Mon compte
    Made for Love : Black Mirror, Elon Musk, Thelma et Louise… quelles sont les influences de la série Canal+ ?
    1 juil. 2021 à 19:30
    Emilie Semiramoth
    Emilie Semiramoth
    -Chef de rubrique streaming
    Biberonnée à la série télé et au cinéma d'auteur, Emilie Semiramoth ne cache pas aussi son penchant pour la pop culture dans toutes ses excentricités. De la bromance entre Spock et le capitaine Kirk dans Star Trek aux désillusions de Mulholland Drive de Lynch, elle ignore les frontières des genres.

    Disponible sur Canal+, Made for Love est une comédie noire avec Cristin Milioti dans le rôle d’une jeune femme qui essaie à tout prix d’échapper à son mari. On s’amuse à décrypter les différentes influences de cette série.

    De quoi ça parle ?

    Hazel Green, une trentenaire, est en fuite après dix ans dans un mariage étouffant avec Byron Gogol, un milliardaire de la technologie qui veut tout contrôler. Elle découvre que son mari a implanté dans son cerveau un dispositif de surveillance, la puce Made for Love, qui lui permet de la suivre, de l’observer et de connaître ses "données émotionnelles" alors qu’elle tente de retrouver son indépendance. Grâce à la puce, Byron est capable d’observer les moindres mouvements d’Hazel alors qu’elle s’enfuit dans sa ville natale dans le désert pour se réfugier chez son père veuf et vieillissant Herbert et sa partenaire synthétique, Diane. Une histoire d’amour et de divorce tristement absurde et cynique.

    Adaptation du roman d'Alissa Nutting

    Made for Love, une série créée par Alissa Nutting, Dean Bakopoulos, Patrick Somerville et Christina Lee avec Cristin Milioti, Billy Magnussen, Ray Romano… sur MyCanal.

    Made for Love
    Made for Love
    Sortie : 1 avril 2021 | 30 min
    Série : Made for Love
    Avec Cristin Milioti, Billy Magnussen, Dan Bakkedahl, Noma Dumezweni, Ray Romano
    Presse
    3,6
    Spectateurs
    3,0
    Voir via MyCanal
    Les influences de Made for Love

    Comme toutes les œuvres, Made for Love évolue sous influences. Conscientes ou non, elles nourrissent la série via des références directes ou de simples évocations. Cette comédie noire a des sources d’inspiration plutôt éclectiques.

     

    Jonathan Prime / Netflix / HBO Max

    Black Mirror

    Les sériephiles s’en souviennent peut-être. Cristin Milioti a joué dans un épisode de Black Mirror dont le thème se rapproche de celui de Made for Love. Il s’agit de l’épisode "USS Callister" (saison 4, épisode 1) dans lequel elle se trouve prise au piège d’une réalité virtuelle. Made for Love assume pleinement son caractère black-mirroresque avec cette idée de puce électronique implantée dans le crâne de l’héroïne, Hazel.

    Avec cette invention, il est question des dérives de la technologie comme dans Black Mirror. Ici, Byron explique avoir créé la puce Made for Love pour que les couples puissent fusionner et ainsi partager leurs pensées pour être toujours sur la même longueur d’onde. Sauf qu’il l’a implantée dans le crâne d’Hazel, sans son consentement, et sans qu’elle puisse elle aussi avoir accès à tous ses faits et gestes.

    Un autre épisode de Black Mirror décline une idée similaire. Dans "The Entire Story of You" (saison 1, épisode 3) avec Jodie Whittaker, la majorité des gens ont une puce derrière l’oreille qui leur permet d’enregistrer tout ce qu’ils entendent et voient. Ils peuvent ainsi "revivre" leurs souvenirs ou les projeter sur un écran pour les partager avec d’autres personnes. Et bien sûr, une utilisation excessive de cette technologie va conduire un couple à la rupture.

    Dans Made for Love, la cause de la rupture est toute autre mais la présence de la puce empêche Hazel de fuir son mari puisqu’il peut la suivre à la trace… De même, le besoin de Byon d’avoir accès aux données émotionnelles d’Hazel – jusqu’à l’obliger à noter ses orgasmes – relève clairement de la perversion.

     

    Zuma Press / Bestimage / HBO Max

    Elon Musk

    Si Byron Gogol, interprété par Billy Magnussen, vous semble quelque peu familier, ce n’est pas un hasard. Commençons déjà par son nom… Ce milliardaire de la tech porte le même patronyme qu’un célèbre écrivain russe mais il n’échappera à personne qu’il évoque aussi le nom du plus célèbre des moteurs de recherche.

    Mais avec son côté inventeur génial (ou peut-être fou) et milliardaire mégalomane, Byron fait immanquablement penser à Elon Musk. L’entrepreneur américain n’a jamais caché sa volonté de changer le monde et l’humanité. Il a d’ailleurs présenté en août 2020 les premiers essais de la puce développée par sa start-up Neuralink, réalisés sur un cochon. Le but est bien entendu de relier le cerveau humain à des ordinateurs.

     

    Solaris Distribution / HBO Max

    Thelma sans Louise

    Le film culte de Ridley Scott, Thelma et Louise, raconte le week-end qui vire au cauchemar de deux amies frustrées par leur quotidien mais surtout par leurs coinjoints respectifs. Made for Love s’en rapproche en suivant l’odyssée d’une femme qui veut fuir son quotidien et surtout son mari.

    Hazel n’en peut plus de ce mariage dans lequel elle étouffe depuis dix ans. Elle s’inscrit par ce biais dans la continuité du scénario signé par Callie Khouri. Hazel incarne une femme indépendante qui prend seule ses décisions et qui veut reprendre le contrôle de sa destinée. Elle a littéralement appartenu pendant dix ans à Byron. Elle a désormais plus qu’une idée en tête : s’en débarrasser.

     

    Lobster / HBO Max

    L’enfer de Clouzot

    Film inachevé, L’Enfer d’Henri-Georges Clouzot, traite de l’emprise et de l’obsession d’un homme (Serge Reggiani) pour sa femme (Romy Schneider). Sa jalousie maladive le pousse aux pires excès, doutant en permanence de l’amour de son épouse.

    Byron, dans Made for Love, agit selon le même principe. Il est tellement obsédé par Hazel qu’il a besoin de savoir tout ce qu’elle fait à chaque instant et de s’assurer de l’amour qu’elle lui porte. Si dans son esprit, il se persuade que ses actions sont conduites par l’amour, il agit dans la réalité comme un oppresseur et un fou furieux.

    Au-delà de la volonté légitime de Hazel de refaire sa vie, il apparaît évident qu’à tous les niveaux, Hazel et lui entretiennent une relation qui n’a d’autre qualificatif que toxique.

    FBwhatsapp facebook Tweet
    Sur le même sujet
    Commentaires
    Voir les commentaires
    Back to Top