Mon compte
    The Dark Knight Rises
    note moyenne
    4,3
    60837 notes dont 5344 critiques
    répartition des 5344 critiques par note
    1869 critiques
    1812 critiques
    725 critiques
    472 critiques
    239 critiques
    227 critiques
    Votre avis sur The Dark Knight Rises ?

    5344 critiques spectateurs

    Sangoku8585
    Sangoku8585

    Suivre son activité 5 abonnés Lire ses 104 critiques

    4,5
    Publiée le 28 juin 2013
    Excellent ! Voilà comment décrire ce film. Étant fan du comics, j'ai tout simplement adoré ce film. Nolan conclut très bien sa trilogie avec cette fois-ci un opus encore plus ... sombre. D'ailleurs l'histoire est bien écrite mais (ou toujours un "mais"), les trente premières minutes du film sont un peu longuet. Les acteurs jouent très bien leurs jeux. Et d'ailleurs Tom Hardy a vraiment bien joué Bane, qui a la base est un méchant basique de Batman. Les effets spéciaux sont juste ... énorme rien à dire sur ce sujet. La musique est juste magnifique encore mieux que celles des précédents opus. Je le conseille vivement pour tout fans de films d'action et des fans du comics.
    🎬 RENGER 📼
    🎬 RENGER 📼

    Suivre son activité 2981 abonnés Lire ses 6 298 critiques

    4,0
    Publiée le 4 août 2012
    Il y a 7 ans (Batman Begins - 2005), la Warner permettait à Christopher Nolan de redonner vie à Batman après avoir été purement et simplement ridiculisé par Joel Schumacher (Batman & Robin - 1997). Véritable succès tant critiques que spectateurs, il était tout naturel qu’on le retrouve aux commandes d’un second opus (The Dark Knight - 2008), une fois plus remarquable, mais qui nous avait laissé sur notre faim lorsque Batman fut contraint de fuir Gotham City et devenir un fugitif en s’accusant de la mort de Harvey Dent. 4 ans plus tard, on le retrouve une troisième et dernière fois (c’est hélas le dernier opus pour cette saga) avec The Dark Knight Rises (2012), la suite directe du précédent volet où Batman se retrouve obligé de reprendre du service suite aux menaces imminentes qui pèsent sur la ville avec l’arrivée d’un mercenaire pas comme les autres, à savoir Bane (ce dernier avait déjà été mis en scène dans une précédente adaptation, à savoir l’exécrable Batman & Robin - 1997). A la distribution, comme toujours on aura plaisir d’y retrouver quelques habitués à commencer par Christian Bale (troisième et dernière fois qu’il campe Batman, c’était l’une des meilleures interprétations parmi les nombreuses adaptations), Gary Oldman, Morgan Freeman & Michael Caine. Et parmi les nouvelles recrues on pourra signaler la présence de Tom Hardy, Joseph Gordon-Levitt, Cillian Murphy (déjà présent dans Batman Begins - 2005) & Marion Cotillard (soit une grande partie de l’équipe d’Inception - 2010, précédente réalisation de Nolan), sans oublier la charmante Anne Hathaway, dans la peau de Catwoman (un personnage aussi récurrent que Double-Face ou le Joker, puisque cette dernière fut déjà interprétée au cinéma par Lee Meriwether dans Batman - 1966 & Michelle Pfeiffer dans Batman : Le Défi - 1992).
    Christopher Nolan nous restitue comme il a l’habitude de le faire depuis son incursion dans l’univers de "l'homme chauve-souris", un Batman torturé et affaiblit, bien plus humain que dans toutes les précédentes adaptations, ce n’est pas un super-héros, c’est un anti-héros qui tantôt se fait lyncher, tantôt se fait aduler. Alors que le précédent volet mettait en scène un duel mythique, à savoir Batman & le Joker, cette fois-ci on n’est pas en reste, avec l’arrivée de Bane, redoutable et impressionnant colosse qui va en faire voir de toutes les couleurs à Batman (on a mal pour lui !). Toujours plus sombre, plus impitoyable et avec un petit côté apocalyptique histoire de bien relever la sauce et montrer que pour cet ultime opus, Christopher Nolan ne recule devant rien (quitte à prendre en otage tous les citoyens de Gotham City). Mise en scène menée tambour battant où une fois de plus le cinéaste ne lésine devant rien, comme en atteste les nombreuses courses-poursuites (on retrouve d’ailleurs les différents modèle de la BatMobile, appelé aussi le "Tumbler", ainsi que la fameuse BatPod et le nouveau venu, la BatWing), les scènes de destructions massives et les fusillades en pleine ville, le tout accompagné par une séduisante B.O signée Hans Zimmer (un habitué du cinéaste), ainsi que des SFX de grandes qualités où durant 165 minutes (!) on ne verra jamais le temps passer. Un blockbuster budgété à 250 millions de $ (!) qui les vaut largement, on en vient même à avoir de la peine de se dire que l’on vient d’assister à la dernière de Batman vu par Christopher Nolan, le seul à être parvenu à donner ses lettres de noblesse à ce personnage mythique.
    THE-CHECKER
    THE-CHECKER

