Mon compte
    Mourir peut attendre
    Note moyenne
    3,0
    39 titres de presse
    • Les Inrockuptibles
    • Bande à part
    • CNews
    • Culturebox - France Télévisions
    • Ecran Large
    • Filmsactu
    • GQ
    • LCI
    • La Voix du Nord
    • Le Journal du Dimanche
    • Le Parisien
    • Les Fiches du Cinéma
    • Libération
    • Ouest France
    • Rolling Stone
    • 20 Minutes
    • Dernières Nouvelles d'Alsace
    • Elle
    • Femme Actuelle
    • Le Dauphiné Libéré
    • Le Figaro
    • Le Journal du Geek
    • Les Echos
    • Télérama
    • CinemaTeaser
    • Critikat.com
    • Culturopoing.com
    • L'Humanité
    • La Croix
    • Le Journal du Dimanche
    • Le Nouvel Observateur
    • Le Parisien
    • Le Point
    • Marianne
    • Paris Match
    • Première
    • Sud Ouest
    • aVoir-aLire.com
    • Le Monde

    Chaque magazine ou journal ayant son propre système de notation, toutes les notes attribuées sont remises au barême de AlloCiné, de 1 à 5 étoiles. Retrouvez plus d'infos sur notre page Revue de presse pour en savoir plus.

    39 critiques presse

    Les Inrockuptibles

    par Jean-Marc Lalanne

    Sans rien céder sur les fastes spectaculaires attendus, Mourir peut attendre est animé par une fougue réformatrice qui le pousse à repenser de fond en comble toutes les constituantes censément immuables du mythe, et ce faisant lui offre son visa pour un nouveau monde.

    La critique complète est disponible sur le site Les Inrockuptibles

    Bande à part

    par Claire Steinlen

    Dans son dernier rôle, Craig donne à cet opus une dimension crépusculaire ; c’est le point d’orgue d’un rôle porté à son incandescence, qui résonne encore longtemps après la fin du générique.

    La critique complète est disponible sur le site Bande à part

    CNews

    par La rédaction

    Si certains axes de narration et séquences diviseront les fans, « Mourir peut attendre » offre son lot de cascades et de gadgets en tout genre, à l’instar de la légendaire Aston Martin, mais aussi une bonne dose d’émotion.

    Culturebox - France Télévisions

    par Jacky Bornet

    La réussite de la "série" Craig est de s’être séparée du héros de "fantaisie" qu’était James Bond avant lui, et de lui avoir apporté une épaisseur inédite et originale, en creusant le tragique d’un personnage adulé, mais solitaire, définitivement seul.

    La critique complète est disponible sur le site Culturebox - France Télévisions

    Ecran Large

    par Geoffrey Crété

    Mourir peut attendre traîne des défauts classiques (seconds rôles insipides, méchant fonctionnel, rythme décousu), mais brûle une page de la saga avec une ambition et une émotions inédites. Après quasiment 60 ans et 25 films, James Bond ose enfin, et rien que pour ça, c'est beau.

    La critique complète est disponible sur le site Ecran Large

    Filmsactu

    par Pierre Champleboux

    Brillante conclusion des aventures du Bond incarné par Daniel Craig, Mourir peut attendre n’a pas à rougir face à Skyfall ou encore Casino Royale.

    La critique complète est disponible sur le site Filmsactu

    GQ

    par Adam Sanchez

    Le long-métrage de Cary Joji Fukunaga s’aventure sur des chemins périlleux, probablement au point de s’attirer les foudres des fans les plus puristes de la saga, mais les prend avec un panache et une volonté de vivifier un personnage vieillissant qui en font un objet de cinéma certes imparfait mais très souvent emballant.

    La critique complète est disponible sur le site GQ

    LCI

    par Jérôme Vermelin

    (...) plusieurs femmes volent la vedette au mâle vieillissant, avec pas mal d’humour et d’aplomb. L’une d’entre elles, l’agent Nomi, est jouée par la comédienne d’origine jamaïcaine Lashana Lynch, une manière habile de désamorcer la polémique sur la couleur de peau d’un prochain Bond. Leur rivalité à l’écran est pétillante et savoureuse (...).

    La critique complète est disponible sur le site LCI

    La Voix du Nord

    par Christophe Caron

    Ce qui intéresse les scénaristes (...) c’est de clore avec cohérence le chapitre Daniel Craig, un Bond sombre, sauvage, contraint de questionner son passé, son métier… Et son rapport aux femmes. Ce sont ses traumas sentimentaux qui sont ici auscultés, donnant à Mourir peut attendre une étrange singularité.

