Mon compte
    Colonia
    note moyenne
    4,2
    3765 notes dont 273 critiques
    répartition des 273 critiques par note
    59 critiques
    129 critiques
    63 critiques
    18 critiques
    2 critiques
    2 critiques
    Votre avis sur Colonia ?

    273 critiques spectateurs

    Stéphane C
    Stéphane C

    Suivre son activité 41 abonnés Lire ses 389 critiques

    0,5
    Publiée le 26 août 2016
    Malgré un contexte historique absolument passionnant, ce film restera pour moi qu'un énième "pseudo-brûlot-sentimental" d'une mièvrerie consternante qui n'apporte rien, et au sensationnalisme grotesque des plus abjects ! Bravo pour avoir recopié "Argo" lors de la séquence finale !
    cylon86
    cylon86

    Suivre son activité 1474 abonnés Lire ses 4 430 critiques

    2,5
    Publiée le 30 juillet 2016
    Ce que l'on remarque dans "Colonia", au-delà de la terrifiante histoire vraie qui se cache dans le camp de la Colonia Dignidad, c'est qu'Emma Watson y trouve son premier rôle principal. Après une poignée de seconds rôles dans des films plus ou moins réussis ("Regression", My week with Marilyn" ou encore "Noé"), l'actrice se voit enfin en haut de l'affiche, jouant Lena, une hôtesse de l'air qui, par amour, se rendra elle-même à la Colinia Dignidad pour y retrouver Daniel, photographe engagé dont l'attitude ne plaît guère à Pinochet, venant de renverser le gouvernement d'Allende au Chili. Mais ce qui ne devait durer que quelques jours va s'éterniser sur plusieurs mois où elle apprendra que l'influence qu'exerce le gourou Paul Schäfer (ancien nazi) sur cette secte est impitoyable et que des gens ne cessent d'être torturés et tués dans les tunnels sous la Colonie. Alors que Florian Gallenberger tient là le sujet (méconnu) d'un grand film, il sabote le matériel qu'il a sous la main pour le concentrer sur une histoire d'amour bien trop romanesque pour être crédible, préférant se centrer sur le courage (ou la naïveté) de cette femme venue sauver l'homme qu'elle aime des griffes d'une secte travaillant en coalition avec le gouvernement. Si Emma Watson parvient à tenir le rôle quand elle ne joue pas la belle effarouchée, Daniel Brühl est trop en retrait et c'est l'excellent Michael Nyqvist qui emballe et qui surprend dans le rôle de Schäfer. Pervers manipulateur et charismatique, Schäfer se retrouve interprété dans toute son horreur par un Nyqvist en grande forme et trop rare dans de bons rôles. Si la reconstitution est de qualité, le cinéaste préfère un bon rebondissement plutôt que de nous montrer la véritable horreur et s'attarde sur son couple vedette avec trop de longueurs même s'il parvient à construire quelques scènes réussies. Mais l'ensemble est trop inégal et surtout bien trop scolaire pour vraiment séduire...
    Nico F
    Nico F

    Suivre son activité 73 abonnés Lire ses 585 critiques

    4,5
    Publiée le 30 novembre 2016
    Une découverte.... passé côté .. film terrible de vérité ... interprétation parfaite... film immanquable
    circusstar
    circusstar

    Suivre son activité 45 abonnés Lire ses 609 critiques

    3,5
    Publiée le 20 août 2016
    Un film vraiment très intéressant. Une histoire très originale que l'on suit avec passion. C'est cependant moins l'histoire d'amour qui m'a intéressée mais plus l'histoire de ce gourou pervers, ultra violent et pédophile qui n'a que survolée, c'est dommage. Sinon un bon film à voir.
    kevinsolstice
    kevinsolstice

    Suivre son activité 36 abonnés Lire ses 1 931 critiques

    3,5
    Publiée le 10 juillet 2017
    Florian Gallenberger a réussi la prouesse de nous initier à une page d'Histoire tout en nous donnant le sentiment d'avoir assisté à un divertissement.
    Le Bod's
    Le Bod's

