Mon compte
    12 moments où Pixar nous a fait pleurer [SPOILERS]
    Par LB, TI, OP, LR, RRM et JMR — 2 nov. 2018 à 18:00

    De "Toy Story" à "Coco" en passant par "Là-haut" et "Monstres et Cie", retour en images sur 12 scènes avec lesquelles Pixar nous a arraché quelques larmes. Parfois des torrents.

    Toy Story 2 - La chanson de Jessie

    LE moment où l'on comprend enfin les attitudes et motivations parfois agaçantes de Jessie, déterminée à convaincre Woody de ne pas chercher à retrouver les siens. Sur l'air du très émouvant "When she loved me", la jeune écuyère raconte son passé de jouet abandonné par une petite fille qui, devenue grande, s'est logiquement désintéressée de son "doudou" de l'enfance. Un destin que nous avons tous fait subir sans nous en rendre compte à nos propres jouets de transition, tristement voués à servir de figures d'attachements temporaires dans nos plus jeunes années. Emotion, prise de conscience, et désir irrépressible de fouiller dans nos vieux coffres à jouets pour les étreindre des années après : cette scène condense à elle seule tout ce qui fait la force de la saga Toy Story.

    Le Monde de Nemo - L'attaque du barracuda

    Si Le Monde de Nemo est un enchaînement d’émotions diverses et variées, c’est certainement la séquence d’ouverture qui nous a le plus saisis et noué la gorge. Lorsque Corail, la maman de Nemo, est dévorée par un barracuda en essayant de sauver ses œufs, laissant Marin veuf et Nemo seul survivant de la couvée.

    Arlo - Les adieux

    Leur amitié a très mal débuté, fondée sur la peur, la suspicion et même la rancune. Peu à peu, ils s'apprivoisent, devenant inséparables à mesure qu'ils se devinent semblables. Après s'être respectivement sauvés de tous les périples, vient l'heure de se dire adieu. Comprenant que le petit d'homme sera plus heureux avec les siens, Arlo repousse gentiment Spot, surpris. Un dernier regard complice et triste, une dernière étreinte déchirante, et leur route se sépare. Très juste, sobre et émouvant.

    "Là-haut" - La vie de couple de Carl et Ellie

    Qui n'a pas été scotché devant cette longue, magnifique et mélancolique séquence musicale qui ouvre Là-haut ? Pour nous introduire Carl, le film nous raconte son histoire et ce qui a, depuis toujours, été le centre de son monde : Ellie. Des rêves d'enfance aux rêves d'adultes, empêchés par les tempêtes et les aléas de la vie, de leur joie de vivre, de leur amour, de leur monde à deux... Cette scène magique, bercée d'une chambre sans berceau, s'achève sur la mort d'Ellie et sur l'impossibilité de Carl de n'avoir jamais pu réaliser son autre rêve, celui d'aller aux Chutes du Paradis. Inoubliable.

    Le Monde de Dory - Les retrouvailles

    Dory nous avait beaucoup amusés dans Le Monde de Nemo. Elle nous a beaucoup émus dans Le Monde de Dory : le climax de l’émotion étant sans doute atteint au moment où elle retrouve ses parents. A moins d’être sans cœur, on a tous versé une petite larme de joie.

    "Monstres & Cie" - Les adieux de Sulli à Bouh

    Après s'être apprivoisés et protégés durant tout le film, l'élément le plus terrifiant de la compagnie des Monstres et la petite fille la plus adorable de l'univers sont devenus inséparables. Alors, quand Sully doit ramener Bouh dans son monde puis fermer sa porte, cela signifie qu'il ne la reverra plus. Le cérémonial d'un père accompagnant son enfant dans sa chambre, recueillant ses jouets et le bordant s'installe alors, dégageant une émotion encore plus à fleur de peau quand Sully, ou Minou, dit au revoir à Bouh et lui explique qu'il ne reviendra plus. Une petite cacahuète dans les bras d'un gros nounours... Ca vous brise un coeur.

