Mon compte
    Interview: Dylan Walsh, de "Nip/Tuck" à "Unforgettable"
    25 févr. 2013 à 12:30

    L'ancien Sean McNamara de la série de Ryan Murphy s'est reconverti en flic dans "Unforgettable", la série policière avec Poppy Montgomery diffusée actuellement sur TF1. Au cours d'un entretien avec AlloCiné, il revient sur ses différentes expériences télévisuelles...

    © CBS Television Studios

    AlloCiné: Puisque dans "Unforgettable", tout est question de mémoire, vous souvenez-vous de la première fois où vous avez lu le script du pilote ?

    Dylan Walsh : Oui, absolument ! Je lisais des tas de scripts à ce moment-là et j'étais à la recherche d'un personnage totalement différent de celui que j'avais incarné dans Nip/Tuck. Je voulais jouer un homme bien sous tout rapport, positif, héroïque. Je me doutais que je trouverai ça dans un projet de série policière et c'est là que le scénario d'Unforgettable est tombé entre mes mains. Ce qui m'a plu, au-delà de mon personnage, c'est qu'il ne s'agissait pas d'un procédural classique : la romance est très présente, il y  a beaucoup d'humour. J'ai eu le sentiment que j'allais pouvoir m'amuser en faisant totalement autre chose.

     

    Et comme tout le monde, vous êtes-vous précipité sur internet pour savoir si la maladie de Carrie, l'héroïne, existait vraiment ?

    Je l'ai fait ! J'étais vraiment curieux de comprendre. Ce qui est amusant, c'est que j'avais déjà rencontré la femme sur qui la série est basée il y a de nombreuses années, et quand elle est venue sur le tournage pour nous aiguiller, elle se souvenait de moi ! Il n'y avait pourtant aucune raison que ce soit le cas.

     

    Une nouvelle série a toujours besoin d'un peu de temps avant de trouver sa voie, son rythme. A votre avis, à partir de quel moment "Unforgettable" atteint cet objectif ?
    Pour être honnête avec vous, je pense que la série va vraiment trouver sa voie en saison 2. Elle se cherche pendant toute la première saison. C'était difficile de trouver le juste équilibre entre les enquêtes, la romance, le sexe... et je pense que dans les derniers épisodes, le ton change et c'est le bon. Dans la saison 2, on va essayer d'insuffler plus d'énergie. Le fait de tourner à Manhattan désormais va dans ce sens. On a eu la chance d'obtenir des résultats d'audience suffisants pour pouvoir opérer des ajustements au fur et à mesure et la saison 2 va nous permettre de continuer sur cette voie. De toute façon, toutes les séries sont en perpétuelle évolution. Rien n'est jamais vraiment gravé dans le marbre.

     

    La saison 2 d'"Unforgettable" est-elle toujours prévue pour l'été ?

    Toujours, et je trouve ça très excitant. On ne sait absolument pas ce que ça va donner car les téléspectateurs sont moins nombreux devant leurs téléviseurs à cette période de l'année... On espère simplement qu'ils ne nous ont pas oublié pendant notre absence prolongée. Ce sera un nouveau départ à bien des égards.

     

    La série marche très bien en France. A votre avis, pourquoi les téléspectateurs sont-ils si friands des polars ?

    Il y en a tellement, on aurait pu croire que le public allait s'en détourner progressivement mais ce n'est pas le cas. Sans doute car tous ces shows sont différents. Unforgettable possède la structure basique d'une série policière, mais elle fonctionne avec des éléments que l'on ne retrouve pas habituellement dans le genre. Et si la série cartonne en France, là où la critique est réputée avoir la dent dure, ce n'est pas un hasard !

     

    © CBS Television Studios

     

    La relation amoureuse complexe entre Carrie et Al joue sur la tension sexuelle mais également sur la notion d'interdit. Vous, comment définiriez-vous leurs rapports ?

    Il y a une sorte de dilemme au coeur de leur relation. Ils sont l'amour de la vie de l'un et de l'autre. Ils ont un passé commun. Elle a ce don qui complique tout. Et le plus douloureux, c'est qu'ils doivent travailler ensemble ! En plus, Carrie est une rebelle, elle n'aime pas suivre les codes. Ils ne pouvaient que souffrir en somme...

     

    Ce qui rend impossible leur relation au final, c’est la mémoire (dans un couple il faut aussi savoir « oublier » certaines choses). Mais c’est aussi ce qui la rend unique, non ?