    Suivre son activité 28 abonnés Lire ses 197 critiques

    3,0
    Publiée le 30 juillet 2016
    "Colonia", un film surprenant, de bons acteurs mais une mise en scène et une narration trop académiques pour nous éviter de grincer des dents à de nombreuses reprises.
    Raphaël O
    Raphaël O

    Suivre son activité 86 abonnés Lire ses 1 567 critiques

    4,0
    Publiée le 27 novembre 2016
    Ce drame historique inspiré de faits réels sur la secte de Colonia Dignidad au Chili est passionnant, fidèlement reconstitué et maintient en haleine jusqu'au bout en prenant la forme du thriller, et est servi par une excellente distribution. Un film à voir !
    Sally Ecran et toile
    Sally Ecran et toile

    Suivre son activité 50 abonnés Lire ses 304 critiques

    4,0
    Publiée le 22 octobre 2016
    « Colonia », le dernier thriller historique de Florian Gallenberger marquera à coup sûr tous ses spectateurs. Par son sujet, méconnu et ô combien choquant, mais aussi par la maîtrise dont fait preuve toute l’équipe du film. Haletant, stressant, étonnant, le long-métrage de l’Allemand ne laissera pas indifférent.
    Distribué en France en juillet dernier, « Colonia » n’avait malheureusement pas trouvé sa place dans nos programmations belges. A regret car le film de Gallenberger vaut véritablement la peine d’être vu, notamment pour son casting d’exception mené de main de maître par un Daniel Brühl au sommet de son art.
    L’acteur allemand est un des acteurs contemporains sur lesquels les réalisateurs peuvent s’appuyer en toute confiance. Jamais à côté de son rôle, le comédien excelle quelques soient les difficultés rencontrées. Qu’il incarne un coureur de F1 blessé (Niki Lauda dans « Rush »), un adulescent prévenant à l’égard d’une mère déstabilisée (« Goodbye Lenin ! »), un soldat de Tarantino (« Inglourious Basterds ») ou un avocat investi (« La femme au tableau »), Daniel Brühl n’a jamais déçu, que du contraire ! Il a cette capacité de muer et d’entrer dans la peau de ses personnages avec conviction. Ici encore, il incarne Daniel, un résistant contre le régime de Pinochet, défenseur de la politique d’Allende, en proie de terribles représailles. Son personnage, qui « mute » lui-même dans le fil de l’histoire, laisse la possibilité au comédien de montrer un peu plus l’étendue de son extraordinaire talent.
    Pour lui donner la réplique, Emma Watson. Cantonnée dans son rôle d’Hermione Granger depuis des années, la jeune anglaise sait pourtant tenir des rôles plus denses, la preuve ici encore. Dans « Colonia », la comédienne incarne Lena, une jeune hôtesse de l’air amoureuse de Daniel. Lorsque celui-ci se fait embarquer par les milices de Pinochet, elle n’a qu’une obsession : le retrouver. D’une bravoure admirable, elle entrera dans la secte « Colonia Dignidad » au péril de sa propre vie. Avec ce personnage, elle prouve une fois encore sa capacité d’interpréter des rôles compliqués, nécessitant de marquer son âme pour que cela transparaisse à l’écran. Déjà pleine de promesses dans son rôle d’Angela (abusée sexuellement par son père dans « Regression » d’Amenabar), elle poursuit sur la voie des rôles dramatiques qui la révèlent véritablement.
    Enfin, il y a le glaçant Michael Nyqvist. Le Suédois, connu notamment pour son rôle de Mikael Blomkvist dans la trilogie « Millenium », à la gueule du méchant. Et ça tombe plutôt bien car ici, le comédien incarne le Mal personnifié : Pius. Ce « prédicateur », Paul Schäfer, a véritablement existé, de même que sa condamnable colonie. Durant près de 40 ans, ce lieu bénéficia de la protection du dictateur Pinochet, et servait, entre autres choses, de lieu d'emprisonnement et de torture d'opposants politiques. Incroyablement terrifiant dans son rôle de Pius (surnom de Schäfer), Michael Nyqvist impressionne par son charisme et son jeu plus vrai que nature.
    Si le casting du film est un véritable point fort, il n’est pas le seul. Le scénario de Florian Gallenberger et Torsten Wenzel est bien pensé, l’ambiance angoissante incroyablement plantée (on s’y croit vraiment), le rythme parfaitement étudié au point de ne jamais lâcher notre attention. Et que dire de la réalisation ? Basé sur des faits réels, « Colonia » est un tout grand film, qui instruit (et met en lumière un pan de l’histoire chilienne relativement peu connue) et qui bouleverse. Où sont les limites de la perversité humaine ? Quels choix peut-on faire par amour ? La survie est-elle innée et comment peut-elle être supplantée ? Le film fait réfléchir et montre que les horreurs, qui se pratiquent dans certains coins de la planète, peuvent souvent être étouffée par le jeu des politiques, alors qu’au lieu de fermer les yeux, il serait plus judicieux de les ouvrir…et de combattre pour la juste cause et pour la liberté !
    Requiemovies
    Requiemovies

