Notez des films
Mon AlloCiné
    La Captive aux yeux clairs
    note moyenne
    4,0
    282 notes dont 48 critiques
    répartition des 48 critiques par note
    12 critiques
    18 critiques
    12 critiques
    5 critiques
    1 critique
    0 critique
    Votre avis sur La Captive aux yeux clairs ?

    48 critiques spectateurs

    brunocinoche
    brunocinoche

    Suivre son activité 33 abonnés Lire ses 905 critiques

    4,0
    Publiée le 14 novembre 2008
    Un westenr hors norme devenu un classique, c'est normal, il est vraiment superbe.
     Kurosawa
    Kurosawa

    Suivre son activité 298 abonnés Lire ses 1 412 critiques

    3,5
    Publiée le 3 juin 2019
    "The big sky" est un beau western à ciel ouvert se déroulant presque uniquement sur le fleuve du Missouri et dans les forêts environnantes. Le flm raconte une histoire d'amitié entre deux hommes, inscrite dans une communauté soudée qui doit nouer contact avec une tribu indienne : pour ce faire, la jeune et belle Teal Eye (Elizabeth Threatt) les accompagne afin de faciliter la rencontre. Mais cette indienne attire les regards de tous les hommes composants cette bande d'aventuriers, dont ceux de Jim (Kirk Douglas) et de Boone (Dewey). Leur amitié peut-elle tenir face à cette femme qu'ils aiment tous deux, bien qu'ils ne peuvent lui parler, la langue devenant ainsi un obstacle à la grande idée hawksienne qu'est le vivre ensemble ? Le film met habilement en scène le rapport d'abord méfiant puis respectueux entre Teal Eye et les hommes qui l'accompagnent à travers de pures scènes d'action (le dialogue étant impossible) plus ou moins développées : on peut passer d'un simple duel au couteau à une attaque massive d'indiens en passant par une tentative de sauvetage de noyade dans des courants forts. Mais les liens de solidarité qui se tissent dans ce très beau trio ne font pas oublier le sentiment amoureux dominant, lequel donne au dernier mouvement du film une teinte plus mélancolique inhabituelle chez Hawks – le personnage émouvant de Zeb Calloway n'est d'ailleurs pas étranger à cette tonalité. Malgré un traitement rigoureux et évolutif des personnages et une capacité à les inscrire dans des décors superbes (les scènes nocturnes dans la forêt sont magnifiques), la narration manque globalement de fluidité et impacte sur un rythme manquant de maîtrise, bémol qui place "The big sky" en dessous des meilleurs films d'Howard Hawks.
    Akamaru
    Akamaru

    Suivre son activité 1485 abonnés Lire ses 4 339 critiques

    3,0
    Publiée le 2 août 2010
    "La Captive aux yeux clairs" a marqué l'âge d'or du western hollywoodien.Howard Hawks avait tout le talent nécessaire pour mettre en scène des histoires d'hommes lançés dans des grands espaces,solidaires et aventureux.Par contre,le titre est légèrement mensonger.Si effectivement une jolie Indienne tiraille le coeur des 2 trappeurs,Hawks met plutôt l'accent sur la joyause communauté qui dévale le Missouri,pour échanger des peaux de bêtes avec les Indiens pieds-noirs.Le fleuve et le ciel se confondant pour teinter de poésie ce western picaresque,dans un beau noir et blanc.On s'attache sans efforts à cette bande aux caractéristiques facilement identifiables.Kirk Douglas en fanfaron bon vivant.Dewey Martin en ténébreux aux origines indiennes.Arthur Hunnicott en sage baroudeur.Et tous les autres membres du bâteau.On constate malheureusement que le scénario n'est pas à la hauteur,avec de nombreuses scènes faisant office de remplissages,et des rebondissements convenus.L'oeuvre convaint plus sur le terrain de la communauté solidaire,et sur sa description de personnalités autant épicuriennes que malheureuses.
    Lapin-54
    Lapin-54

    Suivre son activité 7 abonnés Lire ses 136 critiques

    4,0
    Publiée le 21 mai 2009
    Chef d'oeuvre du cinéma du grand Howard Hawks. Au global, une très belle histoire au pays des indiens avec un immense Kirk Douglas. A l'époque ça méritait plus que largement les 4 étoiles.
    lislain74
    lislain74

    Suivre son activité 3 abonnés Lire ses 226 critiques

    4,0
    Publiée le 3 janvier 2013
    Un très beau western que j'ai vu à une séance de cinéma en plein air, à l'ancienne.
    Nico2
    Nico2

