Mon compte
    Polémique sur les salaires des acteurs : la réaction du CNC
    3 janv. 2013 à 19:35

    Le président du CNC, Eric Garandeau, défend le cinéma français et son mode de financement, en assurant que ce système permet "de faire émerger de nouveaux talents" et que l'année 2012 a été un bon cru pour le cinéma hexagonal.

    Photo - FILM - L'Homme qui rit : 194176

    Capture France Inter - Dailymotion

    Six jours après sa publication, la tribune de Vincent Maraval, dans les colonnes du Monde, continue à agiter la profession. Le président du CNC (Centre National du cinéma et de l'image animée), Eric Garandeau, s'est exprimé aujourd'hui à ce sujet, défendant le cinéma français et son mode de financement, et en assurant que ce système permettait "de faire émerger de nouveaux talents".

    Dans cette tribune, Vincent Maraval, cofondateur de la société de distribution Wild Bunch, affirmait notamment que 2012 avait été "un désastre" pour le cinéma français. "Il est faux de dire cela", a martelé Eric Garandeau auprès de l'AFP. "Au 1er semestre 2012, certains gros films ont très bien marché", a-t-il affirmé, en citant "Sur la piste du Marsupilami", "La vérité si je mens 3" ou "Le prénom", qui ont réalisé chacun plus de trois millions d'entrées. "En revanche, cet automne a été mauvais pour tout le monde, y compris pour les films américains. C'est un effet de la crise. La saison au théâtre aussi a été mauvaise". Rappelons que le CNC a publié son bilan annuel hier, qualifiant 2012 d'"excellente année" (voir notre article).

    Dans sa tribune, Vincent Maraval regrettait également que "le cinéma français repose sur une économie de plus en plus subventionnée". "Le fameux système d'aide du cinéma français ne profite qu'à une minorité de parvenus", ajoutait-il. Ces propos font bondir le président du CNC. "L'argent public est là pour éviter les excès. Le CNC récupère de l'argent sur les entrées (10,7% du prix du ticket), qu'il redistribue aux producteurs de manière dégressive", fait-il valoir (moins les films font d'entrées, plus les subventions à leurs producteurs augmentent, ce qui leur permet de financer de nouveaux). "On récompense les succès et on mutualise les risques. C'est un système qui a permis l'émergence de nouveaux talents, comme Maïwenn ("Polisse"), Valérie Donzelli ("La guerre est déclarée", "Main dans la main") ou Michel Hazanavicius ("The Artist"), a-t-il ajouté.

    Précisons qu'Eric Garandeau a également accordé une interview à France Inter ce matin, à retrouver ici :


    Eric Garandeau, Président du CNC (Centre... par franceinter

    A lire également :

    Nos articles "Une tribune sur le salaire des acteurs français enflamme la toile !" et "Tribune de Vincent Maraval sur les salaires des acteurs : les réactions (suite)"

    Le billet de Thomas Sotinel, journaliste cinéma au Monde, "Paysage cinématographique après tribune libre"

    "Le cinéma français desservi par des scénarios trop faibles" d'Eric Neuhoff et "Les acteurs français prennent aussi leur part de risque" de Léna Lutaud, dans Le Figaro