    Suivre son activité 164 abonnés Lire ses 1 153 critiques

    2,5
    Publiée le 23 juillet 2016
    Trop centré sur son aspect mélo, la dramaturgie de « Colonia » perd en route le côté historique de ce qu’aurait pu être le film à la base. Dommage, une mise en scène honorable est présente mais qui se perd entre deux sujets ; à ce petit jeu, c’est le pendant historique qui en pâti le plus pour laisser le spectateur sur un goût d’inachevé. Il y avait pourtant matière à dénoncer de manière plus subtile le gouvernement chilien de l’époque qui était au courant de ce qui se passait derrière les murs de cette colonie. Co-produit hors des terres de l’Oncle Sam, le film a pourtant le mauvais goût de certains films hollywoodien…dommage.
    Jorik V
    Jorik V

    Suivre son activité 713 abonnés Lire ses 1 394 critiques

    2,5
    Publiée le 23 juillet 2016
    Florian Gallenberger mêle la petite histoire et la grande avec « Colonia ». Le film nous raconte une page méconnue de l’histoire, celle d’une secte au fin fond du Chili que la dictature de Pinochet utilisait pour emprisonner les opposants au régime. Un camp de travail qui cachait également des locaux de torture. Pour les besoins du film, une histoire d’amour se greffe à cette immersion, une jeune fille s’y enrôlant volontairement pour sauver l’homme qu’elle aime, emprisonné pour son allégeance à la démocratie de Salvatore Allende.

    L’idée n’est pas mauvaise en soi, mais le long-métrage dose mal le mélange, la romance et le thriller prenant trop le pas sur les tenants et les aboutissants de cette Colonia Dignidad. On sort de la salle avec la désagréable impression d’en savoir trop peu. Le sujet s’avérait pourtant passionnant mais le scénario est trop frileux en informations (les rapports entre la secte et la dictature sont traités de manière trop générique) et le fond se révèle trop synthétique pour prétendre à devenir le film référence sur le sujet. Manque de documentation ou manque de temps, on aurait préféré que le scénario élude l’histoire de ce couple pour se focaliser sur la colonie.

    Cependant, « Colonia » est loin d’être raté et l’ensemble constitue un divertissement plaisant et loin d’être inintéressant. On regrette néanmoins une trop grosse flopée d’invraisemblances et de raccourcis de scénarios qui finissent par plomber la crédibilité du long-métrage. De plus Emma Watson ne semble pas avoir la carrure pour supporter un tel rôle, elle manque terriblement de nuances dans son jeu. Les enjeux et la tension s’en trouvent considérablement amoindris et la mise en scène anodine accentue la tiédeur d’un film que l’on aurait souhaité beaucoup plus brûlant avec un sujet comme celui-là.
    Whyborn
    Whyborn

    Suivre son activité 13 abonnés Lire ses 800 critiques

    4,0
    Publiée le 10 janvier 2017
    Un film choc inspiré de faits réels. C'est très réaliste, malsain et tout le long du film règne une ambiance inquiétante, j'ai été tenu en haleine du début à la fin.
    Yves G.
    Yves G.

