Mon compte
    Colonia
    note moyenne
    4,2
    3765 notes dont 273 critiques
    répartition des 273 critiques par note
    59 critiques
    129 critiques
    63 critiques
    18 critiques
    2 critiques
    2 critiques
    Votre avis sur Colonia ?

    273 critiques spectateurs

    sebito
    sebito

    Suivre son activité 2 abonnés Lire ses 163 critiques

    4,0
    Publiée le 4 août 2016
    Excellent film, mélange de thriller et de documentaire sur un pan très méconnu de l'histoire du Chili (du moins en France). De très bons acteurs.
    A voir d'urgence.
    (Attention cependant, le film est un peu dur à encaisser)
    Desman
    Desman

    Suivre son activité 2 abonnés Lire ses 279 critiques

    4,0
    Publiée le 3 août 2016
    Un bon thriller psychologique, avec une atmosphère oppressante à souhait. Le casting est nickel, M Nyquist est parfait dans le rôle du geôlier sadique et "fou de Dieu". Le supplément d'âme du film vient du fait que tout cela est inspiré d'une histoire vraie. Le décor historique est là pour nous rappeler toutes les dérives du régime autoritaire de Pinochet soutenu par les US.
    Eva C.
    Eva C.

    Suivre son activité 11 abonnés Lire ses 22 critiques

    5,0
    Publiée le 29 juillet 2016
    Je sors de ce film complètement remuée. Très très bien joué, filmé... Moi aussi je me suis demandé comment la presse n'avait pas mieux noté cet excellent film presque documentaire.
    Mais peut-être que quand la vérité éclate ça déplaît toujours à certain (?)
    Je ne peux que recommander d'aller le voir, d'aller découvrir un triste moment de l'histoire !
    Nathalie G30
    Nathalie G30

    Suivre son activité 7 abonnés Lire ses 87 critiques

    4,5
    Publiée le 19 septembre 2015
    Film d'emprisonnement et thriller politique historique combinant faits réels et fiction, Colonia nous prend d'abord par les sentiments avec l'histoire d'amour pur et la soif d'idéal qui unissent les personnages de Emma Watson et de Daniel Brühl pour nous emporter ensuite, corps et âme, dans un torrent d'émotions. Rarement un film nous aura maintenu dans une telle tension pendant près de deux heures. Lors de sa projection en avant-première au Festival du film de Toronto, les spectateurs ont ri, pleuré et applaudi dans la salle dans un déchaînement d'émotions assez rare. Certains critiques seront sans doute gênés par ce mélange de faits avérés et de rebondissements hollywoodiens, par le machiavélisme de certains personnages, ou par le choix de l'anglais comme langue du film malgré son décor chilien et ses héros allemands (le choix de la langue est d'ailleurs toujours un problème de réalisation dès qu'un film se passe hors du monde anglo-saxon). Mais si l'on fait abstraction de ces détails, Colonia parvient à prendre aux tripes et touche au but. On en sort le cœur éprouvé et la tête toute chamboulée.
    Marie Cabrol
    Marie Cabrol

    Suivre son activité 7 abonnés Lire ses 8 critiques

    5,0
    Publiée le 30 juillet 2016
    Une histoire haletante, des acteurs exceptionnels, et criant de vérité et d'authenticité ! N'hésitez pas à y aller !
    Henri M.
    Henri M.

    Suivre son activité 13 abonnés Lire ses 4 critiques

    4,5
    Publiée le 24 juillet 2016
    C'est le genre de film que je préfère, le genre de film qui vous tient par les tripes jusqu'au dénouement et qui vous laisse sans voix, horrifié par le scandale qui vient d'être mis en lumière. Le dernier film qui m'avait fait ressentir autant d'émotion était spotlight.

    Rien à redire dans le jeu d'acteur. Ca fait vraiment plaisir de voir Emma Watson dans un film de qualité, après Harry Potter.

    La chute dérangera sans doute certains, très hollywoodienne. Mais elle clôture parfaitement cette fiction à mon goût. Le cinéma c'est aussi du spectacle !