    Suivre son activité 76 abonnés Lire ses 701 critiques

    5,0
    Publiée le 25 mai 2017
    Final en apothéose pour cette trilogie tout simplement fabuleuse qui aura su mettre en valeur le talent incroyable de Christopher Nolan comme celui de Peter Jackson en son temps. Approfondissant une analyse sociale déjà abordée dans le film précédent, The Dark Knight Rises (TDKR) achève l'exploration d'un univers pas si fictif que ça, remettant en cause implicitement et de façon très adroite les dérives sécuritaires post 11/09 (le patriot act, la prison de Guantanamo) sur fond de crise financière et de lutte des classes (ironiquement les deux mamelles nourricières de la cause défendue par Bruce Wayne/Batman). Une audace rhétorique rarement osée à Hollywood, cette dernière consistant rien de moins qu'à remettre en cause le bien fondé idéologique de son héros qui tente de réguler l'injustice d'un système dont il tire pourtant sa force!! (un peu à l'image de l'Amérique bombardant des territoires lointains pour libérer ses populations des "tyrans" qui les dirigent) En cela le triangle Selina Kyle/Batman/Bane représente parfaitement cette fracture entre différents univers, chacun disputant la légitimité de sa cause à celle des autres. Distillant ça et là des répliques bien senties (Bane à un trader: "pourquoi êtes vous là s'il n'y a rien à voler?") Nolan ne tourne jamais ses personnages en dérision et s'évertue, malgré l'ampleur de la tâche, à rendre justice à chaque point de vue (particulièrement celui de Bane qu'il aurait été si simple de dépeindre comme un vulgaire psychopathe comme le font généralement les médias lorsqu'ils parlent des activistes de tout bords), de telle façon qu'on se surprend presque (et avec quel plaisir) à se rappeler qu'il s'agit bel et bien d'un "Batman" quand le chevalier masqué apparait enfin, le métrage largement entamé. Car si le film brasse énormément de protagonistes, il est avant tout l'histoire d'un homme en proie à ses peurs intimes, qui doit se réinventer une fois de plus, ce dernier ayant pêché par excès de confiance, reclus dans sa forteresse et déconnecté des réalités d'un monde en perpétuel mouvement. Une réalité caractérisée à la fois par Catwoman, cambrioleuse de haute voltige usant de ses charmes comme d'un atout supplémentaire pour survivre dans la Mégapole peu soucieuse des plus démunis et par l'agent Blake qui tente bon gré malgré de faire vivre l'espoir dans un Gotham City miné par sa propre arrogance, et qui poussera, indépendamment de la menace que représente Bane, le milliardaire à se remettre en question. Conclusion épique lorgnant du coté de la symbolique à la V pour Vendetta et empruntant à l'Histoire (les jugements de l'épouvantail dignes de ceux de la Révolution Française), malgré des raccourcis scénaristiques évidents mais ne remettant pas en cause (fort heureusement) la puissance thématique du film. Nolan nous livre avec ce dernier opus son ultime vision d'un monde au bord du chaos (le notre), gangréné par ce qui a contribué à sa prospérité et dont les dirigeants feraient bien de ne pas sous estimer la tempête qui gronde s'ils ne veulent pas eux aussi subir les foudres d'un Bane qu'aucun Dark Knight ne viendra arrêter...
    GyzmoCA
    GyzmoCA

