Mon compte
    Moi, Tonya
    Note moyenne
    4,0
    4383 notes En savoir plus sur les notes spectateurs d'AlloCiné
    Votre avis sur Moi, Tonya ?

    280 critiques spectateurs

    5
    20 critiques
    4
    146 critiques
    3
    99 critiques
    2
    10 critiques
    1
    4 critiques
    0
    1 critique
    Trier par :
    Les plus utiles Les plus récentes Membres avec le plus de critiques Membres avec le plus d'abonnés
    mazou31
    mazou31

    83 abonnés 1 268 critiques Suivre son activité

    4,5
    Publiée le 17 mars 2018
    Ce faux biopic, faux documentaire , reste un film marquant par l’originalité de son montage, son dynamisme, son humour et la démolition méthodique des « valeurs » américaines et sportives. Il décape avec ironie toute la bienpensance et dérange par l’exposition de ses cas sociaux et de quelques crétins consternants. On comprend vite comment on pêut aboutir, avec quelques fusils d’assaut, aux tueries qu’on connaît ! Mais la réussite la plus remarquable reste l’interprétation des deux héroïnes, la mère et la fille. Glaçant ! Un film réussi bien que manquant de subtilité mais dont la vision grinçante d’une société met mal à l’aise, peut-être parce que trop réaliste.
    Charlotte28
    Charlotte28

    101 abonnés 1 813 critiques Suivre son activité

    4,0
    Publiée le 3 septembre 2019
    Le principe du faux documentaire, très pertinent, renforce l'originalité du film dont le ton irrévérencieux et l'ambiance emphatique (importance conférée à la lumière et aux couleurs, bande son électrique, violences verbales et physiques) atténuent la douleur du cheminement tant personnel qu'artistique de Tonya sans l'innocenter définitivement vu les zones d'ombre ou contradictions des personnages. Une forme virevoltante pour un interrogatif propos construit.
    Flowcoast
    Flowcoast

    55 abonnés 1 199 critiques Suivre son activité

    3,0
    Publiée le 8 juillet 2018
    Dans cette biopic de Tonya Harding, patineuse américaine déchue et dont le succès lui était monté à la tête, le tout correspond un peu à la carrière prometteuse mais détruite par cette affaire sur sa concurrente. Connue comme étant l'une des rivalités les plus fortes du sport moderne et ayant tenue en haleine le public américain, le film est plutôt bien réalisé, une mise en scène aux poings. Dans l'ensemble, le film est intéressant, mais on regrette les péripéties un peu longues et parfois inutiles de cette biopic
    Cineseba
    Cineseba

    37 abonnés 617 critiques Suivre son activité

    3,5
    Publiée le 17 avril 2018
    « Tonya Harding ? Eh bien ... sacrée personnage ! On se souvient bien d’elle, Tonya Harding, une grande patineuse artistique, célèbre pour être la première à avoir fait un triple axel en compétition et surtout de l’agression de sa rivale Nancy Kerrigan peu avant les JO d’hiver en 1994. Elle a été soupçonnée d’avoir planifié et mis à l’exécution cette hallucinante agression avec son entourage.

    Le film, un vrai-faux documentaire remonte dans le temps de l’enfance et la jeunesse de Tonya Harding, en rassemblant les témoignages des protagonistes qui ont connu ou vécu avec elle, lors des interviews face à la caméra. Mais, il est complètement fou de constater que ces protagonistes sont drôles, voire loufoques ! Grotesques ou quoi ... Les interviews s’entrechoquent, où chacun, une mère terrifiante et vulgaire, un mari violent, un ami complètement barge et bien sûr Tony Harding essayent d’apporter leurs propres versions qui divergent sur le parcours chaotique de cette dernière. Pourtant, leurs versions sont crédibles et subtiles, elles méritent d’être réfléchies et analysées pour nous forger un avis et comprendre la personnalité à la fois tenace et fragile de Tonya. Est-elle en réalité malmenée par son entourage et dans le monde du patinage artistique ? Une sorte du mélange de vilain petit canard et de Calimero ? Enfin, l’actrice Margot Robbie est fascinante dans le rôle de Tonya Harding surtout dans ses moments de confrontation avec sa mère jouée superbement par Allison Janney. Vraiment à la fois drôle et et intriguant, ce film ! J’ai bien aimé ce film. Pas mal ! »
    Gwen R
    Gwen R

    42 abonnés 529 critiques Suivre son activité

    4,0
    Publiée le 22 février 2018
    Cela aurait pu être un film chiant sur une histoire anecdotique du sport mais la façon de filmer ,légère, permet de prendre de la distance et d'éviter le drame ou la comédie sociale. Il n'empêche ce film porte une vision des ploucs américains qui n'épargne pas les bien-pensants.
    François Z
    François Z

