Notez des films
Mon AlloCiné
    Beaune 2015 : rencontre avec John McTiernan : "l'époque de mes films est révolue"
    Par Corentin Palanchini — 27 mars 2015 à 20:04
    FBwhatsapp facebook Tweet

    Le festival de Beaune honorait hier John McTiernan pour l'ensemble de sa carrière riche en films d'action et en thrillers. AlloCiné a pu rencontrer ce mythique réalisateur d'Hollywood.

    Perusseau / Bestimage

    Cette année, le 7e festival international du film policier de Beaune avait choisi de rendre hommage au réalisateur américain John McTiernan pour l'ensemble de son oeuvre, de Nomads à Last Action Hero, en passant par Predator, Thomas Crown ou Die Hard. Rencontre avec un réalisateur atypique, qui a quitté le monde des studios de Hollywood il y a quinze ans, et qui ne compte pas y revenir un jour. Rencontre.

    Vous êtes honoré par le festival de Beaune, comme vous l'avez été l'an dernier à Deauville et à la Cinémathèque française lors d'une rétrospective de votre oeuvre. Pour vous les festivals représentent-ils l'avenir du cinéma indépendant ?

    Les festivals sont devenus représentatifs de la façon dont les films se montent aux Etats-Unis. Je l’ai déjà dit ailleurs mais les studios américains sont devenus des supermarchés où on ne vend plus à manger mais des étagères vides pour distribuer la nourriture. C’est ce que les studios de cinéma ont fait. Ils ne font plus de films, ils achètent des films. Ce qui est mieux pour les exécutifs des studios. Cela fait quinze ans qu’aucun producteur n’a été viré après l’échec d’un de ses films. Parce qu’ils n’en font plus.

    Ils ont une chance de voir à quoi il ressemble, de le tester –c’est leur truc, ça. Ils savent de combien le film va marcher et combien il rapportera. Donc le travail qui était fait dans les studios de développer un film, de savoir ce qui vaut un film et ce qui ne le vaut pas est retombé sur les festivals.

    Mais le cinéma n’est pas une science et un jour ou l’autre, les producteurs se font virer. Donc ils ont trouvé une meilleure façon de faire.

    Votre prochain film sera-t-il distribué en festival et si oui, dans des festivals français ?

    Probablement. Je l’espère. J’ai rencontré beaucoup de gens en festivals qui ont été très gentil avec moi, donc dès que j’aurais du neuf, vous serez les premiers avertis.

    Quel regard portez-vous aux anciennes stars de vos films (Arnold Schwarzenegger, Bruce Willis), qui tournent encore des films d'action, parfois avec du second degré, parfois non ?

    Je ne vais certainement pas faire mes choux gras en marchant sur les platebandes d’autres personnes. (Il laisse un silence). Je pense que l’époque de mes films est révolue.

    Paramount Pictures France
    Bruce Willis dans "G.I. Joe 2"

    Vos films oscillent entre action fun et esthétique. Pensez-vous que ces films soient encore réalisables dans l'industrie actuelle ?

    Ce serait entre difficile et impossible. On produit trop de ce genre de films, et la plupart sont nuls. Beaucoup trop copient ce que d’autres films ont fait avant eux et c’est devenu de la merde.

    Produire un film sans star attaché au premier rôle est-il toujours possible, selon vous ?

    J’adorerais avoir une star pour mon prochain film. Mais il s’agit de trouver la bonne personne. Vous savez, j’ai reçu des tonnes de script et je les ai tous refusés. Ce sont des films désagréables, je ne me vois pas dedans. Ils sont un peu immoraux, je ne sais pas exactement pourquoi, mais je ne comprends pas qu’il s’en tourne autant. Il y a tellement de colère dans ces films, la violence est célébrée… Si j’en ai la possibilité, je ferais un film positif. Ces scénarios, je ne peux pas les lire. Au but de dix pages je les jette.

    Vous avez un projet, "Warbirds", auquel John Travolta est attaché. Qu'en est-il ?

    Il était attaché au rôle. Le problème venait d’Hannibal Pictures [la firme productrice du film, avec laquelle McTiernan a des ennuis juridiques, NdlR]. Quand ils ont su que c’était avec John [Travolta]… Bref, nous le ferons un de ces jours. Mais ça va prend du temps avant que ces gens ne touchent plus à ce projet.

    De quel genre de film s’agit-il ?

    C’est un film d’aventures. Il y a beaucoup d’action mais le compteur de morts affiche zéro.

    Cela veut dire que vous ne ferez plus de films d’action ?

    Je ne préfère pas. Je travaille sur un projet qui me fascine. C’est à propos de Yamamoto. Ce n’est pas un film d’action, il y a 5 scènes de bataille. C’est une version alternative de l’Histoire dans laquelle l’amiral Yamamoto remporte la Seconde guerre mondiale. Certains y verront uniquement ma passion pour l’histoire navale, mais lorsqu’ils entreront dans le détail, ils verront que c’était une métaphore pour quelque chose de beaucoup plus intéressant. On va voir si ça aboutit. C’est beaucoup plus inventif que la plupart des choses que j’aie lu ces derniers temps.

