Notez des films
Mon AlloCiné
    The Oregonian
    note moyenne
    2,3
    35 notes dont 9 critiques
    répartition des 9 critiques par note
    0 critique
    1 critique
    2 critiques
    0 critique
    1 critique
    5 critiques
    Votre avis sur The Oregonian ?

    9 critiques spectateurs

    Vincent P
    Vincent P

    Suivre son activité 10 abonnés Lire ses 36 critiques

    4,5
    Publiée le 6 août 2013
    Je poste juste ma critique pour contrebalancer avec les autres mauvaises, pour dire que ce film racontent bien plus de choses que tout les n-iemes melos que l'on se tape à longueur de semaine. C'est un récit initiatique hypnotique et immersif, où l'on ressent une nature oppressante, une certaine crasse humaine et la puanteur qui s'en dégage. la bande son y est incroyable (de même que la photo). Il s'agit d'éprouver des sensations et non de intellectualiser le moindre choc, la moindre cassure avec notre quotidien, ce que la société nous habitue à faire de plus en plus. il faut accepter l'étrange, le bizarre, le mystérieux. se laisser happer, plutôt que de chercher des intrigues à tout va. Dans la vie il n'y en a PAS. Sur ce je laisse les personnes qui se cachent derrière les autres commentaires à leur logique maîtresse bien pensante, et je m'en vais chercher d'autres diamants brut tel celui ci et ceux qui m'ont ébloui cette année ("post tenebras lux", "spring breaker", "tabou"...)
    🎬 RENGER 📼
    🎬 RENGER 📼

    Suivre son activité 2093 abonnés Lire ses 5 795 critiques

    0,5
    Publiée le 26 septembre 2012
    Pour son premier long-métrage, Calvin Reeder a mis en scène une œuvre expérimentale sous forme de bad-trip lynchien. Si The Oregonian (2011) ne dure que 80 minutes, c’est déjà beaucoup trop pour le peu d’idées qu’a à nous offrir le réalisateur en herbe. On n’y comprend absolument rien, c’est un brouhaha incessant de bruits stridents dès le début du film (où Lindsay Pulsipher, une ravissante blonde, se réveille en sang dans une voiture. Visiblement victime d’un accident de la route et perdue au fin fond d’une forêt, elle tente de trouver de l’aide en vain. Sur sa route, elle croise une vieille au sourire inquiétant, un routier qui pisse jaune, puis vert, puis rouge puis bleu, un type portant un grotesque costume vert et le clou du spectacle, elle croise aussi son double en train de se faire méchamment sodomiser, le dos éventré et dans lequel le routier cité précédemment lui verse dans les entrailles une omelette et de l’essence !). Passionnant vous ne trouvez pas ? En l’espace de quelques lignes, j’ai volontairement spoilé afin de vous épargniez de perdre du temps devant cette infâme bouse cinématographique inutile, fatigante et consternante.
    sukifanee
    sukifanee

    Suivre son activité 2 abonnés Lire ses 162 critiques

    3,0
    Publiée le 19 novembre 2014
    Waaah....Je n'ai absolument pas compris...Je vais avoir du mal à donner un avis. J'ai échafaudé beaucoup de théorie, elle est morte? A été violée adulte? Enfant? Assassinée des gens? etc... spoiler: Bon, il faut que j'essaye de comprendre. On débute par un accident de la route d'un père et sa fille. Désorientée elle cherche de l'aide et fait face à une vieille folle habillée en rouge qui sourit avec folie...Qui réapparaîtra plusieurs fois. Il n'y a personne, ou les gens n'ont pas des comportements normaux. Un gars la prend "en stop", tout ça pour pisser de toutes les couleurs au bord de la route et finir dans une chambre de motel où il boit de l'essence et fait cuire des oeufs à l'essence....Et pendant ce temps là, la blonde voit monsieur cetelem qui se branle à la vitre, puis la vieille folle qui apparaît de derrière le canapé. Quelqu'un lui demande si elle se rappelle de son nom: Non! Elle fume. On se retrouve dans un plan où il y a des espèces de beattle qui boivent de l'essence dans une caravane. On a des séquences où elle se fait violer, mais également, le dos ouvert le gars du motel lui met les oeufs qu'il a fait cuire avec de l'essence. On voit souvent un gars qui saigne des c****. Un moment donné, on voit un ensemble de nana en robe virginale soit qui hurlent soit qui dansent gaiement, avec les beattle qui boivent de l'essence. Un gars matraque quelque chose avec sa guitare. La blonde fini par matraquer monsieur cetelem qui s'avère être son violeur. Elle boit un verre d'essence, puis morte de rire, revient à la voiture habillée en cetelem, elle joue avec les morts (le père et sa fille). Remonte dans la voiture avec la vieille folle et démarre guilleretement. Et moi je me dis, mais pourquoi un père et sa fille pique-niquaient sur la route? Parce que vu où ils ont été shooté, en reculant un peu, ils étaient sur la route. Ce que je tire comme conclusion: L'essence symbolise ce qu'elle a bu: de l'alcool. La vieille? Une vieille habillée en rouge....Le pêché?? La blonde a pêché, on en déduit que le violeur, c'est elle-même? Son pêché est d'avoir trompé son mari, d'où de nombreux plans sur les parties génitales? Et surtout, le fait qu'elle soit immature, beaucoup de personnages ricanent en voyant les situations graves. Monsieur cetelem est un déguisement, c'est qu'elle se déguise à elle-même ce qu'elle a fait. Et puis finalement repart avec son pêché. Enfin, c'est ce que j'ai compris. Sinon, on a un univers angoissant, pas horrifiant, mais ce sentiment de vide, de solitude immense: On est dans la forêt, on entend le vent, il n'y a personne ou alors les seuls personnes qu'on voit sont effrayantes. On se sent seul, perdu dans cet univers fou! Je trouve ce film plutôt bien, même si je ne suis pas sûr de mon interprétation. Il fait très années 70.
    AMANO JAKU
    AMANO JAKU

