Notez des films
Mon AlloCiné
    Le Sexe qui parle
    note moyenne
    2,7
    18 notes dont 10 critiques
    répartition des 10 critiques par note
    1 critique
    1 critique
    2 critiques
    2 critiques
    1 critique
    3 critiques
    Votre avis sur Le Sexe qui parle ?

    10 critiques spectateurs

    Estonius
    Estonius

    Suivre son activité 811 abonnés Lire ses 3 891 critiques

    4,0
    Publiée le 30 mai 2015
    Si on vous dit que le pitch est idiot, répondez que l'idée n'est pas nouvelle et a été piqué à Diderot qui en 1748 dans les "Bijoux indiscrets" imaginait déjà des sexes qui parlent. Le film à sa sortie connut une certaine notoriété puisque des personnalités aussi différentes qu'Edgar Faure ou Eugène Ionesco sont allés le voir et l'ont apprécié. Notons aussi que le film est très bien construit, pornographique, certes, mais également très érotique (on sent que ce intéresse le réalisateur ce sont les formes et les seins de ces dames et là il fait dire qu'on est gâté (Pénélope Lamour, Béatrice Harnois, Ellen Earl). Alors au final, un film avec un sujet complètement barré, amusant et offrant son lot de belles images coquines, on aurait bien tort d'aller le bouder. Attention : il existe deux versions de ce film dont une intégrale, mais celle de BAC Films est amputée des scènes hards, ce qui donne un résultat étrange, (imaginez un film de karaté sans combat !) La note ne vaut donc que pour la version complète..
    christine D.
    christine D.

    Suivre son activité 20 abonnés Lire ses 52 critiques

    3,5
    Publiée le 4 février 2015
    Si ce film est d'abord une curiosité historique, force est de constater que la réalisation est très correcte et que les acteurs, très impliqués ne sont pas mauvais du tout. Ringard, amusant et décontracté, j'avoue (mais devrais-je avoir honte ?) avoir passé un bon moment.
    Galoupiotte
    Galoupiotte

    Suivre son activité 29 abonnés Lire ses 92 critiques

    3,0
    Publiée le 10 avril 2015
    Souvenirs, souvenirs, ça ne nous rajeunit pas ! Un film complètement déjanté, et plutôt rigolo avec des actrices sympas comme Elen Earl (qu'est-elle devenue ?) il est simplement dommage que Monsieur Bac Film ne nous trouve pas assez adulte pour nous diffuser la version intégrale... Le puritanisme se porte décidément très bien en ce 21ème siècle.
    chrischambers86
    chrischambers86

    Suivre son activité 6114 abonnés Lire ses 10 661 critiques

    0,5
    Publiée le 12 décembre 2012
    C'est en 1975 seulement que les producteurs de films èrotiques français purent passer du soft-core au hardcore! Dans "Le sexe qui parle", Claude Mulot n'a finalement ètè habitè que par une seule idèe: se faire le maximum d'argent dans les plus brefs dèlais, avant que la mode ne disparaisse! L'histoire absurde d'une femme dont le sexe parle (la voix est à mourir de rire et nous rappelle celle de Regan dans "The Exorcist"), la poussant à assouvir ses moindres dèsirs! Quand reste t-il aujourd'hui ? Tout bêtement un classique du cinèma hardcore à la française (cocorico) ou Pènèlope Lamour et Bèatrice Harnois sont les interprètes, respectivement à l'âge d'adulte et d'adolescente, d'une femme au vagin parlant! C'est d'ailleurs le seul titre de gloire de Pènèlope Lamour qui n'aura finalement jouè qu'un seul film pour le cinèma! Le final est comment dire...dèconcertant...
    Nagix Stumpy
    Nagix Stumpy

