Mon compte
    Les salles de cinéma sont-elles menacées de disparition ? Notre débat en podcast
    27 nov. 2020 à 07:15
    Brigitte Baronnet
    Brigitte Baronnet
    -Journaliste
    Passionnée par le cinéma français, adorant arpenter les festivals, Brigitte Baronnet est journaliste pour AlloCiné depuis 10 ans. Elle anime le podcast Spotlight.

    Après une année chamboulée par le Covid, quel avenir pour la salle de cinéma ? Entre report de sorties, transfert de films vers des plateformes, essor du streaming, festivals annulés ou réinventés, on fait le point sur un scénario inédit en 2020 !

    Après avoir baissé le rideau pendant 100 jours au printemps, les cinémas ont été mis à l’arrêt une seconde fois, en France. S'ils devraient bientôt rouvrir leurs portes (à compter du 15 décembre, si les conditions sanitaires sont réunies), c'est la première fois de toute l'histoire du cinéma que les salles seront restées fermées si longtemps (plus d'un tiers de l'année, impactant inévitablement le nombre de sorties de films, et les chiffres du box office de l'année)

    Coronavirus & cinéma : l'an 0 du Box-Office français

    Ce nouveau numéro de notre podcast Spotlight va s'intéresser à cette année particulière, qu’aucun scénario n’avait anticipé. Une année qui a vu l’industrie du cinéma, et plus largement le secteur de la culture, chamboulé, qui a a vu également le déploiement, ou plutôt le renforcement, du streaming avec notamment l’arrivée de Disney+ au printemps.

    Notre podcast accueille deux invités :

    • Sophie Dulac, présidente de la structure Maison Dulac Cinéma. Productrice, distributrice et exploitante de salles de cinéma à Paris (Le Majestic Passy, Le Majestic Bastille, Le Reflet Médicis, L’Escurial et L’Arlequin). Présidente du Champs Elysées Film Festival.
    • Patrick Fabre, directeur artistique du Festival de Saint Jean-de-Luz, réalisateur de documentaire (César Première, pour Canal+), journaliste

    Ecoutez notre émission sur le site ou sur les plateformes de podcast :

    • Spotify
    • Apple Podcasts
    • Deezer
    • Soundcloud

    Le sommaire de l'émission :

    1 / L'avenir de la salle de cinéma
    La salle est-elle réellement menacée de fermeture ?
    Focus : que se passe-t-il aux Etats Unis ? (par Olivier Pallaruelo, journaliste AlloCiné)

    2 / Le déploiement des plateformes
    Disney / Warner... Vers une évolution des modèles de diffusion ?
    Quelle cohabitation peut-on imaginer entre elles et le cinéma ? Faut-il revoir la chronologie des médias ?

    3 / Comment se profile 2021
    Comment se projeter pour les prochains mois ?
    Va t-on vers un grand embouteillage de sorties ? Faut-il être optimiste pour la tenue des festivals en 2021? 

    > L'émission est préparée et présentée par Brigitte Baronnet (@BBaronnet), avec Olivier Pallaruelo (@olivepal). Montage : Brigitte Baronnet. Mixage et habillage : Philippe Pouzelgue.

    N'hésitez pas à partager, noter, commenter l'émission et suivre le fil de "Spotlight" sur les plateformes de podcasts. Elle est disponible sur Deezer, Spotify, Apple Podcasts...