    Suivre son activité 235 abonnés Lire ses 797 critiques

    3,0
    Publiée le 5 juin 2014
    Et bien, pourtant j’en ai vu des films zarb réalisés par des maîtres en la matière (David Lynch, Luis Buñuel, Shinya Tsukamoto, Alejandro Jodorowsky, Gaspard Noé, Andreï Tarkovski, David Cronenberg, Quentin Dupieux, Takeshi Miike…), mais je suis bien obligé de reconnaître que j’ai été une nouvelle fois totalement pris au dépourvu par un film : sorte de folle rencontre entre "Le Carnaval des Âmes" de Herk Harvey (1962) et l’univers psychédélique de David Lynch, "The Oregonian" nous propose de suivre une jeune femme qui a eu un accident de voiture et qui, après avoir repris ses esprits et découvert qu’elle avait tué un père et sa fille lors de l’accident, décide de partir pour trouver de l’aide… Point de départ assez simple pour un film qui ne l’est pas du tout : énorme trip hallucinatoire au rythme lent enchaînant des séquences bien barrées (une vieille folle qui vous fixe en souriant, un gars déguisé en personnage en peluche verte genre le bonhomme de la pub Cétélem, un type qui pisse pendant un moment et dont l’urine change de couleur toutes les 10 secondes, un « viol » sexuellement culinaire, des femmes qui bavent du pétrole…), "The Oregonian" a tout du film sans queue ni tête !! Mais ne croyez surtout pas qu’il s’agit d’une suite de scènes sans cohérence, nous aurons droit au fur et à mesure du film à des petits flashbacks nous expliquant ce qui s’est passé avant l’accident, jusqu’au plan final qui, par un subtil effet sonore, nous dévoile enfin ce que cette espèce de cauchemar de dingue représente réellement. Tout comme l’héroïne, nous allons donc suivre ce jeu de piste pour comprendre ce qui se passe…mais combien d’entre nous aurons le courage de rester jusqu’à la fin ? Il faut bien avouer que le côté barje des séquences risque d’en perdre plus d’un en route. Ce n’est pas que "The Oregonian" est un navet, il est plutôt bien fait avec pas mal d’idées métaphoriques ; mais il n’est pas facilement accessible à tout public à cause de son habillage de trip hallucinatoire sous LSD. A consommer donc, mais avec modération…
    AM11
    AM11

    Suivre son activité 2487 abonnés Lire ses 5 876 critiques

    1,0
    Publiée le 14 mai 2014
    The Oregonian est un OFNI c'est un film vraiment très très étrange que je n'ai absolument pas compris. Le début est pourtant pas si mal du moins c'est intriguant on se pose pas mal de questions en plus l'ambiance est bonne que ça soit la bande son ou même les rencontres bien étranges comme la vieille qui est bien flippante. Un fois passé ce court et unique moment regardable le film devient ennuyeux voir pénible tout devient désagréable même la bande son avec des bruits aigus gênants, les rencontres avec des gens bizarres se succèdent ils se mettent tous à gueuler ou rigoler ça devient insupportable, je me doute bien que le réalisateur essaie de raconter des choses mais j'ai tout simplement pas accroché à son délire.
    Thierry M
    Thierry M

    Suivre son activité 74 abonnés Lire ses 2 435 critiques

    0,5
    Publiée le 20 septembre 2012
    Franchement , pourquoi suis je aller voir ca. La plus grosse daube de l' année.
    Thomas Taieb
    Thomas Taieb

    Suivre son activité 23 abonnés Lire ses 14 critiques

    0,5
    Publiée le 23 septembre 2012
    Ce film n'a strictement aucun sens et je me demande encore pourquoi il est dans la catégorie horreur/épouvante (enfin si, j'ai ma petite idée mais bon...) Pour finir je dirais que ce délicieux mix de bruit sourd et extrêmement strident est à ravir... j'ai du perdre 1 litre de sang par mes oreilles...
    John D
    John D

    Suivre son activité 2 abonnés Lire ses 31 critiques

    0,5
    Publiée le 7 avril 2018
    On aime ou on déteste. J'ai détesté. Je confirme tout ce qui a été dit sur le son, j'ai encore les accouphènes qui sifflent et le chat scotché au plafond. Je m'attendais à un road movie un peu cradingue et vaguement survival et on m'a servi un film "arti", mal filmé, conceptuel, digne d'un film d'étudiant de première année de Beaux-Arts qui croit qu'en balançant n'importe quoi il délivre un message "trop puissant" ...
    Nicolas B.
    Nicolas B.

    Suivre son activité 5 abonnés Lire ses 2 critiques

    0,5
    Publiée le 23 septembre 2012
    de la daube financiere ... tout simplement. pas d epouvante, pas d'horreur ... rien.
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top