Mon compte
    Shrek : 10 blagues que seuls les adultes peuvent comprendre
    31 mai 2021 à 19:00
    Thomas Imbert
    Thomas Imbert
    -Chef de rubrique - Infotainment
    De la Terre du Milieu aux confins de la galaxie Star Wars en passant par les jungles de Jurassic Park, il ne refuse jamais un petit voyage vers les plus grandes sagas du cinéma. Enfant des années 90, créateur des émissions Give Me Five et Big Fan Theory, il écrit pour AlloCiné depuis 2010.

    Connus pour leur humour décalé et pour leur second degré, les films de la saga "Shrek" ne s'adressent pas qu'aux enfants. Voici 10 blagues destinées uniquement aux plus grands.

    Des plaisanteries qui frappent un peu en-dessous de la ceinture, des substances illicites, des sous-entendus coquins... Certaines blagues de la saga Shrek, connue pour son humour déjanté et son second degré, s'adressent davantage aux adultes qu'aux enfants. Voici 10 vannes à destination des spectateurs les plus grands...

    Shrek
    Shrek
    1h 29min
    De Andrew Adamson, Vicky Jenson
    Presse
    4,3
    Spectateurs
    4,2
    Streaming

    Le complexe de Lord Farquaad

    DreamWorks Animation

    Lorsque Shrek et l'Âne arrivent devant le gigantesque château du cruel et minuscule Farquaad, l'ogre vert s'exclame en rigolant : "Il aurait pas comme quelque chose à compenser, ton lord ?" Un sous-entendu qu'on laissera à la libre interprétation des spectateurs, pour déterminer si Shrek a souhaité frapper son futur rival au-dessous de la ceinture.

    "Lave ton... *** !"

    DreamWorks Animation

    Peu après, alors qu'ils pénètrent à l'intérieur de la forteresse, Shrek et l'Âne ont droit à une petite chanson de bienvenue aux paroles assez cocasses. Entonnée par des automates, la mélodie rappelle aux visiteurs que "Duloc est un monde parfait", mais aussi quelques recommandations élémentaires : "Ne saute pas les talus, lave tes pieds, lave ton... nez !" Un vers auquel certains poètes auraient sans doute été tentés d'offrir une rime un peu plus triviale.

    Blanche-Neige et les sept nains

    DreamWorks Animation

    Lorsque le Miroir Magique présente à Lord Farquaad les trois princesses qu'il pourrait éventuellement épouser, sa description de Blanche-Neige laisser planer un lourd sous-entendu. Il précise en effet que la "catherinette n°2, bien qu'elle habite avec 7 hommes, n'est pas une fille facile." De quoi déclencher un roulement de caisse claire et quelques rires gênés parmi les soldats du château.

    Magazine cochon

    DreamWorks Animation

    Au tout début de Shrek 2, lorsque le Prince Charmant arrive au château de Fiona et tombe nez à nez avec le Grand Méchant Loup, ce dernier est en train de lire une revue intitulée "Pork Illustrated" et sur laquelle on peut voir... un cochon en sous-vêtements.

    Une potion à part

    DreamWorks Animation

    Parmi les très nombreuses fioles qui défilent dans l'usine à potions de Marraine la Fée, l'une d'elles porte une étiquette marquée du mot "Fiagra". Une autre plaisanterie destinée aux plus grands, à condition d'avoir l'oeil pour la repérer et de modifier la première lettre de l'inscription.

    Un pantalon trop large

    DreamWorks Animation

    Quand Shrek se retrouve transformé en humain et se réveille entouré de trois paysannes qui sont aux petits soins avec lui, il ne comprend pas immédiatement ce qui est en train de lui arriver. Lorsque son pantalon, devenu beaucoup trop large pour sa taille humaine, dégringole jusqu'à ses chevilles, ses trois admiratrices s'extasient soudain, sans doute devant autre chose que les genoux du personnage.

    Herbe à chat ?

    DreamWorks Animation

    Lorsque Shrek, l'Âne et le Chat Potté sont arrêtés par les troupes du royaume (lors d'une séquence parodiant l'émission américaine COPS), les soldats dénichent un sachet suspect dans les bottes du félin. "Herbe à chat ?," lui demande alors le garde. Ce à quoi Potté lui répond, embarrassé, que ce n'est pas à lui. L'adorable minet consommerait-il des substances illicites ?