    Suivre son activité 58 abonnés Lire ses 939 critiques

    5,0
    Publiée le 16 août 2010
    Howard Hawks est sans nul doute un des plus grands réalisateurs de tous les temps, en ce sens qu'il s'est essayé à tous les genres pour ne faire que des chefs d'oeuvres qui marqueront le cinéma. La Captive aux yeux clairs fait sans conteste partie de cette catégorie. Film de genre (western), Hawks comme à son habitude bouscule les conventions et en fait un road-movie doublé sur d'un film sur la communication entre les peuples (les Indiens ne parleront pas autre chose que leurs dialectes), un film d'amour (le triangle amoureux qui va transformer les deux héros amis soudés en rivaux), un film d'aventures où bons et méchants s'affrontent pour le commerce des peaux, un homme d'affaires puissant souhaitant garder le monopole par tous les moyens, le plus souvent malhonnête. La Captive aux yeux clairs est un film d'une très grande richesse, à la fois divertissement plaisant et plaidoyer humaniste, visuellement superbe, réalisé avec maestria avec des acteurs au sommet dont un Kirk Douglas parfait comme toujours. Un chef d'oeuvre on vous dit !
    lareac
    lareac

    Suivre son activité Lire ses 45 critiques

    2,5
    Publiée le 17 septembre 2007
    Certes un beau film mais des longueurs sont à déplorer. Il semble que le scénario soit meublé par de nombreux incidents mineurs qui n'apportent rien au film.
    selenie
    selenie

    Suivre son activité 1988 abonnés Lire ses 5 063 critiques

    5,0
    Publiée le 16 février 2013
    Quatrième western de Howard Hawks, il se distingue des autres car ici pas de grande chevauchée, ni de cow-boys, ni de shérifs, l'histoire se déroule bien avant, s'inspirant des Frontiers Men, trappeurs et autres colons aventuriers, explorateurs du vrai Ouest sauvage et inconnu du monde civilisé. L'histoire est donc celui du commerce encore pacifique avec les indiens des Rocheuses aux alentours des années 1830. Sur ce film Howard Hawks travaille avec le scénariste Dudley Nichols, habitué du genre puisqu'étant un habitué de John Ford. En premier rôle on retrouve le géant Kirk Douglas alors en pleine ascencion à Hollywood. Sa désinvolture fait une nouvelle fois merveille. Production RKO de Howard Hugues ce film de commande est un chef d'oeuvre de maitrise. Original car ne collant pas au canon du genre, on suit les aventuriers à travers des paysages magnifiques (tourné dans un Parc national), les scènes d'action ne sont pas un but en soi, elles restent réalistes jusqu'à être parfois assez contemplatif. A voir absolument en VO pour savourer les échanges linguistiques entre indiens, anglais et français, assez important pour comprendre la diversité des colons à l'époque. Les seconds rôles (indiens pas tout seul dans sa tête, équipage du bateau français) prennent d'autant plus d'importance. "The big sky" est un grand western et un grand film.
    Caine78
    Caine78

    Suivre son activité 2818 abonnés Lire ses 7 252 critiques

    5,0
    Publiée le 12 avril 2008
    On me reproche assez de ne pas mettre assez de quatre étoiles, alors pourquoi pas! D'autant plus que cette "Captive aux yeux clairs" les mérite amplement, tant elle nous berce pendant deux heures dans un cinéma de rêve, et tant le talent d'Howard Hawks explosant à chaque instant. Car c'est véritablement un voyage auquel nous sommes conviés, aussi beau qu'initiatique, plongé qui plus est au milieu de valeurs fortes, que ce soit l'amitié, l'amour, mais sans jamais être pour autant soulignés ou lourdes. De plus, le film a l'intelligence d'offrir des personnages forts, réalistes et en aucun cas caricaturaux. Si bien que l'ensemble finit par être profondément émouvant, plongé en plus dans une poésie rêveuse des plus enivrantes. Kirk Douglas est quant à lui excellent mais est ici étonnamment éclipsé par Arthur Hunnicutt, irrésistible de bout en bout. Ce film est sans nul doute un véritable chef d'oeuvre et n'est donc à manquer sous aucun prétexte. Un bijou.
    tomPSGcinema
    tomPSGcinema

    Suivre son activité 342 abonnés Lire ses 3 323 critiques

    4,0
    Publiée le 10 novembre 2010
    Des trappeurs montent une expédition de chasse sur le Missouri. Ils auront alors à faire, à des pirates et des Indiens... Kirk Douglas campe vraiment un super trappeur dans cet excellent western que Howard Hawks réalisa en 1952. Le scénario est d'une réelle et grande richesse, tandis que la mise en scène du réalisateur de " Rio Bravo " n'est pas exempt de qualité, tant sur les séquences d'actions que sur celles un peu plus intimistes. Le fait que le tout soit filmée dans les magnifiques décors naturels ( d'ailleurs la photographie en noir et blanc lui rend vraiment bien honneur ) n'est pas non plus à négliger, car cela apporte beaucoup de charme à l'ensemble, tout comme la beautée de l'actrice Elizabeth Threatt qui joue le rôle de l'indienne captive avec beaucoup de talent, ce rôle sera d'ailleurs le seul de sa carrière ce qui est Bbien dommage au vue de sa performance. Le tout est emmener par une partition musicale bien réussi de la part de Dimitri Tiomkin et fait donc que l'on passe, à chaque vision, un moment de cinéma vraiment captivant.
    Flavien Poncet
    Flavien Poncet