    Suivre son activité 17 abonnés Lire ses 329 critiques

    5,0
    Publiée le 21 novembre 2013
    Cinq étoiles pour contrebalancer les jugements un peu péremptoires des collègues. Déjà, force est de constater que seuls des cinéphiles ont vu ce film. Pas étonnant. Mais comme tout film, il est à replacer dans son contexte. En mai 1975, le porno est lâché sur les écrans français à la faveur des réformes libérales de Valéry Giscard-d'Estaing. Il convient de rappeler que Le Sexe qui parle a raflé la palme d'or du premier et unique festival du film pornographique qui se tint à Paris en cet été 1975. Et ce pour une bonne raison : il est un des rares film pornographique français qui s'émancipe et dépasse en popularité le porno américain fraîchement débarqué en France. Il est vrai que Le Sexe qui parle fait pâle figure à côté de Behind the Green Door et même d'Exhibition (Davy), dont le format de reportage sur la vie d'une actrice porno a fait réfléchir quelques intellos. Mais à côté de Deep Throat, ce film est très bon, il est absurde, il est burlesque. Il est l'illustration parfaite de ce qu'a été le "porno de l'âge d'or", où des actrices occasionnelles (Pénélope Lamour a été rencontrée dans un club de strip-tease par Gérard Kikoïne avant de retomber dans l'anonymat) avait leur instant de gloire et où le burlesque était maître. Jugez-en par Calmos de Blier daté de l'année suivante. Aujourd'hui, Le Sexe qui parle a vieillit, et n'a de valeur que pour son témoignage historique. Et ça se défend ! A voir donc si l'on veut parler du genre en connaissance de cause.
    Yannickcinéphile
    Yannickcinéphile

    Suivre son activité 1141 abonnés Lire ses 4 025 critiques

    2,5
    Publiée le 17 novembre 2016
    Le sexe qui parle est considéré comme un classique du genre porno à la française, franchement, sans être un ratage, c’est un film qui n’exploite que très modestement son concept. Mulot nous offre un métrage porno qui n’est en effet ni réellement drôle, ni réellement dramatique, et qui se concentre beaucoup sur des scènes de sexe somme toute assez moyennes. Mulot hésite entre le porno chic et le porno crade avec force gros plan peu ragoutants, et le résultat est celui de tout bon porno de l’époque qui se respecte, peu imaginatif et peu surprenant. Néanmoins Mulot réussit beaucoup mieux ses séquences porno chic, celles qui mettent en avant Béatrice Harnois, avec quelques idées bien vues, et là on retrouve, épisodiquement malheureusement, le Mulot que l’on aime, celui qui ne devrait jamais aller vers le porno à la Caputo ! D’ailleurs de toutes les actrices Béatrice Harnois est aussi celle qui surnagent entourée de la méconnue Pénélope Lamour, de Sylvia Bourdon, déjà un peu plus connue ! Dans l’ensemble le film laisse assez de place au jeu d’acteur, avec des dialogues et des situations classiques, et c’est une bonne chose. Le sexe qui parle parvient à établir, modestement, une histoire, et les interprètes ont donc quelques petites choses à faire, et à ce jeu c’est évident, Harnois est la plus douée, parvenant à rendre ses scènes cocasses et même assez drôles ! Pénélope Lamour ne démérite pas, mais enfin je l’ai trouvé assez monolithique tout de même. Pour le reste Mulot nous emballe un porno plutôt acidulé, qui, sans avoir une esthétique très fouillée n’est pas innommable non plus. On sent la petite patte du réalisateur qui propose un cadre un peu chic, et travaille sa photographie sur des tonalités un peu soignées, faisant donc la part belle aux couleurs acides, aux roses et aux pastels. Cette tendance esthétique n’en rend que plus déconcertant le choix du porno crade qui émaille le métrage par moment, et qui pour moi reste la faute de gout. Voir un type se perdre en gros plan au milieu de poils pubiens ce n’est pas ce que j’ai vu de plus attractif ! Musicalement ce n’est pas mauvais, un peu décousu et pas toujours adéquat vu ce qui se passe à l’écran ! En conclusion Le sexe qui parle est un porno que je n’ai pas trouvé raté, mais Mulot échoue malheureusement à réellement trouver son style ici. Pour ma part très bon dans le porno chic élégant, Mulot ici vire vers des choix qui ne lui conviennent pas et déconcertent ! Il faut aussi être franc, sur le plan purement comique Le sexe qui parle manque singulièrement de relief. La moyenne, mais pas plus.
    halou
    halou

