Mon compte
    Le Conte de la princesse Kaguya
    note moyenne
    4,4
    4027 notes En savoir plus sur les notes spectateurs d'AlloCiné
    Votre avis sur Le Conte de la princesse Kaguya ?

    282 critiques spectateurs

    5
    110 critiques
    4
    105 critiques
    3
    41 critiques
    2
    19 critiques
    1
    4 critiques
    0
    3 critiques
    Requiemovies
    Requiemovies

    Suivre son activité 173 abonnés Lire ses 1 153 critiques

    4,0
    Publiée le 7 juillet 2014
    Après le «Le Tombeau des Lucioles» et «Mes voisins les Yamada», Isao Takahata réalise probablement un des dessins-animés les plus magnifiques et poétiques de cette année. Adapté d’un conte légendaire japonais du 10ème siècle, le réalisateur-scénariste livre une œuvre à la beauté envoutante. Le ton pastel, principal atout du film, donne à ce dernier un charme inouï entre onirisme et conte d’un autre temps. Une douceur émerge dès les premiers plans pour ne plus lâcher le spectateur.
    Les détails des visages, qui ailleurs se voudraient grossier, donnent ici une humanité qu’on voit rarement dans les films d’animation. Ces derniers nous transportent au travers chaque personnage, de leurs émotions et ce à chaque plan.
    La forme majestueuse du film n’efface pas du tout le fond, puisque qu’un équilibre délicat se créer naturellement nous offrant autant des notes profondément touchantes que d’humour.
    «Le conte de la princesse Kaguya» se veut donc une œuvre autant minimaliste que mélancolique et profonde. Dans la pluralité des adjectifs pour parler du film tous s’unissent sur un point. Nous n’avons pas vu depuis très longtemps un film d’animation aussi marquant dans sa simplicité et singularité. Rare et brillant de talent.
    dejihem
    dejihem

    Suivre son activité 87 abonnés Lire ses 603 critiques

    5,0
    Publiée le 30 avril 2019
    C’est tout simplement le film le plus extraordinaire que j’ai jamais vu. Putain cinq ans ! Il m’a fallu cinq ans pour m’en remettre !! Et pourtant, j’ai vu le tombeau des lucioles, mes voisins les Yamada, Pompoko (celui-là je l’ai vraiment adoré : une histoire complètement surréaliste de ratons-laveur aux couilles transformistes).
    le chef-d’œuvre ultime de Takahata.
    Charlotte28
    Charlotte28

    Suivre son activité 52 abonnés Lire ses 1 261 critiques

    4,0
    Publiée le 19 février 2021
    Le sublime visuel à l'aquarelle nous entraîne d'emblée dans ce monde merveilleux qui va osciller entre ode au bonheur terrestre bucolique, blâme de la vanité sociétale matérialiste et poids de la destinée sur les relations sentimentales. Entre onirisme et modernité des questionnements, le film offre des moments de grâce dont l'envol des amoureux mais s'étire parfois à tort, ne permettant pas de conserver une constante intensité émotionnelle. Grâce à une intrigue simple mais non simpliste Takahata touche à l'universel via un récit traditionnel japonais en partie amendé tout en prônant un style hybride singulier. Un conte initiatique dépaysant.
    Misoramengasuki
    Misoramengasuki