    Suivre son activité 65 abonnés Lire ses 1 363 critiques

    5,0
    Publiée le 20 juillet 2013
    Cette trilogie est du pur chef d oeuvre et cette conclusion n échappe pas à la règle. Un film culte pour de nombreuses années et de nombreuses générations. Et Christopher Nolan nous fait encore une direction d acteur aux petits oignons. Tom Hardy fait une performance en méchant très convaincante et la catwoman (alias anne hataway).... Hummm. Donc à voir, revoir, acheté, louer ...
    Incertitudes
    Incertitudes

    Suivre son activité 98 abonnés Lire ses 2 223 critiques

    4,5
    Publiée le 2 décembre 2012
    Le décès de Heath Ledger en 2008 a obligé Christopher Nolan a revoir ses plans pour le dernier opus de Batman "The Dark Knight Rises". Lui qui comptait réintroduire le Joker a finalement dû puiser dans 2 autres méchants appartenant à la mythologie Batman : Catwoman et Bane. Autant pour Catwoman, je n'y vois guère d'inconvénients d'autant qu'Anne Hathaway se glisse bien dans sa combinaison moulante, autant je me dis qu'à la place de Bane, Nolan aurait pu se tourner vers le Pingouin, L'homme-mystère ou Mister Freeze pourquoi pas, ce qui aurait pu permettre de faire oublier la prestation de Arnold Schwarzenegger. Comme on est bien obligé de faire avec, on constate que côté méchants, Hathaway restitue bien le côté trouble et vénéneux de Catwoman. C'est à dire qu'elle peut tout aussi bien décider d'aider Batman si elle y voit son intérêt ou au contraire de le trahir. Quant à Bane, il est à la fois semblable et différent du Joker. Semblable pour son goût du chaos et de l'anarchie auxquelles il veut soumettre Gotham City et différent car c'est une brute épaisse beaucoup plus coriace que le Joker au corps à corps. Batman semble seul contre tous. Il vit quasiment reclus, marchant à l'aide d'une canne, dans son manoir Wayne, s'étant accusé de la mort de Harvey Dent. Même son fidèle majordome Alfred le laisse tomber, c'est dire. Donc, au delà de la noirceur qui a toujours caractérisé les Batman de Nolan, c'est là plutôt le désespoir qui prédomine. Le désespoir qui saisit Batman, impuissant face à Bane, le désespoir de Bane dont il en tire sa rage et sa force, et le désespoir de Gotham City menacée par une bombe nucléaire. On en sort assez éprouvé à la fin après 2h30 de film d'autant que les motifs de se réjouir sont peu nombreux. En dehors des personnages, le savoir-faire de Nolan reste intact. Les scènes d'action sont impressionnantes comme il se doit et avec l'aide de son frère Jonathan, il a toujours le don pour pondre une histoire à tiroirs passionnante et bourrée de rebondissements. Avec en prime, pas mal de références aux 2 premiers épisodes. Une manière de boucler la boucle en quelque sorte. Comme quoi, on peut faire un blockbuster, en respecter les codes, et raconter une vraie histoire. Pour autant, je trouve The Dark Knight Rises un cran en dessous de The Dark Knight. Le film a en moins la prestation hallucinée d'un Heath Ledger en Joker ou même celle de Aaron Eckhart en Double-Face. Mais ne nous y trompons pas. Comme il est temps de faire le bilan des 3 films, Nolan a parfaitement su ressusciter Batman pourtant massacré par Joël Schumacher au milieu des années 90. Signe que le chevalier noir est immortel. La fin de cet ultime épisode semble d'ailleurs dire que Nolan indique à son successeur la marche à suivre. spoiler: Robin en futur justicier et un Bruce Wayne considéré comme décédé mais pourquoi pas dans un rôle de mentor pour Robin ?
    . En attendant, chapeau bas monsieur Nolan en espérant que vous garderez tout de même un œil sur l'avenir de la saga. Autant pour les fans que pour le bien de la saga elle-même.
    Charles G
    Charles G

