Mon compte
    Trois nuits par semaine : qui est Cookie Kunty, la drag queen à l'affiche de cette romance ?
    12 nov. 2022 à 12:00
    Emilie Schneider
    Emilie Schneider
    -Journaliste
    Amatrice d’œuvres étranges, bizarres, décalées et/ou extrêmes, Emilie Schneider a une devise en matière de cinéma : "si c'est coréen, c'est bien".

    En salles depuis mercredi, "Trois nuits par semaine" raconte le coup de foudre entre un photographe et une drag queen.

    Pyramide Distribution

    Trois nuits par semaine de Florent Gouëlou

    Avec Pablo Pauly, Romain Eck, Hafsia Herzi

    De quoi ça parle ? Baptiste, 29 ans, est en couple avec Samia, quand il fait la rencontre de Cookie Kunty, une jeune drag queen de la nuit parisienne. Poussé par l’idée d’un projet photo avec elle, il s’immerge dans un univers dont il ignore tout, et découvre Quentin, le jeune homme derrière la drag queen.

    Trois nuits par semaine
    Trois nuits par semaine
    De Florent Gouëlou
    Avec Pablo Pauly, Romain Eck, Hafsia Herzi
    Sortie le 9 novembre 2022
    Séances (3)

    Réalisateur et drag queen

    Pyramide Distribution

    C'est lors de ses études à La Fémis que Florent Gouëlou a découvert la drag queen Cookie Kunty sur scène. Il écrivait alors son film de fin d’études, le court métrage Un homme mon fils, un road-movie sur les représentations masculines et les écarts culturels entre un père et son fils.

    Il avait prévu d'y jouer avec son père avant de finalement s'écrire un personnage de drag queen, puis d'en devenir une dans la vie. Florent Gouëlou devient ainsi Javel Habibi la nuit, une drag queen solaire et engagée, qui se produit régulièrement sur la scène de la Flèche d’Or à Paris.

    Cookie Kunty

    Pyramide Distribution

    Cookie Kunty n'est pas un personnage créé pour le film mais une véritable drag queen qui se produit partout en France. Après son court métrage Un homme mon fils, le réalisateur Florent Gouëlou a continué à explorer l'univers du drag en offrant à chaque fois un rôle à Cookie Kunty.

    Dans Beauty Boys, elle jouait une sorte de marraine initiatrice, tandis que dans Premier amour, elle était mise en scène dans une situation amoureuse. Trois nuit par semaine a pour projet de s'intéresser à la vie du jeune homme derrière la drag queen. Le réalisateur y filme pour la première fois Romain Eck (Cookie) en "civil".

    Une romance dans l'univers du drag

    Yukunkun Productions

    Trois nuits par semaine aborde l’univers du drag sous l’angle d’une histoire d’amour. "Il m’a semblé que la meilleure façon d’inviter le spectateur à la découverte de ce monde serait de le faire par le biais d’un personnage amoureux auquel il pourrait s’identifier. Baptiste s’immerge dans l’univers du drag mû par son désir, et son émerveillement pour Cookie", explique le réalisateur.

    Il s'agissait aussi de montrer la place occupée par le drag dans la vie de Quentin, au risque de menacer sa relation avec Baptiste : "Cookie permet la rencontre entre les deux garçons, mais finit aussi par l’empêcher. C’était important pour moi que ce qui fasse obstacle pour Baptiste ne soit pas le fait que Quentin soit un homme. Mais bel et bien que le drag prenne trop de place dans leurs vies respectives pour permettre leur relation."

    De véritables drag queens

    Pyramide Distribution

    Florent Gouëlou a confié les rôles des drag queens à de vraies queens, qui se maquillaient elles-mêmes et apportaient leur touche personnelle à leurs looks sur le plateau. "Que ce soit pour des raisons éthiques comme pour des questions purement artistiques, il nous semblait indispensable à mon producteur Nelson Ghrénassia et à moi, de confier ces rôles aux premiers concernés. C’est un enjeu de représentations ; il me paraissait important que la communauté drag puisse participer à raconter ses propres histoires", affirme le réalisateur.

    Cela ne se limite pas au casting, certains membres de l'équipe technique font aussi partie de la communauté drag. Au total, 40 artistes de la scène drag française ont participé au film. Gouëlou lui-même s'est réservé un caméo en drag, sous les traits de son alter ego Javel Habibi, qui encourage Baptiste à poursuivre la photo lors de la demi-finale.

    Montrer un Paris invisible

    Pyramide Distribution

    Le réalisateur souhaitait échapper au cliché de la carte postale parisienne en reconstituant un Paris invisible. Il souhaitait notamment montrer des populations défavorisées qui fréquentent les dépistages : "Les travailleuses du sexe de Belleville, les femmes transgenres de la place Clichy, les Urgences de Lariboisière de nuit. J’avais eu l’occasion de filmer sur une année les dépistages organisés par l’association Aremedia, pour mon documentaire Hors les murs. C’était une façon de leur rendre hommage [...]".

    Le film est d'ailleurs dédié "Aux soignant.e.s, à celles et ceux qui oeuvrent pour le vivre-ensemble, et aux artistes de la scène drag".

    FBwhatsapp facebook Tweet
    Sur le même sujet
    Commentaires
    Voir les commentaires
    Back to Top