Mon compte
    Le Procès du siècle
    note moyenne
    3,3
    1144 notes dont 112 critiques En savoir plus sur les notes spectateurs d'AlloCiné
    répartition des 112 critiques par note
    4 critiques
    25 critiques
    44 critiques
    30 critiques
    5 critiques
    4 critiques
    Votre avis sur Le Procès du siècle ?

    112 critiques spectateurs

    anonyme
    Un visiteur
    3,0
    Publiée le 14 septembre 2017
    « Le Procès du Siècle » est un film juridique intéressant, qui démontre clairement les rouages du système judiciaire britannique. Le script est habilement écrit laissant suffisamment de place aux faits historiques sans pour autant en faire un film sur la Shoah à proprement parlé. La distribution livre de très bonnes prestations, mais malheureusement le développement ne permet pas de s’identifier à un personnage en particulier. La photographie est bien orchestrée, et les prises de vue à Auschwitz offrent un côté très respectueux des lieux, une vision très solennelle. Un film qui permet de présenter les faits par rapport à un procès, mais qui permet également de comprendre la dimension dramatique de ce qu’est le négationnisme dans toute sa stupidité.
    Yves G.
    Yves G.

    Suivre son activité 696 abonnés Lire ses 2 410 critiques

    4,0
    Publiée le 4 mai 2017
    En 2000, David Irving a attaqué en justice Deborah Lipstadt et son éditeur Penguin Court. Il leur reprochait de l’avoir diffamé en le traitant de négationniste. Avec une grande fidélité aux faits, « Denial » (dont on n’arrive pas à comprendre pourquoi il n’a pas été traduit par « Négationnisme ») raconte le procès qui s’est déroulé à Londres.

    Passionnés d’histoire, passionnés de droit, ce film est pour vous.

    « Le Procès du siècle » est un film sur le crime du siècle : la Shoah. Le rôle d’un juge n’est pas de dire l’histoire. C’est aux historiens de le faire dans un débat sans cesse recommencé. Jean-Noël Jeanneney l’avait démontré avec force dans un un livre aussi court que percutant (« Le Passé dans le prétoire », Seuil, 1998). Pour autant, il est des situations où le juge doit chausser les habits de l’historien sauf à tomber dans le déni de justice. Pour apprécier le caractère diffamatoire des accusations portées dans son livre par Deborah Lipstadt sur David Irving, pour décider si, en le qualifiant de négationniste, elle l’avait ou non diffamé, le juge n’a eu d’autre alternative que de s’interroger sur la réalité des faits.
    La chose pourrait sembler aisée. Comment nier l’Holocauste ? Comment remettre en doute l’assassinat systématique de six millions de Juifs durant la Seconde Guerre mondiale ? Sauf qu’on peine à en trouver une preuve irréfutable : pas d’ordres écrits du Führer, pas de documents photographiques, des chambres à gaz en partie détruites dont la destination peut être mise en doute, des témoignages oraux par centaines mais qu’on peut toujours tourner en dérision…

    Du coup, « Le Procès du siècle » est avant tout un film qui parle de Droit. Un "courtroom movie" comme l’affectionne le cinéma hollywoodien. Sauf qu’on pouvait redouter le pire de la pente naturelle du cinéma hollywoodien : la simplification des enjeux qui supporte mal la subtilité du débat judiciaire, la multiplication des coups de théâtre qui essaie d’insuffler du rythme à une procédure qui en manque souvent, l’appel aux bons sentiments dont ne s’embarrassent pas les juristes sauf à troubler leur jugement.
    L’espace d’un instant, on frémit. Lorsque Deborah Lipstadt exhorte ses avocats à appeler à la barre des anciens déportés auxquels elle a promis que leur voix serait entendue. Mais miraculeusement, cette scène attendue, redoutée, n’aura pas lieu. Avec une abnégation rare, les scénaristes y ont renoncé et sont restés au plus près des faits. Ils ont rendu compte de chaque étape du procès, de la stratégie suivie par la défense qui se focalisait sur David Irving, ses écrits tendancieux et ses arrière-pensées délétères. En refusant de venir à la barre, Deborah Lipstadt ne fait pas preuve de lâcheté. Au contraire, elle accepte de s’effacer, de renoncer au plaidoyer qu’elle aurait rêvé faire, pour que l’attention du juge ne soit pas détourné de l’unique question qui lui était posé : David Irving est-il ou pas négationniste ?