    Suivre son activité 27 abonnés Lire ses 627 critiques

    4,0
    Publiée le 24 juillet 2012
    "There's a storm coming Mister Wayne". La bande annonce était quasiment muette, et cette phrase nous faisait lécher nos babines d'envie et d'impatience. Ces quelques minutes projetées dès fin 2011 nous laissaient percevoir une mise en scène léchée dans laquelle on apercevait les futurs personnages principaux dont Selina Kyle, aka Catwoman, auteur de cette phrase. L'attente promettait d’être interminable, et elle était rendue encore plus forte par l'attribution du titre de meilleure bande annonce de 2011 au dernier volet de la trilogie. Christopher Nolan est un des cinq "génies" quadragénaires de la réalisation américaine. Avec Batman Begins, il avait lancé la trilogie dans une sorte d'atmosphere mystique mais ancrée dans le réel, rompant complètement avec la vision de Tim Burton. Le second volet, le chef d’œuvre The Dark Knight, magnifié par la prestation époustouflante de Heath Ledger, nous offrait une vision ultra réaliste et noire de la société occidentale actuelle plongée dans l'individualisme, ce que le Joker tentait de faire imploser par des moyens plus vicieux les uns que les autres. Il était donc normal que les attentes des spectateurs soient dès lors très haut placées. Le début de ce troisième volet nous place immédiatement dans la continuité du précédent, avec les funérailles d'Harvey Dent, dont le grand public ne connait que le bon coté. L'inspecteur Gordon, joué par un très juste Gary Oldman, est un des plus intéressants et mieux réussis de cet opus, tiraillé entre la volonté de dire qui était vraiment celui qui était devenu Double-Face afin d'avouer son crime et le respect du défunt et de toute son œuvre positive. L'élément déclencheur du film est initié par Selina Kyle, la femme chat, qui est le personnage que l'on retiendra de ce film. Et c'est avec une surprise de taille que j'ai découvert une Anne Hataway qui crève l'écran et excelle dans ce rôle qui lui va comme un gant. Chacune de ses apparitions nous électrifie, et son personnage est sans cesse pris dans la balance entre intérêt personnel et culpabilité. C'est elle qui a le profil psychologique le plus creusé et le plus intéressant du film. Ses actes serviront donc l’intérêt de Bane dans un premier temps. Le gros balourd, nouvel ennemi de Batman, est interprété par le toujours très bon Tom Hardy, habitué des rôles de balèzes après Bronson et Warrior. On peut toutefois regretter ne pas voir sa montée en puissance être mise en place progressivement, le personnage nous étant livré un peu brutalement. Au final, il disparait comme il est apparu, et l'on aurait peut-être aimé une ou deux scène d'anthologie où Hardy aurait vraiment pu exprimer tout son talent, à l'instar du Joker. Marion Cotillard n'apporte que très peu au film, et son personnage était je pense dispensable. C'est le vrai point négatif du film. Bruce Wayne, lui, est incarné par Christian Bale, sans cesse meilleur dans ce rôle. Exténué, vivant reclus de la société, il ne tient debout que grâce à une canne et n'a plus aucune raison de vivre. Le temps du Batman infaillible semble à des années lumières. J'ai beaucoup apprécié l'auto-dérision dont il fait preuve, notamment avec Alfred au début du film. La page chauve-souris est définitivement tournée dans sa tête, et son corps est celui d'un vieillard. Ce n'est qu’après l'acte déclencheur de Catwoman qu'il va, après être supplié par Gordon et le futur Robin, consentir à revêtir son habit de cuir, non sans effort. Le mal est donc incarné une fois de plus par les pensionnaires de la secte de Al Ghul, méchant du premier opus. On peut d'ailleurs regretter que le film soit davantage la suite du premier volet que du second. L'enjeu est la mise à l’épreuve de la croyance des hommes de pouvoir (quel qu'il soit) dans le bien-fondé de leur action, dans l’intérêt de conserver la société telle qu'elle est et de se battre pour elle. En parlant de se battre, les combats paraissent un peu pénibles pour les acteurs, notamment ceux de Batman. Certes, il est censé ne plus avoir la même forme qu'avant, mais il est quand même super rigide... Tout cela n'est pas aussi explosif et noir que The Dark Knight, mais ça fonctionne tout de même très bien, entre autres grâce à une mise en scène parfaite et sobre de Nolan, qui éclipse d'un revers de main tous les films Marvel possibles et imaginables (seul Spiderman 2 pourrait éventuellement penser à rivaliser ?). La fin nous donne une ouverture que l'on attendait grosse comme une maison, aussi suis-je surpris du buzz qui enfle à son propos sur le net. Sans doute est-ce parce que les gens n'ont pas encore vu le film. Pour finir, je dirai que ce chapitre final est le plus long de la trilogie (2H45) et que pourtant, à aucun moment je ne me suis ennuyé. Bravo donc, et continuez à nous émerveiller monsieur Nolan !
    The Rotisseur
    The Rotisseur

