Mon compte
    Star Wars Visions sur Disney+ : "Cette série nous a paru être un retour aux sources pour la saga" selon son producteur
    Par Clement CUSSEAU — 23 sept. 2021 à 11:00

    Nous sommes allés à la rencontre de James Waugh et Kanako Shirasaki, les producteurs de "Star Wars: Visions", pour évoquer la nouvelle série animée originale de Disney Plus !

    Lucasfilm, Ltd.

    Comment est venue l’idée de ce projet ?

    James Waugh (producteur délégué) : Les animes ont depuis toujours eu une grande influence sur les équipes de Lucasfilm. L’esthétique et l'aspect cinématographique de ces œuvres nous inspirent depuis longtemps, et nous avons toujours voulu trouver un moyen de pouvoir relier l’univers de Star Wars aux studios d’animation japonais.

    Il fallait avant tout trouver la manière d’offrir le meilleur champ d’expression à ces créateurs d’histoires, mais également de leur laisser les mains libres d’explorer leur imagination sans avoir à respecter la chronologie de la saga.Le lancement de Disney+ a ouvert les perspectives en matière de création, laissant la possibilité d’imaginer de nouvelles formes d’histoires à raconter.

    C’est ensuite Kathleen Kennedy qui a pris en main le projet, c’est une immense fan des films d’Hayao Miyazaki mais également de la culture japonaise. Très rapidement, nous avons pu rencontrer les studios que nous admirons le plus ; ce sont d’immenses fans de Star Wars, mais également des gens passionnés avec des idées formidables.

    Le problème que nous avons ensuite rencontré était de faire un choix parmi tous ces studios extraordinaires, pour ne retenir que les idées les plus novatrices et surprenantes. Disney+ nous permettant de nous libérer des contraintes de formes, nous avons donc opté pour une série anthologique pour proposer un spectre plus large en terme de narration et de style d’animation.

    Star Wars: Visions
    Star Wars: Visions
    Sortie le 22 septembre 2021 | 18min
    Série : Star Wars: Visions
    Spectateurs
    3,3
    Voir sur Disney+

    Avez-vous imposé des contraintes aux studios japonais, ou bénéficiaient-ils d’une liberté totale sur le contenu de leurs épisodes ?

    James Waugh : Nous mettons tout en œuvre pour accompagner la vision de nos créateurs, et avec cette série en particulier, nous avons saisi l’opportunité de pouvoir faire par le biais de l’animation des choses que nous n’avons encore jamais pu voir dans les films et les séries Star Wars.

    Mais c’est vrai qu’il y a eu des discussions en interne sur ce qu’il est ou non permis de faire dans une œuvre Star Wars. Et la réception des concept art de Tatooine Rhapsody, l’un des premiers épisodes développés, a été comme un test pour nous. Un space rock opéra, est-ce aller trop loin ?

    Mais très rapidement, nous nous sommes rendus compte que c’est quelque chose de vraiment cool et d’unique en son genre, ce qui a ensuite permis d’accepter sans soucis les autres épisodes qui nous ont été soumis par ces studios : des sabre-lasers qui changent de couleur, des rock opéras, ce robot Pinocchio rêvant de devenir un Jedi et tout ça…

    Comment se sont déroulés les échanges avec les équipes japonaises ?

    Kanako Shirasaki (productrice) : La production de la série a commencé après l’apparition du Covid, donc les discussions se sont faites à distance via Zoom dès le début. Les échanges autour des histoires, des story-boards et des idées ont pu se faire par ce biais, mais aussi par mails, et dès que nous avions besoin de nous "voir", il suffisait donc de se connecter sur Zoom.

    C’était toujours un plaisir de découvrir ce que les studios nous envoyaient, suivre l’avancée de chaque projet ; de toute évidence, nous aurions préféré pouvoir nous déplacer au Japon et échanger en personne, mais malheureusement cela était impossible. Mais la technologie nous a néanmoins permis de pouvoir échanger quotidiennement.

    De la même façon que George Lucas s’est énormément inspiré de la culture japonaise pour créer Star Wars, de nombreux artistes et japonais se sont en retour beaucoup inspirés de Star Wars pour leurs travaux respectifs.

    S’agissait-il pour vous d’une évidence que de revenir aux fondements de la franchise Star Wars, qui s’est grandement inspirée de la culture japonaise ?

    James Waugh : De mon point de vue en tout cas, c’était un réel plaisir. C’était incroyable d’assister à ces échanges d’idées entre les cultures occidentales et asiatiques. Ce qui est également cool est ce que vous soulignez avec justesse : Star Wars est énormément influencé par les films de Kurosawa et les jidai-geki (les films d’époque japonais, ndlr)George Lucas s’est tellement inspiré de tous ces films qu’il nous a presque semblé que la série était comme un retour aux sources de la saga.

    Kanako Shirasaki : De la même façon que George Lucas s’est énormément inspiré de la culture japonaise pour créer Star Wars, de nombreux artistes et japonais se sont en retour beaucoup inspirés de Star Wars pour leurs travaux respectifs. Ce mélange des cultures a été un élément primordial dans leur façon d'aborder la série. En explorant la saga à travers leur vision, ces épisodes ont été à la fois conçus comme des hommages à Star Wars, mais également comme de vrais animes japonais.

    Star Wars: Visions - saison 1 Bande-annonce VO

     

    FBwhatsapp facebook Tweet
    Sur le même sujet
    Commentaires
    Voir les commentaires
    Back to Top