme s'il passait chez l'épicier : à un moment c'est débile.
    • Henri Mesquida
      Mais dans notre vie de gay on ne nous a pas donné le choix que de voir par ce prisme ou crever dans notre coin.
    • Henri Mesquida
      Trois épisodes, trois moments de grande tension : 1981 et la dépénalisation de l’homosexualité après l’élection de François Mitterrand, 1999 et le passage de la loi sur le pacs, 2013 et l’adoption de la loi sur le mariage pour tous. Mais contrairement à ce que le titre pourrait laisser attendre de tonitruant, Philippe Faucon l’a fait à sa manière, en s’attachant à l’intime, laissant s’épanouir ses personnages en enregistrant les plus fines modulations de leurs désirs, leurs prises de conscience, leur manière d’assumer (ou non) ce qu’ils sont et veulent au quotidien, plus qu’en composant une grande fresque du militantisme politique.Exemplarité.Si le cadre de Fiertés est bien celui de la lutte pour l’égalité des droits, la série est avant tout l’histoire d’un homme et d’une famille où cette lutte a résonné de manière emblématique. Le regard rétrospectif rappelle le chemin parcouru (et l’on partait de loin, Fiertés le rappelle), et la réduction des problématiques à l’essentiel (comment ai-je envie de vivre ? comment transmettre, poursuivre une filiation ?) souligne que l’on s’intéresse ici à des droits évidents et essentiels.Sur une idée des scénaristes José Caltagirone et Niels Rahou, qui ont coécrit avec Philippe Faucon sur la base d’un synopsis de douze pages, l’intrigue s’attache à trois âges de la vie de Victor, que l’on rencontre à 17 ans et que l’on suivra dans l’affirmation de son identité, sa relation amoureuse avec un homme plus âgé, puis ses démarches pour adopter un enfant et l’élever. Un parcours qui n’a volontairement rien d’édifiant, jalonné de doutes, d’hésitations quant à son degré d’implication dans les luttes collectives.Victor est joué à 17 ans par Benjamin Voisin, à vif et hérissé d’intelligence, et par Samuel Theis (Party Girl), avec une grande finesse, dans les deux épisodes suivants - son partenaire (Serge) empruntant les traits de l’homme de théâtre Stanislas Nordey. Si Philippe Faucon a su, par le passé, composer des portraits de femmes d’une incroyable densité, l’univers de Fiertés est davantage masculin.Pour que ce parcours individuel atteigne la valeur d’exemplarité à laquelle la série aspire, chaque épisode est divisé en une série de moments précis, dont les dates s’affichent à l’écran, et qui sont autant de micro-événements à même d’avoir jalonné la vie d’un homme homosexuel durant les quelque trente-cinq dernières années en France. Premiers émois, coming out très mal vécu par les siens (notamment par un père plus à l’aise dans son rôle de chef de chantier éclairé, incitant ses employés à voter Mitterrand), découverte de l’amour, du militantisme, du sida, parcours du combattant du candidat gay à l’adoption… Et persistance des préjugés, le déferlement de haine à quoi s’est résumée la Manif pour tous ne déboulant pas de nulle part mais d’une aversion tenace qui s’était manifestée lors de conquêtes précédentes.Légèreté.Listées ainsi, ces étapes pourraient avoir quelque chose de mécanique. Mais un faisceau d’éléments leur permet au contraire de s’incarner de plus en plus profondément, créant un attachement dont la vigueur se perçoit par la hâte que l’on a de retrouver Victor, Serge et leur entourage d’épisode en épisode. La première raison en est l’extraordinaire direction d’acteurs, qui leste chaque geste, chaque coup d’œil attrapé au vol, chaque échange d’un surcroît de signification. Par exemple, l’entretien d’habilitation à l’adoption qui, sans avoir rien de caricatural, chaque partie étant dans son rôle défendable, n’en est pas moins une petite danse de non-dits réciproques, exécutée au pied du mur, disant sobrement toute l’impasse où se débat le demandeur homosexuel. Il faut reconnaître que Philippe Faucon s’est particulièrement bien entouré : en plus des déjà cités Nordey, Voisin et Theis, on compte aussi au casting Chiara Mastroianni, Jérémie Elkaïm, Frédéric Pierrot, Nicolas Cazalé ou encore Rebecca Marder, tous observés dans leur rôle avec cette sobre absence de jugement qui caractérise Faucon.La deuxième raison de notre attachement tient sans doute à l’utilisation habile de l’ellipse qui, tout en permettant de brosser un temps long sur une durée brève, apporte aussi de la légèreté, une part d’implicite à un ensemble qui, sinon, serait menacé par la capacité de tous les personnages à exprimer si clairement et posément ce qu’ils ressentent et désirent, qu’ils soient pétris de contradictions d’un autre âge (le père de Victor, dans le premier épisode) ou au contraire admirables de compréhension et de courage politique (Serge, qui semble n’avoir jamais le moindre mouvement d’humeur). Avec pour résultat que l’on croit à tout ce qu’ils sont, que l’on absorbe les chocs qu’ils rencontrent avec une proximité d’autant plus sincère que rien n’a été mis en place pour exiger notre empathie (libération)
    • singeou7
      Ça a quand même eu la Palme d'Or La Vie d'Adèle, c'est pas si clandestin que ça. Pareil pour 120 battements par minutes dans une moindre mesure j'oserai dire. Bon alors pourquoi monsieur Faucon vous nous faites un truc avec pas moins de cinq années de retard ? Et qu'en plus d'être en retard , votre truc c'est pas bon : c'est baveux. Que vous ayez des opinions je m'en fiche mais là c'est grossier et tenter de faire culpabiliser et de désigner votre spectateur comme responsable de quoi que ce soit, j'ai envie de vous rire au nez. Donnez des arguments et faites les vivre cinématographiquement plutôt que les dire, j'ai pas envie de lire un tract avec vos conclusions et revendications... Du vu et revu, bienvenu sur l'autoroute et le cahier des charges de la fiction gaie (avec comme par hasard la caméra qui tourne quand ces situations arrivent), vos personnages n'en existent pas et il ne leur arrive rien. Il y a une différence entre voir les choses à travers un prisme et penser toutes les deux secondes au coming-out, à l'interdiction du mariage et de l'adoption, à l'homophobie. Les combats au sein de la communauté homosexuelle ne sont pas les mêmes et ne devraient pas l'être.
    • elriad
      la dignité a déserté le 7e art, tu appelles ça s'exprimer le plus simplement du monde ? heu...... comment dire....
    • elriad
      salut frustré, va déverser ta bile vomitive ailleurs, elle pollue ce site...
    • Charlie Pi
      Ce sont plutôt tes paroles qui te déshonorent
    • Narlak
      Je regarde beaucoup de séries et film dont certains avec pour acteur principaux des homosexuels, comme here and now par exemple et ça ne m'empêche pas d’apprécier l’œuvre. Ici en regardant le synopsis et le trailer, j'ai eut une sensation de gêne , et je l'ai exprimé le plus simplement du monde, on est encore sensé être dans un pays libre.. Maintenant appeler à l'homophobie c'est facile et puéril , mais c'est la mode en ce moment on jette des épouvantails pour clore le dialogue : homophobe antisémite raciste , sexiste.
    • Goldenclaw_
      La dignité a surtout déserté ta personne. Tes propos homophobes te rabaissent.
    • Narlak
      Le mariage pour tous présenté comme une victoire épique, avec en tête d'affiches des petits garçons qui s'embrassent.. La dignité à déserté le 7e art et j'ai l'impression que ce n'est que le début..
    Voir les commentaires
    Back to Top