    Suivre son activité 30 abonnés Lire ses 494 critiques

    5,0
    Publiée le 8 avril 2013
    Et voilà ! On y arrive ! LE film le plus attendu de l'année 2012 ! Il n'y a pas d'autre alternative, aucun film ne m'a autant fait attendre après The Dark Knight (film que j'attendais déjà affreusement). La suite épique de mon idole Nolan écrit avec soin. Quel est le verdict ? ! Juste une sacré tuerie !! TDKR est juste monté aux estimes que j'attendais. Pas plus de surprises si ce n'est que l'excellente interprétation d'Anne Hathaway (autant dire que je ne m'attendais pas à une telle qualité de jeu d'actrice) et surtout, surtout, ce qui a créé l'emblème de ce même 3ème et dernier volet de la trilogie culte de Nolan : BANE ! Que dire ? Bane est surement l'un des personnages les moins intéressants de la bande dessiné. Ce personnage a de plus été sacrément sali par l'immondice Batman & Robin. Il est claire que le choix de la part de Christopher pour le grand méchant de cet épisode a certainement dû choqué la totalité des fans. Et c'est ici que la surprise a eu lieu. On ne va pas passer par 4 chemins : Bane dans TDKR est surement l'un des méchants les plus charismatique de l'histoire du cinéma à côté du Joker. Jamais je ne me serais autant attaché à ce méchant aussi terrorisant que mystérieux. De plus, ce personnage reste vraiment fidèle à celui de la bande dessiné, et Nolan a réussi à le mettre en valeur tout en suivant les traits du DC comics. De plus, le film continue dans la parfaite trajectoire que ce qu'était TDR (réputé pour être l'un des chef-d’œuvre de Nolan). Le réalisation reste la même. On regrettera tout de même la présence purement inutile de Marion Cottillard. Autant dire que son personnage dénature tout le film. Le personnage qu'elle incarne manque non seulement cruellement de charisme, mais n'apporte rien si ce n'est que la chute et surtout... sa fameuse fail de spoiler: la mort raté.
    En bref, The Dark Knight Rises n'est pas une surprise (sauf sur quelques points) mais il est à la juste valeur de ce que j'attendais. Il n'y a pas d'autre mot ou d'autre conclusion que ce qui suit : une fin épique !
    Raphaël O
    Raphaël O