    La critique complète est disponible sur le site La Voix du Nord

    Le Journal du Dimanche

    par Stéphanie Belpêche

    POUR : Raccord avec les quatre précédents opus, le film élégiaque assume à 100% ses choix audacieux et controversés, insufflant une gravité et une singularité séduisantes.

    La critique complète est disponible sur le site Le Journal du Dimanche

    Le Parisien

    par Yves Jaeglé

    POUR : On dit le film trop long, mais c’est qu’il y en a deux : le premier, classique, et le second, une heure déchirante à la quête de soi-même et du rendez-vous avec son destin. À faire un grand Bond sur son siège.

    La critique complète est disponible sur le site Le Parisien

    Les Fiches du Cinéma

    par Michael Ghennam

    Craig fait ses adieux à 007 avec un film à la mise en scène musclée par l’arrivée de Fukunaga. Mais, malgré la volonté de faire différent, les errements du scénario et le poids de la sérialisation se font sentir.

    La critique complète est disponible sur le site Les Fiches du Cinéma

    Libération

    par Olivier Lamm

    Il y a comme un désaveu du grand spectacle contemporain qui se chuchote entre ces images des forêts norvégiennes ou d’une boîte en Jamaïque, le vœu pieux qu’avec Bond, peu importe qui l’incarne, quelque chose du cinéma pourrait bien subsister qui est plus vital qu’on ne s’était autorisé, en partisan du jamais-vu, à l’apprécier. Mourir peut attendre n’est pas le meilleur des Bond, mais fait un doudou très digne de nos temps troublés.

    La critique complète est disponible sur le site Libération

    Ouest France

    par Philippe Lemoine

    Si Mourir peut attendre respecte les passages obligés d'un bon 007, il réserve aussi un lot de rebondissements inhabituels.

    Rolling Stone

    par La rédaction

    Vous l’avez compris, c’est du James Bond pur jus, moins fin que Skyfall, le meilleur des épisodes avec Daniel Craig, mais Mourir peut attendre dépote, vous en mettra plein les yeux et vous assourdira dans sa version Dolby Atmos.

    La critique complète est disponible sur le site Rolling Stone

    20 Minutes

    par Caroline Vié

    Les amours de l’agent secret avec une psy jouée par Léa Seydoux prennent autant d’importance que les enjeux sociopolitiques. Une partie du public se laisse émouvoir, l’autre, de rage, se tape la tête contre le fauteuil qui lui fait face.

    La critique complète est disponible sur le site 20 Minutes

    Dernières Nouvelles d'Alsace

    par Nathalie Chifflet

    C’est long, et même très long. Le chant du cygne n’en finit pas, malgré une mise en scène magistrale qui masque les imperfections, défauts et maladresses de l’histoire : le film de Cary Joji Fukunaga dure 2h43…

    Elle

    par Ophélie Daguin

    Mais à vouloir émouvoir à tout prix, le blockbuster finit par basculer dans le drame romantique un peu longuet (2h43). (...) "Mourir peut attendre" se révèle donc divertissant mais loin d’être mémorable.

    La critique complète est disponible sur le site Elle

    Femme Actuelle

    par La Rédaction

    Noyé dans les effets spéciaux, l'agent 007 court le seul vrai risque de sa vie : devenir un héros parmi d'autres. Efficace, forcément, mais un peu banalisé.

    Le Dauphiné Libéré

    par Nathalie Chifflet

    Un Bond ne serait pas bon sans courses-poursuites, sans action. Et là-dessus, rien à redire : le cinquième 007 de Craig après Casino Royale, Quantum of Solace, Skyfall et Spectre tient la route et enchaîne les séquences les plus folles, pied au plancher.

    Le Figaro

    par Eric Neuhoff

    Un épisode de presque trois heures qui répond aux canons de la saga, sans plus.

    La critique complète est disponible sur le site Le Figaro

    Le Journal du Geek

    par Allan Blanvillain

    Mourir peut attendre est une conclusion risquée, courageuse par moment, mais bien trop longue pour ce qu'elle raconte, sans personnalité au niveau de la mise en scène et dont les failles narratives nous sortent trop souvent de l'émotion que le film veut susciter.

    La critique complète est disponible sur le site Le Journal du Geek

    Les Echos

    par Adrien Gombeaud

    Daniel Craig fait ses adieux au personnage sur un opus inabouti mais original.

    La critique complète est disponible sur le site Les Echos

    Télérama

    par Marie Sauvion

    Ressasser le passé pour en faire table rase, voilà à la fois la limite et l’audace de cette conclusion, dont l’apothéose mélancolique confirme à quel point le cycle Craig a généré son propre ADN. Ce n’est pas si souvent, en tout cas, qu’on en reste médusé.

