Notez des films
Mon AlloCiné
    Black Widow, Tenet : 85% des spectateurs américains sont prêts à les voir chez eux plutôt qu'au cinéma
    Par Corentin Palanchini — 21 août 2020 à 11:40
    FBwhatsapp facebook Tweet

    Un sondage relayé par Variety indique qu'en moyenne 85% des spectateurs américains sont prêts à voir les films les plus attendus de 2020/2021 chez eux plutôt qu'au cinéma. Détails ci-dessous.

    The Walt Disney Pictures

    Les Américains sont-ils prêts à renoncer à la salle de cinéma ? Alors que les cinémas sont fermés dans plusieurs pays dont les Etats-Unis et que le blockbuster Mulan sera uniquement diffusé sur Disney+ dans les pays où la plateforme est implantée, un sondage relayé par Variety étudie la relation des spectateurs américains avec la salle de cinéma.

    Ce sondage, commandé par Performance Research avec Full Circle Research a été réalisé entre le 3 et le 10 août sur un panel de plus de 1000 personnes vivant aux Etats-Unis. Il a été effectué sur deux questions principales :

    • Seriez-vous prêts à patienter pour voir un film très attendu chez vous en le payant 20 dollars ?
    • Quand et comment préféreriez-vous voir ces films ?

    En sachant que les chiffres qui suivent ne totalisent pas toujours 100% à cause des arrondis, voici ce qui en résulte.

    Question 1 : Seriez-vous prêts à patienter pour voir un film très attendu chez vous en le payant 20 dollars ?

    Les réponses à la première question sont divisées entre "Je ne veux voir le film qu'au cinéma" (rouge), "Je le verrai probablement au cinéma" (rose) "Je ne suis pas sûr / je m'en moque" (gris clair), "Je vais probablement attendre pour le voir chez moi" (bleu ciel) et "Je vais attendre et le voir chez moi" (bleu marine).

    Les résultats varient selon le délai d'attente entre la sortie cinéma et la sortie VàD à 20 dollars. On voit par exemple que s'il n'y a aucun délai entre la sortie cinéma et la mise en disposition VàD d'un film, le nombre des gens qui le verront de chez eux passe à 39% soit près d'un spectateur sur deux. Ajouté à ceux qui le verront "probablement chez eux", on obtient 57% des spectateurs. En revanche, si le délai entre la sortie cinéma et VàD est de 90 jours, ce chiffre descend à 44% (ce qui reste élevé). Donc plus le délai est long entre la sortie d'un film en salles et sa mise à disposition en ligne, plus les gens envisagent d'aller au cinéma.

    La part des défenseurs de la salle de cinéma à tout prix oscille de 12 à 7%, selon le délai.

    On peut constater que la part de gens prêts à voir le film chez eux est plus forte si le film sort en ligne 7 jours après son passage au cinéma que finalement si le jour de sortie est le même au cinéma et en ligne. On note aussi que la proportion des gens prêts à aller au cinéma n'est pas si différente que le délai entre les deux sorties soit de 17 jours ou simultanée. Aux Etats-Unis, où la chronologie des médias est souple, c'est une information qui pourra être exploitée.

    Dans chacun de ces calculs, on note environ 30% d'indécis ou de non intéressés par le débat. C'est peut-être eux que les exploitants vont devoir convaincre de retourner en salles si les majors se décident à y sortir leurs films. Pour l'instant, seul Tenet a franchi le pas, en sortant "où il peut". En France, il sera disponible mercredi prochain, 26 août.

    Question 2 : Quand et comment préféreriez-vous voir ces films ?

    Les réponses à la seconde question sont divisées entre "Je ne veux voir le film qu'au cinéma" (bleu ciel), "Je préfère le voir au cinéma mais je suis d'accord pour le voir chez moi" (bleu) et "Je me moque de le voir au cinéma, je veux le voir maintenant et chez moi" (bleu marine).

    Si seuls 30 à 37% des sondés sont prêts à voir le film uniquement sur leur écran de télé / rétroprojecteur, cumulés avec les 48 à 55% des gens qui sont prêts à faire pareil même s'ils préféreraient le voir au cinéma, on se retrouve avec des scores entre 84 et 88% d'Américains prêts à voir un blockbuster chez eux plutôt qu'au cinéma. Un coup dur pour les exploitants.

    Performance Research with Full Circle Research
    Performance Research with Full Circle Research

    Contrairement à la première question, il est ici question de films précis et le pourcentage de gens se déplaçant au cinéma est un peu meilleur (entre 12 et 19% selon le film), un chiffre qui est souvent doublé voire plus par les gens qui souhaiteraient le voir immédiatement et chez eux. Une moitié des camemberts (48 à 55%) sont attachés à la salle mais seraient prêts à craquer et à voir le film chez eux s'il était mis à disposition. En d'autres termes, l'attente générée par ces films pousserait la majorité des Américains à voir le film en ligne plutôt que de vivre l'expérience cinéma.