    Suivre son activité 86 abonnés Lire ses 1 567 critiques

    5,0
    Publiée le 17 février 2015
    Ce blockbuster, troisième et dernier volet de la saga de Christopher Nolan se distingue par un excellent scénario, dense et d'une noirceur abyssale, une mise en scène absolument époustouflant et est interprété par un casting exceptionnel.
    Un chef-d'œuvre.
    anonyme
    Un visiteur
    0,5
    Publiée le 22 août 2012
    Scénario incohérent, absence de vraisemblance (même avec plein d'imagination), on s'ennuie ferme du début jusqu'à la fin (qui tarde beaucoup trop).
    "le" batman est fait pour des enfants de 4 ans (maxi).
    Eddy P
    Eddy P

    Suivre son activité 112 abonnés Lire ses 218 critiques

    1,0
    Publiée le 24 septembre 2012
    Assurément le moins fort de la trilogie par ses scènes improbables, sa démystification de Batman au point d'en faire oublier le titre du film, son vilain à la voix douce, le jeu catastrophique de Marion Cotillard, l'opposition manichéenne entre l'Occident et l'Asie (que choisir entre l'Amérique décadente et l'ordre assassin du communisme Chinois ?), une sublimation de l'armée et de la police (que des bons gars), une catwoman aux jolis jambes mais pas très utile. Seul Michael Caine sort sont épingle du jeu et démontre en quelques scène qu'il demeure un brillant acteur. Le reste n'est que badaboum, vlan et tarda tsoin tsoin.
    NewBoorn
    NewBoorn

    Suivre son activité 46 abonnés Lire ses 576 critiques

    5,0
    Publiée le 6 août 2012
    Ne crachons pas dans la soupe : malgré toutes les imperfections que l'on peut lui trouver, liées au scénario, à la performance des acteurs, ou au respect de l'identité du héros, The Dark Knight Rises est au dessus de toute concurrence. Les presques 3 heures de film sont un spectacle époustouflant et ne donnent aucun signe de lassitude au spectateur. Nolan clôt sa trilogie de fort belle manière en nous offrant un film aussi bon que le précédent, qui était déjà une référence.
    floflo2204
    floflo2204

    Suivre son activité 61 abonnés Lire ses 379 critiques

    5,0
    Publiée le 30 septembre 2012
    Déjà 7 ans que Christopher Nolan commençait sa trilogie par un opus très bon qui donna suite trois ans plus tard au film qui a vraiment fais revivre Batman. Cela fait maintenant 4 ans que l'on attendait la conclusion à cette trilogie applaudi par tous. 4 ans d'infos donné au compte goutte, de tournage secret et de publicité. Et il faut qu'on se le dise : on ne regrette pas d'avoir attendu aussi longtemps. The Dark knight rises est à la hauteur de sa trilogie et nous offre un Batman égal à son prédécesseur : parfait. Pour commencer on pourrait citer le casting, une brochette d'acteurs et d'actrices 5 étoiles qui nous font vraiment plaisir et font preuve d'un talent certain ( même si Marion Cotillard ne convenait pas du tout à son rôle selon moi ). La révélation du film est à mes yeux Joseph Gordon-Levitt car même si sa filmographie est déjà impressionnante peu de ses prestations nous ont offert pareil éclat. Ensuite les décors, la ville de New-York est exactement comme on l'aurait espéré car tout sied parfaitement à l'ambiance du long-métrage. Hans Zimmer nous fais ici aussi preuve de son talent en nous livrant une bande originale magnifique avec des morceaux entraînants, sombres mais par dessus tout splendide. Christopher Nolan, comme à son habitude, maîtrise son film de bout en bout et ne nous laisse jamais de côté malgré les 2h45 du film. Le long-métrage bénéficie d'effets spéciaux spectaculaire qui ont tout des gros films tels qu'Avengers. Ainsi c'est en beauté que Nolan conclut sa trilogie et il faut avouer qu'on a un pincement au coeur de voir une équipe aussi talentueuse mettre un terme à la trilogie car on en veut plus. Ce qui est sur c'est que celui qui prendra la place de Christopher Nolan aura une sacré pression.
    Stephenballade
    Stephenballade

