Mon compte
    "Dans 20 ans, vous remercierez Dieu de l'avoir fait" : voilà comment Tom Hanks a convaincu les autres acteurs de rester sur ce monumental film de guerre
    Corentin Palanchini
    Passionné par le cinéma hollywoodien des années 10 à 70, il suit avec intérêt l’évolution actuelle de l’industrie du 7e Art, et regarde tout ce qui lui passe devant les yeux : comédie française, polar des années 90, Palme d’or oubliée ou films du moment. Et avec le temps qu’il lui reste, des séries.

    L'entrainement intensif des acteurs sur "Il faut sauver le soldat Ryan" a bien failli leur faire tout abandonner, si Tom Hanks n'avait pas pris sur lui de convaincre tout le monde de rester. Mais comment s'y est-il pris ?

    Si le film de guerre Il faut sauver le soldat Ryan de Steven Spielberg paraît si vraisemblable et nous émeut aussi fort, c'est bien sûr par son tragique sujet, mais aussi par son réalisme et la prestation de ses comédiens. Et une partie de cela est dû à un homme, un consultant engagé personnellement par le réalisateur d'E.T. pour son film.

    Il faut sauver le soldat Ryan
    Il faut sauver le soldat Ryan
    Sortie : 30 septembre 1998 | 2h 43min
    De Steven Spielberg
    Avec Ryan Hurst, Tom Hanks, Tom Sizemore
    Presse
    3,0
    Spectateurs
    4,4
    Voir sur Netflix

    Il s'agit de Dale Dye, conseiller militaire pour le cinéma et ancien capitaine du corps des Marines. Il est engagé pour entraîner Tom Hanks et son petit contingent d'acteurs-soldats. Dans un entretien avec Yahoo, Dye raconte qu'il leur fait alors suivre le même entraînement que les appelés de l'époque en 1943 et 44, sauf que cet entrainement, pour des raisons d'organisation du tournage, doit se faire en seulement "trois ou quatre jours", jour et nuit, de façon très intensive.

    Tom Hanks était "Con numéro 1"

    Paramount Pictures

    Surnommé "Les cons" par Dye - Tom Hanks étant "Con numéro 1" et ainsi de suite, les acteurs sont réveillés à cinq heures du matin, se font hurler dessus et sont punis de la moindre erreur par des pompes ou des abdos. Les exercices comptent de vraies attaques sur des bases défendues, entre autres. Dye ajoute :

    Il a commencé à pleuvoir. Ils étaient trempés, gelés, de la boue jusqu'aux genoux et ramper est devenu assez pénible.
    Paramount Pictures

    Les acteurs commencent à n'en plus pouvoir, enterrés dans la boue au point parfois de ne plus pouvoir bouger. Tom Sizemore (le sergent Horvath) se plaint : "Juste parce que je dois ressembler à un soldat je dois vivre comme un soldat ?", et d'autres acteurs dont Vin Diesel menacent de quitter l'entrainement.

    Adam Goldberg, qui joue le soldat Mellish dans le film, se souvient : "On était forcés de se la jouer "Method Acting" qu'on le veuille ou non." Tom Hanks prend les choses en main et appelle Spielberg pour lui faire part de la gravité de la situation. Le réalisateur lui répond de prendre la décision lui-même de continuer ou pas.

    Vin Diesel raconte la fin de l'histoire

    Cette "mutinerie" s'est bien terminée, comme l'avait confié à Empire l'acteur Vin Diesel, qui joue le soldat Caparzo dans le film :

    On était tous épuisés, tous sur le départ, et ce type [Tom Hanks] qui était une superstar, qui n'avait même pas à être là, a voté pour que l'on reste. C'est comme ça qu'on l'a choisi comme capitaine. Il a dit : 'Les gars, dans 20 ans, vous regarderez dans le rétro et remercierez Dieu de l'avoir fait'. Et depuis ce jour, nous lui sommes toujours extrêmement reconnaissants de l'avoir écouté.
    Paramount Pictures
    Vin Diesel (Caparzo)

    Malgré quelques erreurs historiques minimes, le réalisme d'Il faut sauver le soldat Ryan sera souligné lors de sa sortie, au point de mettre au point un numéro vert de soutien aux vétérans américains survivants qui verraient le film s'ils en sortaient choqués. Le film sera un succès total, réunissant (ajusté à l'inflation 2024) 908,3 millions de dollars !

    Laissons le mot de la fin au capitaine Dye, qui ne regrette pas son entrainement à la dure : "J'en ai reparlé avec plusieurs [acteurs] après coup, qui m'ont dit qu'ils étaient contents de l'avoir fait, et que c'était la bonne chose à faire".

    FBwhatsapp facebook Tweet
    Sur le même sujet
    Commentaires
    Back to Top