Mon compte
    Drive My Car : "Le cinéma français a une place particulière dans ma cinéphilie" selon Ryusuke Hamaguchi
    Mégane Choquet
    Mégane Choquet
    -Journaliste
    Journaliste spécialisée dans l'offre ciné et séries sur les plateformes quel que soit le genre. Ce qui ne l'empêche pas de rester fidèle à la petite lucarne et au grand écran.

    Récompensé du Prix du Scénario au Festival de Cannes, Drive My Car, le nouveau film de Ryusuke Hamaguchi, est désormais projeté dans les salles françaises. AlloCiné a pu s’entretenir avec le réalisateur japonais sur ce nouveau drame romantique.

    En salle ce 18 août, Drive My Car est le nouveau film de Ryusuke Hamaguchi, connu pour Senses et Asako I & II. Ce road movie romantique et mystérieux adapté de la nouvelle éponyme du recueil Des hommes sans femmes de Haruki Murakami raconte comment l’acteur et metteur en scène Kafuku (Hidetoshi Nishijima) va se remettre d’un drame personnel grâce à l’aide de sa nouvelle chauffeure attitrée Misaki (Tōko Miura) et de sa nouvelle troupe de théâtre.

    Drive My Car
    Drive My Car
    Sortie : 18 août 2021 | 2h 57min
    De Ryūsuke Hamaguchi
    Avec Hidetoshi Nishijima, Toko Miura, Masaki Okada
    Presse
    4,6
    Spectateurs
    3,9
    Voir sur Arte

    Drive My Car était en compétition officielle au Festival de Cannes cette année et a remporté 3 prix : Prix du Scénario, Prix Fipresci et Prix Oecuménique. AlloCiné avait pu s’entretenir avec le réalisateur japonais Ryusuke Hamaguchi avant la cérémonie de clôture.

    AlloCiné : Qu’est-ce qui vous a donné envie d’adapter la nouvelle "Drive My Car" de Haruki Murakami ?

    Ryusuke Hamaguchi : Le projet a démarré en 2018 quand mon producteur, Mr. Yamamoto, est venu me voir après la sortie de Asako I & II pour me proposer de travailler sur l’adaptation d’une autre nouvelle de Murakami et il se trouve que la nouvelle qu’il m’a présenté ne me plaisait pas vraiment. Je ne me sentais pas à l’aise de l’adapter à l’écran.

    En revanche, j’ai lu "Drive My Car" en 2013 au moment de la sortie du livre et je lui ai dit que cette nouvelle là semblait avoir des correspondances avec mon travail. Il y avait cette idée de véhicule qui se déplace et la possibilité de conversation à l’intérieur de ce véhicule. Il y avait aussi la question du jeu d’acteurs qui m’intéresse et que j’avais déjà abordé dans mon travail.

    2021 Culture Entertainment/Bitters End/Nekojarashi/Quaras/NIPPON SHUPPAN HANBAI/Bungeishunju/LESPACE VISION/C&I/The Asahi Shimbun Company

    Qu’est-ce que vous avez voulu mettre le plus en avant dans votre adaptation de Drive My Car ? Finalement, les scènes dans la voiture sont des moments de liaison un peu suspendus, qui rapprochent forcément Kafuku et Misaki, mais qui permettent d’entrecouper les séquences plus chorales.

    Les scènes de théâtre sont les moments professionnels et de vie sociale de Kafuku. Les scènes de voiture ont quelque chose de plus privé, de plus intime. Dans cet espace se trouve Misaki avec qui Kafuku va tisser des liens. Mais au départ, il n’y a finalement pas de point de convergence entre les deux.

    Il faut une séquence, celle du dîner chez ce couple du dramaturge coréen et de sa femme, qui va servir de déclencheur pour Kafuku qui va témoigner de sa curiosité pour Misaki et elle va se rendre compte de l’appréciation qu’il pouvait faire sur elle.

    Mais le film avait été construit de cette manière, en effet, avec un temps d’arrêt, un mouvement, un temps d’arrêt, un mouvement. C’est ce qui structure toute la narration du film, c’est un mélange de scènes de relations entre les personnages dans la voiture et d’avancement de l’intrigue autour de ces séquences.

    Je crois qu’ici la fiction a une fonction révélatrice parce que la réalité ne suffit pas à expliquer certaines choses que l’on vit ou que l’on ressent. On a besoin de passer par le récit, par l’histoire, par quelque chose de fictionnel pour pouvoir accoucher de sa propre vérité.