    34 abonnés 338 critiques Suivre son activité

    3,5
    Publiée le 26 mars 2018
    Une biographie assez surréaliste notamment dans sa fameuse partie finale. Si ce n'était vrai, on ne pourrait croire à un tel niveau d’imbécillité ! Le film en lui même est en tout cas à saluer avec des prestations hautes en couleurs de Margot Robbie et Sebastian Stan sans oublier, évidemment, la maman jouée par Allison Janney.
    A voir au moins une fois pour comprendre un peu plus le fonctionnement parfois hallucinant de l'Amérique profonde
    Serpiko77
    Serpiko77

    51 abonnés 1 630 critiques Suivre son activité

    3,5
    Publiée le 15 juin 2020
    Le metteur en scène fait le choix légèrement discutable de tourner en dérision (pour ne pas dire comédie grinçante) cette histoire et ses personnages ce qui enlève un coté dramatique certains à une histoire qu'il l'est beaucoup plus dans les faits.
    Le coté positif de ce choix c'est que le film est très accessible, très rythmé et plaisant à suivre malgré une baisse de régime lors du dernier acte.
    Le réalisateur ne cherche pas à glorifier la patineuse mais il pointe clairement le milieu social compliqué dans le lequel elle a toujours vécu pour nous prendre d'empathie envers elle... et ça marche. La relation plus que difficile entre Tonya et sa mère est très habilement réalisée.
    Impossible aussi de passer à coté l'excellente performance de Margot Robbie qui s'affiche comme une des meilleure actrice du moment.
    Dora M.
    Dora M.

    51 abonnés 488 critiques Suivre son activité

    3,5
    Publiée le 25 septembre 2022
    Tonya Harding (Margot Robbie) est une patineuse américaine, impliquée - avec ses proches - dans une affaire d’agression sur Nancy Kerrigan, une patineuse concurrente. Le film revient sur le parcours de Tonya, son enfance, sa famille (en particulier sa mère interprétée par Allison Janney, très convaincante), la rencontre avec son compagnon.
    Le film est intéressant car tiré d’une histoire vraie, il est entrecoupé des témoignages de Tonya et de ses proches, façon documentaire. J’ai d’ailleurs aimé la narration qui permet d’avoir les différents points de vue et permet de ne pas tomber dans un classique biopic. Le film est rythmé, l’ambiance des années 80-90 est bien retranscrite.
    Blankovitch
    Blankovitch

    38 abonnés 205 critiques Suivre son activité

    5,0
    Publiée le 21 octobre 2023
    Au delà de la vie hallucinante de Tonya harding le film montre avec finesse la médiocrité d'une certaine Amérique. Margot Robbie est hallucinante, peut être son meilleure rôle. L'archive du générique de fin m'a ému. (je ne suis absolument pas amateur de patinage !)
    Marclille
    Marclille

    17 abonnés 103 critiques Suivre son activité

    4,0
    Publiée le 10 mars 2018
    Très bon film, bien mis en scène, personnages attachants, biopic intéressant, bon produit du cinema US indépendant.
    Eselce
    Eselce

    1 257 abonnés 4 238 critiques Suivre son activité

    3,0
    Publiée le 16 mars 2018
    Belle prestation de Margot Robbie. Pour le reste, je n'ai pas trop accroché à l'histoire ni aux personnages secondaires, la plupart antipathiques. L'actrice principale a sans doute pris des cours de patinage, on voit bien les effets spéciaux mais la doublure fait quelques belles prestations. Pas exceptionnel selon moi, sauf si on apprécie le patinage artistique et si on a suivit les faits à l'époque.
    Pascal I
    Pascal I

    697 abonnés 4 076 critiques Suivre son activité

    3,0
    Publiée le 15 juillet 2018
    Mise en scène discutable, traitement discutable, voix off discutable. Le reste est très bon : une famille et un environnement de bras cassés, sans foi ni loi, limite pieds nickelés, impressionnant.
    Une bio très précise, un regard sur le coté politique du sport et l'engouement souvent irrationnel des "fans". Très bonnes interprétations. 3/5 !!!
    ConFucAmuS
    ConFucAmuS