    Je vous conseille vraiment ce film : de l'émotion, une controverse, et du spectacle ; un régal.
    selenie
    selenie

    Suivre son activité 2670 abonnés Lire ses 5 224 critiques

    3,0
    Publiée le 22 juillet 2016
    Après le bon mais trop académique "John Rabe" (2011) le réalisateur allemand continue à explorer la face sombre de l'Histoire. Le scénario se focalise trop sur l'amour inconditionnel de la jolie Lena pour Daniel, le film reste exceptionnellement discret sur les horreurs commises au sein de la colonia, même hors champ le réalisateur se montre plus que frileux. Gallenberger, à l'instar de son "John Rabe", n'arrive malheureusement pas à transcender son sujet.
    WutheringHeights
    WutheringHeights

    Suivre son activité 81 abonnés Lire ses 930 critiques

    3,5
    Publiée le 26 juillet 2016
    La reconstitution historique n’échappe pas à quelques écueils (...) et la mise en scène de Gallenberger est sans éclat. Néanmoins, la force du sujet et l’interprétation des acteurs rendent l’ensemble assez captivant.

    LA SUITE :
    dominique P.
    dominique P.

    Suivre son activité 654 abonnés Lire ses 2 027 critiques

    4,5
    Publiée le 23 juillet 2016
    Ce film est excellent tout naturellement.
    J'ai été très touchée et bouleversée par cette histoire.
    Je n'avais jamais entendu parler de la "colonia dignidad" et ce film m'a enfin permis de connaître.
    zenalexandra
    zenalexandra

    Suivre son activité Lire ses 3 critiques

    5,0
    Publiée le 22 juillet 2016
    Un chef d'oeuvre! Un film d'une très grande justesse, où l'interprétation de chaque acteur même le plus petit rôle est impeccable. Des personnages tenus, profonds terriblement humains où inhumains qui nous embarquent dans les heures sombres de Pinochet.
    Un film éblouissant
    Laurent C.
    Laurent C.

    Suivre son activité 204 abonnés Lire ses 1 107 critiques

    4,0
    Publiée le 8 août 2016
    Les films réussis sur les sectes parviennent toujours à vous plonger, en même temps que les protagonistes du long-métrage, dans les tourments monstrueux de la manipulation collective. On pense au très anxiogène "Martha Marcy May Marlene" qui réussissait à pénétrer au cœur même de la dépendance psychique que les personnes installent avec leur bourreau. Ici, dans "Colonia", la petite histoire se mêle à la Grande Histoire, en plein Chili, au moment où Pinochet prend le pouvoir, contre Salvador Allende, dont on comprend à demi-mots que les Etats-Unis n'ont pas été indifférents à sa chute. C'est le récit simple d'un couple, elle, hôtesse de l'air, et lui, journaliste en herbe et militant socialiste qui se retrouve torturé puis enfermé dans une secte terrifiante ; sa compagne, Léna, se fait enrôler dans l'organisation pour retrouver son amant et le sortir des griffes de cette machine à broyer les cerveaux. Tout le film est rempli d'une tension vive qui ne lâche jamais le spectateur d'un bout à l'autre du film. On suit le parcours haletant et anxiogène du jeune couple, tout en observant avec horreur, la mécanique monstrueuse de l'enrôlement psychologique. Tourné comme une œuvre horrifique, on pense au célèbre "Village des damnés" où les visages adultes, prisonniers de leurs enfants, semblaient plus mortifères que réels. Certaines scènes de pure horreur sont tournées avec la pudeur indispensable, s'agissant notamment des pulsions sexuelles du Gourou pour les enfants, sans pour autant en ôter la puissance dévastatrice. Bien sûr c'est un film américain, et c'est hélas son grand défaut. Grand défaut car la langue que parlent les chiliens est l'anglais, ce qui constitue un contresens absolument dérangeant ; grand défaut car l'idéologie occidentale, quasi manichéenne, rôde sur le film. Mais, passés ces défauts, "Colonia" demeure une œuvre honnête, passionnante et angoissante, qu'Emma Watson, bien loin de ses prestations dans Harry Potter, mène avec brio et persévérance.
    Freakin' Geek
    Freakin' Geek

