Mon compte
    Severance sur Apple TV+ : “C’est un regard édifiant sur ces grosses sociétés qui sont presque devenues des sectes”
    25 févr. 2022 à 09:00
    Emmanuel Itier
    Emmanuel Itier
    -Correspondant
    Basé à Los Angeles, Emmanuel Itier accompagne AlloCiné sur les sorties américaines, en assurant interviews/junkets et couverture d’événements US.

    Les acteurs et le réalisateur de la nouvelle série de Apple TV+, Severance, se sont confiés au micro d'AlloCiné sur ce show à la croisée des genres dont un nouvel épisode arrive tous les vendredis.

    DE QUOI ÇA PARLE ?

    Mark Scout travaille pour Lumon Industries, où il dirige une équipe dont les employés subissent une opération chirurgicale de séparation entre leurs souvenirs liés à leur vie professionnelle et ceux liés à leur vie privée. Cette expérience risquée de l’équilibre entre travail et vie personnelle est remise en cause lorsque Mark se retrouve au cœur d’un mystère qui le forcera à affronter la vraie nature de son travail… et la sienne.

    Rencontre avec les acteurs Adam Scott (Mark), Zach Cherry (Dylan), Britt Lower (Helly) et Tramell Tillman (Milchick), qui interprètent tous des employés de Lumon Industries, ainsi qu’avec le réalisateur de la majorité des épisodes, Ben Stiller.

    Severance
    Severance
    Sortie : 18 février 2022 | 60 min
    Série : Severance
    Avec Adam Scott, Zach Cherry, Britt Lower, Tramell Tillman, Jen Tullock
    Presse
    4,0
    Spectateurs
    4,4
    Voir sur Apple TV+

    AlloCiné : Qu’est-ce qui vous a attiré dans ce projet ?

    Ben Stiller : Je reçois énormément de scripts dans ma société de production, Red Hour Film. D’habitude je dis non à presque tout. Mais là, j’ai trouvé le concept, l’histoire et les personnages, totalement hors du commun. Cela m’a fasciné dès la première page du pilote.

    J’ai alors appelé Adam Scott car je pensais qu’il serait le parfait Mark. J’avais travaillé avec lui sur mon film La Vie rêvée de Walter Mitty, et je savais qu’il avait l’humour mais aussi le sérieux nécessaire pour jouer le rôle à perfection. Adam a lui aussi adoré le projet. Et trois ans après, nous mettions enfin la série en production.

    Est-ce que vous pouvez nous présenter Severance ?

    Adam Scott : Pour moi c’est un mélange de plusieurs genres de séries. C’est à la fois une comédie, une satire, un thriller et de la science-fiction. J’aime comment on commence la série comme une comédie à la The Office et que, petit à petit, nous basculons dans une atmosphère angoissante. C’est un show tellement riche en thèmes. C’est une sorte de labyrinthe qui tente de vous faire perdre le nord.

    A chaque fois que vous allez penser trouver la solution au mystère, un nouveau twist va tout remettre en question. En fait, vous ne savez jamais vraiment dans quel univers vous vous trouvez. C’est vraiment déroutant et totalement unique. Du jamais vu pour une série. C’est également une série visuellement et intellectuellement hyper stimulante pour les yeux comme pour les neurones.

    Zach Cherry : Je pense que c’est un show unique car il nous fait réfléchir sur notre condition humaine. Sur notre condition dans le monde du travail. Le monde visuel que Ben Stiller a créé est époustouflant. Je pense que vous serez surpris par cet univers intrigant et déroutant.

    Britt Lower : J’aime la dualité de ton que ce show propose. Il oscille entre comédie et thriller, c’est surprenant.

    Nous devenons de plus en plus dépendants des grosses sociétés.

    Quel est le véritable thème de la série ? 

    Ben Stiller : C’est une série qui pose la question de déterminer ce qui est vrai et ce qui ne l’est pas. Ce qui est important dans la vie et ce qui ne l’est pas. C’est une série qui fait réfléchir sur la complexité de la condition humaine. C’est aussi un regard édifiant sur toutes ces grosses sociétés qui sont presque devenues des sectes et qui prennent, peu à peu, le contrôle de nos vies.