    FBwhatsapp facebook Tweet
    Sur le même sujet
    • Boxoffice l'émission #1 : La seconde vague… de réouverture des cinémas français !
    • Réouverture des cinémas le 15 décembre : horodatage, couvre-feu... ce qu'il faut savoir
    • Guillaume Canet, Jacques Audiard, Quentin Dupieux... Les tournages reprennent !
    Commentaires
    • Jean Jacques Thomas0667
      ce n'est plus agréable d'aller au cine maintenant il y a le pass sanitaire et un virus omniprésent
    • Cuderoy
      Tout à fait d'accord, j'en ai ras le bol de l'argument de la technologie Home Cinema + formule streaming comme alternative. Déjà parce que c'est archi faux, on peut avoir un truc très convenable pour pas (trop) cher mais une expérience ciné digne d'un véritable cinéma, il y en a pour des années de pass ilimités en équivalent de prix. Et surtout parce que ce n'est pas qu'une question de qualité d'image et de son, le cinéma c'est le lieu des films, le salon c'est notre lieu à nous. De fait, l'un ne peut remplacer l'autre et inversement. Dans le salon, on se met où on veut, on peut manger ce qu'on veut, boire ce qu'on veut, voir le film quand on veut, l'arrêter, revenir dessus, parler pendant, et pire que tout on éteint la lumière nous-même. Au cinéma, rien de tout ça n'est possible, on arrive à l'heure, on paie, on s'installe là où les places sont libres, on fait le moins de bruit possible, on ne peut pas gérer le son ou mettre en pause et le plus important surtout, c'est quelqu'un d'autre qui nous plonge dans le noir. On accepte que la lumière n'est pas faite sur nous, qu'on n'est pas client d'un service mais spectateur d'une œuvre, qu'on nous efface le temps d'un film. La lumière est faite sur lui et lui seulement car il est le héros de la séance, pas nous. Nous on a juste payé pour être témoin de ça, et en tant que cinéphile c'est là que se trouve le plaisir. Le cinéma, c'est une messe, pas un service en ligne 24/7.
    • L'Otaku Sensei
      On tenait ce genre de discours il y a 20 ans, pourtant les films n'ont jamais aussi bien marché au box office dans le monde que ces 10 dernières années. On est passé de 5 films milliardaires en 2009 à + de 40 fin 2019 donc non, le cinéma ne s'est jamais aussi bien porté financièrement.
    • Plaza13
      tout a fait, faut être lucide !Les gens découvrent l'eau chaude... soi-disantPour enrichir vos propos :- la salle n'est qu'un moyen de diffusion, elle avait deja perdu son monopole bien avant l'épisode covid.- Maintenant qu'on a instillé la psychose chez certains et que beaucoup ne veulent en aucun cas subir ces contraintes disproportionnées qui vont perdurer encore plusieurs mois... voir plus (pour un retour à la normal faudra être très très patient), les studios y feront pas de social juste du pragmatisme entre le média qui rapporte le plus et celui qui décline.La salle existera toujours mais majoritairement pour les films événements de type blockbuster avec la techno qu'on ne trouve qu'en salle....non transposable chez soi...(pour le moment).
    • Plaza13
      les (télé)films sur plateformes, les blockbusters en salle a terme.C'est pas pour rien que les exploitants investissent dans la 3D/4DX/Imax, c'est pour attirer le consommateur car cette high tech n'est pas démocratisée dans tout les foyers...pour le moment...perso, j'allais voir une vingtaine de film/an dans les années 80/90 dans les 2000 plus qu'un dizaine grand max et dans les 2010, ça dépassait pas 3/an...je veux bien payer pour de la plus valu genre Imax mais pas pour un machin lambda que je peux voir sans tout les désagréments de la sortie ciné : circulation, queue, incivisme du spectateur, inconfort et bien sur tarif etc etcPourquoi se priver de son canapé moelleux quand on a le matos qui va bien ?
    • Plaza13
      Combien il y avait de zoos y a 30 ans ,combien il en reste aujourd'hui ?
    • Plaza13
      intenable même !Après c'est eux qui voient..eux, les consommateurs qui payent pour des marvel et des mauvais téléfilmseux , les exploitant de salles qui ont tué la poule aux œufs d'or, a force de prendre leurs clients pour des pigeons.
    • Plaza13
      les salles ne disparaitront jamais / tout redeviendra à la normale: tu es voyant ?rien que l'annonce du futur vaccin ça a fait chuter Netflix et compagnie en bourse : tu es trader ou un grand économiste ?
    • L'Otaku Sensei
      C'est pas parce qu'on voit des documentaires animaliers sur Arte ou France 5 que ça va faire baisser la fréquentation des Zoos. Le Cinéma et l'expérience de la salle obscure ont une aura unique qu'on ne retrouve (et ne retrouvera jamais) chez sois dans son canapé. Même en ayant testé le Home Cinéma chez mon oncle, j'ai pas du tout retrouvé les sensations du cinéma.Ceux qui aiment profondément le 7ème Art le sentent, j'en suis sûr. On n'arrête pas un art vieux de 125 ans du jour au-lendemain; le théâtre est toujours là, alors qu'il existe depuis l'antiquité Grecque.
    • Alex C
      Je pense que cette épidémie à plus accéléré un changement de comportements par rapport au visionnage de films en streaming, et qui, rappelons l'encore une fois, était déjà en expansion depuis au moins dix maintenant, avec l'arrivée de Netflix en précurseur de cette nouvelle manière de consommer des films.Je ne suis pas sûr que ça soit les sites en VOD ou plus généralement internet qui va fermer les salles de cinéma, même si cette façon de regarder un métrage à sans doute fait perdre un public plus ou moins important aux exploitants.Je pense que la viabilité ou pas des salles viendra, avant tous, des choix des grandes Majors de l'industrie qui porteront le coup final aux parcs de salles à travers le monde.
    • Sirus
      Pareil, je suis pas allé au ciné depuis une dizaine d'année. Je préfère regarder les films chez moi, ça coûte moins chère (voir même rien) et je suis tranquille. Les cinéma finiront par disparaitre c'est sûr. On arrive aujourd'hui a 20€ pour voir un film! ca devient plus possible.
    • KOLCHAK
      Internet a tuer les videos clubs, sa fera pareil avec le cinema un de ses quatre Bonjour je recherche des cinemas de quartier svp :) loltout les films a la maison bientôt !J'ai pas remis les pieds dans une salle obscure depuis 2009, le ciné a la maison :)
    • seiyar
      LOL, les salles ne disparaitront jamais rien que l'annonce du futur vaccin ça a fait chuter Netflix et compagnie en bourse. Ça veut tout dire. Quand cette saloperie de virus aura disparu, tout redeviendra à la normale.
    • cyril b.
      comme si on ce posait encore la question........
    Voir les commentaires
    Back to Top