    Suivre son activité 269 abonnés Lire ses 1 234 critiques

    4,0
    Publiée le 8 mars 2016
    2h44, voilà une durée qui peut-être rebutante pour le spectateur, mais la folle densité qui y a été mise les fait passer presque trop vite. Le troisième volet de la trilogie de Nolan est celui qui a fait le plus d’entrées en France, en dépassant les 4 millions. Il faut dire que la qualité de "The Dark Knight – Le chevalier noir" a fait que le public attendait énormément de cette suite. J’avoue en avoir fait partie, et maintenant que je me suis risqué à le regarder, j’en suis heureux, même si je considère qu’il est légèrement en-dessous de l’épisode précédent. Il n’y a pourtant pas de quoi comparer le niveau de qualité, puisque nous repartons sur une histoire différente, avec un Bruce Wayne diminué physiquement, ce qui a le don de marquer une certaine rupture avec le film précédent, surtout que Gotham semble pourtant mener une vie désormais tranquille et prospère. En dépit du nombre d’années passées dans cette relative tranquillité, Gotham va replonger dans un épisode plus glauque, plus noir que jamais, dans laquelle la tragédie déployée ici à grande échelle va concerner chacun des personnages phares. Ainsi "The dark knight rises" tisse des liens avec les débuts du super-héros rendu plus humain par la forte opposition que Bane, le nouvel adversaire, présente. Il en résulte une psychologie dense sur Bane et Bruce Wayne, agrémentée de scènes d’action efficaces et dopée par les nombreux gadgets qui en ferait pâlir de jalousie James Bond lui-même. Nous retrouvons d’ailleurs toutes les recettes de la saga relative à l’espion : un méchant à l’ambition démesurée, des gadgets qui pourraient équiper une armée, des filles, et de l’action pour étayer une bonne intrigue. Le personnage de Selina (interprétée par Anne Hathaway avec un glamour et une félinité que je ne lui connaissais pas) est pourtant survolé, sans doute est-ce voulu pour garder une certaine part de mystère. spoiler: Quand bien même, je me questionne sur ce qui la motive une fois qu’elle a obtenu ce qu’elle voulait.
    Alors certes Christopher Nolan en a fini avec sa trilogie, mais je vois tout de même la porte ouverte sur une éventuelle suite avec les apparitions de Selina et de Blake. Quant à Tom Hardy, il est très convaincant de par sa gestuelle dans son personnage élevé aux anabolisants, dont son imposante musculature a été accentuée par l'utilisation de la contre-plongée, une technique déjà employée par Frank Darabont pour mettre en valeur le physique de John Coffey dans "La ligne verte". Mais la voix qu’on lui a prêté pour la version française me dérange quelque peu : stéréotypée et trop théâtrale à mon goût malgré cette tonalité d’outre-tombe qui m’a plu. La réalisation de Christopher Nolan fait le reste, efficace à souhait pour passer sans encombre les 2h44 qui, à mon grand étonnement, font l’impasse (entre autres) sur le moyen employé par Bruce Wayne pour rentrer au pays spoiler: après être parvenu à s’échapper de son trou à rats
    . Le plus remarquable est que, comme je le disais plus haut, Nolan parvient à tisser des liens avec les deux premiers épisodes de la trilogie, ce qui fait qu'au final nous suivons une seule histoire : la vie de Batman alias Bruce Wayne, laquelle est parsemée de quelques écueils. Dans la mise en images, il n’y a rien à dire tant tout me semble parfait, y compris lors de la confrontation entre Bane et Batman, scène au cours de laquelle il n’y a plus aucune musique, comme si le monde était en train de s’arrêter. On comprend alors que ça va aller mal pour le chevalier noir. Eh oui, on comprend… et c’est là le plus grand défaut : le scénario est relativement prévisible, et on devine à courte échéance ce qu’il va se passer dans les minutes, voire les secondes qui suivent. Les surprises sont donc pour ainsi dire inexistantes, en tout cas trop peu nombreuses, mais quel spectacle ! Les décors, les effets spéciaux, et les costumes sont toujours aussi réussis. Alors oui, le spectacle vaut le détour, et on ne s’ennuie jamais. Et j’ai envie de demander : à quand les nouvelles aventures de Batman affublé de Catwoman et Robin ? Après tout… James Bond en est à 24 épisodes officiels...
    W-a-ll-y
    W-a-ll-y