    Les sous-vêtements de Pinocchio

    DreamWorks Animation

    Au moment où il doit mentir pour que son nez s'allonge et que le sauvetage de Shrek puisse fonctionner, le petit pantin de bois s'exclame, sous les conseils de Tibiscuit, qu'il porte "une petite culotte en dentelle." Voyant que rien ne se passe, le bonhomme en pain d'épices constate que Pinocchio arbore en effet... un string rose.

    Fumette

    DreamWorks Animation

    Dans Shrek 3, quand l'ogre et ses compagnons de route débarquent à l'école d'Artie pour le rencontrer, ils tombent notamment sur deux autres étudiants, enfermés dans une cariole ressemblant étrangement à un bus hippie, et de laquelle se dégage une épaisse fumée. "Par la malepeste, cousin ! Faut jamais brûler de l'encens avec de la myrrhe !", s'exclame l'un d'eux en sortant, dans un état un peu suspect.

    Ça plane pour l'Âne !

    DreamWorks Animation

    "Mazette, j'ai pas plané comme ça depuis mon baptême de l'air," s'exclame l'Âne losqu'il se retrouve malencontreusement transporté dans le corps du Chat Potté. En VF, cette réplique n'a certes rien de particulier. Mais en version originale, où le personnage affirme "qu'il n'a pas plané comme ça depuis l'université", elle prend une toute autre dimension.

    FBwhatsapp facebook Tweet
    Sur le même sujet
    Commentaires
    • Lily Massein
      Mais c'est pas un magazine cochon, c'est une référence au magazine Sports Illustrated...
    • Pierre C.
      Exactement.
    • andiran23
      C'est même une des choses les plus importantes dans l'animation et les films familiaux de manière générale : se débrouiller pour faire quelque chose qu'on peut apprécier enfant, ado et adulte, et qu'on découvre sous un nouveau jour (blagues, thématiques, etc.) quand on le revoit en grandissant !
    • gto-diver
      Toute façon en français ça marche aussi: il regarde un magazine cochon...
    • lordkaos
      je n'ai pas dit que les Shrek n'avaient pas de morale mais elles sont plus consensuelles que dégoulinantesLes Disney intelligents - de mon point de vue - (Atlantide, John Carter, à la recherche de demain, Lone Ranger...) ont fait des bides voire des fours par rapport à ceux basés sur ces contes et qui ont été édulcorés pour la machine marketing
    • Dmitrram
      Effectivement, c'est drôle mais pas vraiment transgressif !De toute façon, les modes de production des longs métrages d'animation, avec leurs impératifs de rentabilité, ne s'y prêtent pas trop...
    • Dmitrram
      C'est vrai, pas toutes.
    • Popcorn
      Pas toutes, heureusement. Il y en a quelques-unes, soyons honnêtes, qui ne sont « très compréhensibles » que si l’enfant est habitué à ce genre de choses (et ça, ce n’est pas ce qu’il y a de plus normal).L’herbe à chat dans la botte de Potté ou la fumette entre ados ne sont que 2 exemples parmi certainement bien d’autres. Sans parler du magazine cochon ou le viagra dans l’usine de la Marraine (que je n’avais personnellement jamais vus).
    • Popcorn
      Tous les Shrek, sans exception, sont aussi bourrés de morales bien dégoulinantes. Ce n’est pas parce que les films sont axés sur la comédie et le 2nd degré qu’ils ne transmettent rien comme message(s).Les films Disney ne sont pas plus teubés sous prétexte qu’ils assument totalement leur côté moral (même si c’est parfois un peu excessif, je le conçois).
    • Dmitrram
      Ces blagues sont très compréhensibles pour des enfants.Par contre, ce qui est hors de portée, ce sont plutôt les références cinématographiques qui nécessite, de fait, d'avoir vu les films en question !
    • Pierre C.
      Sans oublier que les blagues « pour adultes » ont toujours fait partie de la fiction.
    • lordkaos
      l'automate à l'entrée de Duloc est surtout un référence à l'horripilant mondes poupées de Disneyland...de toute façon, Shrek est entièrement l'opposé de l'oncle Walt et sa morale mièvre...
    • andiran23
      J'avais 9 ans quand le premier est sorti, et pourtant j'ai compris la plupart de ces blagues, et les copains à l'école aussi. C'était pas si subtil que ça. Y'a juste le F*ckwad et le cochon que j'avais pas compris, vu que je parlais pas encore anglais.À noter, surtout, le pork illustrated => to pork (vuglaire, argot) veut dire se taper/se faire [quelqu'un] et les anglophones font régulièrement des jeux de mots là-dessus
    Voir les commentaires
    Back to Top