    495 abonnés 934 critiques Suivre son activité

    3,5
    Publiée le 25 août 2019
    D'autres auraient probablement jeté leur dévolu sur l'histoire de la patineuse Nancy Kerrigan, qui fut agressée, victime d'une conspiration venant tout droit d'une concurrente, Tonya Harding, avant de revenir et décrocher la médaille d'argent. Le genre de battante qui offre un biopic tout ce qu'il y a de plus traditionnel. Justement ce que le scénariste Steven Rogers voulait éviter. Il retourne la table en se focalisant sur Tonya Harding.
    Tant mieux pour le genre biopic ! Car on a pas souvent l'habitude d'un ton aussi décomplexé et incisif pour élargir le destin individuel au cadre de la peinture sociale au vitriol. Derrière le destin de l'athlète déchue, Moi, Tonya multiplie les coups de lames au rêve américain, cet endroit imaginaire propret qui cache toujours un envers authentique bien craspec.
    Méchamment drôle et mal élevé, le film utilise les outils usuels (témoignages face caméra, voix off) pour mieux s'en servir comme armes bien affutées. Et ça fonctionne pas mal. Le monde de la compétition sportive devient le reflet d'un pays qui fabrique des légendes à partir d'un storytelling où rien ne doit dépasser. Et finalement devient l'incubateur des déviances qui élèvent le prestige et le factice au détriment du sport et de sa beauté.
    Le film est à charge autant qu'à décharge envers son anti-héroïne, simultanément coupable et victime d'un cirque qui ne fait pas de quartier. Dans le rôle de Tonya, Margot Robbie est époustouflante : elle est drôle et elle bouleverse parfois en quelques minutes. Allison Janey (interprète de LaVona Fay Golden, la mère de Tonya) explose tous les compteurs de la vilénie à visage humain, férocement drôle et foutrement glaçante.
    Sebastien Stan et Paul Walter Hauser complète le casting avec des prestations de haute volée.
    La réalisation de Craig Gillespie se montre efficiente, malgré une petite baisse de régime en deuxième partie et des effets visuels parfois peu convaincants.
    Malgré tout, Moi, Tonya est un solide biopic, qui a le mérite de vriller un peu les figures imposées pour offrir un show qui valse entre comédie azimutée et drame acéré.
    poet75
    poet75

    261 abonnés 703 critiques Suivre son activité

    3,5
    Publiée le 26 février 2018
    Bienvenue dans le monde du patinage artistique, un monde pas aussi radieux qu’on pourrait l’imaginer, loin s’en faut. L’histoire de Tonya Harding en donne l’illustration et c’est une histoire authentique. Le 6 janvier 1994, à Detroit, dans les vestiaires d’une patinoire, un homme frappe à coups de matraque les jambes de Nancy Kerrigan, membre de l’équipe olympique américaine de patinage artistique. Cela se passe peu avant les Jeux de Lillehammer, en Norvège. L’enquête démontre rapidement que c’est le mari d’une autre patineuse, Tonya Harding, qui est à l’origine de ce forfait. Ce qui entraîne, pour cette dernière, après la compétition olympique, une interdiction de patinage à vie.
    Tonya Harding était-elle vraiment impliquée dans ce délit ? Son mari a-t-il commandité le forfait avec l’accord de la patineuse ? Pas si sûr. Craig Gillespie remonte aux sources de l’événement, construisant son film à la manière d’une enquête précisément, mais d’une enquête de personnalité, cherchant à retracer le parcours d’une vie. Or si, malgré ses talents et ses succès, la patineuse a toujours été plus ou moins déconsidérée dans le monde du patinage artistique, c’est, en grande partie, à cause de son milieu social. Elle est issue de ce qu’on nomme, en Amérique, « white trash », c’est-à-dire le rebut de la population blanche, ceux qui n’ont pas « réussi », les pauvres.
    C’est LaVona (Allison Janney), la mère de Tonya qui, dès sa petite enfance, a fait d’elle une championne de patinage, exigeant d’elle un total dévouement. Non pas pour le bien de l’enfant, mais pour échapper à la malédiction de la pauvreté en devenant la mère d’une star du patinage. Cette mère intraitable et égoïste, Tonya, devenue elle-même une jeune femme, la quitte sans regret, on n’en est pas surpris, mais pour se jeter dans les bras de Jeff Gillooly (Sebastian Stan), un homme qui, dès après les premières effusions, montre son vrai visage, celui d’un homme aussi violent que stupide. Tonya a beau être une excellente patineuse, elle semble ne pas pouvoir se libérer de sa condition, de ses origines : ses goûts vestimentaires et ses choix musicaux eux-mêmes la disqualifient quelque peu au regard des experts de la discipline.
    Avec de tels personnages, il est difficile d’éviter totalement l’exagération ou, en tout cas, une impression d’exagération. Heureusement, Margot Robbie, l’actrice qui joue le rôle de Tonya Harding, reste toujours totalement crédible. Elle donne à son personnage le mélange de force et de vulnérabilité qui convient. Quant au déterminisme dont elle semble être la prisonnière, un déterminisme que nous aimerions contester, contre lequel nous voudrions nous révolter, il nous interpelle à bon droit.
    conrad7893
    conrad7893

    274 abonnés 1 679 critiques Suivre son activité

    3,0
    Publiée le 24 mai 2019
    un bon film avec une réalisation originale sous forme d'interview .
    Une actrice investie qui incarne parfaitement le personnage.
    Impossible d'être insensible au personnage
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Meilleurs films
    • Meilleurs films selon la presse
    Back to Top