    À une époque où la post-vérité a désormais droit de cité, un film qui rappelle que les faits ont la vie dure est salutaire. À une époque où l’extrême-droite semble plus proche que jamais de conquérir le pouvoir, un film qui dénonce le négationnisme est d’utilité publique.
    CH1218
    CH1218

    Suivre son activité 78 abonnés Lire ses 2 122 critiques

    2,5
    Publiée le 3 janvier 2018
    Ce film de Mick Jackson relate le procès qui, au début de l’année 2000, opposa le négationniste anglais David Irving à l’auteure et historienne américaine Deborah Lipstadt. Que de bavardages et de minutes perdues pour arriver à cette la reconstitution minutieuse du face-à-face juridique. Le propos est intéressant mais son traitement n’est ici pas à la hauteur, l’ensemble manquant cruellement de consistance et d’intensité. Rachel Weisz fait même pâle figure en comparaison à Timothy Spall et Tom Wilkinson. A voir néanmoins pour son sujet.
    Jujupac26
    Jujupac26

    Suivre son activité 56 abonnés Lire ses 23 critiques

    4,0
    Publiée le 1 mai 2017
    Je dois avouer que je n'avais jamais été au courant qu'un tel procès avait eu lieu... Merci d'en avoir fait un film nous permettant de réaliser qu'avec le temps, il est possible que des personnes puissent librement affirmer que les juifs n'ont pas été gazés dans les chambres à gaz ce qui est inacceptable !
    (Spoil) J'ai aime ce film pour plusieurs raisons, tout d'abord les acteurs sont exceptionnels, mais j'ai surtout aimé voir les avocats préparer une défense par l'attaque ! Il n'y a rien à prouver concernant ce génocide puisqu'il a existé, la seule chose à prouver c'est que ce négationniste est antisémite et qu'il a volontairement faussé la vérité pour sa cause !
    Bravo.
    Elisabeth G.
    Elisabeth G.

    Suivre son activité 94 abonnés Lire ses 779 critiques

    4,0
    Publiée le 30 avril 2017
    Un film historico-juridique passionnant sur le négationnisme et la lutte contre celui-ci porté par d'excellents acteurs.
    Une critique plus détaillée et d'autres sur le-blog-d-elisabeth-g.blogspot.fr
    Gfa Cro
    Gfa Cro

    Suivre son activité 34 abonnés Lire ses 573 critiques

    5,0
    Publiée le 10 mai 2017
    Vu et avis le 20170509

    Film périlleux très réussi : comment rester abordable pour un large public sans dénaturer des idées complexes, fines et exigeantes.

    Le procès du siècle fait le choix de faire confiance au spectateur et de le laisser comprendre ce qu'il peut. "Que le filme parle ou ne se taise, il ne tient qu à toi ami spectateur " pour paraphraser Paul Valéry. Le même choix qui avait été fait dans le film "mr death".

    .-.-.-.-.-.

    D un point de vue cinématographique le film est très satisfaisant. Les ors de la justice y contribuent. Le spéculos avant d entrer dans l enceinte du tribunal - l effet sempé de la démesure entre le biscuit et le contexte/ce qui va suivre. Les effets de foule, la présence de médias pour prouver l importance du film (du siècle) tout cela passe assez bien.

    .-.-.-.-.-.

    Même le fonctionnement de ce procès est bien expliqué. Par exemple le choix stratégique du choix des témoins. L explication n'est pas du tout intuitive. Aussi, très intelligemment, le film l explique en deux fois. 1ère fois = effet d annonce avec explication rapide et juste. Quelques minutes plus tard on y revient une fois qu on a commencé à intégrer un peu l idée. 2nd fois, plus lente, plus détaillée et en plus illustrée.
    Les deux points sur lesquels je suis moins sur d avoir bien compris :
    * l histoire du sans jury : sauf erreur cela induit que le juge doit expliquer son jugement. Au contraire d avec jury où il doit juste transposer/consigner/appliquer la décision du jury mais comme ce n est pas lui qui l a prise il ne l explique pas. 334 pages d explications en 4 semaines : bravo le juge, je t ai plains.
    * la plainte est en Angleterre où la preuve est à la charge de la défense. Je pense que la est l explication sur l échange final entre le juge et l avocat: Peu importe la sincérité de David, s il a effectivement fait ce que Déborah lui reproche, elle est en droit de le dire.
    Shawn777
    Shawn777