    Suivre son activité 68 abonnés Lire ses 1 530 critiques

    0,5
    Publiée le 8 avril 2013
    Difficile aujourd'hui de trouver un intérêt à visionner un tel film. Certes celui-ci est le reflet d'une libération sexuelle au cinéma à cette époque mais au niveau réalisation, mise en scène, actrices et histoire (il fallait la trouver le vagin parlant...), merci bien. Ne pas perdre son temps.
    AMCHI
    AMCHI

    Suivre son activité 2402 abonnés Lire ses 5 722 critiques

    1,0
    Publiée le 12 octobre 2013
    Les films érotiques des années 70 c'est pas trop ma tasse de thé mais j'étais tout de même curieux de découvrir Le Sexe qui parle film apparemment qui se distingue des autres productions du genre avec cette femme qui a un vagin se mettant soudainement à parler à tout va transformant ainsi sa libido. Cela aurait pu être amusant mais finalement Le Sexe qui parle est comme c'est souvent le cas dans ce type de cinéma ennuyeux sur la longueur. La jolie Pénélope Lamour joue celle qui a un sexe parlant, c'est son seul film je crois.
    Max Rss
    Max Rss

    Suivre son activité 103 abonnés Lire ses 1 635 critiques

    0,5
    Publiée le 30 novembre 2014
    Je n’ai pas le choix, il faut que je le dise parce que j’ai tout de même un minimum de conscience: je vais rédiger la critique de ce film, tout en sachant que je ne l’ai pas regardé jusqu’à la fin. J’ai tenu à peu près cinquante minutes avant de lâcher prise. Mais d’un autre côté je me demande s’il est vraiment utile de voir ce « Sexe qui parle » jusqu’à la fin pour donner un avis qui soit le plus objectif possible. Pour moi, la réponse est non car la seule chose que vous allez trouver dans ce film hard, c’est un vagin qui parle ! Remarquez, l’idée était loin d’être conne. Mais à aucun moment elle n’est utilisée et Mulot (caché derrière le pseudo de Lansac) a préféré faire son petit film porno tranquillou pour se remplir les fouilles rapidement et facilement. Ce n’est pas le côté porno du film que je condamne, heureusement d’ailleurs. On approche tout doucement de 2015, si on condamnait encore un film parce que c’est un film de boules, il y aurait de quoi se poser des questions. Moi ce que je condamne, c’est le manque d’ambition totale, cette non-envie de vouloir créer quelque chose alors qu’il y avait de la place pour ça. Le verdict est sans appel: c’est une méga bouse. Très franchement, celles et ceux qui ont réussi à aller jusqu'au bout de cet immondice sont de véritables héros. Chapeau Mesdames et Messieurs !
    tonton29
    tonton29

    Suivre son activité 18 abonnés Lire ses 294 critiques

    2,5
    Publiée le 16 juin 2019
    Ah, pas facile de critiquer un film cul-te (oui facile par contre celle-ci) Pour le très bon point, l'idée de scénario est tout simplement géniale, c'est de la science-fiction simple mais imaginative. Malheureusement il ne devait pas y avoir le budget, l'envie ou l'ambition d'exploiter au mieux ce concept. On se retrouve donc avec un décalage entre ce qui se passe et la réaction des personnes confrontées à ce phénomène. Et certaines scènes ne collent pas dans le montage ce qui désamorce le reste d'idée. Les scènes porno sont courtes et honnêtes mais pas sensuelles ou réellement excitantes, la faute au fait que c'est un porno qui ne veut pas se prendre pour un porno car il surfe sur une vague intello. L'alchimie entre les acteurs ne semble pas prendre, c'est un peu mécanique. Le maquillage pré-corpse paint black metal de Sylvia Bourdon ne la rend pas très désirable. Béatrice Harnois est très mimi en ado qui découvre sa sexualité et le pouvoir qu'elle a sur les hommes sans la faire passer pour une perverse, juste une fille livre et fière de son corps et ses désirs. Les autres font le boulot. Donc film à voir plus pour connaitre le début du porno à la française sans que ce soit un chef d'oeuvre donc juste la moyenne.
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top