    Suivre son activité 9 abonnés Lire ses 74 critiques

    4,5
    Publiée le 5 mai 2014
    Bien qu'en deçà de son prédécesseur, The Dark Knight Rises reste néanmoins excellent. Côté scénario, on regrettera peut-être moins de précision et de minutie que d'habitude chez le réalisateur, ou le fait que l'on voit relativement peu Batman en costume, mais cela reste toujours bien au-dessus de la moyenne. Le film est dans la parfaite continuité de TDK, sensé se dérouler 8 ans avant. La psychologie des personnages, leurs relations, sont une nouvelle fois mises en avant. On retrouve ainsi un Bruce Wayne très touché physiquement et mentalement, un Alfred fidèle à ses convictions, ou encore un Jim Gordon toujours sur ses gardes. Les nouveaux personnages sont eux aussi très intéressants, en particulier le jeune flic Blake et Catwoman. Le nouveau méchant, Bane, convient parfaitement à l'ambiance pessimiste du film. Cette ambiance nous offre d'ailleurs de très beaux moments, tantôt épiques spoiler: (l'escalade dans la prison, les dernières minutes)
    tantôt très sombres spoiler: (l'affrontement dans les égouts, l'anarchie dans Gotham)
    . Une nouvelle fois, la musique de Hans Zimmer fonctionne à merveille, notamment lors des scènes d'actions, époustouflantes. Le casting est lui impeccable, ce qui est peu surprenant lorsque l'on voit les têtes d'affiches. La légende du Chevalier Noir version Nolan s'achève donc avec brio (et un petit pincement au coeur).
    Alice025
    Alice025

    Suivre son activité 865 abonnés Lire ses 1 072 critiques

    4,5
    Publiée le 25 juillet 2012
    Ce dernier opus est époustouflant ! 2h44 de film, mais on est tellement dans l'histoire que l'on ne voit pas le temps passer.
    L'histoire se suit bien par rapport aux précédents (je vous conseille de voir au moins le film précédent pour comprendre un peu mieux), le scénario est bien réalisé, les dialogues ne sont en aucun cas dénués de sens, mais sont très profonds et sérieux.
    Le film prend au moins une heure à bien démarrer, mais c'est compréhensible, le temps d'installer l'histoire, le cadre, le retour des personnages...
    Le casting est impressionnant, pas un seul des acteurs principaux ne joue mal, ils se surpassent et ont beaucoup de talent. Il y a beaucoup d'effets époustouflants, notamment celui de l'explosion lors du match de rugby, qui , m'a particulièrement bluffé. On sent qu'un gros bugdet a été investi dans Batman, et il est loin d'être inutile.
    J'ai trouvé le personnage de Bane imposant, notamment avec son masque, mais ce n'est pas le meilleur des "méchants" de Gotham City.
    Dans cet univers sombre et noir, on y retrouve de l'action, des batailles, de l'émotion, de la peur mais aussi de l'humour.
    J'ai remarqué quelques petits défauts tout au long du film, mais pas assez importants pour le remettre en cause.
    C'est Une fin que je trouve très réussie, c'est un des films phares de l'année, alors il est impossible de le louper !

    Toutes mes autres critiques sur cinephile-critique.over-blog.com
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top