    C’est vrai que la scène du dîner est formidable, c’est même l’une de mes préférées. D’autres séquences sont incroyables dans le film, comme celles des représentations au théâtre. Comment ont-elles été préparées ?

    Mon ambition était d’exploiter l’espace au maximum, à la fois dans les déplacements mais aussi dans l’idée d’exploiter la scène à 360 degrés. Pas seulement la scène filmée de face, mais aussi pouvoir changer de point de vue et filmer la salle. Filmer une scène de théâtre est un défi intéressant parce qu’il y a pas mal de potentiels et beaucoup de possibilités.

    Après, c’est vrai que pour ces séquences là, on a fait des répétitions alors qu’on en fait très peu habituellement. En l’occurrence, pour ces séquences là, on se retrouvait la veille du tournage pour voir ensemble, au moins dans sa globalité, comment se dérouleraient les déplacements sur la scène de façon à ce qu’on ait l’impression qu’il y a bien un engagement sur tout l’espace de la scène.

    Vous jouez avec les notions de fiction et de réalité à travers l’art, les métiers de scénariste, d’acteur, de metteur en scène, de dramaturge, etc.. dans une quête de vérité. Est-ce qu’il était important de faire ce cheminement à travers ces notions et ce milieu ?

    Je crois qu’ici la fiction a une fonction révélatrice parce que la réalité ne suffit pas à expliquer certaines choses que l’on vit ou que l’on ressent. On a besoin de passer par le récit, par l’histoire, par quelque chose de fictionnel pour pouvoir accoucher de sa propre vérité.

    Le recours au fait de fictionner les choses, de se raconter des histoires, à commencer par sa propre histoire, je crois que c’est un des moyens les plus efficaces d’essayer de comprendre ce que l’on n’arrive pas à dire.

    J’ai le sentiment que parfois on a besoin des histoires pour pouvoir dire des choses que l’on n’arrive pas précisément pas à exprimer et je me demande si ces dernières ne seraient pas la vérité ou en tout cas ce qui s’en approche le plus.

    On a tous une capacité à se raconter notre propre histoire et parfois on se rend compte que l’histoire que l’on se racontait n’était pas vraiment ce qu’on vivait. Par exemple, lorsqu’on vit une catastrophe ou une perte, on va réaliser que l’histoire qu’on se racontait n’était pas l’histoire qu’on vivait vraiment. Toute cette quête de la vérité a besoin de s’appuyer sur le récit pour pouvoir aboutir.

    2021 Culture Entertainment/Bitters End/Nekojarashi/Quaras/NIPPON SHUPPAN HANBAI/Bungeishunju/LESPACE VISION/C&I/The Asahi Shimbun Company

    Vous êtes une nouvelle fois au Festival de Cannes en compétition, qu’est-ce que ça vous fait de pouvoir être ici et de retrouver cette célébration du cinéma ?

    Pour ce qui est de ma venue à Cannes, je considère que c’est un miracle après ce qu’il s’est passé ces deux dernières années. Le tournage du film a dû s’interrompre pendant quelques temps à cause de l’épidémie. Si moi-même, j’avais eu des suspicions de COVID avant de venir, je n’aurais pas pu me rendre à cet évènement.

    C’est un bonheur que l’équipe et moi ayons pu être à Cannes pour présenter le film. C’est une grande joie puisque ça fait deux ans que le Festival n’avait pas eu lieu. Il y a peut-être eu un peu moins de monde mais j’ai ressenti une espèce de vitalité beaucoup plus intense. C’est une expérience très agréable.

    Le public français aime votre cinéma. Senses et Asako I & II avaient séduit le public et la critique. J'ai l'impression par moments qu'il y a une certaine sensibilité française dans vos films. Est-ce que vous êtes d'accord avec ça ?

    Je le prends vraiment comme un compliment. Parmi toutes les cinématographies du monde,- même si le cinéma japonais et le cinéma américain sont des inspirations -, le cinéma français a une place particulière dans ma cinéphilie.

    C’est un pays dans lequel il y a des metteurs en scène dont j’admire le travail. J’imagine qu’en voyant des films français, ces derniers ont imprégné mes oeuvres. Si cela se ressent à travers mes films, j’en suis très heureux.

    Propos recueillis par Mégane Choquet le 16 juillet 2021 à Cannes.

    FBwhatsapp facebook Tweet
    Sur le même sujet
    Commentaires
    Back to Top