Mon compte
    "Torque" : interviews à 100 à l'heure !
    13 févr. 2004 à 07:00

    AlloCiné s'est rendu à Hambourg pour rencontrer Martin Henderson et Monet Mazur, les deux vedettes de "Torque, la route s'enflamme", en salles le 18 février. Attachez vos ceintures !

    Avec le film d'action Torque, en salles ce 18 février, le rythme cardiaque des spectateurs risque bien de grimper à toute allure. Des courses de motos endiablées sous un soleil d'enfer, une mis en scène électrique, le tout sous la baguette des producteurs de Fast & furious, S.W.A.T. et xXx : pas étonnant que ce long-métrage motorisé apporte son lot d'adrénaline ! AlloCiné s'est rendu à Hambourg, en Allemagne, pour rencontrer Martin Henderson et Monet Mazur, les deux bikers vedettes de Torque. A vos marques, prêts ?... Partez !

    AlloCiné : Qu'est-ce qui vous a donné l'envie d'être au générique de "Torque" ?
    Martin Henderson : Le fait de jouer dans un film d'action de grande qualité a été un facteur déterminant quant à ma décision de faire partie du projet. C'est un film qui à l'avantage de ne pas se prendre du tout au sérieux, qui se veut juste fun et bourré d'énergie. Il me donnait par ailleurs l'occasion d'incarner une sorte de cow-boy des temps modernes, un nouveau Clint Eastwood, si vous voulez, mais avec une touche d'humour et d'autodérision en plus... (rires)

    Monet Mazur : Au départ, je ne pensais pas que ce film était fait pour moi et je suis un peu allé aux séances de casting à reculons. Un gros film d'action, qui plus est avec des motos, ça me semblait très loin de mon univers ! Et puis petit à petit, Torque s'est emparé de moi... Je me suis rendue compte que c'était un véritable challenge et qu'il ne fallait pas que le rôle m'échappe. Le film représentait l'occasion rêvée de jouer dans un pur film d'action, une nouveauté pour moi. Il m'a également permis de faire des choses dont je ne me serais jamais crue capable, comme manier un flingue et faire de la moto. Enfin, il me permettait d'incarner un personnage féminin assez atypique, une sorte de super-héroine qui fait des trucs de mec, qui n'est pas "l'allumeuse" de service !

    C'est un rôle assez spécial, vous incarnez une femme travaillant dans un magasin de motos !
    Monet Mazur : C'est vrai que ce n'est pas un métier courant pour une femme ! Le plus important était qu'elle ne passe pas pour quelqu'un de vulgaire, qu'elle possède une vraie féminité, et ce même si elle évolue dans un univers particulièrement macho. Elle possède une vraie force de caractère, ne fais jamais de compromis et, en plus, a de l'humour. Tout ça m'a beaucoup plu...

    Martin, étiez-vous un fan de moto avant de jouer dans "Torque" ?
    Martin Henderson : Oh que oui ! J'adorais faire de la moto quand j'étais gamin, en Nouvelle-Zélande. Donc, faire un film d'action et chevaucher des deux-roues m'a un peu permis de me replonger en enfance et c'était un vrai plaisir. Surtout que les engins que nous avions à notre disposition pour Torque étaient loin d'être les moins agréables à conduire !

    Le fait de travailler avce un cinéaste tout droit issu du vidéo-clip a-t-il été enrichissant ?
    Martin Henderson : Au départ, c'était surtout un peu stressant. On ne sait jamais comment un novice dans le cinéma va aborder sa première expérience. Et puis très vite, on s'est aperçu que Joseph Kahn était très talentueux et qu'il allait imposer avec conviction et energie son style. Un style très visuel, où l'on sent vraiment son expérience de clippeur, un style pas conventionnel du tout. Grace à lui, le film est presque comme un clip, ça décoiffe. Mais à côté de ça, il s'est aussi très bien débrouillé pour raconter une histoire. C'est un coup de maître, je trouve...

    Comment se prépare-t-on pour jouer dans un film comme "Torque" ? A-t-on le droit à une entraînement physique intense ?
    Monet Mazur : Comme je n'avais pas d'expérience concernant la conduite de motos, ça a été très dur pour moi. Durant un mois, nous avons suivi un entraînement intensif, à raison de douze heures par jour. On apprenait à bien conduire nos engins, bien sûr, mais on soulevait également de la fonte, on s'initiait au combat. C'était très éprouvant. Mais la préparation n'a pas seulement été physique, j'ai regardé pas mal de films où les motos jouent un rôle important, comme Easy Rider bien sûr, mais aussi Terminator, la saga Indiana Jones,...

    Si vous deviez dire un mot aux spectateurs français avant qu'ils aillent découvrir "Torque" en salles ?
    Monet Mazur : Surtout, ne prenez pas ce film au sérieux. C'est de l'action et du fun non-stop, c'est uniquement fait dans le but de se détendre. En fait, débranchez votre cerveau en rentrant dans la salle, prenez du pop-corn et une boisson fraîche et... éclatez-vous !

    Propos recueillis par Clément Cuyer



    et la galerie-photo du film

    RESERVEZ VOS PLACES !!!


    FBwhatsapp facebook Tweet
    Sur le même sujet
    Commentaires
    Voir les commentaires
    Back to Top