    Suivre son activité 47 abonnés Lire ses 399 critiques

    5,0
    Publiée le 14 mai 2017
    Avec "Le vent se lève" de Miyazaki, "Le conte de la princesse Kaguya" de Takahata constitue un moment historique du cinéma. Soyons conscients qu’avec ces deux films, nous avons eu le privilège d’assister au summum de l’œuvre de deux créateurs de génie, qui ont porté l’animation japonaise à un point de perfection que, peut-être, elle n’atteindra plus jamais. Si le film de Miyazaki prenait pour point de départ la fascination de l’auteur pour les avions, Takahata s’ancre dans l’âge d’or de la civilisation ancienne du Japon : l’époque de Heian. L’histoire de Kaguya-hime est connue de tous les enfants japonais: une petite fille, trouvée par un coupeur de bambou, s’avère être une fille de la lune. Sa beauté sera à l’origine de son ascension sociale et de celle de ses parents, mais elle se heurtera aux mesquineries et aux laideurs de la société humaine pour finir par… (on ne dira pas). A chaque seconde, on est estomaqué par la beauté des images de ce film. Le monde de la nature du début, les fastes du Kyôto de l’an 1000, avec ses aristocrates, son petit peuple.... restitués avec un luxe de détails inouï, une précision, une intelligence de la mise en scène inégalés. L’esthétique en aquarelle de Takahata, déjà vue dans "Mes voisins les Yamada", fait merveille à chaque seconde, les couleurs sont éblouissantes, le trait d’une sûreté absolue… le tout au service d’une histoire bouleversante sur le renoncement aux idéaux et les déchirements de l’adolescence (thème d’une étonnante modernité). Quelques moments d’anthologie : la fuite de la princesse, la venue du Bouddha et de sa suite (une illustration d’un thème classique de la peinture japonaise : le Raigô). On ressort de ce film les tripes tordues, les yeux émerveillés et les oreilles enchantées par la magnifique partition de Hisaishi Joe, le « troisième larron » qui aura tant contribué au succès de ses complices du studio Ghibli. Il est scandaleux que ce film n’ait été présenté à Cannes qu’en quinzaine des réalisateurs, et encore plus qu’il soit reparti sans aucun prix. De même, il n’a pas été un immense succès de box-office, ce qui en dit long sur l’état de déchéance de notre époque. Les spectateurs de "Kaguya", qui ont quasiment tous dit leur enchantement à la sortie de la salle, doivent avoir conscience de la chance qu’ils ont que de tels films aient pu voir le jour. Souhaitons (même si on en doute), que cela sera encore le cas à l’avenir, quand Takahata et Miyazaki auront passé la main.
    Artriste
    Artriste

    Suivre son activité 47 abonnés Lire ses 1 388 critiques

    4,0
    Publiée le 13 octobre 2022
    Long-métrage d'animation réalisé par Isao Takahata au sein du studio Ghibli, Le Conte De La Princesse Kaguya est une très belle œuvre. L'histoire nous fait suivre un vieux coupeur de bambou qui, un jour, va découvrir une jeune fille dans une tige. La considérant comme un cadeau divin, il va alors l'élever avec sa femme comme une future altesse. Ce récit nous plonge pendant deux heures et quart, dans un conte nous faisant suivre l'évolution de cet enfant. Car la jeune princesse est différente des autres et va aussi rapidement, qu'étrangement grandir, se faisant des amis en grandissant. Seulement, poussée par un père souhaitant son bonheur et son prestige, elle va devoir quitter sa campagne, abandonnant au passage ses amis, pour la capitale. Là-bas, elle va passer d'adolescente à jeune femme en apprenant les bonnes manières et va devoir se confronter à des prétendants qui lui font la cour, vu que son paternel la force à se marier malgré son refus. Tout ce parcours traite de la mise sous tutelle d'une femme obligée de se conformer aux coutumes qu'imposent son statut dont elle n'est pas responsable. Elle ne décide de rien et son bonheur passe après les obligations. Cela a pour effet de transmettre de l'empathie pour cette ravissante princesse particulièrement appréciable, qui grandit sous nos yeux au fil du temps qui passe. Les autres personnages importants ne sont autre que ses parents, entre un père qui dirige les cérémonies et une mère qui réconforte. Les autres rôles sont également agréables et tout ce beau monde entretient des relations véhiculant de l'émotion, aussi bien de l'amusement que de la tristesse. Des échanges soutenus par des dialogues d'une belle authenticité. Mais si l’œuvre est si singulière c'est grâce à son aspect visuel. La direction artistique est très créative à travers ses traits ressemblant à des croquis aux couleurs pastel. Le dessin est atypique et possède un charme fou. D'autant plus que cette esthétique est accompagnée par une b.o. mélangeant des notes douces et des airs plus traditionnels. Ce récit se conclut sur une jolie fin, pas forcément attendue. En conclusion, Le Conte De La Princesse Kaguya possède de multiples qualités qui en font une création à découvrir absolument.
    Plume231
    Plume231