    Tout à fait. Je pense que l'être humain a tendance à oublier naturellement certaines choses et c'est très bien ainsi. Elle, elle ne peut pas. Tout laisse des traces indélébiles dans son esprit.

     

    Vous étiez dans Brooklyn South à la fin des années 90. Déjà sur CBS. Qu’est-ce qui a justement changé dans les séries policières sur ces 15 dernières années ?

    Les recherches que j'avais faites pour ce show me sont encore très utiles aujourd'hui pour Unforgettable. Preuve que les choses n'ont pas tellement changé en réalité. J'avais fait des rondes en voiture avec des policiers de New York à l'époque. L'ambiance dans laquelle ils travaillent est unique au monde. J'ai adoré jouer dans cette série en tout cas. David Milch et Steven Bochco sont des génies de la télévision. Nous aurions aimé qu'elle dure plus longtemps car elle le méritait vraiment.

     

    En 2010, vous jouiez le premier rôle d’un pilote écrit par Michael Dinner. Il n'a pas été pris par CBS. Comment vit-on ce genre d'échec ? On se dit juste que ça fait partie du jeu ?

    C'est toujours difficile à vivre. Après Nip/Tuck, comme je le disais, je cherchais un rôle totalement à l'opposé de Sean McNamara et le héros de ce projet-là correspondait tout à fait à mes attentes. Mais je savais qu'après une aventure comme celle qui venait de se terminer, les choses n'allaient pas être simples, que je n'allais pas forcément réussir à revenir tout de suite à la télé et dans le bon projet. Après 25 ans de carrière, on apprend à vivre avec cette insécurité.

     

    Y a-t-il une série, un film ou un rôle dans votre filmographie que vous aimeriez oublier ?

    Il y a un vingtaine d'années, je suis venu à Paris pour présenter à la presse le film Congo et les journalistes l'avaient clairement détesté. J'en garde un mauvais souvenir. Je n'ai pas honte d'avoir fait ce film pour autant, mais ce moment-là, j'aimerais pouvoir l'effacer !

     

    © ABC Studios

     

    Vous disiez aimer changer de rôle, en chercher des différents. En quoi celui que vous avez tenu récemment dans Revenge l’était-il ?

    C'était amusant pour moi de jouer dans une série complètement à l'opposé d'Unforgettable. Mon personnage est très distinct de Sean, d'Al et de ce que je suis moi-même aussi. J'ai dû travailler dur pour comprendre l'univers du show, ses codes, et les personnages qui m'entouraient, leur manière de parler très particulière... Mais ce qui m'a le plus plu, et c'est d'ailleurs ce qui m'avait fait accepter la proposition à la base, c'était de pouvoir donner la réplique à Madeleine Stowe. Je l'admire beaucoup, c'est une actrice superbe.

    Un retour est-il à l'ordre du jour ?

    Pour le moment, ce n'est pas prévu, mais ça pourrait tout à fait se faire. Je suis d'autant plus partant qu'à l'heure actuelle, je suis disponible étant donné que le tournage d'Unforgettable est en pause suite à la grossesse de Poppy Montgomery.

     

    Quand vous repensez à Nip/Tuck, quelle est la première chose qui vous vient à l'esprit ?

    Julian McMahon ! On a passé tellement de temps ensemble... plus de 7 ans... comme un couple marié ! On est devenu très proches, très amis. Et toute cette aventure était totalement folle. C'était une véritable tempête que nous avons bravé à deux et avec bonheur.

     

    En quoi, selon vous, Dylan Walsh est "inoubliable" ?

    Parce qu'il a joué des tas de rôles très différents, bien qu'il ne soit pas une star de cinéma ou une star des tabloïds. Les gens n'oublieront pas ça de lui.

     

    Si vous ne connaissez pas encore Unforgettable, voici la bande-annonce de la première saison :

     

    Propos recueillis par Jean-Maxime Renault

    FBwhatsapp facebook Tweet
    Commentaires
    • bagoo68
      Même si je n'aime pas vraiment sa nouvelle série, il restera à mes yeux l'acteur culte d'une série culte : Nip/Tuck, un ovni télévisuel que je ne suis pas près d'oublier. Je comprends qu'il avait besoin d'un rôle plus classique après celui qu'il a campé pendant des années. Content de voir que la suite se passe bien pour lui.
    Voir les commentaires
    Back to Top