Mon compte
    Years and years sur Canal+ : pourquoi c'est la série la plus puissante de l'année
    Par Jean-Maxime RENAULT (@J_M_Renault) — 2 sept. 2019 à 09:19

    Canal+ lance ce lundi 2 septembre "Years and Years", une chronique familiale politique et apocalyptique en 6 épisodes signée Russell T Davies fascinante et puissante, dont on ressort sonné...

    De quoi ça parle ?

    La vie des Lyons, une famille de Manchester, racontée sur 15 ans alors que la Grande-Bretagne se retire de l'Europe et qu'un nouveau monde émerge. Vivienne Rook, une célébrité rebelle devenue une femme politique majeure, divise l'opinion par ses prises de position controversées. Son arrivée au pouvoir va bouleverser le pays et bien au-delà...

    Créée par Russell T. Davies (Doctor WhoQueer As FolkCucumber). Avec Russell Tovey (LookingQuantico), Emma ThompsonRory Kinnear...

    Tous les lundis sur Canal+. Bande-annonce :

    Years and Years - saison 1 Bande-annonce (2) VO

     

    Il y a des séries qui vous divertissent, d'autres qui vous touchent, d'autres encore qui vous font réfléchir, et puis il y a celles qui ont tout, qui vous bouleversent autant qu'elles vous éclairent, qui convoquent toutes les émotions, et Years and Years, la nouvelle création de l'auteur britannique génial Russell T. Davies, entre sans aucun doute dans cette catégorie. Cette oeuvre en 6 épisodes -qui pourrait être amenée à connaître une suite- est d'une ambition folle, et mélange les genres avec une aisance et une finesse rarement égalées, en n'oubliant jamais de s'adresser au plus grand nombre. Présentée en clôture du festival CANNESERIES en avril dernier, elle a provoqué un tonnerre d'applaudissements dans la salle Lumière, habituée aux grands films et désormais aux grandes séries aussi.

    Dès le pilote, ce qui démarre comme une dramédie familiale profondément ancrée dans l'air du temps, légère et rythmée, joyeuseusement foutraque, prend peu à peu, au fil des mois et des années, la forme d'un récit dystopique, politique et engagé, jusqu'aux dernières minutes d'une puissance folle, qui la font basculer dans ce qui semble s'apparenter à un récit apocalyptique. On pense alors inéxorablement à la célébrée The Handmaid's Tale, tant le futur qui est nous présenté là, parfaitement effrayant, semble possible, si proche de notre réalité. Et si nous étions, sans même nous en rendre compte, en train d'y basculer ? De Black Mirror, autre référence écrasante, on n'en retrouve que quelques traces. C'est leur intelligence et leur compréhension du monde qui les réunit.  

    Puis il y a les personnages, qui bousculent les lignes et fascinent. Vivienne Rook d'abord, cette femme politique insaisissable, Donald Trump-esque dans un monde où le président américain a été réélu, qui n'est pas sans rappeler une certaine Marine Le Pen, jusque dans la gestuelle adoptée par Emma Thompson. Le fruit du hasard ? Peu probable. Quant aux Lyons, ils nous deviennent familiers en un montage tourbillonnant, une succession d'anniversaires d'une poignante mélancolie. Russell Tovey, pour la première fois au centre du jeu, émerveille dans un rôle fort, qui lui va si bien. Coup de coeur pour le personnage déstabilisant de la jeune Bethany, cachée à chaque instant derrière... un filtre snapchat chien... qui fait son coming-out... transhumain ! Years and Years est truffée de surprises. On ne voit pas le temps passer, alors qu'il y avance paradoxalement à la vitesse de la lumière. 

    FBwhatsapp facebook Tweet
    Sur le même sujet
    Commentaires
    • t-rexx
      Ce genre de séries, c'est exactement ce qu'on attend du cinéma / de la TV. C'est ce que le monde audiovisuel a de meilleur à offrir. C'est absolument brillant, fin, rapide, profond, vivant, projectif... C'est visuel, narratif, informatif, bien tourné, bien joué, bien mis en image, on est happé dès le pilote. Impossible de se défaire de la série. Et pourtant, il faut avoir l'estomac bien accroché car on parle ici non pas d'une dystopie, mais d'une simple projection des conséquences de ce que nous vivons aujourd'hui dans le monde : la désagrégation sociale (qui passe notamment par le questionnement sur le genre, le fragilisation du rapport au travail et des liens entre individus), l'évolution de la structure familiale (à la fois sous l'angle de son importance fondamentale pour les individus et de sa fragilité), la perte de sens et de valeurs dans la société (le vide spirituel décrit dans cette série est d'une profondeur insondable... et pourtant, c'est déjà notre cas à tous, pas seulement en Occident !), l'impact croissant de l'intrusion du tout numérique dans les vies, la robotique, le transhumanisme, le populisme et sa manipulation hasardeuse des esprits à force de coups médiatiques spectaculaires mais sans aucune profondeur réelle, la géopolitique et ses conséquences bien concrètes sur la vie de tous les jours (Brexit, Chine/USA), le péril croissant du changement climatique (avec, là aussi, des effets tout à fait crédibles en termes de migrations, de montée des eaux) etc. Quasiment tout y est. C'est du très, très, très bon !!
    Voir les commentaires
    Back to Top