Mon compte
    The New Pope (Canal+) : "L'Eglise est encore plus sexiste que le reste du monde"
    Par Jean-Maxime RENAULT (@J_M_Renault) — 27 janv. 2020 à 16:56

    Rencontre avec le réalisateur Paolo Sorrentino et ses actrices Cécile de France et Ludivine Sagnier autour de "The New Pope", diffusée actuellement sur Canal+. Il y est question de féminisme, de sexisme, de génie et d'audace...

    Gianni Fiorito © Wildside/Sky Italia/Haut et Court TV/Mediaproducción 2019. All rights reserved

    Dans The New Pope, le scénariste et réalisateur Paolo Sorrentino s'intéresse à ses personnages féminins en leur donnant plus d'ampleur que dans The Young Pope. Une nécessité pas si facile à mettre en oeuvre : "Le problème du Vatican, c'est que c'est un monde d'hommes où il est difficile d'introduire des personnages féminins. J'avais envie de garder celles qui étaient déjà présentes en leur donnant plus de place" nous confessait-il au lancement de cette nouvelle saison pour le moins ambitieuse, dès son extraordinaire générique, au son du morceau électro "Good Time Girl" de Sofi Tukker. "L'idée de départ, c'était que les soeurs carmélites transforment leur dortoir en discothéque. Nous avons tourné de manière plus stylisée, afin d'aller au-delà de la réalité" raconte-t-il. Une audace unique en son genre puisqu'il change à chaque épisode, comme s'en émerveille Ludivine Sagnier alias Esther : "C'est une vraie preuve de liberté. On n'a jamais vu ça nulle part. On se demande à chaque nouvel épisode ce qu'il va avoir fait.

    La grève des nonnes est au coeur des premiers épisodes de The New Pope, tel un reflet de l'émancipation des femmes de plus en plus forte dans notre société à l'ère post-#MeToo. Et ce n'est évidemment pas un hasard, c'est même basé sur des faits réels : "Je voulais affronter cette question de la revendication des nonnes, qui est quelque chose de réel mais dont on ne parle que timidement dans la presse. Et cela va prendre de l'ampleur je pense, au même titre que dans le reste de la société" explique Sorrentino. L'Eglise est-elle selon lui aussi sexiste que le reste du monde ? "Encore plus ! Les nonnes n'ont aucun rôle, elles vivent en fonction des hommes". Ludivigne Sagnier rappelle alors une réflexion intéressante de Lenny (Jude Law) dans la série : "Il dit que le seul moyen de donner plus de privilèges aux nonnes, c'est d'en enlever aux hommes car leur rôle n'est pas d'accumuler les privilèges mais les privations." 

    Gianni Fiorito © Wildside/Sky Italia/Haut et Court TV/Mediaproducción 2019. All rights reserved

    [Sofia] a assez de couilles au cul !

    Ainsi, Ludivine Sagnier et Cécile de France ont évidemment été ravies de voir leurs rôles, très opposés, prendre de l'importance au cours de ces neuf épisodes riches. Deux personnages de femme complexes, avec beaucoup de choses à jouer. Cécile de France voit Sofia comme une "une femme de pouvoir, très forte, très intelligente, très drôle, et très attachante", une femme moderne et libre en somme. "Paolo voulait que je sois toujours habillée avec des vêtements clairs, comme si j'étais la lumière au milieu d'un nid de serpents. C'était important pour moi de représenter une forme de douceur et de sensualité, tout ce qu'il peut y avoir de fantasmagorique chez une femme dans ce monde d'hommes. Elle a toutes les armes pour se positionner dans un microcosme tellement patriarcal" explique-t-elle, avant d'ajouter avec tout le franc-parler qu'on lui connaît : "Elle a assez de couilles au cul ! Elle n'a peur de rien. Elle prend sa destinée en main, elle ne se place jamais en victime.

    A l'exact inverse, Esther sombre littéralement dans cette saison 2 : "C'est une femme avec des valeurs archaïaques, une foi qui ressemble plus à de la crédulité, ça se voyait dans la première série et ça se confirme dans la 2e. Elle n'a aucun outil pour se sortir de l'oppression masculine. Elle va d'humiliation en humiliation. Elle perd complètement pied" selon Ludivine Sagnier. "Cela montre bien les dérives religieuses qui existent. Combien quand on est dépourvu d'amour et privé de soutien on peut facilement dévier sa foi vers une forme d'asservissement obscur et aveuglé. Cela permet de comprendre pas mal de déviances de notre société actuelle. Esther confond le songe avec la certitude, la dévotion avec l'asservissement" analyse-t-elle.

