Mon compte
    Star Wars : la trilogie du réalisateur de l'Episode 8 est toujours d’actualité
    4 nov. 2019 à 10:23
    Clément Cusseau
    Clément Cusseau
    -Rédacteur
    Après des études en école de cinéma, il intègre la rédaction d’AlloCiné en 2011. Il est actuellement spécialisé dans les contenus streaming et l’actualité des plateformes SVOD.

    En pleine promotion de son nouveau film "A couteaux tirés", le réalisateur Rian Johnson ("Les Derniers Jedi") a confirmé continuer à travailler sur sa nouvelle trilogie Star Wars.

    Lucasfilm Ltd.

    Quelques jours après l’annonce du départ des créateurs de Game of Thrones de la trilogie Star Wars qu’ils étaient censés concevoir, le réalisateur Rian Johnson a, quant à lui, confirmé que ses films étaient toujours d’actualité. Engagé par la société Lucasfilm Ltd. avant la sortie des Derniers Jedi pour écrire et réaliser une nouvelle série de longs métrages, le cinéaste s’est néanmoins offert une parenthèse loin de la franchise avec son polar A couteaux tirés (le 27 novembre au cinéma), un hommage aux romans d’Agatha Christie servi par un casting cinq étoiles : Chris Evans, Daniel Craig, Michael Shannon ou encore Jamie Lee Curtis.

    Actuellement en pleine promotion du film, Rian Johnson s’est exprimé au micro de nos confrères américains de Deadline, révélant être toujours lié contractuellement à l’entreprise Lucasfilm bien "qu’aucune nouvelle ne lui ait été donnée sur l’avancée du projet". Il n’est donc pas encore certain que le premier opus de cette nouvelle saga récupère le créneau du premier film de la trilogie auparavant développée par le tandem D.B. Weiss / David Benioff, originellement daté à la fin d’année 2022.

    Il faudra donc vraisemblablement s’armer de patience avant de découvrir cette nouvelle trilogie, d’autant que l’accent est désormais mis sur le développement de séries Star Wars pour la plate-forme Disney+ et que le neuvième épisode L’Ascension de Skywalker, l'épilogue tant attendue de l’histoir des Skywalker par J.J. Abrams, ne sortira sur nos écrans que le 18 décembre prochain.

    La bande-annonce d'A couteaux tirés, le nouveau film de Rian Johnson (Les Derniers Jedi) :

    FBwhatsapp facebook Tweet
    Sur le même sujet
    Commentaires
    • Hunnam29
      Oui, là où je suis d'accord, c'est que quitte à prendre Abrams pour le VII et le IX, on aurait pu le prendre pour le VIII. Puisque ça a l'air d'être son bébé au final cette nouvelle trilogie. Après, avoir plusieurs réalisateurs peut aussi rendre une saga intéressante (cf. Alien) et très hétérogène (mais dans le bon sens).Mais là effectivement, Abrams va s'amuser à rattraper ce qu'il n'a pas aimé dans le VIII, ce qui est un peu étonnant comme façon de faire. Après le VIII n'est vraiment pas inintéressant je trouve, bien au contraire.
    • Stringer B
      Ah ben tu as tout droit, mais en termes d'accueil de critiques professionnels, ils sont fiables. Ils t'indiquent ce qu'a pensé la critique dans son ensemble d'un film. Le fait est que dans sa globalité, la critique anglo-saxonne et européenne a aimé le VII et le VIII. C'est tout. Ca ne veut pas dire que tous les critiques étaient en pamoison, évidemment, mais clairement, l'accueil critique a été très positif.L'accueil des spectateurs, selon ces mêmes agrégateurs, a été très mitigé en ce qui concerne le VIII.
    • Stringer B
      Chacun des films sortis par Disney en live-action depuis John Carter jusqu'à Un Raccourci dans le Temps l'année dernière ont été mal reçus par la critique... Même leurs versions live-actions des classiques type Roi Lion ou La Belle et la Bête ou Dumbo sont reçus de façon mitigée la plupart du temps ou au mieux correctes. Faut arrêter la parano. Encore aujourd'hui, leur version de la Belle et le Clochard a été reçue de façon tiède. Aucun critique n'a été acheté.Tu as tout droit de penser que les critiques ont tort, même moi qui ai aimé le VIII trouve qu'ils sont trop dithyrambiques. Mais faut arrêter le complotisme.
