Mon compte
    Ralph 2.0 : "Le plus gros film que Disney ait jamais fait" selon les réalisateurs
    12 févr. 2019 à 18:00
    Thomas Imbert
    Thomas Imbert
    -Chef de rubrique - Infotainment
    De la Terre du Milieu aux confins de la galaxie Star Wars en passant par les jungles de Jurassic Park, il ne refuse jamais un petit voyage vers les plus grandes sagas du cinéma. Enfant des années 90, créateur des émissions Give Me Five et Big Fan Theory, il écrit pour AlloCiné depuis 2010.

    Alors que la suite des "Mondes de Ralph" sort cette semaine dans les salles françaises, rencontre avec Rich Moore et Phil Johnston, les deux réalisateurs du 57ème long métrage d'animation des studios Disney.

    Walt Disney Animation Studios

    AlloCiné : Quel a été le point de départ de cette nouvelle aventure digitale pour Ralph et Vanellope ?

    Phil Johnston : Nous étions chez moi, en train de discuter de certaines idées. C’est une longue histoire, mais j’ai dû faire une recherche sur Internet à cause d’un truc stupide qu’avait fait mon épouse.

    Rich Moore : Elle pensait avoir été arnaquée, avoir été la victime d’une mauvaise blague.

    Phil Johnston : Et c’était le cas ! (rires) Mais c’est à partir de là que nous nous sommes posé la question : "Et si Ralph, d’une manière ou d’une autre, arrivait sur Internet, en passant par le wifi ou autre chose ?" Ça s’est littéralement passé comme ça. A partir de ce moment, ça a toujours été l’idée générale du film.

    Rich Moore : Ça s’est passé dans ton bureau, au-dessus du garage. Et on s’est dit que toutes les bonnes idées naissaient dans un garage. Walt Disney a débuté son studio dans son garage… On est un peu comme Bill Gates, Steve Jobs, tous ces gens… (rires)

    The Walt Disney Company France

    Sauf erreur, il s'agit de la toute première fois dans l'histoire des studios Disney qu'une suite sort au cinéma aussi peu de temps après l’original...

    Rich Moore : C’est vrai. Notre studio existe depuis 95 ans, ceci est notre 57ème film. Et durant ces 95 ans, il y a seulement eu deux suites avant celle-ci : Fantasia 2000, qui est sorti très longtemps après le premier, et Bernard et Bianca au pays des kangourous, qui avait aussi pas mal d’écart avec l’original, puisque ce dernier était sorti dans les années 70.

    Phil Johnston : Et ils n’ont pas été faits par les réalisateurs d’origine.

    Rich Moore : Oui, ce sont différents groupes de réalisateurs qui ont fait les suites de Fantasia, bien entendu, mais aussi de Bernard et Bianca. Donc c’est la première fois que les réalisateurs d’un film original décident d’en faire une suite. On est un peu des pionniers. (rires)

    Phil Johnston : On en revient à l’histoire du garage. (rires)

    L’ampleur de l’univers digital dans Ralph 2.0 se rapproche un peu d’un film comme Zootopie. Vous avez aussi un peu fait pour Internet ce que Pixar avait fait pour l’esprit humain dans Vice Versa…

    Phil Johnston : Pour nous, on était plus proches de Zootopie, au niveau des thèmes mais aussi par rapport à l’immensité de l’univers. Nous avions 5000 artistes qui travaillaient sur le film, et nous les avons tous réquisitionnés jusqu’au dernier pour donner vie à ce monde, parce qu’il s’agit du plus gros film que Disney ait jamais fait, que l’on parle du nombre de personnages, du nombre de lieux, de bâtiments, etc. Donc c’était un défi gigantesque pour nos chefs décorateurs, qui ont dû organiser non seulement la logique de l’univers mais aussi le langage de tous ces bâtiments, la manière qu’ils ont d’exister, de flotter…

    Rich Moore : Je pense que le film va surprendre le public. Ils s’attendent à voir une comédie sur le thème de l’amitié. Ils ne soupçonnent peut-être pas qu’il y a énormément de talents artistiques qui sont intervenus dans la fabrication de ce film, indépendamment du fait qu’il s’agit avant tout d’une comédie.

    2018 Disney. All Rights Reserved

    Concernant la séquence des princesses, était-ce un défi d’animer en CGI les plus anciennes d’entre elles ? Avez-vous travaillé avec les interprètes et les artistes originaux ?

