Mon compte
    "J’ai essayé de m’élever au niveau de Avatar" : le réalisateur du Labyrinthe dévoile sa Planète des Singes
    Emmanuel Itier
    Emmanuel Itier
    -Correspondant
    Basé à Los Angeles, Emmanuel Itier accompagne AlloCiné sur les sorties américaines, en assurant interviews/junkets et couverture d’événements US.

    Révélé par son travail sur l'adaptation de la trilogie "Le Labyrinthe", Wes Ball revisite un univers culte de la science-fiction avec "La Planète des Singes : Le Nouveau Royaume", en salles le 8 mai. Rencontre avec le réalisateur.

    2023 20th Century Studios. All Rights Reserved.

    Le 8 mai prochain, les spectateurs retrouveront La Planète des Singes. Et un nouvel univers qui, plusieurs générations après le combat pour la liberté de César et ses compagnons, est désormais sous la domination d'un chef tyrannique alors que les humains sont retournés à l'état sauvage. Premier volet d'une nouvelle trilogie, Le Nouveau Royaume est confié à Wes Ball, qui avait transposé avec talent et succès Le Labyrinthe. A trois mois de la sortie du long métrage, il nous dévoile son approche et ses ambitions. Rencontre.

    La Planète des Singes : Le Nouveau Royaume
    La Planète des Singes : Le Nouveau Royaume
    Sortie : 8 mai 2024 | 2h 25min
    De Wes Ball
    Avec Owen Teague, Freya Allan, Peter Macon
    Presse
    3,2
    Spectateurs
    3,6
    Séances (1 149)

    Comment avez-vous vécu la pression de poursuivre cette saga ?

    Wes Ball (réalisateur) : Cette série a été créée en 1968 et c’est incroyable d’en faire partie après toutes ces années. Ca n’a pas été une chose facile de réussir la mission de continuer cette franchise. Nous avons un devoir d’honorer ce qui a été accompli avec cette saga mythique. Mais nous n’essayons pas de continuer ce qui a été créé précédemment : nous tentons vraiment de créer une nouvelle vision pour cet univers. Je pense que ce nouveau film va plus loin. Le message est que plus nous apprenons, plus nous devenons maîtres de notre pensée.

    "Nous tentons vraiment de créer une nouvelle vision pour cet univers"

    Est-ce que Andy Serkis, héros de la précédente trilogie, a été impliqué sur ce film ?

    Bien sûr, d’autant que je voulais qu’il fasse partie de cette création. Et même si il n’a pas été retenu pour jouer l’un des nouveaux personnages, j’ai partagé avec lui le scénario et nous avons beaucoup parlé de l’univers de La Planète des Singes. Andy Serkis nous a permis de rester fidèles à l’esprit de la franchise tout en prenant un nouveau départ.

    2023 20th Century Studios. All Rights Reserved.

    Il nous a également permis de mieux former les nouveaux acteurs qui devaient devenir des singes. Non pas prétendre être des singes mais véritablement le devenir. Nous avons demandé à nos acteurs de suivre plusieurs formations pour devenir le meilleur singe possible. Ils ont ainsi suivi des cours dans un "camp d'entrainement pour singes" : ils ont dû endosser des costumes de singes et vraiment rentrer dans leur peau. Cela a été un moment intense pour eux. Nous avons également travaillé avec un artiste du Cirque du Soleil pour préparer nos acteurs et créer une chorégraphie de leurs mouvements. Au final, vous ne pouvez pas prétendre être un singe, vous devez devenir un singe !

    2023 20th Century Studios. All Rights Reserved.

    L’approche dans la création des singes est donc la même que sur la trilogie avec Andy Serkis ?

    Oui, nous utilisons de vrais acteurs pour la motion capture de tous les personnages. Et nous tournons entièrement dans des décors naturels. C’est vraiment compliqué de rendre réaliste ce monde construit avec tous ces effets visuels. Je savais que ce film allait être un vrai défi mais je ne me doutais pas à quel point !

    "Le souvenir d’un passé à jamais révolu"

    Et il y a ce nouveau personnage fascinant, Proximus Caesar…

    C’est un peu le Genghis Kan de la Planète des Singes ! Il veut unir tous les singes sous son règne et systématiquement se débarrasser des rares humains qui sont encore en vie. Les humains sont appelés les "Echos". Comme s’ils étaient le souvenir d’un passé à jamais révolu. La plupart des jeunes singes ne savent même pas que la planète a été peuplée d'humains dans le passé. Proximus a réussi à domestiquer l’électricité et l’art de sculpter le cuivre. Il est couvert de cuivre et non d’or. Le cuivre est devenu la richesse ultime des ces singes. Proximus est vraiment le roi, l’empereur du Royaume de la Planète des Singes.

    2023 20th Century Studios. All Rights Reserved.

    Parlez-nous de ce royaume justement, et de l’univers visuel du film ?

    Je pense que si on a un grand "reset", tout redeviendra d’une beauté incroyable. La nature reprendra ses droits et la planète sera florissante. Même si, en dessous de tout, il y a les vestiges de notre civilisation, comme un fantôme qui reste en suspens. Visuellement, j’ai essayé de m’élever au niveau de Avatar mais sans avoir le budget de James Cameron.

    "Nous voyons le reflet de notre humanité à travers ces aventures"

    Et il semble qu’il y ait une fascination pour la conquête de l’Espace avec ce nouveau volet ?

    Oui et je pense que si nous avons la chance d’explorer toutes les idées que j’ai en tête, à travers trois films, nous aurons alors une nouvelle vision de la conquête de l’espace et de ce que cela signifie. Je pense que dans ce film, si vous regardez attentivement, vous verrez ce que nous avons en tête pour les films à venir.

    2023 20th Century Studios. All Rights Reserved.

    Est-ce que vous pensez que ce film dit quelque chose sur nous, les humains ?

    C’est ce que ces films nous apportent. Nous voyons le reflet de notre humanité à travers ces aventures. Je pense que ce film souligne encore plus notre désespoir et notre avarice. Mais d’un autre côté, je pense qu'il met aussi en lumière la compassion et l’empathie dont nous sommes capables. Il se focalise sur l’importance de l’enseignement : ce que nous apprenons peut nous libérer, le savoir est comme un bon virus qui peut sauver l’humanité, ou, dans ce film, sauver la planète des singes. A la fin, ce film pose la question cruciale de savoir si les singes et les humains peuvent vivre ensemble. Je pense que les thèmes du racisme et de la lutte des classes, qui étaient au centre des films des années soixante, sont toujours d’actualité.

    Est-ce qu’un nouveau public peut voir ce film sans être perdu, sans la référence des films précédents ?

    Absolument et j’ai tout fait pour que tout spectateur puisse passer un bon moment avec ce film, sans avoir vu aucun des films de cette franchise légendaire. J’espère que ce film donnera justement à un tout nouveau public l’envie de découvrir les autres films de cet univers fascinant.

    Propos recueillis le 12 février à Los Angeles par Emmanuel Itier

    FBwhatsapp facebook Tweet
    Sur le même sujet
    Commentaires
    Back to Top