Mon compte
    Permanent Vacation
    note moyenne
    3,0
    210 notes En savoir plus sur les notes spectateurs d'AlloCiné
    Votre avis sur Permanent Vacation ?

    28 critiques spectateurs

    5
    4 critiques
    4
    6 critiques
    3
    4 critiques
    2
    5 critiques
    1
    8 critiques
    0
    1 critique
    Gyula
    Gyula

    Suivre son activité 1 abonné Lire ses 8 critiques

    1,0
    Publiée le 1 mars 2018
    Ennuyeux, hermétique, musique permanente assommante. Rien est maîtrisé. Dérive inesthétique émaillée de scènes ridicules...Je ne le conseille pas.
    chrischambers86
    chrischambers86

    Suivre son activité 7 124 abonnés Lire ses 10 critiques

    4,0
    Publiée le 3 octobre 2017
    Ce premier long-mètrage de Jim Jarmusch n'avait pas ètè très bien reçu à sa sortie! Sans doute parce que la critique de l'èpoque jugeait le film pas assez commercial, trop lent et sans histoire! Pourtant ce premier essai est une rèussite où tous les thèmes chers au cinèaste sont ici dèjà prèsents : la rue, l'errance, la solitude, la marginalitè [...] C'est une sorte de bulle temporelle du New York du dèbut des 80's qui se trouvait en pleine crise èconomique! il y règnait une sorte de libertè que l'on ne trouve malheureusement plus aujourd'hui! C'est simple, on pouvait faire ce qu'on voulait, vivre comme on le souhaitait, et rencontrait n'importe qui à n'importe quel endroit. "Permanent Vacation", même imparfait et sans argent, est un peu une trace de cette pèriode là, propice à l'inspiration, à l'èchange...avec des gens motivès par l'expression et non par le fric, la gloire ou par l'idèe de bosser à Hollywood! Chris Parker est le porte drapeau de cette pèriode à jamais rèvolue! On se souviendra longtemps de ces errances, de ces rencontres insolites ou de sa danse fabuleuse dans une chambre (pas n'importe laquelle car celui qui dormait dans cette même pièce ètait un certain Jean-Michel Basquiat) devant sa copine, jouèe par Leila Gastil! L'identitè d'un film passe aussi par sa musique! Et "Permanent Vacation" ne dèroge pas à la règle! Culte...
     Kurosawa
    Kurosawa

    Suivre son activité 373 abonnés Lire sa critique

    3,0
    Publiée le 26 mars 2016
    Le premier long-métrage de Jim Jarmusch, malgré son côté foutraque, annonce le style et les thématiques développés dans les prochains films du cinéaste. "Permanent Vacation" met en scène un personnage décalé, inadapté à un monde oppressant et contraint de se réfugier dans des pages de Lautréamont et de penser à quitter une ville qui ne lui ressemble pas. L'ouverture représente d'ailleurs très bien ce contraste entre des rues surpeuplées et d'autres vides, soit la différence entre un espace investi par la société et un autre plus marginal, celui qui correspondrait au "héros" et qui est d'ailleurs le terrain des rencontres que ce dernier fait (une femme démaquillée en train de chanter sur des escaliers, un saxophoniste solitaire qui joue quelques notes au milieu de la nuit). Ces rencontres, qui soulignent l'inadaptabilité du jeune homme en même temps qu'elles motivent sa décision finale, sont profondément inégales et possèdent assez peu d'intérêt en soi. Elles n'ont de véritable valeur que dans la mesure où elles s'inscrivent dans un rythme languissant (marque de Jarmusch), qui s'étale autant sur la durée globale du film que sur des situations particulières, un effet qui doit à l'étirement général des séquences, souvent filmées en plan fixe. Le film manque incontestablement de rigueur, en particulier dans l'écriture, mais possède néanmoins un certain charme et crée de façon très singulière un drame tout en le désamorçant par une nonchalance heureuse, qui échappe à la mélancolie, un procédé qui bouleversera quelques années plus tard avec un chef d'oeuvre du cinéaste, "Stranger than Paradise".
    Santu2b
    Santu2b