    • Stringer B
      Je comprends. Quand je dis 'tu lis ce que tu veux' ce n'est pas du tout par mépris ou quoi au contraire, si je t'ai répondu avec des messages longs c'est par respect pour ton propos et pour ton intelligence, mais heureusement que tu n'es pas forcé de lire ou de répondre.
    • Nicano
      AH nan mais pas besoin d'être navré, t'as bien raison de vouloir developper ton propos, c'est juste que perso j'ai du mal a me motiver sur le net avec des messages trop longs.
    • Stringer B
      Navré si c'est trop long. Tu lis bien ce que tu veux.
    • Nicano
      J'adore le Pour resumer au debut et tu réponds un pave de 400 pages. Qui est sans doute tres interessant ;) Mais que désole, je ne lirai pas, ca commence a faire trop la, surtout quand c'est systématique sur chaque réponse.
    • Nicano
      Y'a quand meme des jugements de valeurs la dedans que tu présentes comme absolu mais qui n'ont aucune raison de l'être. Ce que j'ai surement fait aussi dans mes coms precedents.
    • Stringer B
      Je ne dirais pas qu'elle n'a pas de progression. Le truc c'est que sa progression est vraiment indissociable de celle de Ren, ce sont les deux vrais personnages principaux de la saga et en fait la saga ne les fait jamais progresser indépendamment l'un de l'autre. Ils ont une progression partagée. Luke avait une progression qui était nettement plus autonome, même si elle finissait par s'articuler à Vador à la fin du V.Là, tu as ces deux personnages qui n'en sont pas du tout au même point en termes de skill et d'entraînement mais qui en sont au même point émotionnellement, à savoir perdus et qui sont connectés. Ca n'impacte pas trop Ren, parce que vu que c'est le méchant, l'évolution n'a pas besoin d'être aussi poignante que celle du héros, mais du coup ça rend Rey un peu difficile d'accès. Elle a une progression un peu saccadée. Son problème, c'est qu'elle a de grands pouvoirs, mais qu'elle n'est jamais réellement en contrôle. À ce titre d'ailleurs, elle n'est pas capable de tenir tête à Snoke, tu te souviens mal. Snoke fait ce qu'il veut avec Rey, c'est Ren qui cause sa perte. Le seul personnage face auquel elle est compétente, c'est Ren, parce qu'ils forment les deux faces d'une même pièce, parce qu'ils ont ce besoin l'un de l'autre, parce qu'ils représentent tout ce que l'autre n'a pas et désire.Moi j'admets que je Rey ne me fascine pas. Ren est clairement plus intéressant. Mais leur relation est bien explorée. Personnellement je pense que ça n'aurait absolument pas posé problème que Rey soit difficile d'accès, comme tu dis, si à côté, tu avais eu un autre protagoniste, comme par exemple Finn, avec une progression et un arc plus classique. Le souci, c'est que comme à côté de Rey, tu as Finn, qui était prometteur mais n'a pas été bien exploité dans le VIII, et Poe dont on a déjà tout dit, ça manque d'un héros plus classique dans l'intrigue qui soit un underdog et derrière lequel on puisse se mettre. Rey n'est pas un underdog. Vu qu'en termes de profil, elle ressemble en fin de compte plus à Anakin qu'à Luke, il aurait fallu un Obi-Wan en quelque sorte, un personnage plus cool et plus classique qui nous serve parfois à voir Rey d'un autre point de vue. Finn aurait pu être ce personnage, mais ils sont séparés durant tout le VIII.PS : les prétoriens en même temps, ce ne sont que des gardes. Là encore, à part dans l'UE, que savait-on d'eux à part qu'ils font bien devant les portes ? x) Qu'ils soient tués par un Sith bien formé et une jeune Jedi débutante mais qui soit un peu dans un rush, il est où le problème ? Je rate vraiment quelque chose pour que ça ne m'ait pas choqué du tout. Parce que vraiment autant tous les autres aspects évoqués, je me suis posé des questions de fond en comble, autant les prétoriens, en fait je n'y ai même pas pensé quand j'ai vu le combat.