    Suivre son activité 2 489 abonnés Lire ses 4 639 critiques

    3,0
    Publiée le 14 février 2016
    Il y a pour moi plusieurs catégories subjectives de films : les films que tout le monde ou presque aime et que j'aime, les films que personne ou presque n'aime et moi non plus, les films que personne ou presque n'aime alors que moi si, les films que tout le monde ou presque aime mais pas moi et j'en suis content parce que ça fait "seul contre tous", et enfin les films que tout le monde ou presque aime mais pas moi et j'en suis pas content parce que j'aurais bien voulu l'aimer...
    Et "Le Conte de la princesse Kaguya", dernier film en date du réalisateur du "Tombeau des lucioles", fait partie de cette dernière catégorie. En fait, je ne l'ai pas détesté ; c'est juste que je ne l'ai pas aimé... Le dessin épuré est superbe, il y a quelques moments qui forcent l'admiration, en particulier l'épisode des prétendants, mais entre les longueurs, des personnages secondaires à peine esquissés (sans mauvais jeu de mots !!!), un manque d'émotion, découlant en partie de cela, j'ai pas adhéré.
    J'ai l'impression d'être un chantre anti-poésie en écrivant cela, alors que je ne le suis pas. C'est à peine, si j'ai pas envie de m'excuser mais au moins j'ai le mérite de la sincérité.
    Ti Nou
    Ti Nou

    Suivre son activité 285 abonnés Lire ses 3 063 critiques

    5,0
    Publiée le 5 mai 2015
    Cela faisait longtemps que le studio Ghibli n'avait pas atteint ce niveau d'excellence (depuis "Le château ambulant"). Isao Takahata signe un conte splendide, abordant les thèmes chers au studio, magnifié par l'animation et les aquarelles.
    moket
    moket

    Suivre son activité 280 abonnés Lire ses 3 867 critiques

    3,0
    Publiée le 28 juin 2015
    Esthétiquement, ce conte aux allures d'aquarelle est superbe. L'histoire est très belle et empreinte de poésie, mais la longueur du film et la lenteur du récit laissent une impression mitigée.
    Santu2b
    Santu2b

    Suivre son activité 178 abonnés Lire ses 1 734 critiques

    4,0
    Publiée le 7 décembre 2015
    Depuis le départ en retraite de Hayao Miyazaki, Isao Takahata demeure le seul maître nippon vivant de l'animation. À 80 ans, l'auteur du bouleversant "Tombeau des Lucioles" nous le prouve lui-même en 2014 avec "Le conte de la princesse Kaguya", pour lequel il tire probablement à son tour sa révérence. Comme nombre de ses congénères, il signe l'adaptation d'un conte populaire japonais qu'il transcende. Ce possible testament est en effet la grâce à l'état pur, où on ne peut qu'admirer la maîtrise du cinéaste. "Kaguya" met en scène une esthétique tout simplement fabuleuse, un aspect croquis volontairement inabouti, où se côtoient de raffinées teintes d'aquarelle. Sous cette grâce aux instants parfois fulgurants se dévoile le corps d'une poésie sincère, riche en intelligence et émotions. Merveilleux.
    Hastur64
    Hastur64

    Suivre son activité 151 abonnés Lire ses 2 289 critiques

    4,5
    Publiée le 25 mai 2015
    Après une nouvelle adaptation des “47 ronins” légende très connue au Japon, voici une nouvelle adaptation d’une autre conte très célèbre au Pays du Soleil Levant : “Le conte de la princesse Kaguya” (ou “Conte du coupeur de bambou”). Produit par le studio Ghibli et réalisé par l’autre de ses fondateurs : Isao Takahada, le film d’animation, certes un peu trop long pour un public d’enfants, enchantera par la beauté de son dessin, qui loin de la mode de la 3D ou de l’image de synthèse, revient à un dessin à la main et une animation beaucoup plus sobre qui ne fait que souligner la beauté de ce conte. Il plonge dans les racines culturelles du Japon : sa société féodale, sa vision des bonnes manières différente de celle qui ont cours en Europe, sa religion animiste et bouddhiste… Mais, si les bases culturelles sont très exotiques, on n’est en aucun cas perdu dans une histoire somme toute universelle et qui interroge sur le bonheur, la richesse, la réussite et l’amour. On se laisse donc porter par cette histoire de fillette découverte dans un bambou et qui va devenir une beauté légendaire et voir les plus prestigieux soupirants, jusqu’à l'Empereur lui-même, demander sa main. Mais la princesse, est-elle vraiment heureuse ? Et que cache ses origines mystérieuses ? C’est que vous découvrirez si vous décidez de voir ce magnifique film d’animation qui dans un style rétro offre un spectacle d’une grande délicatesse. À voir absolument.
    Sergio-Leone
    Sergio-Leone