    Suivre son activité 163 abonnés Lire ses 2 404 critiques

    4,0
    Publiée le 2 mai 2017
    Ce film réalisé par Mick Jackson, sorti en 2017 et adapté d'une histoire vraie et d'un ouvrage de Deborah Lipstadt est vraiment très bon et je me désole de voir d'aussi mauvaises critiques. Le scénario oppose Deborah Lipstadt et David Irving sur la remise en cause de l'holocauste 50 ans après les faits, il s'en suit donc un procès où les deux partis vont défendre leur position sur la chose. Je ne sais donc pas si le scénario retranscrit bien l'histoire originelle car je n'avais jusqu'à maintenant pas du tout eu vent de ce débat mais c'est en tout cas très intéressant de découvrir les idées des deux partis et on se rend alors compte que prouver l'existence de l'holocauste n'est pas une chose si facile que l'on pourrait le croire. La bande annonce m'avais également beaucoup intrigué avec les quelques arguments qu'avançait Irving en sa faveur et c'est dingue de se dire qu'avec de petites preuves qui nient l'existence de certains faits avérés vrais, certaines personnes assez crédules peuvent le croire comme par exemple les premiers pas sur la Lune ou... qu'Elvis ne soit pas mort. Certains diront que le scénario est très linéaire et que le film possède beaucoup de longues scènes. Alors oui, le scénario est linéaire mais en même temps, il retranscrit une vraie histoire et on ne connait même vraiment pas la fin (pour ceux qui n'auraient pas du tout suivis ce débat à l'époque) car on ne sait pas à qui le juge va donner raison. Pour ce qui est des scènes longues, personnellement je n'en ai pas trouvé, tellement l'histoire m'a passionné et je ne me suis donc pas ennuyé une seule fois. Du côté des acteurs, nous avons Rachel Weisz, Tom Wilkinson, Timothy Spall et Andrew Scott pour ne citer que les principaux et tous ont très bien joués. "Le Procès du siècle" est donc un très bon film qui aborde un sujet passionnant.
    RayManzarek
    RayManzarek

    Suivre son activité 13 abonnés Lire ses 153 critiques

    2,0
    Publiée le 11 mai 2017
    Lorsqu'un film naît d'un postulat ou d'une idée aussi attractifs que "Le Procès du siècle", il peut parfois prendre le risque de se faire engloutir par son sujet qui se développe alors devant nos yeux en oubliant complètement son support cinématographique. Le dernier film de Mick Jackson ("Volcano" pour ne citer que lui...) est un véritable cas d'école. S'intéressant au duel judiciaire opposant l'historienne Deborah Lipstadt (Rachel Weisz qui semble visiblement plus excitée que nous d'être au centre de cette histoire) et l'universitaire négationniste David Irving (Timothy Spall qui nous rappelle grâce à sa performance qu'un bon sujet n'est rien sans l'aide de ses protagonistes), "Le Procès du siècle" a eu la fausse bonne idée de coller au plus près de la réalité. Que ce soit par soucis de se rapprocher au plus proche des faits ou par simple choix, là n'est pas la question. La véritable question étant, qu'est ce qui différencie ce film d'un documentaire? Peu de choses à vrai dire. Des scènes de procès reconstituées dans les moindres détails à ces images d'Auschwitz similaires à des archives visuelles aussi hantées que celles de "Nuit et Brouillard", le film se veut être d'un réalisme à toute épreuve qui le place dans une position délicate entre film d'investigation à la Oliver Stone et documentaire historique. De plus, la première demi-heure plombe l'intérêt du film à travers des explications assommantes des méandres de la justice anglaise. Ajoutez à cela des personnages caricaturaux qui évoluent de manière anarchiques, une réalisation digne d'un épisode de Perry Mason et vous obtiendrez un hommage raté à la vérité historique. Et pourtant, de par l'originalité du sujet sans doute, le film parvient à éveiller la curiosité jusqu'au bout tant les positions négationnistes ont été peu ou pas abordé dans le cinéma des 50 dernières années. Une oeuvre qui ne vit donc qu'à travers sa surface et qui n'ose jamais prendre des libertés avec son matériau d'origine. A refaire.
    Cronenberg
    Cronenberg

    Suivre son activité 144 abonnés Lire ses 1 873 critiques

    3,0
    Publiée le 23 septembre 2018
    Très intéressant. Le combat entre la bêtise humaine et la vérité. De bonnes interprétations pour décor, une mise en scène et des effets spéciaux minimales. Je le déconseille aux moins de 7 ans. 3/5
    Ykarpathakis157
    Ykarpathakis157