    • Stringer B
      Quant à l'idée qu'une oeuvre manichéiste vienne forcément avec des limites en termes d'intelligence et de nuance, ben... non en fait. Ça dépend de ce dont elle parle. Le Seigneur des Anneaux est la plus grande trilogie du cinéma moderne, et Tolkien a une vue post-romantique manichéenne du déclin de la spiritualité en Occident qui s'exprime d'ailleurs par la répartition géographique du bien et du mal, et même si c'est une vision problématique d'un point de vue socio-politique, c'est absolument fascinant d'avoir exprimé l'idée du déclin spirituel par le biais des Elfes, et du fait qu'ils sont beaux mais désespérément détachés des besoins et des désirs des gens plus ordinaires, dont toutes les autres races représentent des aspects plus associés à l'homme, comme l'amour du foyer pour les Hobbits, la gloire pour les Hommes, l'avidité et la solidarité chez les Nains.Et surtout, tu as dans le SDA un discours absolument fascinant sur l'intégration d'écrits au sein d'une oeuvre de fiction. Tolkien tenait à montrer que l'intégration de récits telle qu'elle était conçue dans le poème épique, l'intégration de poèmes ou déclamations intégrés à une trame narrative permettait de crédibiliser un univers de fiction et pas forcément de mettre le doigt sur sa nature fictionnelle, ce qui n'était pas du tout le discours dominant à l'époque au milieu du XXème où le roman classique et la réalité qu'il entendait décrire était remise en question par un tas d'auteurs qui voulaient écrire des romans qui ne parlaient volontairement de rien, et s'appuyaient sur des procédés métatextuels, des mise en abyme, etc. Tolkien a écrit cette oeuvre (et Jackson a récupéré cette thématique) en montrant que le récit ou l'écrit intégré au récit permettait de dépasser l'opposition traditionnelle entre la fiction qui ne souffrait pas qu'on mette en évidence sa nature de fiction par l'intégration au récit de mise en abyme, et la fiction qui s'en réjouissait. Le Seigneur des Anneaux n'est ni l'un ni l'autre, c'est une oeuvre qui utilise la création d'écrits fictifs internes au roman à la fois pour détailler le worldbuilding, donc dans un but d'illusion référentielle, mais également pour rappeler la tradition épique dont vient le roman et le fait que la littérature épique, qui est la première littérature de l'histoire occidentale, est la récupération de traditions orales dans l'écrit.Tolkien représente d'ailleurs dans le SDA le camp du Bien comme le camp du récit et de la mémoire, là où les représentations de Sauron et de ses séides sont toutes articulées autour du néant et de l'oubli, de ceux qui n'ont pas d'histoire et pas de mémoire.Bref, une grande oeuvre doit parler à la fois du monde extérieur, mais également de l'art ou du médium dans lequel elle s'inscrit. Le manichéisme te permet de dire des choses tout aussi intéressantes sur le réel et sur la fiction que le réalisme psychologique. Tout simplement parce que l'idéalisme et la matérialisme sont deux idéologies qui disent également des choses tout aussi intéressantes l'une que l'autre sur le réel et sur la fiction. C'est pour ça que littérairement, une oeuvre post-réaliste comme Harry Potter dit des choses tout aussi intéressantes sur le réel et sur la fiction qu'une oeuvre romantique et manichéiste comme le Seigneur des Anneaux. Et pour autant, en ce qui concerne les films, ben le manichéisme porté par une vraie vision d'auteur intègre et riche comme les films du Seigneur des Anneaux est trois ou quatre crans au-dessus de la saga HP au cinéma où l'adaptation (à l'exception du 3) ne tire pas assez profit du réalisme psychologique assez finement développé par Rowling dans les bouquins parce que les réalisateurs et scénaristes ont manqué de vision.
    • Muad Dib
      POur Kylo je suis d'accord. Mais Rey... je ne parviens pas à comprendre ce personnage. Déjà je trouve Daisy Redley effroyable, elle joue mal, on a toujours le sentiment qu'elle plisse les yeux face au soleil c'est affligeant comme jeu. Ensuite son perso est beaucoup trop fumé à mon gout, Han/Luke /Leia réunis. Tous les autres persos réunis ne servent à rien a coté de cette fille qui peut littéralement tout faire mieux que tout le monde et sans progression quelconque. Avant que Luke soit en mesure d'affronter Vador il subie un échec fragrant et annoncé. Rey ne tombe jamais et deviens du jour au lendemain capable de tenir tète à Snoke, Kylo et des prétoriens (qui font semblants de se battre mais passons).