    Suivre son activité 160 abonnés Lire ses 1 024 critiques

    2,5
    Publiée le 1 juin 2008
    Reprenant la matrice favorite de son cinéma, celle d’une aventure intime menée par quelques hommes, Howard Hawks réalise avec «The Big Sky» (USA, 1952) la parabole d’une quête d’identité. Une troupe de quelques marins délaissés naviguent à bord d’un petit bateau jusque dans des contrées lointaines où seules vivent des Indiens Pieds Noirs. Ce long voyage vise à permettre aux marins de faire du commerce avec ces Indiens. Leur unique moyen pour s’entendre avec eux et de rendre au chef la fille qu’il avait perdue. Originellement un western dans le roman d’A.B. Guthrie Jr., Hawks en a fait davantage une aventure humaine où les péripéties incarnent chacun des paliers pour mener l’âme à l’ataraxie. Les cieux immenses et sans fin sur lequel le film s’ouvre au son d’une musique angélique présentent d’entrée la destination véritable du film. Le moteur de ce trajet est nourri par la cadence des dialogues. Les échanges entre les personnages de Kirk Douglas et de Dewey Martin imposent un tempo, une cadence de tambour qui dirige les rames du navire hawksien. La parabole du récit est formalisée par l’apparition étrange du bateau. Croyant voir apparaître le Radeau de la Méduse, où des hommes s’entassent sur un bâtiment naval, nous, spectateurs, sentons l’étrange impression d’un au-delà présent. Hawks parsème ses plans d’indices pour rendre tangible cette impression d’au-delà, d’en-deça des apparences. L’épaisseur de plus en plus intense de la Nature au fil du film, l’imbroglio des idiomes (français, américain, pieds noirs) et la grande présence des ombres rappellent les paysages de Hawks à la vue de l’esprit qui prie pour réunir l’Homme dans les confins paisibles des grands cieux. A cette grande ambition, d’envergure pour la maestria hawksienne, la durée trop succincte des scènes freinent la puissance. La délivrance des âmes (de la prison jusqu’aux larges étendues de la mer) s’enroue dans un récit aux ficelles parfois trop évidentes.
    CineRepertoire.free.fr
    CineRepertoire.free.fr

    Suivre son activité 111 abonnés Lire ses 1 361 critiques

    3,5
    Publiée le 28 mars 2020
    C'est l'un des classiques du western états-unien, l'un des cinq westerns que comprend la filmo de Howard Hawks (avec La Rivière rouge, Rio Bravo, El Dorado et Rio Lobo) et l'un de ces westerns des années 1950 attestant un changement de regard sur les Indiens d'Amérique, westerns dans lesquels un bon Indien n'est pas un Indien mort (cf. aussi La Flèche brisée de Delmer Daves, Le Vent de la plaine de John Huston…). Côté intrigue, on retrouve un schéma récurrent dans l'œuvre de Hawks : un groupe affrontant un danger (lié à la nature ou à un autre groupe humain), une amitié qui se noue entre deux hommes d'âge différent, une femme qui introduit une certaine rivalité, un désordre dans l'ordre établi, une augmentation du péril pour le groupe, mais une femme libre, à l'initiative sur le plan sentimental, là où les hommes sont en retrait, engoncés dans des codes et des règles dont ils ont du mal à se défaire. Le film est un peu lent à démarrer. Hawks prend son temps pour poser les personnages, l'action et les décors. La narration gagne en épaisseur progressivement, une belle épaisseur humaine, nourrie de solidarité, d'amitié, d'amour, de rivalité délicate. Où affleurent aussi une tension érotique et quelques ambiguïtés sexuelles (qui n'étaient probablement pas voulues par Hawks). Le scénario est plaisant et attachant. Sans fulgurance. Sobre et équilibré, comme le style visuel, d'un classicisme élégant. Mise en scène fluide, beaux plans larges exploitant la beauté des lieux, noir et blanc superbe.
    Moorhuhn
    Moorhuhn