    Les deux actrices ne partagent toutefois aucune scène ensemble, à leur plus grand regret : "C'est très frustrant. Il y a un seul jour où on a tourné ensemble, pour le générique sur la plage. On a eu froid ensemble. Elles évoluent dans deux univers différents. On a fait beaucoup de films ensemble, et on représente deux types de femmes très opposés en général. Donc on a l'habitude de ne pas jouer ensemble !" Ce qui ne les empêchait de se raconter régulièrement leurs expériences au téléphone, étant amis dans la vie. 

    [Sorrentino] est comme un peintre...

    C'est Cécile de France qui définit le mieux le plaisir à jouer devant les caméras toujours aux aguets de Sorrentino : "Je me suis régalée car j'avais l'impression d'être aux premières loges pour observer un génie du théâtre, de la danse, de la peinture. Il est comme un peintre qui va composer chacun de ses cadres en se passionnant pour l'harmonie, les couleurs, le graphisme. J'adorais avoir la sensation d'être le modèle d'un peintre. Et comme un chorégraphe il nous demandait des mouvements de têtes bizarres parfois, ou des gestes très précis, et ça me fascine. C'est très différent du cinéma français. On s'éloigne de la réalité."

    Un tournage long, qui demande un sens de l'adaptation à toute l'équipe, des comédiens aux techniciens : "Il m'avait surprise dès la saison 1 parce qu'il arrivait parfois avec des propositions étonnantes par rapport à ce qui était écrit. Du coup, sur la saison 2, je préparais les scènes à la fois comme elles étaient écrites mais aussi à l'opposé total." raconte Ludivine Sagnier. "Paolo s'autorise, grâce à une équipe solide qu'il connait bien car il travaille toujours avec la même, à garder une spontanéité. Il s'autorise à changer le dispositif de mise en scène prévu à la dernière minute et tout le monde a la capacité de réagir et de s'adapter. Tout le monde est à son écoute pour répondre à ses impulsions" poursuit Cécile de France, avec admiration. 

    Propos recueilis lors d'une table ronde à Paris

    The New Pope se poursuit tous les lundis soirs sur Canal+ :

    The New Pope - saison 1 Bande-annonce VOST

     

    FBwhatsapp facebook Tweet
    Sur le même sujet
    Commentaires
    • Alexandre Q.
      Malheureusement oui...
    • gargolok
      Dans cette serie , des le generique de début , les femmes ( ici des soeurs) sont présentées comme des catins dansant sur de la techno , puis , on nous les montre qui fornique a droite a gauche avec une naine comme Mère superieur....Le réal se moque de qui en disant defendre les droits de la femme???Quelle vision honorifique pour vous mesdames!!
    • gargolok
      hum? Alexandre , est tu baptisé?
    • gargolok
      oh oui mon frère , des ténèbres de plus en plus obscures ou les chrétiens n'ont plus la foi et ne croient plus en rien , il portent des noms chrétiens , sont baptisés , font les communions mais crache sur l'eglise , comme cet Alexandre Q apparement
    • Raoul
      1. En démocratie chacun peut donner son avis, même s'il est différent du tien. 2. La série n'est pas anti catholiques. Au contraire, je dirais. Mettre en avant les problèmes des pédophiles en voulant virer les homosexuels de l'église (saison 1) ou de la misogynie en saison 2 ou les mesures prise par le Pape Malkovitch en saison 2, c'est pour faire évoluer et avancer l'Eglise. Le tout est assez original sur l'esthétique, la bande son et les intrigues à la GoT.
    • Alexandre Q.
      AMEN ! Les cathos donnent constamment leur avis, sans même qu'on le leur demande et sans véritables arguments alors pour une fois que ça tape dans l'autre sens, on ne peut que s'en délecter !
    • Détective CONAN
      Je commence à saturer les pseudo élites et stars qui crache sur les catholiques à longueurs de temps sans véritable arguments ou contexte.Mel Gibson, le monde à de nouveau besoin de toi. Avec tu ne tuera point tu nous apporter ta lumière, mais l'humanité replonge de nouveau dans les ténèbres....
    • Seb
      Quoiiiiii?! L'Eglise serait une institution archaïque ?! Ben dis donc ^^'
    Voir les commentaires
    Back to Top