    Suivre son activité 293 abonnés Lire ses 9 972 critiques

    2,0
    Publiée le 12 novembre 2020
    Rachel Weisz joue le rôle de Mme Lipstadt avec un franc-parler et une audace que l'on attend d'une érudite élevée par la Reine confiante et bien informée. Timothy Spall joue courageusement le rôle de David Irving, un personnage pathétique qui ignore comment son racisme et son antisémitisme ont corrompu ses écrits et ses croyances. Bien sûr pour tout être humain sain d'esprit il est impossible de croire qu'un négationniste de l'Holocauste puisse obtenir ne serait-ce qu'un minimum d'attention ou de notoriété et encore moins avoir l'audace d'intenter un procès à un érudit qui n'a fait que publier des descriptions de ses propres paroles. Plutôt que de s'en tenir aux faits un titre plus approprié pour le film serait opinion basée sur des faits contre opinion basée sur un mensonge. Le film de M. Jackson commence avec Mme Lipstadt en tant que professeur en 1994 à l'université Emory où elle travaille encore aujourd'hui. En 1996 un procès est intenté et en 1998 Lipstadt et Rampton se rendent à Auschwitz. Bien que le drame du tribunal et le travail juridique correspondant occupent une grande partie du film c'est cette séquence filmée à Auschwitz qui est le cœur et l'âme du film. Très peu de mélodrame est ajouté les scènes et les décors parlent d'eux-mêmes. Le procès a finalement commencé en 2000 et comme toujours ,il est fascinant de comparer la cour de justice et le processus britannique avec ceux des États-Unis. La formalité est bien présente mais la nuance et la mise en scène jouent toujours un rôle. Le film et le procès posent la question suivante êtes-vous raciste ou antisémite. C'est la question avec laquelle le juge se débat et bien sûr Seinfeld avec un tour de passe passe à ce sujet George a déclaré ce n'est pas un mensonge si vous y croyez...
    20centP
    20centP

    Suivre son activité 10 abonnés Lire ses 224 critiques

    2,5
    Publiée le 20 mai 2017
    Bon un film qui entretient le devoir de mémoire sur les heures sombres de notre histoire n'est jamais inutile. Celui-ci n'est clairement pas le meilleur car : le scénario manque de densité, le meilleur interprète est de loin l'historien négationniste et la musique omniprésente rend l'ensemble assez empesé. Louable initiative mais mériterait meilleur traitement...
    janus72
    janus72

    Suivre son activité 30 abonnés Lire ses 237 critiques

    3,0
    Publiée le 2 mai 2017
    Film principalement axé sur la mécanique et les coulisses d'un procès pas vraiment comme les autres...
    Là, la victime devra avant tout prouver sa bonne foi et par la même les mensonges avérés du salopard négationniste qui l'attaque en justice.
    Avec la pression des Médias toujours en quête des Gros Titres et surtout des derniers rescapés des camps qui réclame la simple vérité et que l'on prennent aussi leur témoignages en compte.
    C'est plutôt bien fait avec des acteurs qui font bien le Job, évitant de tomber dans l'indigestion des arcanes d'un procès.
    Frédéric P
    Frédéric P

    Suivre son activité 10 abonnés Lire ses 183 critiques

    2,5
    Publiée le 10 juin 2017
    Le négationnisme comme sujet de cinéma est un défi difficile à relever. Le titre français n'est pas adéquat, "Denial : a holocaust story" était plus juste. Paralysé par le problème de la vérité historique le réalisateur reste proche des débats réels du véritable procès ce qui ne peut donner un aussi bon film de procès que dans certaines œuvres de fiction célèbres comme chez Otto Preminger.

    Le plus intéressant est d'apprendre que dans le système judiciaire anglais c'est à l'accusé de prouver sa bonne foi dans le cas de procès en diffamation. Cela explique pourquoi le négationniste David Irving choisit Londres pour poursuivre la professeur d'histoire américaine.

    Bonne prestation de Timothy Spall dans le rôle du négationniste David Irving
    klap2fin
    klap2fin

    Suivre son activité 11 abonnés Lire ses 344 critiques

    2,5
    Publiée le 3 septembre 2017
    J'aurais préféré que le réalisateur s'attarde beaucoup plus sur ce qui aurait dû rester le point fondamental, à savoir les mécanismes utilisés par les négationnistes de l'holocauste, mécanismes repris d'ailleurs par d'autres négationnistes en tous genres. Au lieu de cela, le scénario traine trop souvent en longueur en privilégiant la personnalité des personnages ce qui me semble dans ce cas précis bien plus secondaire que de s'appesantir à démontrer le machiavélisme des méthodes employées par ce qui revisitent l'histoire à leur manière, ce qui est fait beaucoup trop superficiellement à mon sens dans ce film qui ne reste hélas que l'histoire d'un procès de plus.
    Film important certes, mais loin d'être passionnant, et c'est dommage.
    bellalinda
    bellalinda

    Suivre son activité 11 abonnés Lire ses 18 critiques

    5,0
    Publiée le 16 septembre 2017
    Impressionnant, je ne connaissais pas cette histoire , comme quoi Le racisme Le nazisme et tout ce qui suit est toujours d'actualité et doit être combattu avec force !
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top