    Rich Moore : Oui, oui et oui. Ma réponse ne va pas être très palpitante, mais notre plus gros défi a été de faire en sorte que toutes les princesses donnent l’impression d’exister dans un seul et même monde. Parce que si vous les retirez de leurs films originaux et que vous les mettez côte à côte, certaines sont très grandes, d’autres sont un peu plus petites. Leurs proportions dépendent de l’esthétique que l’on trouve dans leurs films respectifs. Ils nous a donc fallu les ajuster les unes aux autres, les animer dans un style qui ressemble un peu plus à celui de Ralph. Donc ça fait un peu plus "cartoon". A l'origine, certaines étaient animées à la main, donc nous avons dû traduire cela en CGI. Et nous avons eu beaucoup de chance parce qu’au studio, nous avons un animateur nommé Mark Henn, qui a supervisé l’animation de 4 ou 5 de ces anciennes princesses au cours des années 90 et 2000. Mark était présent à chacune de nos réunions, pour nous aider, nous et nos animateurs. Beaucoup d’entre eux sont d’ailleurs devenus animateurs en étant inspirés par les personnages de Mark. Il était là pour s’assurer que ces princesses restent fidèles à elles-mêmes, visuellement parlant. En ce qui concerne les voix, nous avons refait appel à toutes les actrices qui sont encore parmi nous. Bien sûr, ce n’est plus le cas pour Blanche-Neige ou Cendrillon. C’était incroyable de travailler avec toutes ces personnes. C’était comme une réunion de famille, le fait de rappeler tous ces gens et de leur faire retrouver leurs personnages...

    (Re)découvrez la bande-annonce de "Ralph 2.0", en salles aujourd'hui...

     