    Suivre son activité 191 abonnés Lire ses 868 critiques

    3,5
    Publiée le 28 juillet 2016
    Thriller sur fond d’histoire d’amour, Colonia arrive à nous captiver par son suspense tout en nous faisant découvrir l’histoire vraie de ce camp de l’horreur. Emma Watson nous rassure sur son talent d’actrice pas souvent bien mis en avant depuis la fin de la saga Harry Potter. C’est vraiment elle qui porte le film plus que le trop fade Daniel Brühl. le réalisateur Florian Gallenberger arrive à bien doser son film entre suspense et émotion face à cette histoire inspirée en partie de faits réels qui font froid dans le dos. [lire la critique complète sur le site]
    PLR
    PLR

    Suivre son activité 160 abonnés Lire ses 1 004 critiques

    3,0
    Publiée le 22 juillet 2016
    Une histoire assez sombre et glaçante dont l'intensité monte progressivement. La dictature chilienne a souvent été l'occasion de film militants. Ici, c'est davantage à du factuel que le spectateur est convié. Une sorte de "Nuit et brouillard".
    Chris58640
    Chris58640

    Suivre son activité 98 abonnés Lire ses 593 critiques

    4,0
    Publiée le 30 juillet 2016
    A mes yeux, ce film de Florian Gallenberger à déjà une immense qualité : il existe. Il met enfin sur cette histoire terrifiante le coup de projecteur qu’elle méritait, ne serait-ce que par respect pour tous ceux qui y ont perdus la vie, et pour dénoncer ceux qui ont profité de cette secte abominable, et aussi ceux qui l’ont lâchement protégé. Florian Gallenberger a réussi son film, qui ne comporte aucune baisse de rythme, aucune scène superflue, ou malvenue, ou complaisante. Il sait montrer le torture, et il sait quand il faut baisser la caméra, il sait comment suggérer la pédophilie sans presque en rien montrer. En résumé, il livre une copie qui même si elle n’est pas exempte de petits défauts, tient très bien la route. On peut peut-être trouver que le film met un peu de temps à rentrer dans le vif du sujet mais quand on y est, on ne décroche pas jusqu’à la toute dernière image et on ne voit pas le temps passer. Assez peu de scènes d’actions, mais beaucoup de tension psychologique et une poignée de scènes glaçantes, comme par exemple la courte scène du funeste stade de Santiago. La musique n’est pas désagréable mais elle est un peu trop appuyée, un peu trop présente par moment et un peu trop forte. C’est un défaut récurent dans le cinéma d’aujourd’hui, et « Colonia » ne l’évite pas, malheureusement. Même si le film se déroule dans le sud du Chili (dans le dernier trimestre 1973, si j’ai bien suivi), c'est-à-dire au printemps et en été, la photographie du film est très « sombre », à l’image de la colonie. Peu de scènes sous un beau soleil et même quand c’est le cas, l’impression d’étouffement est toujours présente et ne nous lâche jamais. Les acteurs ont été choisi avec soin et rendent une copie impeccable, à commencer par Michael Nyqvist (aux antipodes de son rôle dans la trilogie suédoise « Millenium ») qui compose un Paul Schaefer sadique et exalté, enivré du pouvoir total qu’il a sur ses adeptes. Son passé nazi n’est jamais évoqué, mais il est perceptible dans chacun de ses regards. Daniel Brühl, dont on sait depuis longtemps qu’il est souvent dans les bons films, incarne avec justesse un rôle plus difficile qu’on pourrait le croire, sans en faire trop. Emma Watson, actrice pleine de talent et très engagée en plus d’être charmante, est parfaite et vole presque la vedette à Daniel Brühl, tant sa présence à l’écran est forte. Cela s’appelle le charisme, certaines actrices en ont et d’autres non, Emma Watson en a, indéniablement. C’est assez courageux de la part d’une actrice en pleine lumière de choisir des rôles difficiles dans des films difficiles alors qu’elle pourrait cabotiner et se remplir les