    Toy Story 3 - la conclusion

    Une chambre vide, quelques derniers cartons, un sourire qui se brise sur le visage d'une mère... Ça y est, Andy doit partir pour la fac. Mais avant de décoller, le jeune homme décide de faire un dernier détour et de léguer ses précieux jouets, ceux qui lui tiennent compagnie depuis sa plus tendre enfance, à sa voisine Bonnie. L'occasion d'offrir à ses adjoints préférés une toute dernière aventure, avant de filer vers l'infini et au-delà, sous un ciel moutonné de véritables nuages, semblables à ceux qui tapissaient le papier peint de sa chambre d'enfant.

    La perte de mémoire de Wall-E

    Dès la première demi-heure du film, sans aucun dialogue et qui relève du pur génie, il n'était déjà pas interdit de se laisser harponner le coeur et s'attendrir devant ce petit robot Wall-E, qui n'aime rien tant que de regarder en boucle sa comédie musicale fétiche Hello Dolly ! Mais l'ascenseur émotionnelle devient fulgurant à la fin du film, peu après que Otto, le méchant pilote automatique / I.A. du vaisseau où l'Humanité vit désormais, n'envoit une mortelle décharge électrique dans la batterie de Wall-E, lui grillant les circuits. Revenu sur Terre grâce à Eve, celle-ci tente de le sauver en lui changeant la carte mémoire. Mais tous les souvenirs de Wall-E ont été effacés, tandis que ses circuits ont été rebootés. Il ne sait plus qui elle est, et a perdu son âme... Autant dire qu'à ce moment précis, des torrents de larmes sont venus. Eprouver des sentiments terriblement humains pour un petit robot...Sont vraiment forts quand même chez Pixar !

    Rebelle - Le charme est rompu

    Parmi les grandes séquences émotion que nous ont offertes les studios Pixar, la fin de Rebelle est incontournable. Lorsque Mérida retrouve sa mère et les triplés sous forme humaine (après qu’ils ont été changés en ours), il vaut mieux avoir sa réserve de mouchoirs à proximité.

    Ratatouille - la surprise du chef

    "Dites à votre chef Linguini que je prendrai ce qu'il aura l'audace de me servir ! Dites-lui qu'il me surprenne si toutefois il en est capable !" En prononçant ces mots, le cadavérique critique gastronomique Anton Ego ne s'attendait pas à être exaucé. Pourtant, quelques minutes plus tard, une inoffensive bouchée de ratatouille le ramènera en enfance aussi efficacement que la fameuse madeleine de Proust. De quoi lui arracher de tendres et sincères compliments au chef...

    Vice Versa - Le câlin des parents

    Lorsque Riley revient dans sa nouvelle maison après sa grande aventure au coeur de ses émotions, elle voit défiler dans sa tête son enfance qui s'enfuit déjà : les rires, les joies, l'amour infini de ses parents qui la protége de tout, cette ancienne vie qu'elle aimait tant. Alors, les parents serrent fort leur fille et Tristesse ouvre les vannes des larmes qu'elle avait jusqu'ici retenues, tandis que les nôtres coulent à flot : Tristesse est partout dans la salle. Mais elle unit ses forces avec Joie. N'est-ce pas là la naissance de la mélancolie ? Une des scènes les plus humaines et les plus belles chez Pixar.

    ATTENTION SPOILERS !!!!!!

    La dernière page de ce diaporama traite du dernier long métrage des studios Pixar, Coco, et notamment de son dénouement. Si vous ne l'avez pas encore vu, nous vous conseillons vivement de ne pas poursuivre votre lecture.

    Coco - Ne m'oublie pas

    Au crépuscule de sa vie, la doyenne de la famille Riviera semble avoir tout oublié. Qu'on lui montre une vieille photographie ou qu'on la berce de paroles bienveillantes, rien ne la fait plus bouger d'un cil. Rien... jusqu'à ces quelques notes de musique. Cette mélodie composée par son père alors qu'elle était encore enfant, cette chanson d'amour que les années avaient égarée, mais qui a fini par retrouver son chemin entre les cordes d'une guitare. Lorsque le petit Miguel se met à jouer, le visage ridé de la vieille dame s'étire en un sourire juvénile, et sur le nôtre s'égarent une ou deux larmes.

    FBwhatsapp facebook Tweet
    Sur le même sujet
    Commentaires
    Voir les commentaires
    Back to Top