    Suivre son activité 143 abonnés Lire ses 1 096 critiques

    3,5
    Publiée le 15 juillet 2014
    Tout d'abord un style épuré très simple absolument charmant avec ses traits de crayon sur fond blanc, un conte d'enfance merveilleux et une culture japonaise très imprégnée. Le dessin animé sort des codes du film pour enfant mais également de ceux pour adultes connus des studios Ghibli. Une oeuvre spéciale sans réelle référant, cependant un peu long à mon goût pour les enfants. On se sent transporté par la poésie et la magie qui se dégage de la princesse, et par les coups de crayon rendus visibles.
    maxime ...
    maxime ...

    Suivre son activité 134 abonnés Lire ses 1 961 critiques

    4,5
    Publiée le 1 mai 2020
    Le Conte de la Princesse Kaguya est un long métrage qui invoque les croyances et convictions et les malmènent avec un soucis d'honnêteté et de délicatesse à faire rompre les plus forcenés d'entre nous. Du moins je l’espère !

    J'éprouve des réticences avec les travaux de Takahata, sa signature est à chaque coup magnifique et suscite une obsession certaine chez moi et pourtant je peine à m'impliquer. Cette fois, ses partis pris et son procédé m'ont complètement conquis. Les dessins, les traits de ceux-ci, son histoire forcément et la magnifique composition de Joe Hisaichi ont mené une bataille féroces avec mes oppositions et bouscule en cela mes attentes et font de cette Princesse Kaguya un moment important de ma cinéphilie.

    Ce film est un récital, une longue poésie qui secoue, une expérience qui ne se laisse percevoir qu'une fois acheminé. Le dernier film du cinéaste, son plus belle au-revoir.
    Fabien D
    Fabien D

    Suivre son activité 113 abonnés Lire ses 1 009 critiques

    4,0
    Publiée le 5 juillet 2014
    Le conte de la princesse Kaguya est le dernier film d'un des pionniers de Ghibli, Takahata a qui l'on doit le superbe tombeau des lucioles. Un deuxième départ tragique après celui de Miyazaki pour un film qui, à l'instar du Vent se lève, est traversé par une profonde mélancolie. Cette histoire d'une princesse découverte dans un bambou est une œuvre d'une grande poésie, pleine de sentiments et d'humour mais aussi profondément tragique. La beauté de l'animation (sublimes aquarelles), les décors magnifiques (les paysages sont à couper le souffle) ne font que rehausser la délicatesse de l'histoire. Ce récit d'apprentissage à la vie d'une jeune enfant qui n'aurait jamais du venir sur terre est traversé par des moments de grâce et finit par émouvoir lors d'un final mélodramatique poignant ou l'on retrouve la patte de l'auteur du tombeau des lucioles. On ressort ému de ce film profond qui questionne aussi bien la famille que certaines croyances religieuses (shintoisme notamment). Avec ce conte de la princesse Kahuya, Takahata livre une œuvre testamentaire ou l'appel de la jeune fille appelée à quitter les siens ne peut que renvoyer à l'adieu du réalisateur au septième art . A voir sans aucun doute, ces 2h17 malgré un rythme assez lent ne sont jamais ennuyeuses!
    anonyme
    Un visiteur
    5,0
    Publiée le 11 juillet 2014
    Un seul mot me vient pour décrire ce très grand film poétique et nostalgique baigné d'aquarelle et de fusain : MAGNIFIQUE...
    Serge R.
    Serge R.

    Suivre son activité 54 abonnés Lire ses 21 critiques

    5,0
    Publiée le 6 juillet 2014
    Attention ce film est un chef-d'œuvre
    ☆*:.。. o(≧▽≦)o .。.:*☆
    À voir absolument
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Meilleurs films
    • Meilleurs films selon la presse
    Back to Top