Notez des films
Mon AlloCiné
    Ressortie Police Fédérale, Los Angeles : 5 choses à savoir sur ce violent polar de William Friedkin
    Par Marc-Emmanuel Adjou et Laurent Schenck — 5 janv. 2017 à 12:00
    FBwhatsapp facebook Tweet

    "Police Fédérale, Los Angeles" bénéficie d'une ressortie en salles depuis le 4 janvier. L'occasion de revenir sur cinq anecdotes de ce violent polar des années 1980 réalisé par William Friedkin.

    Police Fédérale, Los Angeles de William Friedkin

    Avec William L. Petersen, Willem Dafoe, John Pankow...

    De quoi ça parle ? Richard Chance est un flic tête brûlée, obsédé par la traque du faussaire Rick Masters. Le jour où son coéquipier est abattu alors qu’il menait une opération en solo, Chance va peu à peu dévier de la légalité pour parvenir à ses fins et régler ses comptes… dans un bain de sang.

    Splendor Films
    William L. Petersen

    1. Adaptation

    Police Fédérale, Los Angeles est adapté du roman du même nom de Gerald Petievich. Pour l'adaptation, le réalisateur William Friedkin n'a tenu compte que de 20% du contenu du livre. Petievich était un ancien membre des services de renseignement américain qui s'est reconverti en romancier et scénariste. Les longs métrages L'Extrême Limite (1993) et The Sentinel (2005) résultent aussi de deux de ses romans. A noter également que Petievich a signé le scénario du téléfilm Les Hommes du C.A.T. mis en scène par Friedkin en 1988.

    2. De vrais faux-billets

    Malgré tous les efforts de l'équipe de tournage pour empêcher leur fuite, les billets contrefaits pour les besoins du film ont fini par entrer en libre circulation. Même si leur qualité était irréprochable, ils comportaient néanmoins une faille de taille : tous étaient apposés d'une mention X. Cette marque a permis aux autorités de repérer les fraudes et de confisquer les faux-billets.

    3. Zones interdites

    Afin d'augmenter le réalisme de Police Fédérale, Los Angeles, William Friedkin a posé ses caméras dans des zones réputées dangereuses et dans les quartiers généraux des principaux gangs de la ville de Los Angeles : Temple Street, Slauson Avenue, MacArthur Park, etc.

    Splendor Films
    Willem Dafoe

    4.Conseil de pros

    De véritables ex-détenus ayant été condamnés pour trafic de fausse monnaie ont été engagés en tant que consultants sur Police Fédérale, Los Angeles et quelques agents de police ont contribué à l'élaboration de certaines scènes du film. Le réalisateur William Friedkin a également pu compter sur les précieux conseils de Gerald Petievich, auteur du roman dont est adapté le film, lui-même ex-agent secret. Par ailleurs, les scènes de la prison ont été tournées dans le pénitencier de San Luis Obispo et ce sont de véritables détenus qui font office de figurants.

    5. La course-poursuite

    La course-poursuite en voiture a été filmée en six semaines et fut la dernière séquence à être tournée de telle sorte que si quelque chose arrivait à un comédien, William Friedkin aurait tout de même la quasi totalité du film en boîte sans avoir à remplacer qui que ce soit... Par ailleurs, cette célèbre course-poursuite marque une date importante dans l'histoire du cinéma dans la mesure où, pour la première fois, la voiture de la police et celle des criminels se trouvent à contre-sens.

    A noter enfin qu'un an après la sortie du film, le comédien John Pankow a rencontré un policier infiltré dans un bistro qui lui a dit que la manière avec laquelle il a simulé la panique dans cette scène est extrêmement réaliste.

    Voir tous les secrets de tournage de "Police Fédérale, Los Angeles"

    William Friedkin Interview : French Connection :

     

    FBwhatsapp facebook Tweet
    Sur le même sujet
    Commentaires
    Voir les commentaires
    Back to Top