    FBwhatsapp facebook Tweet
    Sur le même sujet
    Commentaires
    • Lulu V
      La vraie question, c'est: pourquoi pas?Dis-moi : c'est quoi le but d'un langage? C'est la communication, on est bien d'accord?En l'occurrence, est-ce que c'est difficile à comprendre? NON. Pas du tout.Ce n'est pas compliqué à comprendre, donc ce n'est pas une erreur de l'utiliser. C'est comme ça que ça marche, la communication.
    • Lulu V
      Non mais quelle blague! Merci pour le fou rire.Quand on aime la langue française? La langue est un outil, espèce de demeuré.Est-ce que l'ouvrier doit aimer le marteau? Est-ce que le chauffeur doit aimer le bus? Non. C'est un outil, on s'en sert.En l'occurrence, on se sert de la langue pour communiquer, et à partir du moment où tout le monde connait le mot digital, il n'y a aucun mal à l'utiliser.C'est une erreur parce que ça fait doublon? Donc tous les homonymes portent à confusion, dans ce cas? Mais putain, c'est pourtant pas compliqué de différencier deux homonymes! C'est du NIVEAU PRIMAIRE! T'as quel âge, au juste? Et t'es toujours pas capable de comprendre ton langage natif?Soit dit en passant, je ne suis pas défenseur du langage. Mais quand un type dit une connerie, je le fais savoir. En l'occurrence, tu en dis un paquet ;) .
    • Sicyons
      Dis donc rigolo, avant de donner des leçons essaie de tenir des propos cohérents. Je l'ai dit : Digital est un mot anglais très mal utilisé. Tu le dis toi-même : il fait doublon avec la version d'origine latine qui elle a un sens, et est même du coup totalement trompeuse. Certains le justifient en prenant en compte l'explosion des terminaux tactile, ce qui au moins pourrait se comprendre, mais tu n'as même pas cette cohérence là. Bref, tu défends un mot qui n'a aucune légitimité dans la langue Française et n'y était utilisé que parce que personne n'avait cherché un équivalent français. J'ai connu l'époque où on l'utilisait et celle ou il a été petit à petit remplacé. Et quand on aime la langue française, il n'y a juste pas photo. Et ceci sans prendre en compte le fait même que ce terme était devenu ringard auprès des passionnés d'informatique. Quand on aime la langue française on ne promeut pas un terme qui est issu d'une inculture informatique totale et d'abus marketing. Si Mais peut-être sont-ce là les fondamentaux de la langue française pour toi, qui sait ?Et tu confonds le langage courant et la mauvaise utilisation de la langue, ce qui est toujours pratique pour justifier ses erreurs, je te l'accorde. L'absence de négation dans ta phrase initiale était juste une faute de français, et de la part de quelqu'un qui essaie de donner des leçons sur notre langue, c'est assez amusant. D'autant que pour info, l'école n'a jamais été faite pour y apprendre le langage courant. Etrange qu'un soit-disant défenseur de la Langue ne sache pas ça, non ? Un complexe d'infériorité dû à un échec scolaire qu'on essaie de compenser, peut-être ? Je m'égare...Bref, je laisse le Maître Capello du pauvre à ses certitudes et reprend mes activité numériques :) .
    • andiran23
      Sauf que le digit anglais vient du fait de compter sur ses doigts.Les dictionnaires le disent, digital est un emprunt. Pourquoi utiliser le mot emprunté à la définition confuse alors qu'on a numérique qui marche très bien ? Je me fiche du JDG.
    • Lulu V
      Et absolument rien, dans ton commentaire, n'infirme mon propos comme quoi ce sont des HOMONYMES, à savoir deux mots au sens différent mais avec la même écriture par définition. Le mot vous parle ou bien faut retourner en primaire?Il y a le mot digital venant du latin, qui lui est lié au doigt, et le mot digital venant de digit, qui lui se rapporte aux chiffres. C'est ce dernier qui est utilisé.Le mot existe et son utilisation ici est cohérente, peu importe qu'il soit vieux ou qu'il ne vous plaise pas.Soit dit en passant, ne pas utiliser la négation n'est pas une faute de français: c'est ce qui s'appelle le langage courant. Là encore, se référer aux cours de CE2 ou moins (ça se souvient plus des bases et ça essaie d'utiliser Internet...).
    • Sicyons
      Il faut effectivement revoir son Français de base.- Vous N'avez jamais entendu- Digital est un anglicisme qui a été remplacé par numérique depuis longtemps déjà. L'anglicisme a été beaucoup utilisé lorsque l'informatique a commencé à émerger en direction du grand public, à une époque où la France était à la traîne sur le sujet. Il n'y a plus aucune raison de de le réutiliser aujourd'hui sinon pour se la jouer. D'autant que ce terme français est pour une fois aussi légitime que cohérent, et contrairement à bien des traductions tardives il est loin d'être laid.Comme quoi même les professeurs en ont encore à apprendre...
    • Lulu V
      Ce n'est ni une mode, ni une erreur. Vous avez jamais entendu le mot homonyme? En français, il y a deux mots Digital: l'un en rapport avec les doigts, l'autre en rapport avec... les chiffres, le numérique.Note du professeur: pensez à revoir vos leçons de primaire... (lol)
    • Lulu V
      Digital vient de digit, latin pour CHIFFRES, liés (évidemment) au numérique.Ne pas confondre avec DigitUS, latin pour doigt, qui n'a RIEN À VOIR avec le mot digital utilisé ici.Je sais, c'est dur à croire, mais le JDG dit des conneries.Bref, tourner 7 fois sa langue avant de taper sur internet :p .
    • Cacatoes75
      Ce film est une énorme pub pour les GAFA et pour Disney, il doit déjà être rentable avant même d'être sorti
    • Clémentine C.
      Je m'en doute ^^ Mais j'ai tenté le coup quand même x)
    • andiran23
      C'est loin d'être le seul à en avoir parlé :P
    • andiran23
      A chaque fois j'ai envie d'hurler. Si au moins c'était un néologisme ou une erreur admissible puisque l'expression de base peut porter à confusion (comme autant pour moi qui est apparemment accepté, maintenant), une évolution naturelle de la langue, mais non, on a déjà un mot pour ça...
    • Clémentine C.
      Joueur du Grenier ? ^^ Je comprends pas pourtant. Une aventure pleine de doigts, moi ça me parle ^^
    • Might Guy
      Digital, ça vient de l'anglais aussi.
    • Sicyons
      Malheureusement c'est la nouvelle mode. Et c'est parti pour durer. Même les pros de l'informatique s'y mettent.
    • andiran23
      Quel a été le point de départ de cette nouvelle aventure digitalePour la millionième fois, on dit NUMÉRIQUE. Digital en français c'est pour les DOIGTS.
    • billprez
      je rêve du mème titre avec Dorcel à la place de Disney ....
    Voir les commentaires
    Back to Top