Mon compte
    Suicide Squad : qui sont vraiment les super-vilains qui la composent ?
    Par Coline Feldmann — 29 juil. 2016 à 23:45

    Ils sont puissants, ils sont super méchants et ils sont fous : portrait des super-vilains les plus barrés de l'univers DC Comics.

    Killer Croc, tueur à la dent dure

    Avec son apparence reptilienne et sa carrure de colosse bodybuildé, Killer Croc est un enfer de muscles pour quiconque voudrait s’en prendre à lui. Loin de se laisser marcher sur les pattes, le croco aux sens ultradéveloppés cultive une sauvagerie et une propension à la violence qui font de lui un vrai badass, comme il l’a maintes fois prouvé depuis sa première apparition en 1983 dans le Detective Comics #523. Une trentaine d’années plus tard, Killer Croc – littéralement "Croc le Tueur" – n’a rien perdu de sa rage carnassière. Dans les rangs de la Suicide Squad sous les traits d’un Adewale Akinnuoye-Agbaje méconnaissable, il n’est pas près de finir en sac à main. Portrait. 

    2016 Warner Bros. Entertainment Inc., Ratpac-Dune Entertainment LLC and Ratpac Entertainment, LLC

    Un corps couvert d’écailles

    Si on dit qu’il faut éviter de se jeter dans la gueule du loup, cet adage s’applique aussi à la gueule du crocodile. Mortelle dans le monde animal, celle-ci l’est d’autant plus chez DC Comics, au vu des rangées de dents acérées que dévoile le sourire éhonté de Killer Croc. À la manière du rictus si caractéristique du Joker, celui de l’homme-crocodile indique qu’il aime croquer la vie à pleines dents… du moins autant que donner de magistrales baffes et pratiquer la lutte. Excellant dans ce sport de combat, il possède de multiples aptitudes létales pour se débarrasser de rivaux gênants ou d’adversaires coriaces. Doué d’une force impressionnante, Killer Croc a aussi des capacités de régénération qui lui permettent de se remettre facilement de ses blessures.

    Ayant vu le jour sous la plume de Gerry Conway et le trait de crayon de Don Newton, il fait partie d’une catégorie de personnages anthropomorphiques, comme Cheetah la femme-guépard ou, dans une moindre mesure, le Pingouin, mais reste le seul homme-animal de la Suicide Squad, figure emblématique de la tendance eighties consistant à s’inscrire dans une veine plus physique. Avant de faire un tour par la case "asile", Killer Croc va prendre le temps de mener ses actions crapuleuses en freelance.

    Enfance en eaux troubles

    Né Waylon Jones, le super-vilain à la peau couverte d’écailles était un homme ordinaire avant qu’une maladie cutanée ne le transforme peu à peu en crocodile : il se tient debout sur ses deux jambes, mais a toutes les caractéristiques de ses congénères des Everglades. Mi-homme, mi-lézard mesurant deux mètres de haut, il tient son caractère indomptable d’une enfance empreinte de drames. Orphelin – sa mère meurt en le mettant au monde, son père se détourne de lui alors qu’il est encore bébé – Killer Croc est confié à une tante instable. Portée sur la bouteille, celle-ci ne prête pas attention au garçon, ni au mal-être qui le ronge à force de subir les moqueries de ses camarades quant à son apparence inhumaine. 

    En grandissant dans l'humiliation, Killer Croc développe une amertume tenace, qui mute en une insatiable soif de vengeance à l’âge adulte. Condamné pour meurtre à l’âge de 16 ans, le reptile à la sensibilité exacerbée ne sera libéré qu’après 18 ans de détention. Employé, un temps, dans un cirque pour divertir un public avide de sensations fortes, il aspire à un destin plus exaltant et commence à rêver de contrôler la pègre de Gotham, la place de parrain étant vacante suite à la mise à l’ombre de Tony Falco. Un dessein qu’il veut concrétiser en s’alliant à The Squid, mais qui échoue grâce à l’intervention de Batman. Qu’à cela ne tienne, le croco mégalo répand la rumeur selon laquelle il aurait tué l’homme chauve-souris et se rebaptise King Croc. Finalement destitué de son trône par le protecteur de Gotham – avec l’aide de Robin, Batgirl et Jason Todd – Killer Croc finit à l’asile. Habitué au centre de détention juvénile, où il a passé de longues années d’écolier turbulent, et à la prison où il a effectué sa première peine, Killer Croc est comme un crocodile dans l’eau sous les verrous d’Arkham. Prenant rapidement ses marques, il fait alors alliance avec ses partenaires de la Suicide Squad. Des bas-fonds de Gotham aux marais de la Louisiane, au cours de ses nombreux séjours en prison, Killer Croc s’est forgé une réputation de super-vilain à la dent dure. 

    FBwhatsapp facebook Tweet
    Sur le même sujet
    • Suicide Squad : les super-vilains avec et sans leurs costumes
    • Suicide Squad spoilé par un jouet au Comic-Con 2016 ?
    Commentaires
    Voir les commentaires
    Back to Top