Mon compte
    Ghost In The Shell : "Scarlett Johansson est sexy même en faisant la vaisselle !"
    Par Brigitte Baronnet - Propos recueillis le 21 mars 2017 à Paris — 29 mars 2017 à 05:50

    Pour la sortie du film événement "Ghost In The Shell", nous avons pu rencontrer son héroïne Scarlett Johansson et son réalisateur Rupert Sanders. Découvrez notre interview.

    Ghost In The Shell arrive à l'affiche ce mercredi ! L'équipe du film était de passage à Paris la semaine dernière pour une avant-première événement au Grand Rex à Paris et des interviews avec la presse française et européenne. Nous avons pu nous entretenir avec Scarlett Johansson et le réalisateur Rupert Sanders. Découvrez notre interview en vidéo ci-dessus et quelques questions bonus ci-dessous :

    AlloCiné : Le film dure 1h46, ce qui est relativement court pour un film de science-fiction. Aviez-vous envisagé à l'origine une version plus longue ?

    Rupert Sanders, réalisateur : Non. Moi-même, je peux m'ennuyer au cinéma quand un film dure plus de 2 heures; les fauteuils peuvent vite devenir inconfortables. J'avais envie que ça soit un film punchy. Il n'y a pas vraiment de version plus longue pour être honnête. Tout ce qu'on a tourné est dans le film pratiquement. Il y a quelques courtes scènes, mais c'est tout. Le film a son propre rythme, mais la durée n'est pas quelque chose qu'on peut complètement contrôler. Mais il vaut mieux ça qu'un film qui dure 3 heures ! (rires)

    J'avais une question précisément sur une scène qui a disparu entre la première bande-annonce du film et le montage final : une scène de baiser entre Scarlett Johansson et une femme qu'elle rencontre dans la rue. Pourquoi a-t-elle finalement été coupée ?

    Cette scène a évolué constamment. C'est compliqué quand vous faîtes une bande-annonce plusieurs mois avant que le film ne soit terminé. Il y avait une scène avec un baiser. Mais plus on avançait dans la compréhension du film, plus on se disait : "hum... cette scène va trop dans ce sens". Le baiser rendait le film trop romantique, mais ce que nous recherchions c'était l'idée d'exploration d'une femme essayant de comprendre ce que c'est d'être humain. Il fallait aussi qu'il soit question de mémoire. Une fois que vous introduisez un baiser, ça renvoie à quelque chose de différent.

    Aviez-vous envie que le film soit sexy ? Quelle était la ligne que vous vous étiez fixé par rapport à  ça ?

    Pas vraiment. Vous savez, Scarlett est sexy, même quand elle fait la vaisselle (sourire). Ghost In The Shell a une sexualité. Vous devez en jouer parce qu'une des idées est que vous avez cette femme forte mais elle n'est pas sexuelle. Elle ne comprend pas vraiment sa sexualité d'une certaine façon. Elle n'est pas capable de se reproduire. Donc il y a définitivement des dynamiques intéressantes au sujet de la sexualité de Ghost In The Shell. Mais Scarlett est très sexy dans sa combinaison. Je pense que les jeunes verront plus le côté sexy que moi. Je suis vieux ! (sourire)

    Avez-vous des projets pour une suite ?

    J'ai des plans pour passer de "bonnes vacances" (prononcé en français par Rupert Sanders, Ndlr.) !

    Y a-t-il selon vous des intrigues qui pourraient faire l'objet d'une suite ?

    On a travaillé dur pour cette intrigue. J'essaye de ne pas penser au-delà des quelques semaines qui arrivent. Mais c'est un univers formidable. Je serai très heureux de travailler à nouveau dans le monde de Ghost In The Shell. De l'animé au manga, il y a un très vaste univers. Nous l'avons à peine effleuré. D'une certaine façon, notre film est une introduction à l'univers de Ghost In The Shell. C'est une première incursion.

    Juliette Binoche : "C'est vrai que j'ai souvent résisté à ce genre de film"

     

    FBwhatsapp facebook Tweet
    Sur le même sujet
    Commentaires
    Voir les commentaires
    Back to Top