    Il faut aussi rappeler qu'actuellement, Tenet sortira au cinéma dans les pays où il peut sortir, ce qui pourrait lancer un mouvement des studios vers ce mode de fonctionnement tant que dure la pandémie. Il n'est pas illogique d'imaginer que les Américains ont répondu aussi favorablement pour la vision des films chez soi dans le contexte où ils pourraient se voir privés de certaines sorties alors qu'elles seraient parfaitement visibles dans d'autres pays.

    Il ne faut pas oublier que la plupart des cinémas américains sont fermés. Le drive-in a remplacé pour l'instant les salles, et si seuls 6% des sondés l'ont pratiqué depuis le début de la pandémie et que 22% ne s'y déplacent pas, 42% se disent très intéressés par l'expérience et 31% "un peu intéressés". Il y a là aussi peut-être une solution à envisager pour la diffusion des blockbusters à venir. Autant de réflexions que vont devoir mener les réseaux de salles, en attendant un retour à la normale qui se fait désirer.

    FBwhatsapp facebook Tweet
    Commentaires
    • Plaza13
      Je suis reconnu diabétique ( je précise reconnu car les taux ont été abaissé, il y environ 10 ans pour en reconnaitre plus ;) )je suis revenu de Thaïlande début février avec un début de crève via 12h d'avion ou la majorité reniflait et toussait avec un passager qui faisait un malaise...le lendemain, j'ai vu un proche (86 ans) que je vois pratiquement tout les jours a qui je fais tout les jours la bise (avant et depuis mon retour)...Elle n'a aucun problème de santé, a vécu la 2eme guerre mondiale, n'a jamais eu de grippe sévère, ne s'est jamais vacciné et ne porte pas de masque sauf dans les lieux obligatoires.Tout ce cinéma n'est qu'une mascarade que les fragiles gobent en demandant du rab...A qui profite le crime ?une dernière pour la route : j'ai vu mon toubib récemment , il a arrêté le traitement pour une maladie reconnue chroniqueje repose la question : a qui profite le crime ?
    • tueurnain
      Terrible analyse, mais qui risque bien de se vérifier dans la décennie à venir....
    • tueurnain
      Exactement, quand à la soit disant explosions des cas, c'est une fumisterie, il y a encore 4 mois on faisait moins de 100 000 tests par semaine, 350 000 au début de l'été, on en est à 800 000 maintenant et probablement 1 million à la rentrée...Ah c'est sur que quand on cherche VRAIMENT, on finit par trouver...Mais très très majoritairement des cas bénins ou asymptomatiques (à peine 300 hospitalisations pour 5000 cas diagnostiqués, environ 10/15 morts et là encore uniquement des personnes très agées et/ou multi-pathologiques).N'ayez pas peur, vous ne risquez absolument rien en allant au ciné si vous n'êtes pas très âgées et/ou multi pathologiques.Et dans le doute, si vous avez ce genre de personnes dans votre entourage proche, gardez vos distances et évitez les gros bisous, ça devrait suffir...
    • Plaza13
      C'est sure, c'est pas la même expérience.... En salle : - On peut pas mettre pause pour aller au toilette ou payer le livreur de pizza ....ou mettre retour en arrière quand on veut réécouter un dialogue.- on a le plaisir d’être mal assis quand un bon canapé/fauteuil nous attend chez soi.- on a le plaisir maintenant de porter un masque pendant 2/3h.- On a ce moment de joie et de bonne humeur de demander a son voisin d'éteindre le portable ou d'écouter la dinde du rang d’à coté pouffer de rire dans un moment de tension...- c'est voir un film mal calibré en 3D ou sombre car il faut économiser la lampe qui coute un bras...peuchère...- c'est profiter d'une mauvaise résolution et de chutes de framerate quand le BR 4K vu sur une simple ps4 est juste parfait.- C'est le fameux dolby atmos de la mort qui tue que l'on paye très cher dans son billet alors que du matos abordable fait aussi bien le job voir mieux quand on est mal placé dans la salle...Sauf pour mater en 3D/4DX/Imax et bientôt ScreenX).. c'est à dire max 3 films/an : y a bien longtemps que la plus value de la salle a disparu.
    • Plaza13