    John McTiernan n'est pas exempt de reproches, comme vous le prouvent Michel & Michel !

    Faux Raccord N°60 - "58 minutes pour vivre" / "Une journée en enfer"

     

    Propos recueillis par Corentin Palanchini à Beaune, le 25 mars.

    FBwhatsapp facebook Tweet
    Sur le même sujet
    Commentaires
    • john_mc_clane
      Ce sont toujours les réalisateurs qui ont les regards les plus juste sur hollywood
    • Simon1310
      C'est exactement cela ces franchises sont ancrés dans les années 80/90, et essayé de les poursuivre jusqu' a maintenant cela n'a pu vraiment de sens. Mais le pire c'est ce que qu'ils les ont remplacé à savoir Transformer, Fast and Furious, et les films Marvel offrent des films à la limite de beauf, on donne aux spectateurs ce qu'il est venu voir un spectacle prévisible sans aucune inventivité.
    • Schwarzy T800
      Il aurait pourtant été parfait pour expendables 4 et die hard 6 :(
    • Kinopoivre
      Bravo pour l'honnêteté de cette interview ! Pas un mot pour dire qu'il s'est tapé des années de prison, et qu'il en sort à peine...
    • Djo A.
      quand les talents se réuniront enfin autour de DJO AUGUSTAN ,, un bon grand cinéma reviendra et c'est la solution, un cinéma parallele, un nouvel empure cinématographique,, pas besoin de 11 millions pour faire un film,, ce qui fait un film c'est avant tout de très bons acteurs ensemble et un réalisatur qui suive aime ces acteurs ,, le mec qui viendra à DJO AUGUSTAN reconquerera 25 millions de personnes qui ne vont plus au cinéma ,, qui demandent un retour de ces grands acteurs et auteurs!!!!
    • choukoula
      C'est triste ce ras-le-bol de beaucoup de réalisateurs vis à vis du cinéma actuel ...
    • mothra 3000
      le Cinéma semble etre devenu un produit de consommation jettable...aussi vu aussi tot oublié.... et les risques financiers sont énormes;donc on ressasse à l infini les meme concepts,jusqua user la corde..et elle se cassera un jour...il n y aura plus de Robocop; Mad max; Terminator; Alien, Retour vers le futur,parceque ce sont des concepts qui appartiennent à une époque,et ne sont pas transposables;car allant trop à l encontre du Cinéma Cannette de coca qui monopolise les écrans..
    • Simon1310
      C'est une franchisation du film de genre que ce soit de l'action ou du fantastique qui est la ligne directrice à Hollywood ( fast and furious, pirate des caraibles, avengers) mais par contre il n'y aucune création que ce soit au niveaux mise en scène ou de personnage ou créature mythique qui ne soit original: matrix renvoyé aux film asiatique et aux cyber punk et le dernier personnage un tant soit peu original c'est riddick qui etait une sorte de snake plisken. Il n’y rien du niveau de terminator, robocop, alien, predator, the thing comme créature mythique en tous cas je n'en ai pas le souvenir, par contre une exploitation jusqu’à épuisement de ses franchises avec le remake de the thing, et de robocop, le reboot de predators, le cinquieme terminator, et la prequel d'alien après les deux alien vs predator.Hormis les super héros pour l'essentiel, il y a maintenant une uniformisation et aseptisation des films de genre devenu inoffensif et oubliables.
    • mothra 3000
      Article sans concessions sur le désastre qu est devenu le Grand écran..., Big John, a bien raison de voir le cinéma comme fini... une époque révolue ne revient plus hélas... le projet d histoire alternative avec le Géneral Yamamoto est trés intéressant,il fait beaucoup penser au "Maitre du haut Chateau " de Dick,il faut ésperer que le projet aboutisse.
    • seke
      En espérant que les francais (ou autres) pourront produire ces prochains films. Luc Besson serait une bonne option (il s'était occupé des films de Kevin Costner et Tommy Lee Jones)
    • Deckard R.
      Je reviens de sa masterclass. La leçon a été très instructive.Bonne interview. En parlant de films d'action qui ne ressemblent plus à grand chose, il a notamment cité Michael BAY. 7 caméras, des plans large de l'action + des télés-objectifs sur les acteurs.Désappointé le pauvre McT.Vivement son retour.
    • Ruby.Rhod
      Ces propos sont juste... amazing. Un grand homme
    • fedor85
      Le conccurent de J.Cameron dans les année 80/90. bonne interview
    • Chocasse
      McTiernan, le meilleur tout simplement ... Ca me fait de la peine qu'il ne puisse et ne veuille revenir à Hollywood, mais d'un autre côté ça lui permet de garder son âme, son talent de réalisateur.L'article de déprime du jour ...
    • Sicyons
      Un regard lucide sur le cinéma de divertissement actuel. Pas étonnant venant de sa part.
    Voir les commentaires
    Back to Top