    BB avec AFP

    FBwhatsapp facebook Tweet
    Commentaires
    • BlackMamba
      Dany Boon payé 1 million d'euro pour quelques minutes dans Astérix, c'est vrai qu'il n'y a pas de quoi polémiquer ! Surtout que le film a grave marché, a permis de faire découvrir de jeunes talents et est d'une originalité jamais égalée...
    • Outburst
      Le problème du cinéma français, c'est qu'il se limite principalement à deux genres : le drame et la comédie, même dans le cinéma d'auteur. Sérieux on peut dire tout ce qu'on veut sur le ciné US, mais au moins avec eux on voit de tout et des films ambitieux, même si la qualité est pas toujours au rendez-vous.Le blockbuster français pourrait exister si les producteurs donnaient pas les plus gros budgets à des films comme Asterix, et si les distributeurs faisaient un peu mieux leur boulot pour vendre les films qui osent des genres risqués (comme les films d'horreurs par exemple, qui manquent à la fois de budget et de distrib, c'est juste une honte.). Sérieux c'est quand la dernière fois que vous avez entendu parler d'un film d'horreur, ou d'un film fantastique, ou de science-fiction français? Et quand je dis français je veux dire, produit et tourné en france avec des acteurs français.
    • Ed12
      Ce qui est ironique ce que le CNC prélève 11% sur le prix d'un billet de cinéma et que le cinéma américain représente 60 % des entrée en France, ce qui est beaucoup et ce n'est que des films américain, imaginé le nombre d'entrée pour les autres films étrangers comme les films britannique, espagnol, asiatique... ça doit représenter énormément et tout ça pour financer des films disons "pas grandiose", la plupart ressemble à des téléfilms ; mais je me demande parmi ces environ 300 films de l'année où sont les films de genres : fantastique, horreur, science-fiction, fantasy; parmi ces 300 films il doivent pourtant il y en avoir, mais pourquoi ils n'y a pas de marketing dessus, pourquoi quand on va sur allociné on ne voit que des pub français que pour des drames (de la vie mais on a tous nos problèmes, quand on voit au cinéma c'est pour se changer les idées, de voir un spectacle, de s'immerger dans des histoire, de ne pas voir nos problème, la vie social de notre société sur grand écran ou du moins quand les films sont mal faits), des comédie (où on ne rit pas ou très légèrement) et des policiers (mais des films très sombre, lent, qu'ils essaient de faire du suspens mais qu'a la fin on s’ennuie), le problème aussi du cinéma français c'est qu'on voit toujours les même tête, pourquoi mettre josé garcia ou jean dujardin dans un polar, au États-Unis on appellerai ça un erreur de casting et au moins la-bas on voit des centaines d'acteurs et d'actrices différent, il suffit de regarder les films indépendant américain et il y a même des films indépendant de genre surtout dans l'horreur ; mais en France les acteurs et actrices connues sont un grand bande d'amis, ce sont des familles... et le problème c'est que aussi les chaînes TV, qui finance jusqu'à 40% de budget d'un film demande souvent un acteur connu où il est amis avec un cadre dirigeant de la chaine. Le système doit changer pour ne pas se retrouver complètement has been dans quelques années.
    • yoindaime
      C'est simple en France aujourd'hui on a 9 film sur 10 au cinéma qui ne vise pas les entrée mais l’enveloppe des encarts publicitaire de la ménagère de moins de 50 ans sur les rediffusion télé donc oui si le système fut bon autrefois il n'est plus viable aujourd'hui puisque uniquement motivé par le gain télévisuel d’où le manque de prise de risque et les nanar a répétition prés formaté pour la télé. Qui haussera dire que le cinéma français ne serait pas capable de s'auto-financer aujourd'hui ?Cela n'aurait il pas d’ailleurs pour effet de mieux triés entre les projet artistique ou commercial assumé a gros budget ( a quand les bluck-buster a la française ^^) des projet ciné télé inutile ou comment se retrouvé avec une qualité téléfilm au cinéma . toute les dérive que cela cause car quand on voit certaines payes d'acteurs sur certain film au vue de leur piètre qualité on peut sans nul doute affirmé que leurs salaire soit calculé sur la plus valu renommé sur ces fameux encarts télé . En conclusion amis acteur français tète d'affiche et bankable retourné faire des pub au Japon ou en Russie pour votre argent de poche et commencé a reprendre votre métier au sérieux les français ne sont pas des vache a lait et si vous ne voulez pas vous faire coller l'image de "fonctionnaire" les mieux payé de France faudrait voir a se "sortir les doigt" revenir en France de vos maison anti taxe a l’étranger et se remettre a bosser un peu sérieusement pour mérité vos status et salaire. A bonne entendeur vive le cinéma français .