      1) Parce que tu crois qu'ils vont demander ton avis ?2) l'expérience ciné....blabla bla : discours faisandé deja à l’époque des vidéos-clubs...argument en mousse d'un puriste car le public dans sa grande majorité ne s'est jamais posé ce type de problème sur une cathodique de 70cm avec un format K7...D'ailleurs beaucoup ont enrichi leurs culture du 7eme art comme ça...3) De plus, c'est méconnaitre la qualité du matos actuel dit grand public...4) les minots habitués a mater leurs vidéos sur smartphone dans le métro actuellement n'auront aucune pudeur de gazelle à l'age adulte a zapper la salle.5) Qui ? a l'époque d'Amazon, de Deliveroo etc etc... Qui aura encore envie de se frapper les bouchons, la place de parking à trouver, se faire la queue, la pub d'avant film, l'incivisme des gens avant et pendant le diffusion du film ?...sans parler de l’hygiénisme ambiant que nos dirigeants nous préparent avec leurs fameux risque sanitaire pour tout et surtout pour rien ? (l'annonce du port obligatoire du masque en salle depuis hier)Qui aura encore envie de subir toutes ces contraintes et obligations dans cette nouvelle et merveilleuse décennie qui s'annonce ?Et ça, les studios sont en train de l'anticiper car ils regardent uniquement leurs intérêt.le Mulan de Disney n'est que le poisson pilote d'un nouveau modèle économique.
    • Blasi B
      les studios ont fait des études de marché pour faire payer le juste prix aux consommateurs on est sur que c'est pour le juste prix et pas plutôt pour faire un max de bénéfice? parce que le juste prix pour moi ce serait celui du ciné, ou ce qui permettrais de rembourser un minimum le film.... pas ce 20 dollars qui me donne la sensation qu'ils ont peur de ce faire enfler par des familles nombreuse, sans prendre en compte les gens célibataire ou seul.
    • Chuck Carrey
      Parce que pour toi, le cinéma se limite aux studios qui produisent le film. Donc oui, de ce point de vue ça ne va pas changer grand chose. Mais le cinéma ce n'est pas que ça, c'est aussi l'expérience que le spectateur vit dans la salle de cinéma. Et cette expérience pourrait finir par disparaître. C'est ça le problème. Voir des films chez soi, c'est très bien, mais ça ne vaut pas la salle.
    • Plaza13
      je peux relire 100 fois ta réponse et j’écrirais 100 fois la même réponse...en quoi la disparition d'un canal de diffusion est un risque pour le 7eme art quand il est remplacé par un autre ?
    • Chuck Carrey
      Lis la réponse que je t'ai envoyée plus haut ;)
    • Chuck Carrey
      Oui mais l'expérience ciné n'est pas la même que de regarder un film chez soi sur la télé. Et pas juste pour les gros blockbusters, même pour un plus petit film, le fait de le regarder sur un grand écran, dans une grande salle avec du son de qualité, ce sera toujours mieux que de le regarder chez moi sur ma télé.Donc se diriger vers une disparition des cinéma, même une disparition partielle où il serait toujours possible de regarder les boockbusters sur grand écran, ce serait de mon point de vue très dommage et une vraie perte pour l'industrie.
    • Chuck Carrey
      Le risque sous-entendu, c'est la disparition des salles de cinéma telles qu'on les connait.
    • Chuck Carrey
      L'industrie du cinéma ne compte pas uniquement les studios. C'est un tout formé à la fois par les studios et par les exploitants. La disparition de de l'un ou l'autre implique forcément la perte d'un morceau du cinéma. Il sera sûrement remplacé, certes, mais c'est tout de même une partie de l'histoire du cinéma qui s'achèverai si ça en arrivait jusque là.
    • Plaza13
      100 fois raisons : 1500 morts/jour mi avril et 15/jours hierla messe est dites.
    • Plaza13
      - Un Disney se mate en famille normalement...donc un foyer est gagnant.(le prix d'un BR pour rappel)- c'est un nouveau modèle économique qui s'installe et les studios ont fait des études de marché pour faire payer le juste prix aux consommateurs : des films compris dans l'abonnement et des exclus à l'achat avec des tarifs adaptés selon son cout de production. (Mulan n'est pas un série B)
    • Plaza13
      Ce n'est évidemment pas le cas pour tous les films: tout a fait !Les salles perdureront uniquement pour leurs technologies (3D/4DX/Imax et bientôt ScreeneX)
    • Plaza13
      c'est deja le présentl'épisode covid ne fait qu’accélérer le comportement deja bien implanté depuis des années chez le spectateur.
    • Plaza13
      le risque ?C'est juste du pragmatisme : ils diffusent leurs films là ou ils seront le plus vus donc achetés tout simplement.
    • Plaza13
      Aucun rapportLes studios c'est une chose, les exploitants de salle une autre.l'essentiel pour un studio c'est le retour sur investissement que ce soit en salle ou sur plateforme : ils font pas de sentiments.Les études actuelles confirment que la plateforme est le bon moyen de diffusion. ni plus ni moins.
    • Plaza13
      méthode Coué
    • Plaza13
      t'as plus de chance de gagner au loto que de choper la forme grave du covid
    Voir les commentaires
    Back to Top