    Suivre son activité 162 abonnés Lire sa critique

    1,0
    Publiée le 20 mai 2014
    Ah Jim Jarmusch avec son style si particulier... et hermétique. Réalisé au tout début des années 1980, "Permanent Vacation", son premier long-métrage, est l'illustration parfaite de cet enfumage que le cinéaste ne va pas hésiter à réitérer dans la suite de sa carrière. Même s'il est de courte durée (et heureusement !), le film concentre donc 1h 10 d'ennui absolu, surplombées d'images laides et d'une bande-son ultra-envahissante, dont on attend désespérément la fin. Jarmusch a voulu entrer dans la cour incessamment rebattue des filmeurs d'antihéros désabusés, empreints de culture punk et souhaitant vivre en marge... Il faudrait peut-être lui expliquer que le fait de vouloir poser un regard sur le vide ne veut pas dire pour autant réaliser une oeuvre vide. Si l'on opère ce choix-là, on ne réussira qu'à édifier le prototype par excellence du film d'intello lénifiant et prétentieux. On aura beau chercher, il nous sera décidément impossible d'y pénétrer. Insignifiant.
    anonyme
    Un visiteur
    5,0
    Publiée le 1 février 2014
    J'ai beaucoup aimé, ça dure 1h, c'est pile ce qu'il faut. La musique est envoûtante (Charlie Parker - Somewhere over the rainbow), elle nous plonge dans le NYC des années 80. A mettre absolument en parallèle avec "Downtown 81".
    Labouene
    Labouene

    Suivre son activité 19 abonnés Lire ses 169 critiques

    2,5
    Publiée le 19 mars 2013
    J'ai aussi peu d'inspiration pour ma critique que Jarmusch en avait pour son scénario, si ce n'est que ce film préfigure son "Stranger than Paradise", à peine plus emballant: des gens solitaires et paumés, étrangers au Monde qui les entoure.... mais je ne lui en tiendrai pas rigueur, car j'adore "Dead Man", "Ghost Dog", "Broken Flowers" et "Down by Law"... je parlerai une prochaine fois du déroutant "Limits of Control"...
    JohanJett
    JohanJett

    Suivre son activité 28 abonnés Lire ses 209 critiques

    1,0
    Publiée le 15 décembre 2012
    Un film très,très ennuyeux ,l'histoire d'un jeune homme qui s'ennuie dans New York.

    c'est le premier long métrage de Jim Jarmusch sur New York c'est un film de fin d'étude,certains passages sont bons,mais trainent trop en longueur ,on reconnait la patte du cinéaste,mais le scenario n'est pas terrible,on se demande si il y en a vraiment un,bref le plus mauvais film que j'ai vue ce passant à New York.

    Pour tuer l'ennuie ,le jeune new-yorkais délaisse sa petite amie qui s'ennuie également dans son petit appartement,vole une voiture pour récupérer de l'argent sur celle ci afin de quitter New Yorke sans sa petite amie et il s'embarque sur un bateau en direction de la France,pour Paris.

    Le plus mauvais film de Jim Jarmusch,mais on lui pardonnera très vite car celui ci était son premier,heureusement qu'il se rattrapera dans les suivants.
    anonyme
    Un visiteur
    3,5
    Publiée le 27 avril 2011
    Toujours un bon sujet qu'est l'errance, et Jim Jarmush sait debattre se sujet, toujours dans une realisation delicieusement mystique. La rumeur raconte qu'il aurait realisé ce film en demandant à son école un prêt pour acheter une voiture, et avec cet argent il aurait realisé ce film. L'école l'a viré... ils n'ont pas du voir le film et le viré pour le principe...
    anonyme
    Un visiteur
    3,5
    Publiée le 14 février 2011
    Un premier film vraiment très bon de Jim Jarmusch, on suit les errances d'un jeune homme confrontés à différentes personnes, l'acteur principal joue très bien et l'histoire est très simple mais génial, si le film avait eu plus de moyen il aurait surement était un chef-d'oeuvre.
    anonyme
    Un visiteur
    4,5
    Publiée le 25 janvier 2011
    Permanent Vacation est le tout premier film de Jim Jarmusch ; il le présentera d'ailleurs comme film de fin d'études en 1980.
    Beaucoup ont un avis plutôt équivoque sur ce premier métrage qui finalement emporte les critiques défavorables des spectateurs (on balance entre des 5/5 et des 1 voire 0,5/5).
    Au final qu'en penser ?
    Permanent Vacation peut être vu comme un prologue au cinéma de Jarmusch dans le sens où beaucoup des attributs qui ont fait son succès se retrouvent ici (j'entend l'importance de la musique, l'intérêt pour les anti-héros, la solitude des personnages, la folie). A l'inverse je pense qu'il est possible de voir ce petit film de seulement 1h05, comme un modèle du genre que le réalisateur n'a jamais pu ré-égaler.
    Finalement on pourrait très bien faire un parallèle avec The Limits of Control, son dernier long-métrage en date, que beaucoup considèrent comme un retour du réalisateur vers son propre cinéma et peut-être un aboutissement à son travail de cinéaste.
    Car si The Limits of control est une fin, alors comparer ces deux films peut avoir un certain intérêt : même si tous deux sont majoritairement mal perçus par les critiques, je les considèrent comme les plus innovants.
    Permanent Vacation pourrait se résumer à des rues sales et désertes dans lequel évoluerait un saxophone "Vibrant et fou". Et puis la voix monocorde de Chris Parker (Aloysious Parker).
    Finalement ce qui transcende chez Jarmusch (et surtout dans ces deux oeuvres aux extrémités de sa filmographie) est le côté pop-art qu'il y place.
    C'est de la même veine qu'un tableau de Warhol.
    anonyme
    Un visiteur
    2,5
    Publiée le 4 janvier 2011
    premier film de jim Jarmush et effectivement le moins prenant de ceux que j'ai pu voir de ce réalisateur. On pressent mystery train, voir même parfois cofffe and cigarette.