    En fin de compte, j’espère que le public comprendra qu’il faut arriver à se trouver, à devenir entier, malgré toutes ces tentatives de division auxquelles nous faisons face. C’est tellement dur au final de savoir qui nous sommes et nous nous perdons trop souvent dans ce labyrinthe confus qu’est devenue la vie.

    Est-ce que Severance essaye de nous alerter sur le monde du travail de plus en plus inhumain ?

    Adam Scott : C’est clair que toutes les grosses sociétés sont de plus en plus intrusives, dans nos vies professionnelles comme nos vies personnelles. C’est presque Big Brother. Nous devenons de plus en plus dépendants des grosses sociétés et nous ne pouvons plus vivre sans elles. Je pense qu’à un moment, nous allons devoir arrêter ce processus d'intrusion dans nos vies privées. Ce qui est certain c’est que nous sommes déjà pris dans ce processus de dépendance face à ces grosses sociétés.

    Zach Cherry : Oui, c’est certain que cette série est une sorte de sonnette d’alarme dans le monde ultra corporatiste. Plus que tout, c’est une analyse des relations au travail qui doivent être réévaluées.

    Britt Lower : En effet, c’est l’un des points soulevés par cette série. Ce show pose aussi la question de se demander si d’éliminer les éléments déprimants et problématiques de votre vie redonne des couleurs à cette vie ? C’est sans doute un désir humain que de compartimenter sa vie d’une telle manière. Mon personnage, Helly, va en tout cas se rebeller contre l’approche intrusive de la procédure de “severance” et de ce monde ultra corporatiste.

    Apple TV+

    Tramell Tillman : Pour moi, au-delà de ce que viennent de dire mes collègues, c’est également une mise en avant des dangers de la quête du pouvoir. Comment l’ambition peut mener à la folie si elle est démesurée. C’est aussi un regard sur le contrôle en société et dans le monde du travail. Au final, c’est le danger de vouloir un monde où l’individu disparaît au profit de la masse à la pensée unique. Quand la soif du pouvoir se mélange aux avancées technologiques, toutes les dérives totalitaires sont possibles.

    Est-ce que cela fait tourner la tête de jouer deux personnages dans une même série ?

    Adam Scott : C’était compliqué car il s’agissait de jouer mes deux rôles avec subtilité de manière à montrer qu’il y avait des différences mais, qu’en même temps, c’est la même personne. C’est ce que voulait Ben. En fait, ce sont les deux moitiés de la même personne. Le Mark qui vit dans le monde extérieur a 40 ans d’expériences, d’émotions humaines tandis que le Mark qui vit dans ce mystérieux étage de bureau n’a que 2 ans d’expérience humaine.

    Zach Cherry : Oui, ce n’est pas toujours simple de garder en mémoire les deux facettes de mon personnage. D’autant que les deux Dylan ont vraiment des expériences de vie différentes. Mais ce défi fut formidable et m’a poussé à donner le meilleur de moi-même.

    Est-ce que la procédure que subissent vos personnages est quelque chose que vous feriez pour vous même ?

    Tramel Tillman : Non, ce n’est pas ma tasse de thé et je ne suis pas du tout prêt à me faire une telle procédure. Je pense que la perte du choix, du soi, est plus dangereuse que bénéfique. Donc pas de “severance” pour moi. Mais à chacun son choix.

    Adam Scott : Je ne pense pas que je le ferais aujourd’hui. Sans doute, si j’étais plus jeune, j’y aurais pensé car cela semble tout de même assez cool comme expérience. Je suis quelqu’un qui aime expérimenter tout dans ma vie. Que ce soit une bonne ou une mauvaise expérience, cela me permet d’en apprendre plus sur la vie.

    Plus je vieillis, plus j’ai envie d’avoir de multiples expériences pour profiter pleinement de cette existence. Ce qui est incroyable c’est que cela risque d’être offert prochainement au grand public. Elon Musk, apparemment, travaille sur une telle procédure de “severance”.

    FBwhatsapp facebook Tweet
    Sur le même sujet
    Commentaires
    Voir les commentaires
    Back to Top