    • Stringer B
      Oui sauf que la prélogie raconte l'échec de ces Jedis et de leur manichéisme, donc là c'est toi qui tombes dans un écueil. La trilogie originale est la seule où on peut parler de manichéisme, parce qu'il n'y a pas dans les grands moments d'exposition ou d'établissement des enjeux de tentative de nuance de l'Empire ou de la Rébéllion. Mais la prélogie n'est pas du tout manichéiste, elle raconte l'échec d'une conception manichéiste du bien et du mal qui est celle du Conseil. Le personnage de Qui-Gon qui meurt tragiquement en n'ayant pas pu former Anakin, qui se retrouve formé par Obi-Wan qui agit par loyauté pour son ancien maître mais qui est le toutou d'un Conseil des Jedi borné et arrogant, la façon dont Palpatine tire parti de cette arrogance pour établir son pouvoir... C'est le scénario classique des soi-disant 'hommes de bien qui ne font rien'. Le principe même de la prélogie par l'idée de la prophétie, à savoir la suggestion que le Conseil a cru qu'ils obtiendraient leur héros, celui qui serait leur Jedi et qui rétablirait l'équilibre dans la Force, et qui deviendra finalement leur fossoyeur mais également ensuite celui des Siths, est d'aller par-delà le bien et le mal.Le manichéisme, on en parle lorsque le bien et le mal sont des donnés qui ne sont jamais étudiés ou remis en question. La première trilogie elle-même examine ces questions à travers Luke et ce qu'il découvre sur son père, et la façon dont Obi-Wan et Yoda tentent de lui dire qu'il devra forcément tuer Vador et arriver avec en tête de le tuer alors que Luke leur prouve que non. Ils ont déjà une conception de 'ce qui doit être fait' qui est en échec, qui clashe avec celle de Luke.Il faut arrêter de faire des abus de langage. Dire que Star Wars est manichéiste est un abus complet du terme. Star Wars est un récit mythique, avec des caractérisations de personnage archétypales et en ce sens s'oppose à une caractérisation réaliste qui prend traditionnellement en compte le moi social, tous les aspects de la vie d'un individu. Mais tout ce qui n'est pas réaliste n'est pas pour autant manichéen. Star Wars c'est de l'écriture Shakespearienne. Shakespeare n'a rien de manichéen, il n'est juste pas réaliste au sens où il est dans une caractérisation des personnages qui est de culture chrétienne ou post-chrétienne qui effectivement est empreinte de manichéisme. Mais le manichéisme dans la fiction dénote de partis pris beaucoup plus figés sur ce qu'est la différence entre le bien et le mal que ça ne l'est dans Star Wars. La conceptualisation de la Force et du Côté Obscur et du Côté Lumineux hérite évidemment de syncrétismes culturels qui reposent sur le thème de la lutte du bien contre le mal, donc elle ont une origine manichéiste. Mais il est assez bien établi dans l'univers Star Wars qu'en dépit du fait que la Force et les pouvoirs qu'elle confère à des individus sont réels, cette conception du Bien et du Mal est largement assujettie au discours institutionnel de ceux qui la pratiquent, et qu'en l'occurrence, ils n'ont rien d'infaillible. On est loin des sagesses incontestables d'un Gandalf ou d'un Aragorn dans le Seigneur des Anneaux.Tu as une dose de manichéisme dans le premier épisode de la saga, parce que l'Empire est établi comme essentiellement mauvais et la Rebéllion comme des héros. Mais dés le V, au niveau individuel, tu commences à avoir des conflits, au sein du camp des gentils, entre différentes façons de voir le bien, un conflit qui se déploie à travers le V et le VI.Et la prélogie n'existe que pour dire que l'Empire n'était certes pas super sympa, mais que le tyran a été élu par la voie démocratique et que les pseudo-hommes de bien n'ont en fait rien fait et sont tombés dans leur propre piège, et que la responsibilité est bien plus vaste et dépasse de loin le seul empereur mais qu'elle engage la façon dont la république s'est désintéressée de ses marges et des planètes qui ne lui rapportaient rien comme Tatooine pour s'engluer dans des conflits économiques et se militariser. Le manichéisme ne domine plus du tout dans la prélogie.La postlogie continue simplement cette tendance de remise en question non seulement des hommes mais aussi des institutions qui sont au principe de l'univers Star Wars, sauf que ça frappe, parce qu'elle le fait en récupérant des éléments d'intrigue de la trilogie originale qui était la seule à être vraiment manichéenne par moments.Donc dire que la saga Star Wars était ridiculement manichéiste, c'est absurde. Le bien et le mal sont conceptualisés donc il y a un héritage de cultures manichéistes dans le worldbuilding de Star Wars, mais ces notions sont remise en question de façon parfois tellement radicale que c'est impossible de parler de manichéisme sans prendre d'énormes pincettes.
