Mon AlloCiné
    Angélique, émotive, perverse... 10 visages d'Isabelle Carré !
    Par Laetitia Ratane — 25 nov. 2015 à 12:00

    A l'occasion de la sortie des "Chaises Musicales", nous avions rencontré Isabelle Carré, une actrice chaleureuse qui s'est confiée à propos de ses rôles éclectiques. Angélique, effrayante, étonnante, bouleversante, focus sur 10 de ses facettes...

    La fragilité incarnée

    Dans "Se souvenir des belles choses" de Zabou Breitman
    Pan Européenne Edition

    Etre coachée pour un rôle, c'est une trahison envers le metteur en scène !

    C'était l'angoisse ce film (pour lequel elle a reçu le César de la Meilleure actrice en 2003 ndlr), car j'avais peur de ne pas être crédible, si jeune pour incarner la maladie d'Alzeihmer. Il y a quelques cas en France mais cela reste très rare et associé à la vieillesse. Zabou m'a rassurée, me disant qu'elle y croyait, qu'elle croyait en moi. Sa confiance m'a dopée. Ensuite j'ai vu un coach pendant une heure. Plus jamais ! J'ai vraiment l'impression que c'était une trahison envers le metteur en scène à qui j'ai envie de faire entièrement confiance. Et puis je le répète, ne pas savoir ce n'est pas si grave. On construit et si ça se casse la gueule, personne ne vous en veut, surtout si vous avez essayé de façon sincère.

    Amnésique, fragile, inoubliable dans "Se souvenir des belles choses"

    Se souvenir des belles choses Bande-annonce VF

     

    FBwhatsapp facebook Tweet
    Sur le même sujet
    • Bande-annonce Les Chaises musicales : Isabelle Carré au chevet de Philippe Rebbot
    Commentaires
    • Nastassja640
      Irritante à souhait, toujours le même genre de films...
    • ariane o.
      Cette actrice me touche beaucoup… et sa filmo lui ressemble.
    Voir les commentaires
    Back to Top