    • empeureur18
      j ai 45 ans et je me souviens quand j'etais gamin on allait voir les films des charlots la serie des bidasses et autre connerie du meme genre et voila ce qui manques maintenant des films de genre on en reviens toujours aux states ils ont des films pour tout et pour toutes saisons hier soir j'ai regarder le film sur rtl 9 avec sandra bullock pas un chef d'oeuvre mais je me suis bien marrer l'autre jour c'etait the war of arrows un film coreen historique 2h de batailles de traque de suspense et mon dernier film français c'etait y a plus de six mois "un classique" avec lino ventura c'est dire mon envie du ciné de chez nous
    • BiggerThanLife
      kimi, tu as raison, Bay bosse dans un système ultra libérale, il est très bon dans son genre et rapporte beaucoup d'argent de part le monde, son salaire, il le mérite.
    • BiggerThanLife
      Non wendsoy, ils ne peuvent pas "se ramasser" c'est cela que veut dire cette polémique, ils peuvent continuer à faire leur cinéma médiocre, car il n'y aucun risque. C'est garanti, dans 20 ans, on aura toujours les mêmes mecs au pouvoir (devant et derrière la caméra)
    • wendsoy
      L'exception culturelle en France est surtout le manque de prise de risque, la paresse des interprètes et la trop souvent répandue "platitude" de ce qui est défendue en France. Oui nous vivons ici, oui nous aimons ce pays mais à côté du cinéma anglais, allemand, italien, sud-coréen, canadien etc, force est de constater que les films ne sont pas bons. Rien qu'à voir cette semaine : on fait de "la strategie de la poussette" le film du début de l'année, mais dans quel France vit-on ? Cela ne veut pas dire que "la strategie de la poussette" est une catastrophe, ça veut surtout dire que c'est tout ce que nous avons à nous mettre sous la dent à savoir un "parisien beau gosse qui reconquiert son ex en utilisant le bébé d'une autre" ... Le cinéma français est décadent. C'est triste et vrai. Où sont les "coup de tête", "garde à vue", "tontons flingueurs" et cie ? Alors certes il y a encore quelques bons auteurs Français mais ils sont rarissimes et ne sont pas non plus à l'abri de se ramasser. Rien qu'à voir Canet : passer de "mon idole" au "petits mouchoirs" c'est vraiment dommage, et surtout preuve d'une grande paresse créative. De toute façon ils finiront par se ramasser, et c'est seulement là qu'ils se releveront.
    • KimiRaikkonen09
      On s'en branle ! Michael Bay a eu un salaire de 165 millions de dollars pour Transformers 3, et alors ? IL VOUS PISSE AU CUL !
    • BiggerThanLife
      Le cinéma français gagnerai beaucoup (d'argent) en valorisant des acteurs et actrices et en leur permettant d'avoir des premiers rôles. Il n'y a que 3 ou 4 acteurs banclable par génération, c'est une aberration. aux Etats-Unis, on a que le choix. Beaucoup de ces acteurs banclable ne représentent rien, ils n'ont que le talent d'amuseur sur les plateaux télés. Ce ne sont pas des ACTEURS ! AC-TEURS !
    • BiggerThanLife
      Tu parles des scénaristes, mais les boites veulent des scénarios tout fait, prêt à être tourné, ils ne veulent faire aucun développement. Ils ne voient pas plus loin que le bout de leur nez. Mon scénario a connu 5 réécritures et il en connaitra encore peut être autant... mais je dois de moi même faire ces réécriture qui n'ont aucune sens sans le regard d'un producteur. J'avance dans le vide.
    • BiggerThanLife