    Suivre son activité 624 abonnés Lire ses 2 330 critiques

    1,5
    Publiée le 2 septembre 2016
    Lena (Emma Watson) est anglaise et hôtesse de l’air ; Daniel est allemand et photographe. Ils se rencontrent au Chili, à la veille de l’assassinat de Salvador Allende et sont emportés dans le coup de filet de la junte d’Augusto Pinochet. Lena est rapidement libérée ; mais Daniel, membre des jeunesses socialistes, est transporté à Colonia Dignidad, une colonie agricole sectaire fondée par un gourou allemand pédophile qui y fait régner un ordre de fer et qui abrite une prison secrète de la junte. Pour libérer Daniel, Lena décide de s’y enrôler.

    « Basée sur des faits réels », « Colonia » utilise les recettes éculés du drame. Deux héros incarnent le Bien : beaux, jeunes, animés de valeurs humanistes et prêts à mourir l’un pour l’autre. Face à eux le Mal est incarné par Paul Schäfer (Michael Nyqvist) qui fut en effet, après sa participation à la Seconde guerre mondial dans les rangs de la SS et ses démêlés judiciaires en RFA, le fondateur de cette colonie en 1961.

    Entre le Bien et le Mal une lutte à mort s’engage. Daniel est passé à la gégenne, Léna à tabac. Le statut de stars des deux protagonistes nuit à la crédibilité de leurs personnages : on a du mal à oublier « Harry Potter » en regardant Emma Watson et « Good Bye Lenin! » Daniel Brühl. L’histoire pourrait être bouleversante ; mais l’issue en est trop prévisible pour rendre le suspense haletant. Et si même la dernière scène nous tient en suspens, elle n’atteint pas le niveau d’intensité de l’épilogue de « Argo » qui lui ressemble beaucoup.
    jenny4485
    jenny4485

    Suivre son activité 9 abonnés Lire ses 66 critiques

    5,0
    Publiée le 3 janvier 2017
    Superbe! Un film poignant sur une partie sombre de l'Histoire du Chili méconnue par beaucoup (je m'inclus dedans)
    Très belle performance d'Emma Watson, crédible et incarnant son rôle à la perfection.
    A voir et partager absolument, pour que ces faits ne tombent pas dans l'oubli
    Delphine d
    Delphine d

    Suivre son activité Lire sa critique

    2,0
    Publiée le 15 août 2016
    On apprend enfin l'existence de "La Ciudad de La Dignidad", mais dommage que le scénario soit tiré par les cheveux et si américanisé
    Caine78
    Caine78

    Suivre son activité 3659 abonnés Lire ses 7 267 critiques

    3,0
    Publiée le 19 septembre 2017
    Sujet passionnant et méconnu : une secte religieuse ayant contribué aux tortures du gouvernement Pinochet pendant des années dans le plus grand secret, voilà de quoi offrir une œuvre a priori remarquable. Encore fallait-il se donner les moyens de ses ambitions. C'est simple : Florian Gallenberger a presque réussi à faire de « Colonia » un film non politique ! En effet, au-delà du flou entourant le lieu, le rapport précis du camp avec le pouvoir, sa motivation réelle ou son fonctionnement, ce qui est déjà problématique tant il enlève une vraie matière au récit, le réalisateur se focalise avant tout sur l'aspect thriller, ne faisant finalement que peu d'allusions à l'époque et aux bouleversements vécus au Chili, d'autant que sa mise en scène manque souvent de subtilité : on est très loin de l'immense « Missing » signé Costa-Gavras. Reste que celui-ci semble l'assumer, et en matière d'émotion comme d'action, il serait malhonnête d'écrire que l'œuvre ne fait pas le boulot. D'ailleurs, ces 110 minutes se sont déroulées assez vite me concernant, offrant un suspense efficace, à défaut d'être vraiment subtil spoiler: (comme en témoigne la fuite finale, rappelant fortement celle d'« Argo »!)
    . De plus, l'ambiance anxiogène est bien rendue, les relations (pas trop démonstratives) entre les différents personnages restant intéressantes jusqu'au bout, l'interprétation d'Emma Watson, Daniel Brühl et du regretté Michael Nyqvist étant clairement à la hauteur. Et puis, même en passant trop à côté, en savoir ne serait-ce qu'un peu plus sur cette incroyable histoire vraie n'est pas inutile, rappelant à quel point l'humanité a pu commettre les pires exactions au nom d'une Force plus « grande ». Convenable, à défaut d'être totalement réussi.
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top