    • Stringer B
      Moi je pense que le souci, c'est que les arcs de presque tous les personnages sont répétitifs du VII au VIII qui se sent obligé de repasser où le VII n'est pas bien passé, à tort ou à raison. Ça n'aurait pas dû prendre autant de temps pour Finn de rejoindre la cause de la Résistance, en tout cas pas deux films entiers. Je le trouvais bien dans le VII, en tout cas prometteur, mais Johnson a voulu créer cet arc au casino pour expliquer qu'il faisait plus qu'agir pour Rey, mais l'arc n'est pas assez convaincant. Au mieux c'est un moment d'expansion de l'univers sympathique et maladroit un peu dans le style de la prélogie (un renvoi aux courses de divertissement, aux esclaves dominés par des gens cupides), au pire, c'est un moment pas très efficace narrativement dans le film. Alors qu'il aurait fallu je pense se pencher un peu plus sur le pourquoi de la défection d'origine de Finn. Je n'avais pas de problème avec le fait qu'on nous présente ça comme une sorte de choix fondamental sans explication dans le VII, ça donne une vibe mélodramatique qui est très Star Wars, mais ç'aurait été bien d'en apprendre plus sur Finn. Après, l'arc essaie d'explorer qui il est, mais n'est qu'une version un peu plus politisée de son arc avec Rey dans le VII.Sur Poe on est globalement d'accord. J'ai trouvé son arc pas inintéressant dans le VIII et bien écrit, mais le problème, c'est la conceptualisation générale du personnage dans le VII et le VIII ne peut pas y faire grand chose (et je le salue pour avoir essayé). En revanche, sur Rey, je la mets sur le même plan que Kylo Ren parce que moi ils sont indissociables. Pour moi, c'est la seule partie du récit où tu sens une forme d'intégrité forte qui dépasse les deux films. Ce sont vraiment les deux personnages qui font cette nouvelle trilogie. C'est juste que Rey, vu que c'est un peu un mélange entre Luke et Anakin, n'est pas juste un héros page blanche comme Luke dans lequel tu peux t'investir, mais un personnage plus angoissé et énigmatique qui ne trouve du sens que dans le binôme avec Ren. Et Ren, je le trouve vraiment très bon, mais pas juste par le biais de l'acteur. Je trouve que son écriture est très bien, et plus je regarde les films, plus je crois que je préfère qu'on en sache pas tant que ça sur son passage du côté obscur. C'est problématique par rapport à Snoke et au trop plein de mystère autour de ce personnage, mais pour Kylo Ren, c'est ce qui permet de ne pas non plus essayer de justifier ce qu'il est devenu. Même si on a de la compassion pour lui, c'est un vrai psychopathe, et c'est ce qui en fait un personnage nouveau et vraiment intéressant pour la saga et vraiment distinct des méchants précédents, avec je trouve un côté repoussant un peu à la Commode dans Gladiator qui fait très shakespearien et donc très Star Wars là encore.
    • Nicano
      Exact, merci. Le montage cut pour illustrer la force est dingue, c'est surement la meilleure scene de la saga qui parle de la force. Tous les gars qui se plaignaient des midi-chloriens a l'époque, la on a une scene qui montre, par la mise en scene, que tout est lie dans un tout harmonieux. Au lieu de juste le dire dans les films d'avant.