      Salut gaffer, merci. C'est vrai que je mets souvent les pieds dans le plat, je n'ai pas forcément raison sur tout, mais c'est mon point de vue, mon opinion rien de plus. Je suis réalisateur, enfin essaye de l'être et j'ai bien compris comment fonctionne le système de financement du cinéma. Il y a deux mondes dans ce petit milieu, ceux qui ont le flingue (la minorité) et ceux qui ont la pelle et qui creuse (la majorité)... moi je creuse. J'ai vu passé deux films qui ont fait 1 millions et 2 millions d’entrées environ, avec des sujets proches du mien. Ce qui est la preuve absolu que mon film est viable, et l'ai encore aujourd’hui, mais voilà, ce système valorise toujours les mêmes sous couvert d'égalitarisme qui n'est qu'une apparence. """Un pour tous... et tout pour nous, doivent-t-ils se dire""". Moi je serai plus à l'aise dans un système complètement libéral, les films se plantent, les boites coulent, les acteurs dégagent et laissent la place à d'autres qui auront leur chance de réussir (ou d'échouer soit, mais d'essayer) Là, le système est hermétique. 4 ans de démarche qui ont vu la naissance de deux films alors que le mien était meilleur, plus fédérateur, avec un budget moindre et avec des scores similaires potentiels, 2 millions minimum. Cette exception culturelle, je ne l'ai vu que par le mépris des puissants que j'ai reçu en pleine face !
    • gaffer
      @ BiggerThanLife, le système n'est certes pas parfait et mérite sûrement des aménagements mais il permet à la France d'avoir l'une des plus importantes industries cinématographiques d'Europe, voir du monde. Sans cette exception culturelle (avec les taxes et financements mis en oeuvre) on serait comme l'Italie ou l'Espagne. Par exemple, le "moins les films font d'entrée, plus on donne de fric aux producteurs" consiste simplement à permettre la réalisation de films malgré une période difficile et ainsi sauver l'ensemble de la chaîne de production (labo, loueurs, intermittents,...). En effet, si faire des films n'est plus rentable, seul des films américains seront proposé en salles car il nous est rarement possible de concurrencer leurs budget et leurs marketings. Acheter un film étranger (US) est toujours plus facile que d'en produire un et si on ne protège pas notre production alors de nombreux professionnels disparaîtront et on signe l'arrêt de mort de notre cinéma national. De plus, tout le monde perçoit des aides du CNC à travers les aides automatiques (le fond de soutient, hormis les premiers films mais ils sont éligibles à d'autres aides) après c'est une question de quantité et de part dans le budget qui varie suivant si on touche ou non les aides sélectives. Pour la qualité de nos films, la solution serait sûrement de mieux rétribuer les scénaristes et d'indexer leurs rémunérations ainsi ils pourraient travailler plus longtemps et on aurait de meilleures histoires. Sans oublier de varier les membres des commissions qui certes sont talentueux mais très souvent favorisent le film intello. Pour Hasanavicius et Bejo c'est du même acabit que le couple Tim Burton- Bonham Carter, et ça ne remet pas en cause le talent de chacun. Concernant Maiwenn, je n'aime pas le propos de son film mais de la a dire que c'est filmer avec les pieds ... Hunger Games est filmé avec les pieds. Au passage, c'est plutôt interessant de lire tes commentaires sur les différents articles même si je ne suis pas d'accord sur tout.
    • BiggerThanLife
      T'es pas un troll l'ami Outburst, t'es juste lucide. Maïwen, l'ex de Besson qui film avec les pieds, Hasanavisius qui sort avec son actrice. Cooptation, népotisme, communautarisme, fils et fille de au pouvoir, voilà ce que valorise ce CNC avec son soit disant exception cultuelle. Les laiches culs aussi, les petits réseaux entres amis, certainement pas les nouveaux talents qui croupissent dans les petits théatres.
    • Outburst
      "Maïwenn" et "talent" dans la même phrase, ça fait un peu tâche je trouve.Oui je suis un troll
    • BiggerThanLife
      hahahaha """moins les films font d'entrée, plus on donne du fric aux producteurs""" dit ne CNC. Ils se foutent du monde, donc plus le film est médiocre et fait peu d'entrées, mieux c'est pour un producteur. Alors il ne faut pas s'étonner de la médiocrité des films français. Ce système doit disparaitre !
    • BiggerThanLife
      Il est juge et parti le gars, allons, son avis on s'en fout, moi suis contre l'exception culturelle française qui ne sert que des nantis, un système népotique.
    Voir les commentaires
    Back to Top