Mon compte
    Lisa Azuelos : "Il reste des esclaves dans le monde aujourd'hui : ce sont les femmes !"
    26 avr. 2014 à 18:00

    A l'occasion de la sortie en salles d'"Une Rencontre", Lisa Azuelos nous a parlé de son court métrage militant "14 millions de cris" et de son engagement en faveur de la liberté des femmes dans le monde...

     

    A l'occasion de la sortie en salles d'Une Rencontre, Lisa Azuelos nous a parlé de son court métrage militant et de son engagement en faveur de la liberté des femmes dans le monde. Porté par Julie Gayet, Adèle Gasparov, Alexandre Astier et Philippe Nahon, 14 millions de cris met en scène le mariage forcé d'une petite fille des quartiers chics de Paris. Rencontre avec sa réalisatrice engagée...

     

    Propos recueillis par Laetitia Ratane le 11 avril 2014.

    FBwhatsapp facebook Tweet
    Sur le même sujet
    Commentaires
    • ScaarAlexanderTrox
      Oui, théoriquement, je pourrais. Mais étant donné que mon com ne nécessite pas grand éclaircissement puisqu'il est assez explicite, ce ne serait pas tant une explication qu'une perte de temps. Je sais, j'en perds en ce moment-même, mais ça ne fait rien.
    • Marine L.
      Tu peux expliquer ?
    • Elisariel
      Atchoum :-P
    • bluelight o.
      "qu'elle parle beaucoup trop" ----> kouik! ^^
    • temjins
      Ak ok, c'est politique, d'accord...
    • temjins
      +1
    • Terentis
      Je pense qu'elle s'est gourée dans le dernier mot, je corrige : "Il reste des esclaves dans le monde aujourd'hui : ce sont les PAUVRES !"
    • UnknownX
      "ça me concerne beaucoup la liberté de la femme"... Ok, je ferme cette fenêtre, je devine déjà la suite idiote.
    • Elisariel
      "Militant" et "engagé". M'ouais...Beaucoup de poncifs qui font que primo je n'ai pas envie de voir son film, secondo qu'elle parle beaucoup trop, Lisa Azuelos.
    • wako
      Son "14 millions de cris" était déjà complètement à côté de la plaque. Rarement vu un court-métrage aussi mauvais. Et pourtant, il y avait Astier et Nahon, deux p'tains d'acteurs. Cette réalisatrice est déjà insupportable. Elle représente le féminisme de bas étage.
    • bluelight o.
      Le mariage Forcé c'est pas dans les deux sens? elle est un peu trop sure d'elle la reine de la comédie populaire C- .. Elle est loin du A +
    • bluelight o.
      balaye devant ta porte vieux "salop" malpoli
    • ScaarAlexanderTrox
      Wow, on tient une winneuse, là. Apprécions aussi le fait qu'elle ignore les victimes masculines de l'esclavagisme moderne, sans doute pas assez féminines à son goût...
    • Hareng rouge
      salope
    • Charles S ?ric
      l'esclavagisme moderne il est mis en place par l'omniprésence du marché et le marché il est paritaire il te la met profond peut importe que tu sois une fille ou un garcon ^^
    • Th?o G.
      Elle a perdu toute crédibilité pour moi, depuis qu'elle a annoncé une éventuel entrée dans le monde du cinéma pour Nabilla dans l'un de ses films. Si c'est cette image de la femme qu'elle veut renvoyer et prendre pour exemple Nabilla, qu'elle ne vienne pas blâmer l'image de la femme et leurs manque de présence. Comme s'il n'y avait pas assez d'actrices talentueuses ...
    • Ealmoy
      Joli ramassis de conneries. Affirmer que l'esclavage (hors femme apparemment) n'existe plus... Quelle aille dire ça à ceux qui vont dans les mines chercher les pierres précieuses qu'elle portera pendant les festivals. Ca s'appelle l'esclavage moderne et il se divise en plusieurs termes tels que le travail forcé, la servitude pour dettes, le travail des enfants etc. La Mauritanie (entre autres) pratique d'ailleurs encore aujourd'hui l'esclavage "classique", ("des hommes, des femmes, des enfants sont la propriété de leur maître et à leur totale merci. Ils ne peuvent rien posséder eux-mêmes. Ils peuvent être vendus, loués, échangés, offerts. L’esclavage y est souvent héréditaire. On peut encore naître esclave en Mauritanie.")Arrêtez de nous faire croire bêtement que l'esclavage actuel est lié au sexe, cela est lié à la richesse.
    Voir les commentaires
    Back to Top