Notez des films
Mon AlloCiné
    Vernon Subutex : Virginie Despentes balance sur la série Canal+ adaptée de son oeuvre
    Par Jean-Maxime RENAULT (@J_M_Renault) — 16 mai 2019 à 14:46
    FBwhatsapp facebook Tweet

    "Une vision du prolétariat par la bourgeoisie", c'est ainsi que la romancière Virginie Despentes qualifie l'adaptation en série de sa trilogie "Vernon Subutex" pour Canal+ dans un article du magazine Society...

    Pendant l'intrégralité de la promotion de la série Vernon Subutex le mois dernier, Virginie Despentes, l'auteure de la trilogie dont c'est l'adaptation, a brillé par son absence. Un silence qui paraissait suspicieux et on comprend aujourd'hui pourquoi. Dans le magazine Society sorti cette semaine, elle n'hésite pas à dire ce qu'elle pense vraiment de la série, avec le franc-parler qu'on lui connaît, tout en reconnaissant qu'elle n'a pas souhaité regarder le résultat.

    A l'origine, elle devait participer à l'adaptation avec la co-scénariste et réalisatrice Cathy Verney. Mais elle a préféré claquer la porte au bout de quelques mois : "Au début, j'ai accepté de bosser dessus parce que la réalisatrice avait fait un truc qui s'appelait Hard que j'avais pas trouvé horrible. Mais au bout de trois mois, ça s'est délité". Elle explique son retrait par une écriture qu'elle qualifie de "vision du prolétariat par la bourgeoisie".

    Elle raconte plus en détails l'un des points de crispation : "Ils n'avaient aucune idée de rien, la seule chose à laquelle ils tenaient, c'était que Vernon doive plus de deux ans de loyer. Et tu leur dis : 'Mais pourquoi est-ce-que vous voulez qu'il doive deux ans de loyer ? C'est très rare de rester deux ans sans se faire expulser, dans un logement en plein Paris ! Je ne sais pas si c'est resté, mais ils y tenaient comme des fous. (...) Mais qui fait ça ? Vous connaissez quelqu'un qui fait ça, vous ? Non, personne.

    Despentes reconnaît toutefois qu'elle ne peut que relativiser l'expérience, vu l'argent qu'elle a touché suite à la vente des droits de la trilogie à Canal+ : "C'est une douche de thunes. C'est pas que je m'en fous, mais ça passe quoi. C'est politiquement que je suis vraiment déprimée. Et la réalisatrice, la pauvre, elle habite dans mon immeuble. Je la terrorise depuis un an et demi avec ma 'désagréabilité'". Cathy Verney est d'ailleurs habillée pour l'hiver : "Elle, en plus, c'est la soeur d'un très haut placé de Vivendi ; très, très proche de Bolloré. Ca, je l'ai compris quand on a commencé à travailler, et tu te rends vite compte qu'il n'y a pas de discussion possible : toi, tu vas partir, et elle va rester faire ce qu'elle veut. Et c'est ce qui s'est passé." 

    La série Vernon Subutex est toujours disponible sur Canal+ Séries et MyCanal. 

    Vernon Subutex - saison 1 Bande-annonce VF

     

    FBwhatsapp facebook Tweet
    Sur le même sujet
    Commentaires
    • Cooper1992
      Toujours un délice ce genre d'interview.
    • ouadou
      Despentes voudrait surtout pas perdre son statut de Rebelle, alors elle prend le pognon des méchants financiers et elle flingue une série qu'elle n'a pas regardé... Ses idoles c'est PNL et les gilets jaunes... Wouah quelle audace... ! Assez grotesque. On la préfère en romancière.
    • andiran23
      Aussi rare que bienvenu, ce genre de déclarations sans langue de bois. Quand la manière de faire les choses d'une chaîne ou d'un studio est mauvaise, faut le dire. L'avantage c'est qu'elle est tranquille, elle risque pas grand-chose, contrairement à un scénariste ou des acteurs, qui ont une muselière à cause de leur contrat
    • Might Guy
      Pas vu la série, mais ces déclarations en disent long sur la chaîne version bollo.
    • Cinédreamer69
      Ouah c'est rare ce genre d'ITV sans filtre
    Voir les commentaires
    Back to Top