poches dans des grosses productions, je le souligne. Le scénario de « Colonia » tient la route d’un point de vue cinématographique. D’un point de vue crédibilité historique, je ne sais pas si l’histoire de Daniel et Lena est plausible, mais comme on est dans une fiction et qu’il faut bien une histoire à raconter, autant que ce soit une histoire comme celle-là. Le film montre et dissèque le fonctionnement de la colonie dans ce qu’elle a de plus sectaire, et cela fait froid dans le dos. La religion y est omniprésente et écrasante mais c’est une religion de pacotille, elle fait penser aux télévangélistes exaltés américains. En réalité, la religion n’est qu’un prétexte, un alibi pour exercer un pouvoir total, sadique sur des esprits faibles ou manipulés. Paul Shaefer est un ancien nazi, et les nazis n’étaient pas religieux du tout, c’étaient au contraire des païens convaincus. Shaefer se sert de la religion pour recréer au pied des Andes son petit Reich à lui, avec tenues bavaroises, drapeaux allemands et prénoms allemands en prime. Sa pédophilie est clairement évoquée, mais de façon pudique et sans voyeurisme mal placé. Sa brutalité sadique n’est pas éludée du tout, pas plus que la manipulation dont il était capable pour instiller la peur au plus profond chez ses adeptes. Tout cela est très bien montré par « Colonia » et c’est glaçant. En revanche, le film n’éclaire pas beaucoup (je dirais plutôt, n’éclaire pas assez) l’autre aspect de la colonie : la collaboration avec le régime Pinochet. Crée en 1961 (donc bien avant le coup d’Etat), elle a joui d’une impunité totale et cela jusqu’à la fin de la Dictature. Elle a servi de chambre de torture, elle a fourni des armes (le film parle même d’armes chimiques), elle a aidé à la « disparition sans laisse de trace » de milliers d’opposants. « Colonia » l’évoque, bien sur, au travers de quelques scènes, mais on sent que c’est plus l’aspect sectaire de la Colonie qui intéresse le scénario, c’est un tout petit peu dommage. Mais il se rattrape sur la fin en montrant sans ambages comment l’ambassade de RFA couvrait honteusement les activités de l’ancien nazi (en 1973, je le rappelle) et même collaborait avec lui. Fallait il qu’en pleine guerre froide ils aient si peur des « rouges » pour se fourvoyer de la sorte ? Encore un petit bémol, la fin du film (qui m’a furieusement fait penser à la fin d’ « Argo », pour ceux qui l’ont vu) sonne un peu trop téléphonée, un peu trop « hollywoodienne » pour un film qui l’est par ailleurs si peu. Même si elle est un peu trop grosse pour être parfaitement crédible, elle fonctionne d’un point de vue suspens. Du coup, on pardonne à « Colonia » cette fin un poil too much, parce que pris dans sa globalité, c’est un film réussi, passionnant et instructif.
    ned123
    ned123

    Suivre son activité 77 abonnés Lire ses 1 356 critiques

    4,0
    Publiée le 27 juillet 2016
    J'ai vu un film... haletant... La première partie est somme toute assez classique, puis petit-à-petit, la narration s'installe pour monter dans un paroxysme paranoïaque épuisant. Daniel Brühl et Emma Watson (qui est bouleversante) sont incroyables... On se surprend à sursauter et à s'émouvoir de leur sort dans cette "prison des damnés" qui vit en autarcie sectaire... On découvre un phénomène que j'ignorais totalement... On s'enfonce dans cette reconstitution étonnante du camp allemand de Colonia Dignidad au Chili, où un gourou malsain et pédophile, ancien Nazi, au service de Pinochet pratiquait la torture des opposants et l'embrigadement des fidèles. Ce thriller est vraiment fort, et le plus incroyable, c'est qu'il s'agit d'une histoire vraie... Il s'agit d'un film bien construit qui monte crescendo pour ne plus jamais redescendre... jusqu'au décollage...
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top