    • Nicano
      Une saga ou y'a le cote obscur et le cote clair, et tu peux passer de l'un a l'autre et c'est tout, mais c'est pas manichéen ? Hmm, mais bien sur. C'est justement le rejet de nuances dans cet univers qui a pousse Anakin a devenir Vador. Pourtant y'a un Jedi supposément gris dans cette saga avec Qui-Gon, mais chut, faut pas oser prononcer les mots de jedis gris dans les films, ca commencerait a devenir trop chaud.Mais encore une fois, t'es tombe dans un écueil. Tu admets toi meme qu'il y a des degrés de manichéisme, en parlant de SdA qui est l'oeuvre la plus manichéenne de l'histoire de la culture populaire. Je ne dis pas que SW est parfaitement et absolument manichéenne, et si c'est le cas j'ai eu tort. Je dis que ca reste ridiculement le cas quand meme.Sinon, je ne rejette pas les manichéismes, puisque j'aime SW et SdA, et surement tout un tas de trucs sans nuances. Les oeuvres ont le droit d'y faire appel, évidemment. En revanche, une oeuvre manichéenne vient forcement avec ses limites en terme de pertinence et d'intelligence. C'est inevitable. Sauf surement exception si le manichéisme est géré avec cynisme ou ironie, par exemple, mais c'est pas tous les jours. C'est pour ca (mais pas que, attention) qu'a mon sens, des oeuvres SW ne peuvent pas atteindre les sommets. Quand tu parles du monde avec un regard d'enfant de 5 ans, ce qui est, grosso modo, le cas de SW, tu ne peux pas faire un truc de ouf derriere. Et c'est pas méchant de dire ca, Lucas lui-même assume que ce sont des films pour gosses, et ca empêche pas la majorité des Disney d'être tres bons. Ca empêche pas que c'est super cool. Cela dit, quand un film débarque et ose apporter un nombre de nuances hallucinant, je pense qu'il faut applaudir et encourager le film en question, et ce, malgré les failles parfois ridicules de SW8.
    • Muad Dib
      Pas d'accord du tout pour le coup mais il semble bien que nous n'ayons pas le même avis sur le film.Je ne ressens absolument rien pour Poe ni pour aucun personnage d’ailleurs, ils traversent tous les films comme des fantomes, certains ayant du mal à montrer une émotion (Rey) d'autres ayant le comportement d'un personnage de cartoon (Finn) d'autres étant juste des imbéciles heureux (Poe) ou des clichés ambulants (Hux), le seul qui s'en sort correctement c'est Kylo mais l'écriture générale des films n'aide pas Adam Driver alors que l'acteur est excellent.Tout est prétexte dans ces films à nous forcer a apprécier ses nouveaux héros sauf que ça ne fonctionne jamais, le spectateur se questionne sur l'univers et la situation alors que les films s'en tapent de répondre à quoi que ce soit, on peine à comprendre où l'on veut nous amener et les reals semblent plus occupé à vouloir nous en mettre plein la vue qu'a vouloir se poser deux secondes pour nous expliquer quoi que ce soit ou nous faire aimer qui que ce soit.