    Mais bon, il y a des longueurs, et les rencontre multiple n'apporte pas forcemment grand chose. Il y a des idées, mais c'est comme si elle s'agencaient mal.

    La scène de fin sur le quai ou il rencontre son Double français est belle, et le depart de la ville de new york montré comme on le connais clos le film avec une certaine nostalgie pour son personnage principale.
    Nico2
    Nico2

    Suivre son activité 65 abonnés Lire ses 939 critiques

    1,0
    Publiée le 25 juin 2010
    Aloysious Parker, jeune new-yorkais indifférent au monde qui l'entoure, retourne voir sa mère interné dans un hôpital psychiatrique après avoir revu la maison de son enfance détruite par un bombardement. Il va rencontrer des personnages divers et loufoques avant finalement de s'embarquer pour Paris. Si le premier long métrage de Jim Jarmusch contient les prémices de ce qui sera le cinéma de cet homme, force est d'admettre que ce Permanent Vacation peine à convaincre. Le film contient quelques beaux plans comme ceux du début où Parker marche dans une rue abandonnée comme intemporelle. L'intemporalité est d'ailleurs un des éléments du film, le personnage n'étant de toute évidence jamais concerné par le monde qui l'entoure. Or, c'est bien là le problème. Il traverse le film et multiplie les rencontres sans que ces dernières ne lui procurent un quelconque enrichissement. De fait, le film devient vite à l'image de son personnage terne et indigent. Lorsque la conclusion arrive finalement au bout d'1h20, on se demande quand même à quoi bon avoir fait ce voyage, en tout cas avec ce guide. Un premier jet décevant mais du potentiel qui doit être exploité avec plus de rigueur, ce qui sera fait par la suite avec succès.
    anonyme
    Un visiteur
    3,5
    Publiée le 16 avril 2012
    Une première œuvre très intéressante tant elle annonce le style du cinéaste, les amoureux de ce cinéma et autres cinéphile apprécieront!
    anonyme
    Un visiteur
    0,5
    Publiée le 1 mai 2010
    On voit les influences pas de quoi s'extasier cependant.
    Starwealther
    Starwealther

    Suivre son activité 26 abonnés Lire ses 841 critiques

    2,5
    Publiée le 4 février 2010
    Premier long métrage de Jim Jarmusch, plutôt abstrait mais loin d'être mauvais! On pourrait lui reprocher d'être un peu ennuyeux et aussi beaucoup moins esthétique que les films qu'il fera après comme Coffee and Cigarettes ou Dead Man. La musique lancinante est par contre bien trouvée, elle nous met dans un ambiance en totale adéquation avec le paysage en ruines de la plupart des plans du film. Ce jeune homme en vacances permanentes et fan de Charlie Parker reste malgré tout mystérieux, on comprend juste que pour Jarmusch il est important de s'intéresser aux autres origines ethniques notamment lors de la scène de dialogue avec le noir qui parle d'un saxophoniste ou encore dans la dernière scène où le june part à Paris. Je pense aussi qu'il y a un lien direct avec la vie de Jarmusch qui a habité pendant plusieurs années à Paris.
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Meilleurs films
    • Meilleurs films selon la presse
    Back to Top