    Suivre son activité 83 abonnés Lire ses 579 critiques

    4,0
    Publiée le 12 février 2016
    Il ne s’agit pas forcément du film de Howard Hawks le plus apprécié mais je le classe pour ma part parmi les meilleurs films que j’ai pu voir du réalisateur. Tout simplement parce qu’il s’agit d’un des plus beaux films sur l’amitié que j’ai pu voir en plus d’être un superbe western au rythme envoûtant. J’ai beaucoup aimé l’introduction du film, deux mecs qui se rencontrent un peu par hasard, se mettent sur la gueule et deviennent finalement inséparables malgré les rivalités. La promesse d’une histoire mouvementée et passionnante entre deux potes pas forcément adeptes du repos et de la tranquillité. Deux types que j’ai envie d’aimer en gros et fort heureusement leur écriture est à la hauteur. Et pourtant hormis cette séquence introductive agitée, le film se déroule comme je l’ai sous-entendu précédemment sur un rythme lancinant avec toutefois quelques pics d’intensité périlleuse. On a plaisir à voir cette équipée voguer sur ce fleuve vers des horizons lointains et inhospitaliers, tisser des liens malgré une tension palpable. Et ce rythme calme a l’avantage d’accentuer davantage la sensation de danger ressentie lors des séquences mouvementées ou lorsque l’ennemi, quelle que soit sa forme, apparaît. Et le tout est mis en scène de façon remarquable, les scènes d’action étant notamment très fluides et parfois impressionnantes grâce à un sens du cadrage très précis. J’ai beaucoup aimé notamment cette séquence où les indiens suivent le bateau sur les rives, tendue au possible. Et le film n’est pas avare non plus en belles scènes plus intimistes, presque oniriques, bercées par de douces musiques. J’étais véritablement charmé, tout autant par les personnages que par cette réalisation envoûtante. J’émettrai toutefois un petit bémol concernant la pellicule du film qui semble avoir subi les ravages du temps. Alors je ne sais pas si c’est mon DVD (celui avec une jaquette bleue cheap et un peu moche), mais visuellement c’était assez terne et c’est dommage d’ailleurs car la photographie semblait magnifique. Enfin après ce n’était pas trop grave car le film contient tout de même de solides qualités et est vraiment très agréable à suivre. Et j’ai aimé aussi le traitement de l’histoire avec le personnage de l’indienne qui apporte cette touche de mystère qui en fait que renforcer le sentiment de découverte qui se dégage au fil de l'avancée de l'intrigue. Le film se conclut d’ailleurs de bien belle manière avec cet au-revoir qui sera peut-être éternel mais qui n’efface en rien cette relation qui se fixe là et s’apprête à devenir un souvenir immortel, fort. Un superbe film d'aventures qui mérite vraiment d'être redécouvert.
    cinéfyl
    cinéfyl

    Suivre son activité 20 abonnés Lire ses 1 134 critiques

    3,5
    Publiée le 15 mai 2016
    Western assez classique avec ses cowboys et ses indiens ,son saloon (au debut) ,son whisky coulant a flots ou ses balles et fleches sifflants a nos oreilles.Le coté original venant du fait que toute l'intrigue se deroule a bord d'un bateau ou le long du Mississippi et qu'on ne voit guere de chevaux a l'ecran.Hawks en grand pro maitrise son sujet en donnant la part belle aux comediens qu'aux paysages pourtant somptueux qu'on aurait souhaité d'avantages mis en valeurs.En dehors de Kirk Douglas ,irreprochable ,le reste du casting ,sans posseder la renommé du 1er demeure en tout point excellent avec notament la beauté de Threatt ou le jeu dynamique de Dewey Martin en jeune ecorché vif.Le scenario qui navigue entre histoire d'amitié virile , love story et complots ne revele aucune reelle surprise mais permet de passer un bon moment parmi ces pionniers du nouveau monde.
    🎬 RENGER 📼
    🎬 RENGER 📼

    Suivre son activité 2116 abonnés Lire ses 5 802 critiques

    3,0
    Publiée le 9 décembre 2010
    Howard Hawks s'essaie ici à un western pour le moins surprenant, un river-movie qui déroute et surprend à la fois. Doté d'une mise en scène très particulière pour l'époque, le film se retrouve dénué de scènes d'action et privilégie la narration (voix off) tout au long de l'oeuvre au détriment des habituels "ingrédients" du genre. Magnifié au coeur de superbes décors en extérieur, le tout à travers un superbe noir & blanc où l'on suit le périple de deux jeunes trappeurs (superbes Kirk Douglas & Dewey Martin) au sein d'une expédition marchande française qui devra faire face à de nombreuses mésaventures sur le Missouri. La Captive aux yeux clairs (1952) fût nominé à deux reprises aux Oscars, pour celui du Meilleur Second rôle pour Arthur Hunnicutt et celui de la Meilleure Photographie.
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top