    • Muad Dib
      pas sur
    • Rastan
      Vous pouvez discuter pendant des heures de l'intro.Mais elle est a l'image du film entier.L'intégralité du long métrage est un faux raccord a lui tout seul.Chaque décisions du réalisateur/scénariste est un non sens.Toutes considérations du Lore en place.Même si on est fan de l'humour a Toto.Les impériaux pilonnent une base ennemie.Mais ils laissent un vaisseaux de combat venir au contact ?Ils laissent le pilote les troller sans même tirer un coup de tourelle ?Dans le pire des cas.Pas de rayon tracteur ?La flotte Impériale entière est focalisé sur son discours pour ne pas voir le reste des vaisseaux arriver ?Hux sensé représenter le chefs des armées,le dirigeant du Mal incarné est successivement ridiculisé devant ses hommes par Poe,par Snoke et plus tard par Kylo Ren.Mais qui obéirait a un guignol pareil ?Comment peu tu avoir une quelconque empathie pour la nana dans le bombardier.Alors que chaque scène a tension est entrecoupée par un moment Benny Hill ?Et le pire ,comme je le disais ,c'est que c'est comme ça pendant tout le film !Le 7 n'est certes pas très inspiré,mais...On nous laisse avec Luke qui s'est exilé,en laissant une carte pour le retrouver au cas où.On n'en sait pas plus sur le sujet.Mais le teasing est là.Dans le 8,on s'aperçoit qu'en fait,il ne voulait pas qu'on le retrouve.Dans ce cas ,pourquoi laisser une carte ?Il nous dit qu'il s'est coupé de la Force.Dans ce cas pourquoi s'installer au dessus d'une cave d'où émane le coté obscur ?Il nous dit que les Jedi doivent disparaitre.Dans ce cas pourquoi n'a t'il pas jeté le manuel du petit Jedi,qu'il conserve religieusement dans l'arbre,a la mer comme son sabre et son X-Wing ?Alors ,on peu reprocher au 7 de n'avoir délivré que des informations brutes ,sans explication.Mais pourquoi avoir démoli le peu de bases qu'il a posé et qui méritaient d'être développées ?Et on peut analyser chaque scènes du film.A chaque fois ,c'est juste dénué de bon sens.Les rebelles qui ignorent l'existence du Traceur.Mais qui savent où il se trouve,avec en plus le plan tridéo du vaisseaux mère adverse...Etc...Etc...Sérieusement ,si ce n'était pas estampillé Star Wars.Tout le monde s'accorderait a dire que c'est un Nanar.Parce que s'en est un.Et le film serait déjà passé en pertes et profits.Comme Mortal Engine,par exemple.Alors que pour le coup.Ce dernier aurait mérité bien mieux.Et enfin pour finir,et parler du mécontentement des fans qui vont jusqu'à dire que Genious Johnson a démoli la saga.Amuse toi a transposer chaque scène dans la trilogie originale.Imagine.-Leïa dans l'intro ,capturée par Vador qui le regarde dans les yeux et lui balance un Eh Vador,Va dehors ! (Même niveau que Hux/Hug/Ta mère)-Imagine l'Empereur se servir de Tarkin comme d'une serpillère sur le pont de l'étoile noire.-Imagine Vador dans un pantalon qui lui remonte sous les tétons ,face caméra.-Imagine le Fantôme de Sir A.Guiness danser la gigue et balancer des éclairs de force sur les arbres de Dagobah en expliquant a Luke qu'il a perdu son temps avec le sénile Yoda et son apprentissage désuet.-Ou le même Kenobi traire un Bantha et s'en foutre partout comme Luke.-Imagine Mon Mothma ,qu'on connait depuis 5 mn,prendre une corvette corelliene et se jeter sur L'étoile noire.-Imagine Han Solo sortir de la carbonite et Lando commenter Ah Solo a des fuitesRemet ,chaque scène en perspectives et dit moi qu'aujourd'hui en 2019 ,on serait encore a parler de Star Wars 42 ans plus tard...
    • Stringer B
      Moi je trouve que la scène fonctionne parce qu'elle montre que l'invincibilité de Poe ne change rien à ce qui se passe ensuite, ses soldats meurent sous sa garde et il ne revient à Leia qu'avec un succès très mitigé. Il prend une décision qui lui retombe dessus et qui aura de lourdes conséquences durant tout le film. C'est aussi pour ça que je trouve la comparaison avec ce que peut faire Han dans la trilogie originale et un peu injuste (surtout dans le IV et dans le V) pas très opératoire, parce que Han n'est jamais dans une situation de ce genre. Au mieux, tu as la fin du IV mais il revient aider ses amis, il n'est jamais dans une situation de commandement avec des responsabilités hiérarchiques comme Poe, donc la tension ne se situe pas du tout sur le même plan. Avec Han tu t'inquiètes pour Han, et pour Luke et Leia. Là, la scène a un impact en termes de caractérisation morale pour Poe et pour les thématiques d'ensemble du film sur le leadership et l'échec. On n'a jamais vraiment eu de personnage comme Poe, hormis peut-être les Jedi avec la République dans la prélogie.
    • Nicano
      Pas moi ;)
    Voir les commentaires
    Back to Top