Mon compte
    Suicide Squad : qui sont vraiment les super-vilains qui la composent ?
    Par Coline Feldmann — 29 juil. 2016 à 23:45

    Ils sont puissants, ils sont super méchants et ils sont fous : portrait des super-vilains les plus barrés de l'univers DC Comics.

    L’Enchanteresse, une magicienne qui a plus d’un tour dans sa manche

    Loin de l’adorable lapin sortant d’un haut-de-forme, ni même des studieux apprentis sorciers de Poudlard, la magie chez DC est tout sauf féérique. Si les héros et vilains possèdent des superpouvoirs innés ou qui leur ont été transmis par des puissances extérieures, L’Enchanteresse tire sa force de la magie noire. Un art aussi efficace que redoutable, à manier avec beaucoup de précautions. Née il y a 50 ans dans les vignettes de Strange Adventures #187, cette amatrice de sorcellerie fait sa première apparition sur grand écran dans Suicide Squad

    Warner Bros. France

    Abracadabra

    Créée par Bob Haney et Howard Purcell, L’Enchanteresse apparaît pour la première fois en 1966. Énigmatique et envoûtante, elle intrigue les lecteurs de l’époque qui prennent rapidement conscience du potentiel destructeur de cette super-vilaine, dont les cheveux changent de couleur en fonction de l’alias qu’elle adopte. Blonde quand elle est June Moon, elle semble presque inoffensive sous ses airs d’artiste free-lance sans histoire. Mais, lorsque sa chevelure prend une teinte d’un noir intense, tout bascule et la jeune femme se change alors en une inquiétante magicienne, douée de pouvoirs occultes.

    À l’instar de Liv, la morte-vivante d’iZombie, ce basculement se produit lors d’une fête qui tourne mal. Invitée à un bal costumé se déroulant dans un château, June s’isole au cours de la soirée dans une pièce cachée. Un inconnu s'y trouve déjà… Il s’agit d’un mage noir, dont on apprendra par la suite qu'il n’est autre que Dzamor, qui l’exhorte à combattre une entité maléfique dont il a décelé la présence. June se transforme en sorcière en prononçant le mot "enchanteresse". Douée d’une grande énergie mystique, elle peut venir à bout de monstres tels que des minotaures quand elle se métamorphose. Elle peut aussi se télétransporter et traverser les murs. Pour autant, une adversaire d’une autre nature va lui donner du fil à retordre : Supergirl.

    L’Enchanteresse vs. Supergirl

    Cousine de Superman, Supergil est l’antagoniste privilégiée de L’Enchanteresse. Bien que sa maîtrise de la sorcellerie permette à cette dernière de figer les pouvoir de Kara Zor-El lors de leur premier duel, toutes deux sont loin d’avoir dit leur dernier mot et cet affrontement présage d’autres face-à-face épiques. Semblant indestructible au premier abord, L’Enchanteresse a en réalité des failles intérieures. Faisant figure d’électron libre de la Suicide Squad, elle peine à canaliser ses pouvoirs. C’est alors qu’elle va trouver en Madame Xanadu un mentor idéal et bénéficier de l’aide de cette sorcière expérimentée pour dompter ses aptitudes. 

    Grâce au collier que lui donne cette conseillère en mysticisme – qui la prend sous son aile et lui fait intégrer le groupe des Sentinelles de la Magie – la super-vilaine reprend la main sur sa nature profonde. Une rencontre déterminante à plus d’un titre, puisqu’elle préfigure également l’entrée de L’Enchanteresse dans les rangs de la Justice League Dark, variante ésotérique de la Justice League. Ses membres possèdent tous la capacité de manier les ficelles du surnaturel, comme en atteste la présence de John Constantine, Deadman, Shade the Changing Man, Zatanna et, bien sûr, de Madame Xanadu. Cara Delevingne, encore novice dans le milieu du cinéma, décrit son personnage en ces termes : « June est une aventurière toujours à la recherche de grands frissons. Et elle obtient ce qu’elle souhaite, mais d’une horrible manière. »

    FBwhatsapp facebook Tweet
    Sur le même sujet
    • Suicide Squad : les super-vilains avec et sans leurs costumes
    • Suicide Squad spoilé par un jouet au Comic-Con 2016 ?
    Commentaires
    Voir les commentaires
    Back to Top