    La critique complète est disponible sur le site Télérama

    CinemaTeaser

    par Aurélien Allin

    Le James Bond de Daniel Craig restera évidemment dans l’Histoire comme l’un des plus marquants. Mais pas pour cet ultime film de son mandat.

    La critique complète est disponible sur le site CinemaTeaser

    Critikat.com

    par Sylvain Blandy

    Ce dernier volet se préoccupe, une fois n’est pas coutume, moins de l’origine que de l’héritage de son personnage, en y apportant une réponse d’une naïveté confondante.

    La critique complète est disponible sur le site Critikat.com

    Culturopoing.com

    par Thibault Vicq

    "Mourir peut attendre" s’use à trouver sa patte, lost in translation entre la fin d’une époque – celle des années 2000 – et le début d’une autre en pleine réécriture, conditionnée aux évolutions d’un secteur et de ses franchises.

    La critique complète est disponible sur le site Culturopoing.com

    L'Humanité

    par Michaël Mélinard

    En apportant une forme d’animalité tendre, Daniel Craig restera sans doute comme un des meilleurs acteurs de la série. Néanmoins, le manque de rythme, des dialogues filmés sans originalité, les agaçants placements de produits et, plus inattendu, l’interprétation inégale de comédiens pourtant chevronnés provoquent une certaine déception.

    La critique complète est disponible sur le site L'Humanité

    La Croix

    par Emmanuelle Giuliani

    Avoir laissé s’éterniser à l’écran ces monotones échanges restera l’un des mystères que l’équipe au complet des services secrets occidentaux n’aura pas su percer à jour.

    La critique complète est disponible sur le site La Croix

    Le Journal du Dimanche

    par Barbara Théate

    CONTRE : Hélas! C'est le temps d'une 'bonderie' bien décevante et interminable (2h43, record de la saga) que Daniel Craig doit faire ses adieux : à l’écran, même lui ne semble pas convaincu et on lit presque de l'ennui sur son visage monolithique.

    La critique complète est disponible sur le site Le Journal du Dimanche

    Le Nouvel Observateur

    par François Forestier

    Au début du film, James Bond se vautre dans le stupre à Matera, sublime ville troglodyte des Pouilles. C’est le meilleur moment : tout est beau, calme, idyllique. Ça se gâte rapidement, avec des tueurs à moto, des assassins en Land Rover, des acharnés du bourre-pif. 007 se sépare de sa compagne, et tout déraille.

    La critique complète est disponible sur le site Le Nouvel Observateur

    Le Parisien

    par Renaud Baronian

    CONTRE : Certes, on ne peut pas vivre dans la nostalgie, James Bond se doit sans doute d’évoluer avec son temps. À ce titre, Daniel Craig humanise le héros de façon touchante. Mais à devenir trop humain, il n’est plus très… « bondien ».

    La critique complète est disponible sur le site Le Parisien

    Le Point

    par Philippe Guedj

    Après le médiocre « 007 Spectre », l’ultime mission du mythique agent sous les traits de Daniel Craig corrige un peu le tir, mais rate quand même sa cible.

    La critique complète est disponible sur le site Le Point

    Marianne

    par Olivier De Bruyn

    Un épisode long et décevant… Mais qui n'est pas le pire de la saga commencée en 1962.

    La critique complète est disponible sur le site Marianne

    Paris Match

    par Benjamin Locoge

    S’il soigne sa sortie pour mieux se réinventer, 007 va laisser de nombreux fans sur le bord de sa route.

    La critique complète est disponible sur le site Paris Match

    Première

    par Sylvestre Picard

    Étrangement goguenard au sein d’une série qui jouait la carte du sérieux le plus absolu depuis 2006, Mourir peut attendre est très convaincant quand il envisage -enfin !- de nouveau James Bond comme un film essentiellement très distrayant. Le problème est de rester distrayant pendant 2h43. Or, sur ce point, c’est clairement loupé.

    La critique complète est disponible sur le site Première

    Sud Ouest

    par Sophie Avon

    Divertissant mais trop long et d'un romantisme inadapté au genre.

    aVoir-aLire.com

    par Laurent Cambon

    Bavard, long et confus, le nouveau James Bond se résume à un fatras d’effets spéciaux et de démonstration financière.

    La critique complète est disponible sur le site aVoir-aLire.com

    Le Monde

    par Jacques Mandelbaum

    Comme Tenet, de Christopher Nolan, comme Black Widow, de Cate Shortland – eux aussi attendus comme le Messie par les exploitants –, Mourir peut attendre est, hélas, un film raté, sans même pouvoir se prévaloir des ambitions formalistes du premier ni du charme électrisant de la seconde, interprétée par Scarlett Johansson.

    La critique complète est disponible sur le site Le Monde
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top